De la gare Vertou au pont de Bellevue… Voyage dans le vignoble nantais – Mars 2024

Le 1/03/2024

9h23, je quitte la gare de Nantes. Dix minutes plus tard, je pose mes pieds sur le quai de la gare de Vertou, accompagné uniquement de Petra, qui comme moi n’a pas eu l’information à temps de l’annulation de la sortie.

Sans céder à l’hésitation, je décide de continuer seul mon périple.

Ma première escale est dictée par la nécessité pratique : récupérer une carte IGN au centre commercial de Vertou, car celle que je possède, un simple fichier image, se montre insuffisante pour déchiffrer le réseau de sentiers qui s’offre à moi. L’immensité du centre, telle une cathédrale moderne dédiée au culte de la consommation, ne manque pas de m’étonner. Son entrée, semblable à un arc de triomphe, m’accueille dans ce qui va devenir une épopée à travers les sanctuaires de la grande distribution.

Continuer la lecture de « De la gare Vertou au pont de Bellevue… Voyage dans le vignoble nantais – Mars 2024 »

La Société des Marais

Lorsque le sujet des milieux sauvages nous est rapporté, il est rarement omis de faire mention de la destruction des forêts primaires. Mais la disparition rapide d’un autre biotope à l’échelle mondiale reste moins médiatisée : celle des zones humides.
Pourtant, ces dernières sont essentielles à la survie d’un grand nombre d’espèces et les enjeux qui les entourent trouvent un écho particulier dans notre région des Pays de la Loire, dont elles sont une composante paysagère majeure.

Le Marais Audubon, en lisière de la métropole nantaise, asséché depuis le Moyen-Âge et transformé progressivement en terres agricoles, n’échappe pas à cette réalité. Et s’il a su conserver une certaine richesse faunistique et floristique, son avenir est aujourd’hui en suspend.

Pour endiguer la disparition des zones humides, le gouvernement français va en effet renforcer le protocole Natura 2000 en créant des zones de protection forte sur 10% du territoire national d’ici 2030. Le Marais Audubon, reconnu pour son avifaune, fait partie de ces nouveaux périmètres à l’étude. Mais la création de telles réserves pourrait s’avérer moins bénéfique qu’escompté sur le long terme.
Cette vision très occidentale de la protection de la nature a en effet depuis plusieurs décennies montrée des limites. En outre, elle a l’effet néfaste de dévaloriser l’intérêt écosystémique des espaces non-labellisés, dès lors simplement considérés comme exploitables.

Il faudrait donc trouver un moyen de conforter la qualité sauvage du Marais Audubon sans pour autant le sanctuariser.

Continuer la lecture de « La Société des Marais »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search