Une ville pour l’abeille et l’homme

Pour rendre la ville de Saint Herblain favorable aux insectes, je propose des interventions à différentes échelles. Il s’agit de fermer le patchwork de plantes qui se trouve actuellement le long des rues et de créer sur le site du centre commercial Atlantis une structure où l’abeille et l’homme pourront s’épanouir.

En commençant par les interventions à petite échelle qui sillonnent les rues de la ville et comblent les lacunes de la végétation.
1) Dans les nombreuses zones industrielles de la ville, on trouve des kilomètres de clôtures d’entreprises qui contribuent également à la biodiversité en utilisant des plantes grimpantes à la place des fils barbelés, donnant ainsi un signal tout en rendant leurs terrains plus esthétiques et accueillants pour les clients.

2) Boulevard Salvador Allende. Ici, des haies cubiques ont été plantées tous les 10 mètres, mais il n’y a aucune surface fleurie.
Les espaces vides peuvent être comblés en plantant des fleurs sauvages dans les interstices, ce qui constitue une source de nourriture fiable pour les abeilles.

3) La troisième idée sert surtout à informer et à sensibiliser les gens pendant qu’ils attendent le bus ou le tram. Les nombreux arrêts de bus doivent être rendus favorables aux abeilles grâce à des plantes robustes sur les toits. Un côté est utilisé pour les plantes grimpantes, l’autre côté est recouvert d’affiches présentant des faits intéressants sur les abeilles.

4) La quatrième intervention pourrait être mise en œuvre sous la forme d’un projet scolaire avec des enfants qui tendraient un filet de récipients plantés entre de nombreux arbres plantés en ligne. Ainsi, des jardins suspendus verticaux peuvent être créés loin du sol.

Le plan d’analyse permet de savoir qui se trouve chaque jour ou même une fois par mois dans la zone située à 10 minutes à pied d’Atlantis. Outre de nombreux bureaux et commerces, on y trouve également quelques écoles et centres de formation, un hôpital, des hôtels, des restaurants, etc.

Le centre du projet, l’Urban Jungle, est situé au cœur de la ville, dans le centre commercial Atlantis. Plus précisément entre le théâtre ONYX, un grand bâtiment abritant un magasin de sport et un magasin d’électroménager, et le lac artificiel.

L’Urban Jungle est une structure métallique qui s’élève de l’espace entre les bâtiments voisins et s’étend sur les toits, les reliant ainsi entre eux.
Les boxes qui se trouvent dans la structure de 5x5x5m sont tous construits de la même manière et ne se distinguent que par des revêtements de façade différents. Par exemple, le grillage se retrouve sur les côtés des différents éléments de la structure, comme une aide pour les plantes grimpantes, qui transforment une simple façade métallique en un paradis vert favorable aux insectes.
Grâce à la paroi vitrée derrière la grille, le visiteur est directement au cœur de l’action et peut observer le jeu entre les insectes et les plantes. Au rez-de-chaussée, une longue passerelle sous une pergola plantée crée un lien avec le lac, avec d’autres passerelles pour y séjourner.

Les personnes qui se rendent quotidiennement dans la zone pour y travailler sont particulièrement heureuses de pouvoir faire une pause tranquille dans leur quotidien stressant pour savourer leur déjeuner, discuter avec leurs collègues au rooftop bar, travailler au calme ou s’amuser sur le terrain de football avec leurs collègues après une longue journée au bureau.

Les jeunes qui fréquentent l’une des écoles ou l’un des centres de formation des environs trouvent un endroit pour se retirer afin d’étudier, de pratiquer des activités créatives, de s’exercer à un instrument de musique ou de s’entraîner à de nouvelles figures avec des amis au skatepark.

Les personnes qui habitent dans les immeubles voisins, où elles n’ont pas de jardin privé, trouvent dans les nombreux parterres surélevés de l’Urban Jungle un endroit pour cultiver, entretenir et récolter leurs fruits, légumes et herbes aromatiques. Ceux qui ont faim après une longue journée de shopping ou après avoir terminé leur travail peuvent directement transformer les légumes plantés dans l’une des cuisines et les appeler pour manger sur la terrasse.

Revenons au point de vue des abeilles.
Les abeilles sont essentielles à la vie sur notre planète. Près de 90 % des espèces végétales à fleurs dans le monde dépendent des pollinisateurs animaux, ce qui représente environ un tiers de l’approvisionnement alimentaire mondial.

En raison de l’influence de l’homme, les abeilles sont désormais menacées d’extinction, non seulement en raison du manque de sources de nourriture, mais aussi du manque d’aides à la nidification pour les abeilles solitaires. Contrairement aux abeilles mellifères, les abeilles solitaires ne vivent pas dans des ruches et ne produisent pas de miel. Pour leur offrir plus d’espace en ville, j’ai conçu un nichoir.


Le Bee Home fonctionne sur le même principe que l’Urban Jungle, il offre des ouvertures pour s’envoler et, à l’intérieur, des couloirs qui servent à déposer les œufs. Il sera intégré à l’Urban Jungle dans la zone du potager et sera proposé à la vente afin que chacun puisse installer son Bee Home personnalisé chez lui et contribuer à une ville plus accueillante pour les abeilles.

L’homme et l’abeille

Sans leur intervention, la plus belle des fleurs serait finalement inutile. Et le miel ne serait pas le seul à manquer à notre menu sans les abeilles affairées: les concombres, les pommes ou même le coton n’existeraient plus. 80% de toutes les plantes utiles et sauvages sont pollinisées par l’abeille mellifère occidentale.

Chaque année, les apiculteurs doivent faire face à la perte de colonies entières. Une grande partie est victime de l’acarien Varroa, mais d’autres circonstances mettent également les abeilles à rude épreuve. L’offre de nourriture se raréfie car il y a de moins en moins de plantes, de haies et d’arbres qui fleurissent à différentes périodes. Quiconque parcourt la campagne les yeux ouverts peut s’en rendre compte : dès que le colza est récolté, il n’y a plus grand chose qui offre suffisamment de nourriture aux abeilles – et il y en a de moins en moins. A cela, s’ajoute bien sûr l’utilisation accrue de pesticides. Ces substances ne sont pas directement mortelles, mais elles affectent notamment le cerveau et l’intestin des abeilles. Certaines ne retrouvent plus le chemin de la ruche, d’autres sont tellement endommagées qu’elles meurent peu de temps après avoir été en contact avec les substances. De nombreuses colonies sont tellement affaiblies qu’elles ne survivent pas à l’hiver.

La raison de la mort des abeilles est en fin de compte le succès de la civilisation. Ils meurent à cause de l’homme qui a transformé les abeilles sauvages en animaux domestiques dociles.

Continuer la lecture de « L’homme et l’abeille »

-Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité

Le sentier nous amène à transformer le complexe sportif de La Neustrie pour soulever le système respiratoire en tant que système d’échange avec notre environnement, et à agir vis à vis la respirabilité des milieux. Cette transformation du complexe sportif que je propose va s’opérer avec la mise en place d’un équipement qui nous invite à modifier nos comportements respiratoires mais aussi qui travail en tant que dispositif cherchant à rendre ce milieu plus respirable

Le complexe sportif de la Neustrie se crée suite à l’ouverture du collège au début des années 1970. Sa construction s’inscrit dans un cadre législatif et administratif mis en place par l’Etat pour promouvoir le réseau sportif, notamment en lien aux établissements scolaires (Falcoz, Chifflet, 1998). 1975, l’image aérienne nous montre déjà le complexe en chantier. 1975, une année après l’inclusion dans les documents d’urbanisme du projet de transfert de l’aéroport vers Notre Dames des Landes. Il est aussi antérieur à l’échangeur et au périphérique. Autant de sources qui rendent aujourd’hui cet espace irrespirable.

Continuer la lecture de « -Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité »

Là Noue aussi.

Des limites à rendre fertiles.
Pirater les haies pour nous nouer.

Léna Guillo + Nadja Warnant

—1 · Marcher le long des haies

En commençant le semestre par des marches, on a compris l’importance de l’arpentage d’un territoire pour faire projet. C’est pourquoi on imagine que ce projet commencerait par un événement collectif, on inviterait les habitant·e·s à marcher avec nou·e·s.

Affiche de la deuxième marche collective.

Trois marches sont organisées avec des participants dans une volonté de rencontrer le territoire. La première, comme une introduction, pour découvrir le secteur sud-ouest de Nantes Métropole. La seconde, un temps de collecte de ce qu’on pu y voir et glaner comme éléments autochtones. La troisième, plus active, tente d’intervenir par des micro-interventions en semant des graines. 

De ces marches, on a pu faire des constats. L’aéroport sur le territoire pose la question de son agrandissement, et de l’empiétement sur des propriétés —peut-on parler d’un projet d’intérêt général ? —. Les paysages de la métropole sont aujourd’hui plus secs que jamais. Le vivant est désormais sous contrôle : l’économie de la graine les rend non reproductibles et non libres de droits. On observe des haies prêt-à-planter qui ne proposent pas de milieux, appauvrissent le sol, l’écosystème et le paysage. Comme le dit Isabelle Stengers à propos du vivant qui se développe dans les milieux humains et abstraits, sans interdépendance, ce vivant serait singulièrement indifférent aux autres parce qu’il peut proliférer n’importe où, et conquérir à peu près n’importe quel milieu.

Continuer la lecture de « Là Noue aussi. »