Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)
Continuer la lecture de « Au service du damier de la Succise »

Les passagers de la nuit

Le sentier propose de vous embarquer pour faire l’expérience de la balade nocturne, de faire un trajet introspectif, un chemin qui nous met face à nous même, face à nos peurs, nos angoisses ; un chemin qui nous transforme.

Ce chemin que le citadin pensait connaître, l’ayant arpenté si souvent au cours de la journée, se révèle beau et mystérieux. La nuit révèle la beauté, car il n’y a plus de masque, plus de subterfuge, elle offre le paysage tel qu’il est.

Le voyage proposé est hors norme, un voyage hors de la ville et dans la ville à la fois, un voyage dans le passé, le présent et le futur, un voyage dans la réalité et les rêves à la fois.

Trois parcours nocturnes sur le quadrant nord-est

Ce quadrant est marqué par l’Erdre et La Loire, il est aussi couvert de ruisseaux et d’étangs dont les pêcheurs de nuit pratiquent la pêche de la carpe.

La Fédération de Loire Atlantique pour la pêche se trouve également sur ce quadrant à La Chapelle Sur Erdre.

Ces trois parcours mêlent le monde de l’eau et de la nuit avec une articulation liée au monde des pêcheurs de nuit.

Parcours 1 : La boire de Mauves

Cette première expérience débute sur l’accès sud-ouest de l’étang de la boire de Mauves. La marche se veut immersive et débute 30 minutes avant la tombée de la nuit. La progression est une marche lente le long de la Boire, puis une balade nous emmène alors à travers champs du nord au sud jusqu’à l’écluse de l’Arche qui est le dernier point de blocage de l’affluent allant vers la Loire. Puis s’amorce un retour sur le même sentier ou les sensations et événements vont commencer à se faire sentir ou ressentir.

Parcours 2 : La croix rouge

Cette seconde expérience commence au sud de l’étang de la croix rouge, l’expérience est similaire aux autres parcours mais les sensations sont différentes de part les lieux et le dessin du paysage. L’immersion autour de l’étang se continue au nord en direction l’étang du Plessis en passant au dessus de la Loire.

Parcours 3 : Le vieux Gachet

Enfin cette troisième et dernière expérience démarre au vieux Gachet, ici une boucle est proposée, l’immersion commence en longeant l’Erdre allant jusqu’à Port Jean au nord, puis la démarche continue à l’est, en parcourant un espace un peu plus urbanisé entre champs et constructions, puis un retour le long du ruisseau de l’étang d’Hervé.

Une ville pour l’abeille et l’homme

Pour rendre la ville de Saint-Herblain favorable aux insectes, je propose des interventions à différentes échelles. Il s’agit de “fermer” le patchwork de plantes situées le long des rues et de créer, sur le site du centre commercial Atlantis, une structure où l’abeille et l’homme pourront s’épanouir.

Commençons par les interventions à petite échelle qui sillonnent les rues de la ville et comblent les lacunes de la végétation :
1) Dans les nombreuses zones industrielles de la ville, on trouve des kilomètres de clôtures d’entreprises. Contribuons à la biodiversité en utilisant des plantes grimpantes à la place des fils barbelés, les terrains seront plus esthétiques et accueillants pour les clients.

2) Boulevard Salvador Allende. Des haies cubiques ont été plantées tous les 10 mètres, mais il n’y a aucune surface fleurie. Les espaces vides seront comblés en plantant des fleurs sauvages dans les interstices, ce qui constitue une source de nourriture fiable pour les abeilles.

 

Continuer la lecture de « Une ville pour l’abeille et l’homme »

L’homme et l’abeille

Sans leur intervention, la plus belle des fleurs serait finalement inutile. Et le miel ne serait pas le seul à manquer à notre menu sans les abeilles affairées: les concombres, les pommes ou même le coton n’existeraient plus. 80% de toutes les plantes utiles et sauvages sont pollinisées par l’abeille mellifère occidentale.

Chaque année, les apiculteurs doivent faire face à la perte de colonies entières. Une grande partie est victime de l’acarien Varroa, mais d’autres circonstances mettent également les abeilles à rude épreuve. L’offre de nourriture se raréfie car il y a de moins en moins de plantes, de haies et d’arbres qui fleurissent à différentes périodes. Quiconque parcourt la campagne les yeux ouverts peut s’en rendre compte : dès que le colza est récolté, il n’y a plus grand chose qui offre suffisamment de nourriture aux abeilles – et il y en a de moins en moins. A cela, s’ajoute bien sûr l’utilisation accrue de pesticides. Ces substances ne sont pas directement mortelles, mais elles affectent notamment le cerveau et l’intestin des abeilles. Certaines ne retrouvent plus le chemin de la ruche, d’autres sont tellement endommagées qu’elles meurent peu de temps après avoir été en contact avec les substances. De nombreuses colonies sont tellement affaiblies qu’elles ne survivent pas à l’hiver.

La raison de la mort des abeilles est en fin de compte le succès de la civilisation. Ils meurent à cause de l’homme qui a transformé les abeilles sauvages en animaux domestiques dociles.

Continuer la lecture de « L’homme et l’abeille »

-Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité

Le sentier nous amène à transformer le complexe sportif de La Neustrie pour soulever le système respiratoire en tant que système d’échange avec notre environnement, et à agir vis à vis la respirabilité des milieux. Cette transformation du complexe sportif que je propose va s’opérer avec la mise en place d’un équipement qui nous invite à modifier nos comportements respiratoires mais aussi qui travail en tant que dispositif cherchant à rendre ce milieu plus respirable

Le complexe sportif de la Neustrie se crée suite à l’ouverture du collège au début des années 1970. Sa construction s’inscrit dans un cadre législatif et administratif mis en place par l’Etat pour promouvoir le réseau sportif, notamment en lien aux établissements scolaires (Falcoz, Chifflet, 1998). 1975, l’image aérienne nous montre déjà le complexe en chantier. 1975, une année après l’inclusion dans les documents d’urbanisme du projet de transfert de l’aéroport vers Notre Dames des Landes. Il est aussi antérieur à l’échangeur et au périphérique. Autant de sources qui rendent aujourd’hui cet espace irrespirable.

Continuer la lecture de « -Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité »

Là Noue aussi.

Des limites à rendre fertiles.
Pirater les haies pour nous nouer.

Léna Guillo + Nadja Warnant

—1 · Marcher le long des haies

En commençant le semestre par des marches, on a compris l’importance de l’arpentage d’un territoire pour faire projet. C’est pourquoi on imagine que ce projet commencerait par un événement collectif, on inviterait les habitant·e·s à marcher avec nou·e·s.

Affiche de la deuxième marche collective.

Trois marches sont organisées avec des participants dans une volonté de rencontrer le territoire. La première, comme une introduction, pour découvrir le secteur sud-ouest de Nantes Métropole. La seconde, un temps de collecte de ce qu’on pu y voir et glaner comme éléments autochtones. La troisième, plus active, tente d’intervenir par des micro-interventions en semant des graines. 

De ces marches, on a pu faire des constats. L’aéroport sur le territoire pose la question de son agrandissement, et de l’empiétement sur des propriétés —peut-on parler d’un projet d’intérêt général ? —. Les paysages de la métropole sont aujourd’hui plus secs que jamais. Le vivant est désormais sous contrôle : l’économie de la graine les rend non reproductibles et non libres de droits. On observe des haies prêt-à-planter qui ne proposent pas de milieux, appauvrissent le sol, l’écosystème et le paysage. Comme le dit Isabelle Stengers à propos du vivant qui se développe dans les milieux humains et abstraits, sans interdépendance, ce vivant serait singulièrement indifférent aux autres parce qu’il peut proliférer n’importe où, et conquérir à peu près n’importe quel milieu.

Continuer la lecture de « Là Noue aussi. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search