Lieux communs

La pratique de la marche permet, par sa lenteur et par l’engagement de nos sens et de nos corps, de s’imprégner du territoire et de repérer dans le paysage les indices des enjeux qui le traversent. Le trouble est né de l’arpentage du quadrant sud-est de la métropole nantaise et de l’observation de ces indices. 

Les villages à communs

L’enquête démarre dans les hameaux de la commune du Pallet. Les écarts1 y sont constitués de petites maisons mitoyennes à étage en moellons de schiste ou gabbro, organisées autour d’une place de village ou le long de grandes étendues de vigne.  

Le trouble part de l’ambiguïté constatée entre espace public et espace privé dans ces hameaux et de l’observation de bâtiments vacants et d’espaces ruraux qui semblent délaissés, dont on ne sait à quoi rattacher l’usage. On retrouve autour et dans les hameaux, des anciens puits, des vieux fours, des moulins et des dépendances. Autant de témoins d’un passé agricole qui semble aujourd’hui désuet. 

“ […] une multitude de petites propriétés imbriquées les unes dans les autres où chacun·e se retranche chez lui pour essayer de préserver une difficile vie privée, exposée au regard de tous·tes, à travers ces espaces collectifs en bordure du bâti […] ” 

ORIALLRD Marion, L’inventaire des villages à communs en Pays du Vignoble Nantais, in Les cahiers Nantais 2017-1, 2021

On découvre le terme “les communs de village”2. Ils pouvaient prendre la forme de ressources naturelles partagées, tels que les terres communales incultes3 utilisées par les villageois·es pour le pâturage, la cueillette ou encore le bois de chauffage et l’approvisionnement en eau, mais aussi se caractériser en pratiques et infrastructures communautaires dont on se répartissait la gestion, lavoirs, moulins, fours à pain. Ces espaces jouaient un rôle crucial dans le maintien de la cohésion sociale et dans la subsistance des habitant·es des hameaux. 

Certains écarts de la commune du Pallet étaient par exemple organisés autour de l’usage du four commun. Le four occupait une position centrale de la place du village. Le temps de la cuisson et du séchage des denrées rythmait la vie de la communauté et constituait un moment de sociabilité important. La marche a permis d’observer ces fours dans leur contexte actuel et de contempler leur devenir. Parfois oubliés et délaissés, parfois appropriés, parfois restaurés ou tout simplement détruits puis remplacés.  

Fig 1 – Au Pé de Sèvre, à l’endroit de l’ancien four commun se trouve aujourd’hui une zone de stationnement.

Les indices récoltés durant cette marche ont permis de comprendre l’évolution de l’usage des communs dans le temps, mais surtout leur délaissement actuel et leur remplacement dû à une perte de sens et d’intérêt lié à la modernisation des modes d’habiter ruraux. En effet, l’arrivée de l’automobile a permis de reconnecter ses écarts aux pôles urbains émergents. Et la démocratisation du confort moderne dans les foyers a également contribué à rendre obsolète l’usage des communs.  

Continuer la lecture de « Lieux communs »

Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains

Inclure les hameaux dans la transition du territoire

Suite aux marches effectuées aux marges de la métropole et à l’enquête menée sur ce territoire, dont vous pouvez retrouver les compte-rendus ici et ici, je me suis interrogée sur la possibilité de vivre durablement au quotidien dans les villages et hameaux de la métropole nantaise.

Revenons dans un premier temps sur la situation de ces territoires que j’ai explorés. Ils se concentrent aux marges de la métropole, à sa limite administrative, éloignés des pôles urbains denses des communes de Carquefou, Nantes, Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur Loire, à l’écart des grands axes de circulations desservis par les transports en commun. Je suis allée visiter ces lieux et rencontrer leurs habitants qui m’ont confié une partie de leur quotidien. Là-bas, on habite encore dans des hameaux, que les habitants aiment appeler leurs villages. Ce sont des petits groupements d’habitations de 2, 3, 10 jusqu’à 200 voire 1000 maisons pour les plus gros ; chacun a son nom et son histoire : la Bidaudière, la Gouachère… La plupart des habitants sont des familles qui recherchent la tranquillité de la campagne tout en étant à proximité de la ville. Elles habitent dans d’anciennes fermes réhabilitées, dont on peut encore voir l’ancien puit, le four à pain ou le moulin au fond des jardins. D’autres habitent dans des pavillons construits sur d’anciens terrains agricoles, ou plus récemment à l’arrière des jardins d’autres maisons. Dans ces villages on ne trouve pas de supermarché, de café ou même de boulangerie. Les habitants se déplacent en voiture pour aller travailler en ville et faire leurs courses dans le bourg ou le centre commercial le plus proche sur leur trajet. Les soirs d’été ou le week-end, les habitants aiment aller marcher depuis chez eux, sur les chemins à l’ombre des boisements le long du ruisseau de la Chalandière par exemple, promener leur chien ou ramasser des fritillaires. Sur ces chemins, ou depuis son jardin, l’horizon dégagé s’étend sur de grands champs vallonnés ponctués de haies bocagères encore partiellement présentes. Des associations comme « les amis de la Gouachère » organisent des évènements festifs qui rassemblent les habitants autour de la mare au centre du village une fois par an par exemple.

Continuer la lecture de « Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains »

Sur la trace des villages métropolitains

Aux marges de la métropole

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (document personnel)

Des villages dans la métropole nantaise ? On m’avait parlé de Nantes et de sa métropole, ou de la métropole de Nantes mais pas de ses villages. Pourtant il paraît qu’il y en a plein, aux marges du territoire. Là où les lignes de bus et le train ne s’arrêtent pas, là où on n’a pas encore la fibre, là où il n’y a pas de supermarché ni même de boulangerie. Là où on habite dans des villages ou des hameaux. Là où il y a encore des fermes habitées, des fêtes de village, une grand-mère qui nous raconte la vie d’avant. Là où il y a encore des bouts de forêt avec des fritillaires à ramasser, des odeurs de pommes du verger, et l’horizon dégagé. Et si on allait voir par nous-même ?

Les parcours permettent de se rendre du bourg aux villages, de villages en villages, des villages aux bourgs. Un chemin tracé sur la carte s’appuyant sur les routes existantes amène le marcheur là où se trouvent des successions de villages et hameaux. Depuis ce tracé, un réseau de chemins se déploie de part et d’autre incitant le marcheur à l’exploration.

Il faut les trouver d’abord. Depuis le centre-ville, il faut prendre le tram puis le bus et marcher, ou prendre le train puis marcher aussi. Les chemins demandent à être explorés pour atteindre les villages. A peine visibles quand on les traverse parce qu’ils sont trop petits, il faut parfois sortir de la route et aller au bout des impasses pour les trouver. Des silhouettes au loin de l’autre côté du champ, un petit panneau noir annonçant le nom des lieux, une mare au centre du village, un calvaire fleuri à l’entrée, un arrêt de bus scolaire, ou le bruit d’une tondeuse en fond peuvent vous aider à reconnaître l’endroit.

Faire étape dans les villages

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (collage, document personnel)

Avant il y avait les colporteurs. Des marchands munis d’une mallette remplie de produits trouvés en ville qui marchaient de villages en villages et s’y arrêtaient pour vendre les produits que l’on ne trouvait pas sur place. L’occasion de discuter avec les habitants, de donner des nouvelles de la ville et des villages voisins. Plus tard, ils ont été remplacés par des camions ambulants. A Carquefou, il y avait l’épicier qu’on appelait “le ptit marchand”, le boulanger, et “barbe bleue” qui vendait des habits de travail. Aujourd’hui, ce sont les habitants qui se déplacent en voiture pour aller faire leurs courses au bourg le plus proche.

Continuer la lecture de « Sur la trace des villages métropolitains »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search