Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation

Être ici. Connaître là. Faire, alors ?

Quand je marche, beaucoup de paysage disparaît car mes yeux regardent le sol : Je dois m’arrêter pour voir. Quand j’habite, je ne connais que des points de mon réseau : L’entre-deux est décousu. Doit-on le recoudre ? Peut-on le recoudre ?
Comment s’arrêter, être ici ? Comment voir, connaître là ? Comment recoudre, faire alors ?
– Première formulation du trouble, texte de l’auteure

Le trouble émerge avant même de se rendre sur place, par le constat fait d’après cartes d’une viticulture très présente dès la sortie de Nantes. Et il se vérifie une fois le paysage déroulé devant nos yeux. “Être ici“, à Nantes, pour moi à ce moment, ça signifiait comprendre pour “connaître là” : ce morceau de carte entre Nantes et Clisson, à la fois si proche, mais que je connais si mal. Je le savais déjà, le Muscadet est le vin de Nantes. Mais que nous dit ce produit ? Que nous raconte la vigne sur le territoire et son histoire ? J’ai donc commencé par me renseigner sur cette viticulture. Puis, il m’est apparu un fait : bien qu’ancien, le Muscadet n’a pas toujours été ce que l’on en voit aujourd’hui.

Un paysage en mutations : brève histoire du Vignoble Nantais

Si l’on peut faire remonter le début de la viticulture dans le secteur à l’empereur romain Probus qui fit planter les premières vignes1, l’histoire du Muscadet (du cépage Melon de Bourgogne, Vitis vinifera Melon B.) contemporain ne commence vraiment qu’à l’époque moderne, puisqu’il remplaça grâce à sa résistance au gel le cépage de Gros Plant qui dominait la région auparavant. Les côteaux furent ensuite ravagés par les guerres de Vendée, mais l’on replanta très rapidement, jusqu’à la fin du XIXème siècle, quand la crise du phylloxéra (1886) imposa un changement de méthode. C’est suite à cette crise que les parcelles viticoles et les pieds de vigne ont commencé à devenir ce que l’on observe maintenant : par la fin du bail à complant2 les parcelles ont été redessinées jusqu’à former aujourd’hui de plus grands lots rectangulaires, et la plante elle-même est “nouvelle” puisqu’elle pousse désormais sur des pieds de greffe américains dont les racines résistent au phylloxéra3. C’est par l’arrivée de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC Muscadet) en 1937 que l’on assiste ensuite à une standardisation du produit, puisque l’appellation impose (et protège) certaines méthodes de production mais aussi un goût. Avec la mécanisation, le muscadet se produit rapidement et en grandes quantités, mais ne présente pas de qualités gustatives très fines et reste, jusqu’à la fin du XXème siècle, un vin acide et peu cher, réputé “de comptoir” et utilisé dans la cuisine. En 1991, un épisode de gel très violent ralentira drastiquement la production. Il fut difficile ensuite pour le secteur de s’en remettre, car pendant l’absence du Muscadet sur le marché, c’est le Chardonnay qui prit sa place. Au début des années 2000, le gouvernement proposa une prime à l’arrachage afin de permettre aux viticulteurs affaiblis de cesser leur activité tout en ne perdant pas tout. Mais cette réponse au coup dur vécu par le vignoble Nantais n’a pu satisfaire ses acteurs, soucieux de défendre l’existence du Muscadet et ne pouvant rentrer dans leur frais en ne comptant que sur cette prime dont “la somme couvrira tout juste les frais d’arrachage”4. Aujourd’hui, les menaces climatiques s’ajoutent à la détresse du monde viticole : les intempéries violentes mettent en danger les ceps par l’érosion5, l’humidité (mildiou) et les fortes chaleurs influencent les saisons de vendanges (ainsi que le reste des cycles de la plante, voués à s’accélérer)6. Rien n’augure une amélioration prochaine de ces aléas, aussi puisque la Commission Européenne et le gouvernement français ont très récemment assoupli les ambitions environnementales portées par la PAC, et reculé l’arrêt de l’usage des produits phytosanitaires dans l’agriculture7, ce qui aura nécessairement un impact sur le monde vivant et le climat. Néanmoins, au cours de la décennie 2010 et début 2020, une nouvelle opportunité s’est offerte au vignoble : une consommation plus occasionnelle mais aussi plus qualitative, mêlée d’une envie chez les consommateurs de se “reconnecter à la terre”, qui se traduit par une recherche de traçabilité et de circuit court. Dans cette mouvance, le Muscadet dès la décennie 2010 prend le parti de la qualité associée au terroir, avec la création des crus communaux. Aujourd’hui au nombre de 10 appellations, ils permettent aux vignerons de valoriser la qualité du sol qu’ils travaillent, “une mosaïque de terroirs”8 (induite par la géologie), et de proposer un nouveau Muscadet, cette fois-ci haut de gamme.

Les mutations du vignoble Nantais ont donc toujours existé. La stabilité apparente que l’on croit observer lorsque l’on découvre le territoire, par son architecture vernaculaire viti-vinicole et les rangs de ceps qui quadrillent les communes, n’est que toute relative. Face aux nouveaux enjeux qui touchent l’agriculture française et s’ajoutent aux difficultés plus anciennes, les bouleversements qui arrivent peuvent s’observer comme d’autres de ces mutations en série. Être ici et connaître là se met alors à rimer avec l’envie de faire. Autrement dit : habiter quelque part c’est aussi consommer ce que la terre d’ici peut offrir, et se sentir chez soi dans un paysage dont on comprend les tenants et les aboutissants.

Continuer la lecture de « Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search