La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes.

Une race au bord de l’extinction

En marchant sur la route de Saint-Julien-De-Concelles, je fus étonnée de rencontrer des vaches aussi près de la ville. Je ne m’attendais pas à en rencontrer ici, un jour de pluie qui plus est. Alors je cherche les vaches, vers Vertou, dans les Bas Prés. Les prairies sont là, les panneaux d’informations aussi, mais pas les vaches. Débute alors mon enquête sur les bovins, et je découvre l’existence d’une race spécifique à Nantes: la vache nantaise.

Race rustique, non adaptée au circuit industriel, elle fut de moins en moins élevée au fur et à mesure que la consommation de bovin se standardisait. A tel point que dans les années 80, on n’en comptait plus qu’une cinquantaine. Au bord de l’extinction, elle fut sauvée par quelques agriculteurs et éleveurs nantais qui ont créée l’association de la vache nantaise, pour la sauvegarde de cette race.

Alimenter la biodiversité, alimenter le circuit court

Pour les éleveurs nantais, la vache nantaise a un fort intérêt écologique. En effet, c’est une vache plus que apte à pâturer dans les prairies et zones humides des abords de Nantes, là où le niveau d’eau est haut en automne et en hiver, et redescend au printemps et en été. Faire pâturer des animaux dans une prairie au lieu de faucher la végétation permet une plus grande diversité de la faune et de la flore du terrain. La nantaise est totalement herbivore, son alimentation est composé à 100% d’herbacées. Elle a ses propres préférences quant à celles-ci: elles préfèrent manger des graminées qui ne sont pas encore arrivées à maturité, qui n’ont pas encore de graines ou qui n’ont pas encore fleuries car c’est à ce moment là qu’elles ont le plus d’apport nutritif.

En plus des graminées, les vaches sont aussi un atout essentiel pour lutter contre la prolifération de la jussie, une plante invasive que l’on trouve dans les zones humides. Les bovins s’habituent à manger sur certaines parties d’une prairie, laissant la faune se développer sur l’autre partie, ce qui offre un paysage non-homogène, avec ici des herbes à ras du sol et là d’autres qui montent en hauteur. Cette disparité permet au reste de la faune de vivre, de manger, de se reproduire… Par exemple, sur les zones délaissées par le cheptel, les oiseaux faisant leur nid au sol peuvent facilement s’installer, leurs poussins étant protégés par les hautes herbes de leurs prédateurs quand ils sortent du nid.

Dessin de l’autrice
Continuer la lecture de « La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes. »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search