Exploration des lisières de l’urbain

Carte du sentier « exploration de lisières de l’urbain » (Ludivine Bouillon)

Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, l’île de Nantes aurait été en friche, peut-être y aurais-je croisé certaines espèces pionnières. Maintenant j’y croise l’éléphant des Machines de l’île, l’égérie Nantaise. Il y a 30 ans si j’avais parcouru ce sentier j’aurais simplement traversé une route entre deux champs. Aujourd’hui je traverse la passerelle piétonne au-dessus de la route de Pornic. Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, je serais passée devant la jeune peupleraie de la Matrasserie, aujourd’hui elle est coupée à ras. Il y a 30 ans, si j’avais parcouru ce sentier, j’aurais aperçu un hangar agricole depuis la rue du Colvert de Brain, aujourd’hui, j’y vois un mur de parpaing, une maison s’y construit. Et demain, que pourrais-je y voir? Le sentier est l’unique constante au milieu de ces paysages changeants. 

Il a été tracé de telle sorte que les marcheurs puissent se questionner sur les limites de la métropole ;il interroge la relation des espaces urbains et de ses infrastructures avec les espaces agricoles ou naturels. Comment se rencontrent-ils ou se confrontent-ils ? 

Un ressenti pourra s’éprouver dans la durée, à la grande échelle du sentier. Le marcheur traversera d’abord les espaces denses de la ville puis s’infiltrera dans le tissu de plus en plus dilaté et discontinu des communes périphériques, avant d’aboutir à un paysage de marais, uniquement praticable une partie de l’année (le sentier peut évidemment se pratiquer dans les deux sens). Le marcheur expérimente donc une transition à grande échelle qui pourra le questionner sur la relation entre la ville et sa périphérie. Où la ville diffuse s’arrête-elle ? Où commence l’image de la campagne idéalisée? 

 

À son échelle, le marcheur pourra expérimenter de multiples micro-événements, traversant des lieux de tension ou de rencontre entre espaces ou infrastructures urbaines et espaces naturels ou agricoles. 

Le marcheur pourra découvrir l’urbain au détour d’un bâtiment de ferme, comme au détour d’un arbre. Il pourra se faire surprendre par le passage d’un train au milieu d’un bois. 

Train forestier (Ludivine Bouillon)

Il se trouvera confronté plus ou moins directement aux infrastructures de transport. Il lui sera possible d’observer les frictions, voire les paradoxes qu’elles peuvent créer sur leurs abords. 

Vaches de quatre voies (Ludivine Bouillon

L’urbain fait également partie du paysage sonore du sentier qui se fait parfois ressentir, et entendre à distance. Il est parfois juste suggéré, camouflé quelques mètres plus loin.  

Mais où est donc la carrière ? (Ludivine Bouillon)

La surprise, l’étonnement sont mobilisés pour brouiller les pistes : le sentier passe d’un paysage rural à un paysage urbain ou rencontre les deux simultanément. Le marcheur peut alors se questionner sur l’ambivalence ville/campagne et les limites de l’urbain.

Route contemplative (Ludivine Bouillon)

 

Chaque arpenteur est un témoin de plus, captant un moment de vie du sentier. Chaque moment, chaque souvenir, chaque anecdote, chaque photo, chaque dessin, chaque texte … est une relique qui témoigne de l’histoire du sentier. Au fil du temps ces savoirs accumulés permettent de se rendre compte de l’évolution de ce fragment de territoire. Le sentier est un outil de mesure focalisant notre regard sur les limites, les lisières urbaines. Le sentier est l’occasion de se questionner sur la manière dont nous occupons l’espace de la métropole et de réfléchir à la manière dont nous souhaitons l’habiter maintenant.

Régine Robin, les derniers pas de la flâneuse

« J’habite une mégapole depuis ma naissance et depuis ma naissance la ville m’habite : depuis ma naissance la ville me dévore et je dévore la ville. Pour moi, elle n’est pas un objet mais une pratique, un mode d’être, un rythme, une respiration, une peau, une poétique. » – Régine Robin, « Mégapolis »

Illustration de couverture, « Mégapolis », 2009

Régine Robin est une historienne, sociologue, écrivaine, passionnée des grandes mégalopoles dans lesquelles elle passe plusieurs années à y vivre, à les arpenter, passant de Tokyo à New York puis Londres sans arrêter. Cet arpentage constant, presque effréné, des grandes villes du monde l’a conduit à écrire « Mégapolis » en 2009. Dans ce livre, c’est sa « casquette » d’écrivaine qui prend le pas. Entre New York, Londres, Tokyo, Buenos Aires et Los Angeles, elle nous emmène dans sa propre vision de la ville, celle d’une ville fantasmée. Villes de fiction, villes de souvenirs, villes des milliers de gens qui s’y croisent, pour Régine Robin la ville « réelle » ne vaut d’être perçue qu’à travers celle de la ville rêvée.

Illustration dénouer, flâner, prendre à bras le corps la ville – Amélie Certes

Milles façons de partir à l’assaut des villes

Comment entamer une ville, se demande Régine Robin. Et surtout comment entamer de telles villes ? Des villes mégalopoles gigantesques, en mouvement perpétuel. Comment les saisir dans leur ensemble, à bras le corps ? Pour elle toutes les manières sont possibles. S’arrêter au terminus des métros Londoniens, traverser à pieds les séries d’immeubles et de parking à Los Angeles, revoir Manhattan en remontant Broadway, ses protocoles changent et varient selon la ville, selon l’humeur mais aussi souvent selon la vision fantasmée des livres et du cinéma. Elle se perd alors à Buenos Aires dans les pas de Bruno Cadogan, le personnage de Tomas Eloy Martinez, elle revoit New York sous le rythme de la musique Rhapsody in Blue dans « Manhattan » de Woody Allen. Dans chacune de ces mégalopoles ses souvenirs et ses imaginaires se mêlent à la ville arpentée pour former des promenades à la limite du réel.

Pour Régine Robin marcher dans la ville s’est avant tout y flâner au point de s’y perdre, au point de ne plus voir qu’elle est la plus vraie entre la ville réelle et la ville fantasmée.

Source : Régine Robin, « Mégapolis », édition Stock, 2009

Liège orbitale

Extrait de la carte Liège Orbitale

Collectif informel né en 2008 du débat et des manifestations liégeoises “Oui au tram, non à l’autoroute”, urbAgora est aujourd’hui devenue une association d’environnement régionale qui se veut de « Proposer des idées pour la ville » comme l’énonce son slogan. Ces idées concernent à la fois le débat urbain, le paysage, l’architecture ou bien encore le patrimoine.

« La ville appartient à ses habitants. Son devenir est notre affaire. C’est au nom de ce principe que l’asbl urbAgora a été créée, avec l’objectif d’être un lieu pluraliste d’abord à Liège puis, petit à petit, à une échelle plus large, en Wallonie et à Bruxelles. »1

C’est en Avril 2018, au cours du festival Avril en ville que l’association lance la randonnée d’inauguration du grand sentier Liège orbitale, sentier de 41,5 km. Conçu par la marche; la discussion citoyenne ; initié par des lectures telles que le livre London Orbital de Iain Sinclair ou encore La boucle noire de Charleroi ; ensuite cartographié puis balisé, Liège Orbitale est le fruit de plusieurs années de travail. Annoncé comme un « parcours de deux jours de randonnée […] entre Meuse et terrils »2, l’évènement attire plus de 100 curieux. Preuve de son succès et n’ayant pas pour objectif de le laisser à l’état d’ébauche ou de simple évènement ponctuel et éphémère, l’association revoit alors son sentier et sa communication. Afin de l’élargir à un public plus large, car là est l’intérêt de ce sentier, c’est-à-dire de le concevoir pour tous afin de révéler le territoire liégeois sous un nouvel angle, celui-ci se trouve être constamment renforcé à travers divers articles, des cartes à vendre, une page Facebook ou bien encore en organisant diverses randonnées thématiques. Cette notion de catégorisation/thématisation du sentier par type de marche leur est primordial puisqu’elle est le moyen de susciter l’intérêt face à des publics tous différents. Voici quelques-unes de leurs propositions, parfois précises, parfois vagues, et parfois les unes s’entremêlant avec les autres :

  • La marche à l’Histoire. Révéler un patrimoine nouveau, particulièrement le patrimoine industriel du xxe siècle, son passé minier et son activité sidérurgique ;
  • La marche dans les ZAC. Orienter le regard vers là où la ville se transforme ;
  • La randonnée urbaine. Proposer une pratique physique et sportive ;
  • La marche verte. Traverser les espaces verts ;
  • La marche aux collines. Mettre en évidence Lièges comme une ville de collines, autant naturelles qu’artificielles (les terrils).
  • La marche en famille. Prévoir des tronçons accessibles à tous ;
  • La marche en déclivité. Ne pas marcher sur du plat, jouer avec le relief liégeois ;
  • L’itinéraire piéton. Concevoir des traversées stratégiques à usage journalier ou hebdomadaire ;
  • La marche des segments oubliés. Améliorer des sentiers existants mais peu fréquentés. Réhabiliter des sentiers passés.
  • La marche en vacances. Se sentir en vacances autour de chez soi.
Collection dessinée et abstraite des types de marche identifiées pour le sentier Liège Orbitale

Afin d’en savoir plus :

1 https://urbagora.be/
2 https://avrilenville.be/fr/2018/
https://www.liegeorbitale.be/

Jean-Yves Petiteau

Allégorie des itinéraires de Jean-Yves Petiteau

« Suivre une personne qui nous guide par le corps et la parole sur un territoire qu’il invente et construit par la mise en scène de son récit » est la manière dont Jean-Yves Petiteau définit sa démarche, ses itinéraires.

Jean-Yves Petiteau, né en 1942 à Nantes, est un sociologue chercheur membre du CNRS et enseignant touchant aux domaines de l’art, de l’aménagement du territoire et de l’architecture . Il développa tout au long sa vie une méthode particulière de recherche et d’analyse dans le projet urbain qui vise à appréhender un site, un territoire sous le regard de ses acteurs en les suivants afin de percevoir les subtilités du quotidien de l’espace public. Cette méthode physique permise par la marche, met en scène l’interrogé.e dans son environnement matériel proche et déconstruit le simple dialogue linéaire autour d’une table de café statique.



Image issue de l’ouvrage Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires

Une des mises en pratique de cette démarche est perceptible dans son roman-photo réalisé en 2015 avec son ami photographe Bernard renoux: Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires. Cet ouvrage retrace en alliant le texte et la photographie les itinéraires de 3 dockers nantais enquêtés en 1990 puis 23 ans plus tard, en 2013 sur les traces de leurs souvenirs après la disparition progressive des docks. Jean-Yves Petiteau montre ici par ses entretiens écrits « l’importance de la prise de parole qui inaugure par l’énonciation de références et contextes d’ordinaire négligés ou invisibles “un passage à l’acte” qui agence dans l’espace/temps des rapports qui construisent et ménagent un territoire. ».

Avec cette démarche, Jean-Yves Petiteau marqua l’enseignement dans les écoles d’architecture nationale de Grenoble et Nantes en apportant une nouvelle pédagogie. Les étudiants pouvaient y voir un outil novateur pour regarder et comprendre l’espace public et ainsi mieux le projeter.

Si vous souhaitez en savoir plus…

Conférence de Jean-Yves Petiteau à l’esaaa en 2011: https://vimeo.com/287948086

PETITEAU Jean-Yves et RENOUX Bernard, Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires, édité par Didier Tallagrand, Nicolas Tixier, Maïlys Toussaint, 2018, 132 pages

Le sentier des tours et détours

sources de la carte en légende : https://www.auran.org/sites/default/files/publications/documents/2016_dynamiqueshabitat_juillet.pdf (page 22)

 

Ce sentier raconte l’histoire de chemins étroits, entassant une population, dont la diversité a été longuement ignorée, mise à l’écart et parfois même sous-estimée. Connue sous le nom de grands ensemble ou de cités, ces figures architecturales ont donné naissance à de nombreuses problématiques urbaines et sociales, dû à la stigmatisation d’une tranche de la société occupant les banlieues métropolitaines. 

Prenons l’exemple de Bellevue à Nantes. Que connaissons-nous vraiment de cet endroit mis à part le fait que c’est une zone de non droit, avec un faible taux de sécurité ? Si nous ne sommes pas des habitants de Bellevue nous la connaissons tout simplement de passage. Que se cache-t-il derrière ses tours ? 

La conception de ce sentier s’est basée sur une étude effectuée par Nantes métropoles habitat sur le parc locatif social dans la métropole (https://www.auran.org/sites/default/files/publications/documents/2016_dynamiqueshabitat_juillet.pdf). D’après une carte regroupant les parts des résidences principales occupées par des locataires du parc social en 2013 (pages 22) . Le sentier dessiné sur la carte métropolitaine passe donc par toutes les communes contenant ses résidences.

Belmostefa Walae

 

Allégorie du sentier des tours et détours