Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)
Continuer la lecture de « Au service du damier de la Succise »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search