Sans titre

Au milieu, une route.
D’un côté, quelques fraisiers sauvages qui poussent à la sortie d’un bois.
De l’autre côté, une étendue de pousses de mâche qui grandissent sous serre de plastique.

D’abord : un état d’âme.

Ressentir une petite fierté, celle de marcher et de reconnaître un pied de fraise sauvage. Oui, j’ai reconnu ces feuilles, car j’ai dû apprendre une fois, en la croisant peut-être, qu’elle ressemblait à ça. Et puis un peu de honte, marcher une autre fois, pendant plus de cinq heures de marche, et se rendre compte que les espèces végétales dont j’étais capable de dire le nom se comptent sur les doigts d’une main.

Associé à une lecture, Estelle Zhong Mengual, Apprendre à voir, donnant envie d’en savoir plus, d’être comme intarissable au sujet des fraisiers sauvages et de leurs voisines. Non pas seulement de manière naturaliste et scientifique, mais aussi de chercher du côté de l’histoire et du voyage de ces deux espèces végétales, devenir intime et spécifique. Sans devenir naturaliste, se pencher, littéralement et corporellement, pour s’initier à regarder. D’un même mouvement l’attention au reste du vivant suivra et questionnera. Commencer à reconnaître, à recroiser à tel point que désormais on la voit partout.

la maquette du trouble, à gauche les fraisiers sauvages, à droite la mâche sous tunnel,
au fond, (peut-être) un paulownia poussant sur la terrasse de l’ENSA dont les feuilles sont connues pour leurs vertus médicinales.
  • Le fraisier des bois (Fragaria Vasca) est le fraisier sauvage le plus répandu, également appelé « fraisier commun » ou « fraisier sauvage », il est une espèce qui pousse dans les sols riches en humus, dont le climat tempéré et juste ensoleillé que lui offrent les bois, lisières, clairières ou chemins. Une plante mellifère dont le faux-fruit particulièrement apprécié des oiseaux, la fera voyager sur tout l’hémisphère nord, dans leurs soutes digestives. C’est de ce petit fruit dont on parle lorsque l’on évoque la fraise, jusqu’au XVIe, en occident.
    Sur son site Books of Dante, Gilles Gras, amateur d’histoires chamaniques et ésotériques, nous raconte que la fraise sauvage est connue des ‘anciens’, Pline la mentionne dans son encyclopédie Histoire Naturelle (74), tout comme l’aurait fait Ovide et Virgile.
    Peu estimée car « [elles] poussent tout près du sol et dans un air putride »1, certaines élites médiévales s’en méfient. On en retrouve la trace en 1368, dans les jardins royaux du Louvre où 12 000 pieds sont plantés, mais seulement à titre ornemental2.
Le jardin des délices, 1490-1500, du peintre néerlandais Jérôme Bosch,
triptyque religieux, représentant, le Paradis, « L’Humanité avant le déluge » et l’Enfer, la peint comme un fruit représentant la débauche et la luxure.
Continuer la lecture de « Sans titre »

Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ?

Chemins piétons du Bois Raguenet Photographie personnelle

Arpenter la métropole nantaise à pied confronte à différents niveaux de publicité de l’espace.

C’est au Bois Raguenet dans la commune d’Orvault que nous nous sommes autorisés à quitter la voie principale dominée par la voiture. Le chemin des Matines offre un large passage uniquement piéton et entouré de végétation. Le contraste est énorme entre la voie bitumée très large où les voitures nous frôlent et ce chemin calme où nous pouvons marcher les uns à côté des autres. C’est dans ce lieu, couvert par les arbres, que nous aurions pu nous arrêter pour nous réfugier des grands axes de circulation.

Organisation du Bois Raguenet : En orange les cheminements secondaires, en bleu les voiries principales.

Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au droit des axes principaux.

Continuer la lecture de « Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ? »

Les bassins d’Orv(eau)lt

                Au nord de Nantes et au sud d’Orvault, entre l’écoulement du ruisseau et le ronronnement des véhicules, se trouve un espace étonnamment paisible. Le chemin est large, ses abords disposent d’assises pour se poser et il est praticable à pied ou à vélo. Les abords du Cens restent sauvages et l’autoroute est mise à distance par une butte, mais aussi par un espace clôturé interdit au public : des bassins d’orages.

La vallée du Cens, une promenade urbaine du nord-est au nord-ouest de la métropole nantaise.
Continuer la lecture de « Les bassins d’Orv(eau)lt »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search