Hām : La maisonnée des femmes

Entre engagements personnels, et découverte des communs de villages, Hām : la maisonnée des femmes, est un lieu d’entraide et de solidarité pour les femmes de la ruralité.

Lire la suite : Hām : La maisonnée des femmes

Des communs de village aux femmes de la ruralité

En découvrant le territoire d’étude j’ai pu cerner un problème structurel, celui des disparités de genre au sein de la ruralité dont je me suis saisi en me concentrant sur le travail domestique et émotionnel des femmes et la non reconnaissance de ce travail. Dans un quadrant sud-est pris entre une dépendance à la ville de Nantes et un héritage villageois, et dans la lignée du « communer » de villages, je me suis dit que l’architecture a un rôle à jouer dans le soulagement du quotidien des femmes rurales en permettant entraide, solidarité et rencontre.

C’est donc en arpentant ce territoire que je suis tombée un peu par hasard sur un commun de village, cette ancienne terre inculte transformée en aire de piquenique. C’est un endroit qui m’a relativement émue et que j’ai choisi pour guider mes recherches sur le territoire. Ces recherches ont permis de mettre en exergue l’identité rurale du territoire, puisqu’en effet, chaque commun correspond à un village et à une vie villageoise. En regardant de plus prêt qui utilisaient ces communs, c’est la figure de la femme qui s’est imposée.

Tout d’abord, la femme rurale d’avant-guerre, pour qui les communs de villages étaient en proches proximité, présents à l’échelle du village. Elles sortaient de chez elles et en quelques mètres elles avaient à disposition un four ou un lavoir, des lieux de travail mais aussi de rencontre féminine.

Puis je me suis intéressée à la femme de la ruralité actuelle, son quotidien, ses difficultés. Ce territoire, encore très agricole, m’a permis de réfléchir à la place de ces femmes aujourd’hui, ces femmes plus précaires, parfois seules, avec ou sans enfants, mère de famille, travaillant pour certaines dans le secteur du « care » et effectuant alors un travail répétitif.

C’est aussi un travail exigeant à la fois sur le plan physique puisque qu’il leur faut compenser les corps fragiles dont elles prennent soin, mais aussi sur le plan émotionnel, car les aides-soignantes se soucient de leur patient.e.s. Ce sont ces tâches qui en plus, vont être dédoublées puisque répétées au sein du foyer par la préparation des repas, la prise en charges du ménage, la garde des enfants etc. En outre, le travail reproductif et le travail rémunéré de ces femmes, se superposent l’un à l’autre.

Habitantes d’un territoire assez éloigné de la métropole pour qu’il n’y ait pas de transport en commun, elles dépendent de la voiture pour tous leurs déplacements, que ce soit entre le domicile et leur travail donc ou encore les établissements scolaires.  Puisqu’en effet, si ces lieux de travail et de rencontre féminins se pensaient avant-guerre à l’échelle du village, ces derniers se sont éloignés du domicile. Ces lieux ne se voient plus à l’échelle du village mais plutôt à l’échelle de la commune, et même ici du département.

Ces tâches et ces déplacements représentent de la fatigue accumulée qui demandent à ce que quelqu’un prenne le relais à un moment donné. C’est pour cela que la question de l’entraide et la solidarité, se pose pour ses femmes.  Quitte à partager un quotidien et les inégalités qui vont avec, pourquoi ne pas s’entraider dans ce quotidien et donner à ces femmes l’opportunité de prendre le relais des unes des autres, pour nourrir leur besoin de se sentir utile, d’aider, pouvoir aussi leur permettre de se reposer sur d’autres femmes à certains moments, pour pouvoir gagner du temps, de l’argent et peut être également du confort. 

C’est dans cette dynamique que Hām : la maisonnée des femmes prend place. Pour permettre aux femmes, de se rencontrer, de s’aider et pour permettre un empowerment mutuel par l’entraide, dans un système qui ne met pas leur travail en valeur, que ce soit le travail rémunéré ou leur travail domestique.

Le Loroux-Blottereau : entre ruralité, communs et femmes

Cette maisonnée des femmes, prend place au Loroux-Bottereau, une commune de 8000 habitantes et habitants, localisé relativement à l’est de la métropole, en dehors de cette dernière, à une petite demi-heure en voiture.

Cette commune par cette localisation, développe une relation particulière avec la métropole, puisque la plupart des services sont concentrés dans cette dernière, notamment les entreprises et les bureaux, ce qui pousse 80% des habitantes et habitants du Loroux-Bottereau à travailler en dehors de la commune. Cet aspect va se ressentir jusque dans l’organisation spatiale du Loroux-Bottereau où un tissu pavillonnaire est majoritaire.  Au niveau du centre-bourg qui s’organise autour de l’église, ce tissu est très dense, et se diffuse de plus en plus en dehors de ce centre bourg, jusqu’aux limites communales.

L’autre élément marquant l’organisation spatiale de la commune sont les parcelles agricoles, et notamment les vignes. Cette identité agricole se lit également dans l’organisation en écart ou hameau de la commune, qui peut encore être vu à certains endroits où l’unité villageoise se détache visuellement. D’autres hameaux commencent à se fondre dans le tissu pavillonnaire plus récent.

Cette distance à la métropole, l’absence de service et la densité de parcelle agricole fond de cette commune une commune rurale.

La phrase de Valérie Jousseaume expliquant que la ruralité, des communs et de la féminité peuvent être compris comme un trio lié par leur marginalité a confirmé le raisonnement programmatique qui était en train de se mettre en place. C’est pour cela que la commune qui accueille le projet, se devait de réunir communs, femmes et ruralité. En plus d’être rural, comme énoncé plus haut, Le Loroux-Bottereau est la commune du vignoble comptant le plus de communs. La maisonnée des femmes demandant une entraide relativement importante, ce projet doit se développer dans une commune avec une vie associative locale relativement vivante. Ce qui est le cas au Loroux-Bottereau où sont présents un café associatif, une association d’animation de village ou encore de solidarité économique. Enfin, la commune compte un nombre important de femmes. A partir de l’âge de 30 ans, ces dernières sont majoritaires dans la population. On peut donc trouver dans cette commune, une proportion assez importante de femmes actives.

Pour que cette maisonnée des femmes soit bien un lieu d’entraide qui facilite leur quotidien déjà bien chargé de ces femmes, elle s’implanté en proche proximité de leur lieux quotidiennement fréquentés. C’est pour cela que le projet prend place au cœur du quartier de la Blutterie, juste en dessous du hameau du même nom. Ce quartier est marqué à chaque extrémité par un établissement scolaire, un supermarché, et un centre. La parcelle est également située proche de la route de Nantes et de l’autre départementale reliant le Loroux-Bottereau à la métropole. Ce quartier est encore assez pavillonnaire mais également maraîcher, et viticole et agricole.

Cette question de facilité, de praticité a également permis de dessiner l’architecture de ce projet et de lui donner les usages qu’elle accueille.

Hām : la maisonnée des femmes

Hām la maisonnée des femmes est là pour améliorer et soulager le quotidien des habitantes du Loroux-Bottereau, en leur permettant de partageant les tâches de leur travail domestique.

Cette maisonnée est à destination d’une coopérative d’une vingtaine de femmes de la commune, qui s’organisent entre elles, en fonction de leurs disponibilités et de leurs besoins. Les lieux se composent une crèche municipale, devenant crèche collective en dehors de ses horaires d’ouverture, une cuisine collective ainsi qu’un atelier, pour permettre à ces femmes d’avoir un lieu plus adéquat que leur maison pour des activités manuels telle la poterie, la peinture, la couture, ou encore la fabrique de mobilier. Pour l’accessibilité, les lieux offrent également un parking, pouvant servir d’aire de co-voiturage pour celles voulant se rendre au travail ensemble ou celles qui ont besoin d’un transport plus ponctuel voire occasionnel. Cette aire permet également à la maisonnée, de devenir un point de rendez-vous. Tous les bâtiments sont en bois, sur pilotis afin d’avoir une empreinte la plus légère possible sur le sol, et parés de bardeaux de bois.

Bien que les trois bâtiments soient indépendants, par exemple chacune pouvant utiliser la cuisine sans se rendre dans l’atelier le même jour, les bâtiments communiquent entre eux. Pour permettre cette indépendance tout en assurant que chacune puisse utiliser la maisonnée en fonction de ses besoins, chaque bâtiment possède une entrée indépendante, voire même de deux entrées pour la cuisine collective possède afin de permettre à ses usagères de pour pouvoir y accéder facilement peu importe où elles étaient avant. L’accès au jardin se fait également par différents endroits depuis les coursives.

L’ensemble des lieux est mis à la disposition des femmes de la coopérative, mais également des assistantes maternelles de la crèche municipale. La cuisine et la crèche collective fonctionnent sur la base de la disponibilité. Chacune est libre en fonction de son emploi du temps, de venir cuisiner avec d’autres femmes, afin de préparer des repas pour elle-même et d’autres qui pourraient en avoir besoin. Ou alors il est par exemple aussi possible de venir simplement chercher et manger un repas sur place sans l’avoir préparé. La crèche fonctionne sur le même système. En dehors des heures d’ouverture de la crèche municipale, le bâtiment est à leur disponibilité.

L’atelier s’adresse plutôt aux loisirs des femmes, à leur envie de faire de fabriquer, pour chez elles, pour les autres oui mais surtout aussi un peu pour soi. Ces activités manuelles et créatives sont aussi pour certaines une deuxième source de revenus.

Pour présenter le projet plus en détails, je vous propose de suivre la vie de la maisonnée et de femmes de la coopérative à différents moments de l’année.

La maisonnée lors d’un mercredi après-midi de mai

Un mercredi après-midi, au mois de mai, l’ensemble de la maisonnée vit. Les enfants de la crèche se réveillent de leur sieste dans leur salle dédiée, ils prennent le temps de ranger leurs matelas dans les rangements prévus, puis peuvent tranquillement, sortir jouer dans la salle de jeu ou dans le jardin accessible à l’est et à l’ouest de la crèche. Pendant la sieste des enfants, les assistantes maternelles ont pu se rendre dans leur bureau pour gérer des tâches plus administratives ou alors profiter du salon de la cuisine collective pour prendre une pause.

Justement, dans la cuisine collective, six femmes de la coopérative se sont réunies pour préparer les repas de la fin de la semaine, pour elles, ainsi que pour quatre autres femmes qui en ont le besoin. Elles cuisinent autour de l’îlot central. La veille, trois autres d’entre elles sont allées faire les courses et ont pu déposer les denrées dans les deux frigos et le garde-manger mis à disposition. Sur la table, les enfants d’une des femmes font leurs devoirs avant d’aller jouer dans la pièce de jeu, juste à côté. La cuisine est en fait encadrée de part et d’autre par deux blocs, d’un côté les sanitaires, le garde-manger et le local poubelle, et de l’autre le petit salon, et la salle de jeu des enfants qui vient raisonner avec les jeux pour enfants situés dans le jardin.

Pendant que le plat cuit, les femmes peuvent discuter autour de la table, sur le canapé, ou sur la coursive donnant sur le jardin. Le jardin en prairie fleurie demande alors moins d’entretien, si ce n’est une friche une à trois par an, et si besoin une tonte raisonnée pour dessiner des allées afin de circuler plus librement. La prairie est composée de différente plante annuelles et mellifères comme le trèfle incarnat, déjà présent sur le site, la céphalie, ou des plantes vivaces comme le lotier corniculé, ou encore des coquelicots, bleuets, zinnias qui ont la particularité de se ressemer tout seule.

Pendant cette pause, elles peuvent également aller voir les amies, connaissances ou collègues de la coopérative qui utilisent l’atelier en ce mercredi après-midi. L’une vient profiter des grands plans de travail pour faire de la couture et dérouler les tissus plus facilement que chez elle. L’autre profite des outils mis à disposition, et de la halle qui peut être ouverte en grand, pour faire de la floriculture de fleurs coupées dans le jardin derrière l’atelier.

La maisonnée un soir d’automne

Un peu plus tard dans l’année, un soir d’automne, où a maisonnée est plus calme, plus feutrée. Une des femmes de la coopérative garde dans la crèche l’enfant d’une autre femme. Cette dernière, aide-soignante, finit à 22h est avait besoin que quelqu’un garde son fils en attendant qu’elle rentre du travail.

Vers 22h30, elle et une collègue du centre hospitalier arrivent à la maisonnée. La première vient récupérer son enfant et son repas du soir, puis repart chez elle. Sa collègue profite d’être seule dans la cuisine pour apprécier le calme et manger son repas sur place avant de se rendre dans la bibliothèque, à l’étage de l’atelier, pour emprunter un livre, avant de rentrer chez elle également.

En été, quand la maisonnée se rassemble

Enfin, lors d’un weekend d’été, les femmes de la coopérative se rassemblent pour passer un repas toutes ensemble. La veille, celles responsables de la préparation du repas ont fait les courses, afin de pouvoir commencer à couper, éplucher, enfourner le plus tôt possibles. Celles qui ne cuisinent pas préparent la table, s’occuperont ensuite d’essuyer et de nettoyer la table et le plan de travail, garderont les enfants. Après manger, certaines pourront se retrouver pour jouer à un jeu de société, les plus introvertie ou celles voulant se retrouver seules pourront s’isoler dans le salon, ou bien se rendre dans la bibliothèque pour lire un livre. Celles ayant besoin de l’atelier, pourront également s’afférer à couper des planches de bois pour leur nouveau projet mobilier. La coursive entre la cuisine et l’atelier se transforme le temps d’une après-midi en terrasse.  Sur la coursive au nord de la cuisine, deux amies profitent des bans pour se confier l’une à l’autre, tout en observant le jardin. Cette année, les femmes ont décidé de tondre à certains endroits du jardin pour créer des allées et une clarière où elles ont disposé un hamac.

Faire commun

Ce projet est un lieu de vie, il attend en tout cas à ce qu’on l’utilise, se l’approprie, mais c’est aussi et peut-être avant tout un lieu qui se veut utile. Ham la maisonnée des femmes, vient proposer une autre manière d’effectuer un le travail domestique par la solidarité et l’entraide. Elle vient certes quelque peu changer les habitudes en permettant d’effectuer les tâches domestiques en dehors du foyer, mais le fait de permettre à ces femmes de soit partager la charge de ce travail ou alors de pouvoir y échapper permet une autre manière d’aborder ce travail domestique. Dans un territoire aspiré par la métropole de Nantes, la maisonnée des femmes, en partant de l’échelle de la commune, permet de penser et visibiliser un problème présent à l’échelle nationale l’inégalité face au travail reproductif. Ces inégalités, encore plus marquées dans la ruralité, viennent aussi questionner la centralisation, notamment par le nombre d’allers et retours quotidiens évoqués un plus tôt. Cette critique de la centralisation est également amorcée par la maisonnée des femmes. D’autant plus qu’aujourd’hui, les bourgs et les communes essayent également de travailler ensemble, ce projet fait advenir un nouveau type d’organisation, une nouvelle manière pour le territoire de faire commun face aux inégalités de genre et de penser le quotidien des femmes.

Sentier des Arts Faire

Subvenir

Consommer, se soigner, prendre soin de soi et des autres, gagner de l’argent. Des actions que l’on réalise tou·te·s en somme. Pourtant, chez chacun·e·s de nous, ces pratiques prennent des formes différentes, en des lieux divers. Quels sont les moyens déployés pour tirer notre subsistance du monde qui nous est imposé ?

Sous les conseils de Michel de Certeau (L’invention du quotidien, 1980), se sentier vous propose de partir à la rencontre des pratiques ordinaires, créatives, bricoleuses et rusées que nous déployons pour survivre au monde, les manières de faire. Le recours à cette notion permet de penser l’articulation entre visite de sentier, regard porté et discours tenu sur le lieu que l’on traverse. Nous serons alors attentifs aux manières de marcher afin que traverser ce sentier soit déjà prendre part à aux manières de faire présentées, cela, avec l’objectif final de brouiller les limites entre visiteur·euse·s et visité·e·s.

Théâtre de rue

Afin de mettre en œuvre les objectifs précédemment décrits, le sentier est pensé comme une performance déambulée et théâtralisée. Ce sentier scénarisé se compose de plusieurs actes ou tableaux. Chaque tableau est pensé comme une boucle au cours de laquelle se déroule une performance rendant compte d’une facette différente des manières de faires dans le Sud-Ouest de Nantes. Le reste des marches se fait sans discours tenu sur les parties traversées afin de permettre de temps moins formels de rencontre entre acteurs et spectateurs, il est néanmoins prévu de traverser des lieux qui font échos aux manières de faire. De plus, être présent sur le sentier c’est déjà regarder la ville sous le prisme des arts de faire et ainsi les voir là où nos chemins habituels ont tendance à les ignorer.

A chaque étape, les tableaux sont pensés par les acteur·trice·s et habitant·e·s du quartier traversé en partenariat avec les associations de théâtre ancrées dans le territoires. Dès lors les urbanistes, architectes et géographes se font les scénographes de la ville. Chaque tableau est pensé afin de révéler une ou plusieurs manières de faire qui prennent place dans le lieu traversé par le sentier. Le recours au théâtre et ses formes dérivées permet un jeu entre réalité et fiction afin d’une part, produire un discours sur l’espace traversé, d’autre part, révéler l’espace traversé du point de vue de celles et ceux qui le pratiquent tous les jours. Ces derniers ont ainsi le choix de ce qu’ils disent et montrent. Le choix en somme de ce qu’ils veulent donner à voir et comprendre aux spectateur·trice·s.

Les premières prestations se feront alors sur un sentier tracé sur carte et non-aménagé, puis c’est la portée du discours et des visites qui auront pour effet d’infléchir des politiques publiques pour l’aménagement des abords du sentier.

Sentier des arts de faire

Tableau 1_ La mécanique de rue (scénario fictif)

La Soufflerie, un espace de fabrication de concerts, théâtres et spectacles de danse, situé au cœur du quartier du Château (zone QPV), s’empare de l’appel à projet. Le centre socio-culture et l’atelier théâtre du château se joignent au projet ainsi qu’un jeune collectif d’architectes, un urbaniste et une sociologue et des habitant·e·s du quartier affilié·e·s a aucune association. Après quelques mois de préparation, ils·elles sont prêt·e·s à prendre part à la première performance déambulée.

Le 1ère prestation démarre sur un monologue revendicateur : « Chômeurs, inactifs, paresseux, assistés, cas sociaux, … Et si je vous disais que ceux qui ne font rien passent en réalité leurs journées à travailler. ». Nous sommes alors allées de Provence. A notre droite se trouve une longue barre délabrée. A gauche, des voitures sont garées en épi, quelques-unes ont le capo ouvert. De voiture en voiture, les comédiens jouent de courtes scènes évoquant des situations quotidiennes : vidange, réparation de moteur, changement de roue, … certains travaillent seuls d’autres en famille. Très vite, nous arrivons au bout de l’allée, à gauche, l’allée de Touraine dévoile le commissariat de Police de la ville de Rezé, l’occasion pour les acteurs de jouer une interpellation policière : « Deux individus ont été interpelée car ils s’adonnaient à la pratique illégale de la mécanique sauvage. » Nous poursuivons notre chemin rue du lieutenant Monti, à la frontière de la zone QPV, à droite des pavillons à gauche des barres de grand-ensemble, paysage de bordure classique. 

Zoom sur tableau 1_La mécanique de rue

Les spect-acteurs sont invités à intervenir à tout instant, à faire corps avec la proposition, penser des alternatives possibles aux problèmes présentés.  On découvre alors la complexité de la mécanique de rue, son caractère artisanale. On prend à gauche, allée de Guérande, un comédien-mécanicien nous précise : « ici on fait de la mécanique clinique, les garagistes conventionnels prendraient jamais la peine de réaliser des opération si complexes ». On en apprend un peu plus sur les raisons qui sous-tendent ce travail et notamment son caractère nécessaire, de subsistance.

Les effets du sentier

La déambulation invite alors les spect-acteur·trice·s à poser un regard différent sur la mécanique de rue et requestionner la notion de travail. L’inclusion de la mécanique de rue au le champs des arts de faire accorde une valeur positive à ce travail. Les dispositifs en place fondés sur la responsabilisation des chômeur·euses·s qui jusque-là pouvait avoir des effets culpabilisants et se trouver non-adapté à une grande partie des habitant·e·s du quartier changent petit à petit pour laisser plus de place au déploiement d’autres activités, d’autres économies.

Les mécaniciens s’organisent et les architectes les accompagnent. Ils investissent des locaux abandonnés et y aménagent un atelier de réparation mécanique. Le parking, qui souffrait d’une réputation négative chez des architectes et urbanistes fait l’objet d’une attention nouvelle dans le projet de réhabilitation du Château. En effet, alors que jusque-là, les documents officiels détaillaient des intervention massives de rénovation et de démolition aux moyens de grands mailles piétons, d’absence de voitures et qui visaient l’objectif final d’une redistribution des population pour une mixité sociale évoluent vers une proposition plus en accord avec la population actuelle qui y réside et non plus simplement la population nouvelle qu’ils souhaitent attirer.

Tableau 2_ « Jardin des 3 moulins » association ECOS (scénario fictif)

Le second tableau est pensé par l’association ECOS qui choisie de nous faire visiter le Jardin des 3 moulins. Ecos est une association qui mêle pratique artistique, jardinage et sensibilisation aux enjeux écologiques afin de construire un savoir sur les thème de la biodiversité dans l’espace public métropolitain.

L’association nous propose aujourd’hui la visite théâtralisée du jardin des 3 Moulins et les environs du quartiers. On découvre ainsi les jardins familiaux, espaces de stockage et de convivialités pensées par les habitant·e·s eux·elles-mêmes (tables de pique-nique, composteurs,) qui impactent une vie de quartier entière. Ils ajoutent « tout le monde est le bienvenu à tout instant, pour participer au jardin ou simplement se promener ».

Tableau 3 _ « Travail domestique » (scénario fictif)

Le troisième tableau se situe au Parc de Praud. Le rendez-vous est donné au pied du manoir de Praud. C’est cette demeure abandonnée aux fenêtres clôturés de parpaings que l’association des « mamans de Rezé » choisit pour dénoncer la division sexuée du travail domestique.

La visite du manoir puis du parc et des jeux pour enfants rendent compte de la charge mentale qui pèse sur les femmes qui ont en majorité la responsabilité du travail ménager, de la confection des repas, du soins des enfants, du travail éducatif… On les voit à travers une mise en scène calibrée, se déplacer dans l’espace public et porter les courses, pousser des poussettes, s’occuper des enfants… et ainsi rendre compte d’un espace urbain qui souvent oublie de prendre en compte le travail domestique.

Tableau 4_ « Les compagnons » (scénario fictif)

Les compagnons Emmaüs présentent le dernier tableau. Face à leurs locaux à Bouguenais, ils nous proposent une visite axée sur l’accueil, le travail et la solidarité pour les personnes en situation d’exclusion sociale.

Leur prestation montre leur locaux incroyables et les environs du quartier. Partout sur notre chemin, des objets sur le sol (meubles, décoration, électroménager, …) créent une scénographie inattendue.

Fermeture de rideau

Spect-acteurs et spect-actrices restent comme accroché·e·s aux scènes qui se sont déroulées sur leurs yeux, aux expériences qu’ils ont vécues, aux rencontres qu’ils ont faites. Les activités quotidiennes, les gestes banales, la manières de faire et de répondre à nos besoins mais aussi les préjugés perçus comme évidents que parce qu’ils ne sont pas requestionnés, notre usage du sol, de la terre, tous les actes inconscients et pourtant opérants que l’on fait tou·te·s nous placent dans la communauté des habitant·e·s du monde.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search