Nicolas Tixier / Le transect urbain

Nicolas Texier est à la fois chercheur au sein du laboratoire du Cresson à Grenoble, enseignant à l’ENSA Grenoble, à l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine et à l’École Supérieure d’Art Annecy Alpes, et praticien  au sein du collectif BazarUrbain, palmarès des jeunes urbanistes en 2007.

Le récit du lieu

La singularité de sa démarche repose sur deux idées fondatrices : celle d’une « fabrique ordinaire » du territoire, et celle de la prise en compte des « paroles et pratiques habitantes ». Bien souvent au sein d’équipes pluridisciplinaires, il va décortiquer le récit du lieu – singulier et polyglotte – par l’enquête des différentes pratiques et ambiances liées au territoire, et renseigner ainsi sur ce qui fait le quotidien urbain.

Ils commencent par arpenter le territoire dans sa grande échelle à travers des marches commentées, complétées par des tables longues et ateliers prospectifs, des observations thématiques, des entretiens in situ et des cartes vidéographiques. Quelle que soit la taille du territoire abordé, l’échelle retenue est celle du corps, par ses déplacements et par la manière qu’il a d’habiter le lieu.

Le transect urbain : aller voir

Le transect s’inspire de la pratique de l’urbaniste Geddes qui, au début du XXe siècle, nous parle du potentiel « synoptique » de la coupe, c’est-à-dire sa capacité à rendre visibles des rapports qui lient des formes de vie collective humaine à des cadres de géographie physique.

Le transect urbain apparait comme « pratique de terrain, technique de représentation et posture de projet » (Nicolas Tixier). Le terme transect désigne pour les géographes « un dispositif d’observation de terrain ou la représentation d’un espace, le long d’un tracé linéaire et selon la dimension verticale, destiné à mettre en évidence une superposition, une succession spatiale ou des relations entre phénomènes » (Marie-Claire Robic). C’est un dispositif entre la coupe technique et le parcours sensible, construit par le dessin, la photo, le texte, la vidéo autant qu’il se pratique in situ par la marche. Il inscrit dans la représentation graphique les récits de vie autant que les perceptions d’ambiance. Il ouvre enfin une dimension narrative pour penser l’environnement urbain.

En effet, l’extrapolation de ce récit va constituer un enjeu du point de vue de l’aménagement, en extrayant de la mémoire collective ce qui interroge le devenir des lieux. « Renforçons alors l’hypothèse qu’un bâtiment, un quartier, un territoire ne sera durable qu’à une double condition : d’une part, que les transformations architecturales, urbaines, paysagères ou culturelles s’appuyent sur des qualités et des potentiels existants, qu’il convient d’identifier et de mobiliser dans une logique de projet ; d’autre part, que les citadins soient impliqués dans le processus de formulation et d’appropriation de ces transformations. » (Nicolas Tixier).

Sources :

Nicolas Tixier, Damien Masson, Cintia Okamura, Pascal Amphoux, Laure Brayer, et al.. L’ambiance est dans l’air: la dimension atmosphérique des ambiances architecturales et urbaines dans les ap- proches environnementalistes. [Rapport de recherche] 81, Cresson. 2011, 254 p.

Nicolas Tixier, Pascal Amphoux, Jennifer Buyck, Didier Tallagrand, Transect urbains et récits du lieu. Des ambiances au projet, in Xavier Guillot, coordination, Ville, territoires, paysage, actes du séminaire éponyme (Isle d’Abeau, mars 2015), Saint-Étienne, Publications Universitaires de Saint-Étienne, pp. 50- 57, 2016.

Nicolas Tixier, Le quotidien en projets, Parcours, coupes, travellings et autres transects, Volume 1, Habilitation à diriger des recherches, Ecole Doctorale 454, Sciences de l’Homme, du politique et du territoire, Discipline Sciences humaines – Architecture, 22 décembre 2017, 288p.


De la ville entamée à la ville épuisée : trans-percer la métropole

Entamer, s’enfoncer et épuiser : un transect qui transperce la métropole, carte 1/50000 (Amélie Certes)

Comment rentrer ? Comment « entamer » une ville ?

S’enfoncer dans sa frénésie, l’observer, la parcourir, la saisir dans tous ses méandres et dans toutes ses agitations. Au fur et à mesure faire attention à ses détails, et alors ne plus voir une rue mais chaque pavé qui la compose, passer devant la terrasse de ce bar et sentir le gout de sa bière. Puis y prendre part, s’y inclure au point de s’y confondre, au point de ne plus voir ce que l’on a déjà vu, de ne plus comprendre ce que l’on avait compris d’elle, de couvrir au lieu de découvrir. Et comme Marco Polo à Zemrude, le regard auparavant attirer par les balcons et les clochers, se baisse maintenant vers quelques mégots de cigarettes déjà présents la veille, pièces infimes d’un patchwork dont on ne prend plus la peine d’en distinguer les motifs.

La ville ne s’épuise peut-être finalement jamais, elle s’entame chaque jour d’une infinité de manières.

Amélie Certes

Collage “Trans-percer la métropole” (Amélie Certes)