Communer

« Les fictions, au XXIe siècle, ne sont plus des adjonctions au réel. Les multiples strates de fiction sont, aussi sûrement que les strates géologiques d’une falaise forment la falaise, ce qui compose le “réel”. Il n’y a pas de réel face ou à côté d’un fictionnel. Nous oscillons entre des fictions qui nous sédimentent et font de nous des agrégats d’histoires, de croyances, de récits, à l’intérieur desquels nous naissons, nous mourons. » Camille de Toledo

C’est ce premier trouble qui viendra guider les choix de ce sentier. La strate. La stratification. L’accumulation. La trace. La disparition. Le souvenir. L’imaginaire. Le raconté. Le mystifié. Le passé qui se diffuse dans le présent, comme le sable est ramené sur le bitume par le passage successif des baigneur.euse.s remontant de la plage.

C’est en tombant nez à nez avec un commun de village que la question de la stratification du temps qui passe et ses traces, ou leur absence dans le monde tangible, se pose. Les communs de villages sont ces lieux, édifices, qui étaient utilisés par tous les habitants : les fours, les battages, les lavoirs, les calvaires, les terres incultes laissées en pâture pour les bêtes… Le temps faisant, la propriété privée s’étant développée depuis la Révolution, les communs de villages ont peu à peu perdu leur fonction première, et secondaire. Le four ne fait plus cuire le pain, et il ne permet plus aux habitantes de se réunir.

« Rien n’est plus craint, n’est plus perçu comme excluant qu’un groupe féminin assemblé au lavoir ou au four. Les femmes ensemble parlent, critiquent, dénoncent, injurient, calomnient, tissent les histoires de famille, creusent les rivalités, et par là elles assurent toute la part des relations sociales qui passe par une parole violente et médisante dont elles semblent avoir le monopole. » Martine Segalen 1

Car ce sentier est aussi à la recherche de ces femmes des hameaux, pour qui les communes étaient des lieux de sociabilisation. Ils représentaient des moments pour « communer ».

Continuer la lecture de « Communer »

Quadrant sud-ouest de Nantes Métropole, marcher sur le sentier

Juin 2021. Nous recevons l’édition 2021 de la carte Grands Sentiers Nantes, humide et volant où s’inscrit le sentier du quadrant sud-ouest. Vous pouvez la trouver à l’école d’architecture, dans quelques librairies nantaises et sur le site de l’éditeur.

Cette carte propose un tracé unique mais polyphonique. Bricolé à partir de la vingtaine de sentiers dessinés par les étudiant.es, il additionne chaque narration individuelle et s’accroche à chaque projet de connaissance et d’intervention précautionneuse avec le terrain qu’ils ont imaginés.

Au départ de l’exploration et au début du semestre, la carte de tous les sentiers thématiques offrait une vision plus nébuleuse.

L’ensemble du processus de travail des étudiant.es se donne à lire au fil des catégories de ce blog. Ils sont auteurs et autrices des articles.

Si vous avez envie de les entendre raconter leur expérience, vous pouvez écouter ce podcast réalisé par Walae, Léna, Damien, Léo et Nadja, accompagnés par Julia Vallvé de l’atelier Java.

Enfin, pour utiliser le grand sentier, en vrai, nous avons conçu un topoguide minimaliste et son tableau d’assemblage permettant de se repérer et de se diriger dans le territoire. Vous pouvez télécharger le document pdf de 5 pages qui reprend le tracé et ses abords à l’échelle 1/25000. Vous imprimez chez vous les pages qui correspondent à votre parcours.

le topoguide minimaliste



Marchons, marchons, il en sortira quelque chose de bon !
Bonnes expéditions !

[extrait de la quatrième de couverture de la carte]

Projeter un sentier, intervenir à ses abords
Tracer un sentier est un acte d’urbanisme majeur comme éprouver ensemble à pied un territoire est une façon d’y travailler collectivement les usages et le projet. Grands Sentiers est une démarche d’arpentage du territoire péri-métropolitain nantais entre les bords du périphérique et le début de l’ombre urbaine du grand Nantes pour y concevoir un équipement léger, discret, un sentier pédestre à faible empreinte écologique relié à des bus et des trains régionaux. Grands Sentiers est une fabrique à enquêtes dans ces territoires peu visibles, anthropocène vibrant sous nos pieds, pour enrichir nos perceptions, nos débats et nos devenirs. Grands Sentiers est un désir de résistance à l’urbanisation sans ménagement par des interventions qui se saisissent des abords aux futurs (trop) incertains, pour penser la suite des évènements. Ce sentier est un espace public linéaire et divagant ; un lieu mobile de veille et de recherche-action. Il interroge autant nos manières de sentir, de penser, de construire le devenir des territoires que les troubles de nos milieux habités.
2021, la première carte annuelle du grand sentier

[…]
Cette année, chaque étudiant·e du studio de projet Grands Sentiers de l’École d’Architecture de Nantes a élaboré un sentier sur le quart sud-ouest du territoire métropolitain nantais. Le tracé final est polyphonique ; bricolé à partir de la vingtaine de sentiers créés, il additionne chaque narration individuelle et s’accroche à chaque projet de connaissance et d’intervention précautionneuse avec le territoire. Ce processus sera répété pendant quatre ans pour aboutir à un grand sentier sur l’ensemble du territoire.

[crédits de la carte]

Grands Sentiers Nantes année 1/4 | une création du studio de projet de master Grands Sentiers de l’École d’Architecture de Nantes, juin 2021, équipe enseignante : Frédéric Barbe, Vincent Benard, Anne Bossé, Sabine Guth et Petra Marguc | grandsentiers@nantes.archi.fr
éditée par à la criée, géographies, arts et écritures [depuis 2007] collectif@alacriee.org | imprimée par Media Graphic à Rennes sur papier offset lenza top recycling 80g | isbn 978-2-919635-17-7 | dépôt BNF juin 2021 | prix de vente en librairie 2€.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search