Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose le questionnement suivant : comment les espaces publics disponibles deviennent-ils intimes et permettent-ils une identification personnelle ? L’objectif est de mettre le marcheur aux frontières de l’espace public, de se confronter aux rapports de cohabitation et aux conflits d’usages de certains espaces. 

L’intimité territoriale durant les échanges : “l’intimité territoriale n’est pas celle de la sphère privée, domestique ; elle se constitue aux frontières de l’espace public, dans les zones grises ou délaissées du territoire homologué. Cette dimension semble liée à des situations de marginalité ou d’exclusion.” Jean-François Chevrier

Traverser l’intimité territoriale, c’est habiter l’espace public, laisser possible l’usage, l’appropriation et l’interprétation. Il faudra chercher l’intime en relevant les moteurs de cette sensation de confort. Au travers ce tracé, il pourra être possible d’expérimenter des situations de marche en limite de certains espaces. Il y faudra alors remarquer les différentes ruptures entre quartiers d’habitation, zones commerciales ou encore zones naturelles et agricoles. Il s’agit d’un entier d’expérimentation. 

Cartographie : Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose une expérience d’une journée. Le parcours est d’environ 21 km. Les points de départ et d’arrivée correspondent à des terminus d’arrêt de tram afin de pouvoir pratiquer cette marche sans autres moyens de locomotion.

Continuer la lecture de « Au travers l’intimité territoriale »

Les territoires actuels – Stalker

Le groupe Stalker est un laboratoire de recherche né dans les années 90, il est issu de la réunion entre plusieurs étudiants issus de l’école d’architecture de Rome. Insatisfaits de l’enseignement théorique qu’ils ont reçu, ils inaugurent des marches à travers les espaces en marge de la ville. La première débute le 5 octobre 1995.

Carte de Rome_Collectif Stalker

La démarche part du constat inévitable de la présence de vides urbains. Ils sont le négatif de la ville bâti et un indicateur de la forme urbaine actuelle. Prendre en compte ces vides, c’est prendre en compte la structure générale de la ville. Ces marges traduisent un paradoxe: celui d’une ville incontrôlable. L’urbanisme est l’allégorie de la domination anthropienne sur la nature. Cependant, celle-ci à des limites: les tracés des rues et des cadastres n’évoluent pas au même rythme que nos vies. Cette différence de cadences entre les constructions humaines et les avancées de la nature se reflète dans nos villes. Les “ratés” et les rebuts de l’homme se matérialisent dans des friches, des espaces non-construits. Dans le cas de Rome, le terrain exploré par Stalker se situe entre l’anneau ferroviaire et la périphérie, mais toujours dans les limites administratives de la ville.

Suite à ce constat, le collectif se questionne: comment habiter cette zone urbaine aux multiples facettes ? Comment appréhender cet organisme illogique et multiple? Pour trouver des réponses, le groupe souhaite avant tout comprendre avec bienveillance l’essence de nos espaces délaissés. Leur mouvement se veut aux antipodes d’une démarche de domestication, mais plutôt d’écoute puis de traduction.

Cependant, ces territoires inoccupés sont des lieux chaotiques. Hors du présent des villes, leur langage et leurs mutations sont difficilement formulables. Une méthode permet de toucher du doigt l’expressivité des lieux : la marche. Stalker initie des traversées expérientielles qui, par leur dynamisme permettent au promeneur d’être alerte à la sensorialité des lieux. Cette recherche nomade permet de ne pas banaliser avec des mots ce qui se passe dans ces territoires.

Ce qui résulte de cette démarche, ce sont des manières de retranscrire ces espaces si différents de la ville que nous connaissons. Des archives, des cartes, des tracés, des textes, menant à des enquêtes et des discussions. Ces éléments permettent une requalification des lieux : plutôt que de continuer à les nommer espaces en marges, ils deviennent “les territoires actuels”. Un nouvel espace urbain que l’on peut découvrir grâce à un itinéraire d’exploration au delà du quotidien. Ce travail permet de trouver des solutions pour sauvegarder le devenir des espaces actuels. La meilleure étant l’abandon afin de conserver la mutabilité de la ville, et finalement ne pas chercher à prévoir l’imprévisible.

“L’abandon est la plus grande forme de soin possible de ce qui est né et s’est développé au delà de la volonté et du projet de l’homme.”

Lorenzo Romito

Le Bureau des Guides du GR2013

« Marcher ensemble sur le territoire métropolitain pour observer, explorer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter. »

Le bureau des guides est une association qui propose de découvrir et d’arpenter le sentier métropolitain du GR2013 autour de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Ce sentier de grande randonnée arpente les zones périurbaines de la métropole et propose un voyage autour de la mer de Berre et du massif de l’Étoile. Ce tracé d’environ 365 kilomètres a vu le jour en 2013 pour accompagner la série d’évènements de Marseille-Provence 2013, à l’occasion du titre de capitale européenne de la culture. Ce tracé a été initié en 2010 par Baptiste Lanaspeze (aujourd’hui membre du bureau des guides) dans le cadre d’une mission d’« éditorialisation de la programmation artistique » commanditée par Marseille-Provence 2013. Le sentier est finalisé en 2012 et le balisage posé en mars 2013. Si ce sentier a pu voir le jour en si peu de temps, c’est parce qu’il reprend des itinéraires de randonnée déjà existants, notamment les GR98, GR6, GR653A et GR51.  

Tracé du GR2013

Le bureau des guides s’occupe aujourd’hui de poursuivre et de développer l’aventure du GR2013. L’association regroupe les initiateur.ice.s du tracé qui cherchent à explorer les dimensions artistiques et culturelles du sentier et de la pratique de la marche à travers divers évènements.

Ils.elles sont associé.e.s avec des artistes-marcheur.euse.s qui proposent des balades le long du sentier autour de différentes thématiques. Il peut s’agir d’exploration sonores, de balades gustatives, de promenades sur les traces d’un artiste disparu, de voyages autour de l’histoire des villes et du paysage… Le bureau des guides propose également des conférences, des expositions, des performances artistiques et bien d’autres évènements autour de la marche et du territoire. Ils.elles veillent aussi à l’(a)ménagement du sentier et de ses abords.

L’idée, c’est de réfléchir ensemble au territoire dans lequel ils.elles vivent, aux usages, aux aménagements à venir, de partager leurs connaissances et leurs ressentis.

Voyage pédagogique depuis Port-de-Bouc jusqu’à St-Chamas pour les étudiant.e.s de l’ENSAM – Image issue du site du Bureau des Guides (Benjamin Béchet, 2018)

Toutes ces expériences sont retranscrites sur leurs site internet. On y trouve une multitude de manières de concevoir le territoire, de dessins, de photographies, de cartographies, de ressources documentaires, d’écrits… Ces travaux permettent de réfléchir à comment raconter un territoire, comment le transmettre, comment l’instruire et le représenter.

Ces explorations poétiques et scientifiques constituent aussi un immense hommage au site et au territoire provençal. Ne les ratez pas, elles sont disponibles ici :  https://www.gr2013.fr/

(1) Image de couverture issue du site du Bureau des Guides

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search