Oasis sonore

Bienvenue dans l’oasis sonore. Le but de cette expérience est d’atteindre un état de bien-être.

Chaque jour, nous sommes exposés à des bruits chaotiques et assourdissants. Le bruit dans l’environnement, et en particulier le bruit du trafic routier, reste un problème grave pour la santé et le bien-être. 20% de la population européenne, soit 100 millions de personnes est exposée à des niveaux sonores nocifs à long terme. L’exposition au bruit peut en effet avoir toute une série d’effets néfastes sur la santé, notamment l’irritabilité, les troubles du sommeil, les effets délétères sur les systèmes cardiovasculaire et métabolique et la réduction des capacités cognitives chez les enfants. (source, Agence européenne pour l’environnement).
La zone du projet est située à quelques kilomètres de la ville de Nantes facilement accessible en voiture ou en train. Le site se caractérise par une forte composante naturelle. Le parcours est organisé sur 10 km et dure 1h20 minutes. Il débute à la gare de Couëron et se termine autour du lac de Beaulieu.


Dans l’oasis, chaque micro-site vise à mettre en valeur les sons naturels. L’éco-camping est le point d’arrivée après la marche. Des plateformes permettent de déposer le matériel de camping et de dormir au bord du lac. pour s’adapter au terrain en pente, les plateformes ont des formes et des dispositions différentes.
La chaise sonore est une installation qui se trouve dans la partie la plus au calme de l’oasis. À l’intérieur du fauteuil, vous aurez l’impression d’être dans un mégaphone qui amplifie les sons naturels. Elle a un diamètre de 3 mètres et a la forme d’un hexagone ; deux ou trois personnes peuvent y entrer en même temps.

 

Le quadrant nord-ouest du lac comprend des aires de détente, des zones de pêche et l’observatoire des oiseaux. L’aire de détente est organisée comme un grand espace traversé par le chemin où se trouvent des tables de pique-nique, des chaises et une aire de jeux. Le chemin est en rouge et traverse toute la zone du lac.
Le quadrant sud-est du lac comprend lui l’éco-camping. Les installations sont sèches, silencieuses et respectueuses de l’environnement : elles n’ont pas d’eau, pas d’électricité, pas de produits chimiques, pas de literie. Le système fonctionne avec le soleil et le vent. La structure des plateformes sur pilotis est elle très simple. Les bruits que l’on perçoit changent en fonction de la localisation dans le site. Assis, vous aurez une sensation de suspension et de contact direct avec le lac. Plus vous monterez, et plus la vue sera large.

 

Enjoy the experience.

 

Nous avons cessé d’écouter

Le paysage sonore influence nos vies de manière radicale. Nous sommes constamment soumis.es à des sons qui ne sont pas toujours agréables, dans les espaces urbains extérieurs, comme dans les espaces domestiques. Le bruit de la circulation est par exemple devenu la bande sonore de nos vies, sans vraiment que nous nous en rendions compte. Cette marche dans le quadrant nord-ouest m’a frappé pour ces variations sonores. Si nous nous arrêtons pour écouter, il y a des bruits qui nous sont agréables, d’autres insupportables, en nous prenons conscience de ce que nous aimons vraiment, de ce qui nous fait du bien.

Mais dans quelle mesure voulons-nous réellement échapper à cette réalité oppressante ? Il est également vrai que certains citadins se sentent étouffés lorsqu’ils passent du temps dans la nature. Peut-être en avons-nous vraiment besoin, de l’odeur de la ville, du bruit des tramways et de la circulation ? Et que sans eux, nous nous sentons perdus. Sans arrêt de bus ou de tram, nous ne savons pas comment nous déplacer. Nous voulons des indications, des points de repère et savoir exactement dans combien de minutes le bus va passer.

En représentant les sons, nous représentons également ce qu’ils nous font ressentir. Nous devons les analyser et comprendre combien de temps d’exposition nous pouvons prendre. Nous devons nous arrêter, écouter et évaluer.

Paysages sonores pour la santé a pour but d’amener le marcheur dans une situation parallèle, une oasis à quelques kilomètres de la ville. Mais en fait, combien d’oasis avons-nous à proximité sans nous rendre compte de leurs valeurs ? Créer une oasis c’est l’idée de mettre en valeur cette partie du territoire et de permettre une évasion de tous les bruits artificiels qui affectent négativement nos vies.

Représenter le son

 

 

Répercussions sonores

Trouver une place à l’expression musicale_ 130 km

Ce sentier est un parcours à la recherche du silence. Cependant, même si cela peut être dans ses capacités, son but n’est pas d’assurer une marche calme à ses passants, mais plutôt d’apprendre à s’approprier et comprendre le bruit. 

Cette réflexion sur les sonorités urbaines part d’une constatation : dans l’espace urbain dense, la condition  intrinsèquement subjective de la limite entre musique et bruit s’annule. Le son est un élément légiféré par son volume et sa régularité. La musique peut être illégale dès sa première note, car elle devient une nuisance. Alors, pour s’exprimer, des événements musicaux s’organisent en périphérie pour fuir les oreilles qui les caractérisent comme nuisances. Les free party recherchent l’entre soi, afin de n’être que musique. 

Pour trouver cet espace de liberté et être dans la légalité sonore, il faut être dans l’illégalité spatiale. C’est pourquoi ce sentier cherche à spatialiser le volume musical. Autrement dit, trouver une place publique dans la métropole où l’on serait sûr de ne pas être nuisible. Entre les myriades de bruits que la ville émet, de tels espaces-temps doivent forcément exister. À nous de tendre l’oreille, lors de la marche, pour les trouver.

Le tracé se dessine suivant deux paramètres : le bruit déjà présent et les habitations. Le but n’est pas non plus d’aller sous les autoroutes pour être sûr de ne gêner personne, il faut aussi s’entendre. Le tracé se générera donc grâce à l’étude du cadastre, des cartes de bruit, des lois sur les nuisances. Mais également d’une série d’écoutes des lieux à toutes heures. 

Le résultat de ce sentier offre un cadre qui  pourrait  permettre à ses passants de diffuser du son ou de crier tout le long du chemin librement. Il encourage même à s’exprimer, à crier, à jouer de la musique, à ne pas attendre d’être au sommet d’une montagne pour crier qu’on est « le roi du monde ».

Louise-Marie Jouault

Le bruit et le silence le long du sentier. (Source : Carte bruit multisource Lden exposition sur 24h – Nantes Métropole 2015 )
Allégorie de l’espace sonore en périphérie.