Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière

Qu’est ce qu’on traverse aujourd’hui ? Sur quoi on pose nos pieds ? Quel lien on a encore avec le vrai sol ? Le sol vivant, celui qui bouge, vit, se décompose, se régénère…
A l’aube de la loi ZAN (zéro artificialisation nette), qu’est ce qu’on peut comprendre des sols qui nous entourent ?

Le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires défini l’artificialisation des sols comme un phénomène qui consiste “à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…)“. Des informations manquent, troublent. Les zones artificialisées sont étrangement catégorisées. Par définition, “artificiel” est le “produit de l’activité, de l’habileté humaine” (le robert).

Tableau de catégories de surfaces pour la loi ZAN

Cela revient à considérer les sols des espaces naturels, agricoles ou forestiers imperméabilisés (bâti, stabilisé pour les routes, voies ferrées, parkings) et perméables (terres arables, parcs et jardins, friches urbaines, terrains de sport, carrières…) comme surfaces artificialisées car modifiées par et pour l’humain. Pourtant, dans certains cas, les espaces “artificialisés” ne sont pas bien clairs. Pour ne pas enrayer les politiques d’aménagement et d’agriculture, certaines catégories de sols ne sont pas dites “artificialisées”. Par évidence pour protéger notre société et pour continuer à s’alimenter, s’abriter, etc, ce qu’on résumera par des “surfaces perméables” modifiées par l’humain ne sont pas catégorisées dans les surfaces artificialisées de la loi ZAN.

Dans ce récit, la carrière devient le premier coupable d’artificialisation. Peut-on l’accuser de manière animiste pour ses crimes contre les sols ?

Continuer la lecture de « Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière »

Révélons les sols !

Ce 20 mars 2023, le Giec a publié son sixième rapport de synthèse. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat tire une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’ampleur du changement climatique et la gravité de ses impacts. Les scientifiques « estiment que le réchauffement de la planète atteindra 1,5°C dès le début des années 2030 »1, soit dix ans plus tôt que la précédente estimation. Les conséquences de cette augmentation seront donc inévitables. L’urgence est réelle, nous avons trois ans pour inverser la courbe des émissions de gaz à effet de serre. Les impacts du changement climatique vont, non seulement, s’accentuer au fur et à mesure, mais ils seront aussi plus complexes, en cascade et difficiles à gérer. Il suffit de se remémorer la canicule de l’été 2022 en France et ces impacts catastrophiques sur l’agriculture, l’eau, la biodiversité et la santé des êtres vivants. 

Les scientifiques appellent à la sobriété ainsi qu’à la transformation structurelle de notre société. Parmi les secteurs leviers tels que les énergies ou les transports, l’aménagement ou le ménagement des villes et des territoires jouent un rôle essentiel dans cette grande transition. Comme l’écrit le GIEC dans son sixième rapport de synthèse, « le secteur de l’agriculture, la forêt et l’usage des terres représentent un potentiel important de réduction des émissions, avec des bénéfices potentiels pour la biodiversité. »2

Dans ce contexte de crise écologique et climatique, partout sur le territoire de nombreux collectifs citoyens se battent pour un monde plus respectueux du vivant. Face à la lenteur et parfois à l’inaction des politiques publiques ces citoyens se mobilisent et luttent contre des projets qu’ils jugent écocidaires. Partant d’un enjeu environnemental de défense de lieux condamnés à être artificialisés, ils dénoncent un système de société où règne le paradigme de la croissance et de la consommation. Si des grandes luttes comme celles du Larzac ou de Notre-Dame-des-Landes ont marqué les esprits, il existe actuellement en France plus de 400 collectifs locaux mobilisés. Ces luttes locales ne sont pas la représentation des intérêts particuliers d’une certaine population mais témoignent d’un véritable mouvement de pensée global. 

Continuer la lecture de « Révélons les sols ! »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search