Francis Alÿs, des marches urbaines entre poésie et politique.

Francis Alÿs est un artiste belge qui pratique la marche d’une manière bien personnelle. De formation architecte, c’est une fois diplômé qu’il part s’installer à Mexico, ville dans laquelle il vit depuis plus de 20 ans et depuis laquelle il va développer son travail artistique.

Abandonnant son métier d’architecte en 1989, il va se mettre à arpenter les villes de Mexico, New York, Londres, Lima et Jerusalem. Il y expérimente de nombreuses façon de marcher dans l’espace urbain, mettant en scène son corps en action de façon originale. Comme un peintre investirait l’espace de son tableau, la ville va ainsi devenir le terrain de jeu de Francis Alÿs, avec comme outil la construction performances artistiques solitaires et parfois collectives.

Son travail de marche s’empare de sujets modestes, issus du quotidien, joue des scènes de vie anodines et discrètes dans l’espace urbain. Entre poésie et politique, sa posture de flâneur mettant en oeuvre des actions inutiles, vaines et prônant la perte de temps cache une critique virulente du monde globalisé dans lequel nous vivons et où tout doit être productif et rentable.

Francis Alÿs pense ses traversées urbaines singulières comme des actions pouvant interpeller les habitants. Ses démarches se transformeraient alors en une légende urbaine, racontée de bouche à oreille et dont l’impact de son action pourrait être démultiplié.

Francis Alÿs, When faith move mountains, 2002, Lima, Pérou.

Francis Alÿs, Modern Procession (7min, 2002, New York)

Francis, par la marche, mets en place un outil politique et social accessible à tous. Faisant une performance in situ et visible par tout le monde, il touche alors un public qui ne va pas dans les musées.

Cette dimension politique, critique des moyens de diffusion de l’art est présent partout dans son travail. Derrière une apparence légère et absurdes, il utilise ses marches comme outil pour pointer du doigt et montrer ce qui ne fonctionne pas dans la société, les inégalités, le quotidien du travail précaire, la question des frontières irréelles sur le territoire. En 2004, Francis Alÿs marche le long de la frontière administrative avec un pot de peinture vert percé qui peint une ligne vert au sol (The Green Line). Ce geste pose la question de la réalité géographique et politique d’un trait abstrait un jour dessiné des politiciens sur une carte et ce dans le but de délimiter des zones au coeur d’un conflit Israëlo-Palestinien.

Francis Alÿs, The Green Line, carte de l’arpentage, 2004, Jerusalem.

Jean-Yves Petiteau

Allégorie des itinéraires de Jean-Yves Petiteau

« Suivre une personne qui nous guide par le corps et la parole sur un territoire qu’il invente et construit par la mise en scène de son récit » est la manière dont Jean-Yves Petiteau définit sa démarche, ses itinéraires.

Jean-Yves Petiteau, né en 1942 à Nantes, est un sociologue chercheur membre du CNRS et enseignant touchant aux domaines de l’art, de l’aménagement du territoire et de l’architecture . Il développa tout au long sa vie une méthode particulière de recherche et d’analyse dans le projet urbain qui vise à appréhender un site, un territoire sous le regard de ses acteurs en les suivants afin de percevoir les subtilités du quotidien de l’espace public. Cette méthode physique permise par la marche, met en scène l’interrogé.e dans son environnement matériel proche et déconstruit le simple dialogue linéaire autour d’une table de café statique.



Image issue de l’ouvrage Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires

Une des mises en pratique de cette démarche est perceptible dans son roman-photo réalisé en 2015 avec son ami photographe Bernard renoux: Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires. Cet ouvrage retrace en alliant le texte et la photographie les itinéraires de 3 dockers nantais enquêtés en 1990 puis 23 ans plus tard, en 2013 sur les traces de leurs souvenirs après la disparition progressive des docks. Jean-Yves Petiteau montre ici par ses entretiens écrits « l’importance de la prise de parole qui inaugure par l’énonciation de références et contextes d’ordinaire négligés ou invisibles “un passage à l’acte” qui agence dans l’espace/temps des rapports qui construisent et ménagent un territoire. ».

Avec cette démarche, Jean-Yves Petiteau marqua l’enseignement dans les écoles d’architecture nationale de Grenoble et Nantes en apportant une nouvelle pédagogie. Les étudiants pouvaient y voir un outil novateur pour regarder et comprendre l’espace public et ainsi mieux le projeter.

Si vous souhaitez en savoir plus…

Conférence de Jean-Yves Petiteau à l’esaaa en 2011: https://vimeo.com/287948086

PETITEAU Jean-Yves et RENOUX Bernard, Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires, édité par Didier Tallagrand, Nicolas Tixier, Maïlys Toussaint, 2018, 132 pages

Le sentier des tours et détours

sources de la carte en légende : https://www.auran.org/sites/default/files/publications/documents/2016_dynamiqueshabitat_juillet.pdf (page 22)

 

Ce sentier raconte l’histoire de chemins étroits, entassant une population, dont la diversité a été longuement ignorée, mise à l’écart et parfois même sous-estimée. Connue sous le nom de grands ensemble ou de cités, ces figures architecturales ont donné naissance à de nombreuses problématiques urbaines et sociales, dû à la stigmatisation d’une tranche de la société occupant les banlieues métropolitaines. 

Prenons l’exemple de Bellevue à Nantes. Que connaissons-nous vraiment de cet endroit mis à part le fait que c’est une zone de non droit, avec un faible taux de sécurité ? Si nous ne sommes pas des habitants de Bellevue nous la connaissons tout simplement de passage. Que se cache-t-il derrière ses tours ? 

La conception de ce sentier s’est basée sur une étude effectuée par Nantes métropoles habitat sur le parc locatif social dans la métropole (https://www.auran.org/sites/default/files/publications/documents/2016_dynamiqueshabitat_juillet.pdf). D’après une carte regroupant les parts des résidences principales occupées par des locataires du parc social en 2013 (pages 22) . Le sentier dessiné sur la carte métropolitaine passe donc par toutes les communes contenant ses résidences.

Belmostefa Walae

 

Allégorie du sentier des tours et détours