Liège orbitale

Extrait de la carte Liège Orbitale

Collectif informel né en 2008 du débat et des manifestations liégeoises “Oui au tram, non à l’autoroute”, urbAgora est aujourd’hui devenue une association d’environnement régionale qui se veut de « Proposer des idées pour la ville » comme l’énonce son slogan. Ces idées concernent à la fois le débat urbain, le paysage, l’architecture ou bien encore le patrimoine.

« La ville appartient à ses habitants. Son devenir est notre affaire. C’est au nom de ce principe que l’asbl urbAgora a été créée, avec l’objectif d’être un lieu pluraliste d’abord à Liège puis, petit à petit, à une échelle plus large, en Wallonie et à Bruxelles. »1

C’est en Avril 2018, au cours du festival Avril en ville que l’association lance la randonnée d’inauguration du grand sentier Liège orbitale, sentier de 41,5 km. Conçu par la marche; la discussion citoyenne ; initié par des lectures telles que le livre London Orbital de Iain Sinclair ou encore La boucle noire de Charleroi ; ensuite cartographié puis balisé, Liège Orbitale est le fruit de plusieurs années de travail. Annoncé comme un « parcours de deux jours de randonnée […] entre Meuse et terrils »2, l’évènement attire plus de 100 curieux. Preuve de son succès et n’ayant pas pour objectif de le laisser à l’état d’ébauche ou de simple évènement ponctuel et éphémère, l’association revoit alors son sentier et sa communication. Afin de l’élargir à un public plus large, car là est l’intérêt de ce sentier, c’est-à-dire de le concevoir pour tous afin de révéler le territoire liégeois sous un nouvel angle, celui-ci se trouve être constamment renforcé à travers divers articles, des cartes à vendre, une page Facebook ou bien encore en organisant diverses randonnées thématiques. Cette notion de catégorisation/thématisation du sentier par type de marche leur est primordial puisqu’elle est le moyen de susciter l’intérêt face à des publics tous différents. Voici quelques-unes de leurs propositions, parfois précises, parfois vagues, et parfois les unes s’entremêlant avec les autres :

  • La marche à l’Histoire. Révéler un patrimoine nouveau, particulièrement le patrimoine industriel du xxe siècle, son passé minier et son activité sidérurgique ;
  • La marche dans les ZAC. Orienter le regard vers là où la ville se transforme ;
  • La randonnée urbaine. Proposer une pratique physique et sportive ;
  • La marche verte. Traverser les espaces verts ;
  • La marche aux collines. Mettre en évidence Lièges comme une ville de collines, autant naturelles qu’artificielles (les terrils).
  • La marche en famille. Prévoir des tronçons accessibles à tous ;
  • La marche en déclivité. Ne pas marcher sur du plat, jouer avec le relief liégeois ;
  • L’itinéraire piéton. Concevoir des traversées stratégiques à usage journalier ou hebdomadaire ;
  • La marche des segments oubliés. Améliorer des sentiers existants mais peu fréquentés. Réhabiliter des sentiers passés.
  • La marche en vacances. Se sentir en vacances autour de chez soi.
Collection dessinée et abstraite des types de marche identifiées pour le sentier Liège Orbitale

Afin d’en savoir plus :

1 https://urbagora.be/
2 https://avrilenville.be/fr/2018/
https://www.liegeorbitale.be/

Le sentier In Situ/Online

En 2016, Yona Friedman confronte ses utopies de la ville spatiale et l’architecture mobile aux réalités de la ville contemporaine (Cités virtuelles – It is not only the city-scape that changes, 2016). L’individu s’affranchit aujourd’hui des réseaux et du besoin de proximité. Hyper-connectés, nous sommes plus que jamais dépendants de nos téléphones portables, de nos batteries et de ces flux invisibles qui nous connectent. (Télé)travail, (télé)études, achats sur internet,  l’immobilité et l’isolement imposés dans le contexte actuel soulèvent la dissolution de l’architecture telle qu’annoncée par Yona Friedman (The Dilution of Architecture avec Manuel Orazi, édité par Nader Seraj, Park Books, 2015).

Google Maps, outil par excellence de l’ère dématérialisée et virtuelle que nous traversons, nous ramène paradoxalement à notre territoire. Le géopositionnement pas satellite (GPS) et les services de cartographie en ligne deviennent des éléments charnières entre ce monde représenté, virtuel et la réalité matérielle et humaine. 

Google ubiquiste se plonge dans les réseaux de la ville pour dévoiler tout ce qui se trouve à sa portée. Si la démarche a d’abord été réservée à la voiture, Venice ou des centres commerciaux tel Atlantis à Saint-Herblain (44) sont aujourd’hui répertoriés par un Google-piéton. Les capacités de cette caméra qui voit tout évoluent, et les limites se dessinent là où Google décide de s’arrêter. Si nous déclenchons l’observation Street View sans positionner le bonhomme jaune, le territoire se recouvre d’une trame bleu ciel, sauf dans les zones non répertoriées. Aller à la rencontre de ces frontières peut être révélateur de certaines réalités urbaines. 

Le sentier in situ/online (1) vise à aller à la rencontre de ces limites et des terrains non répertoriés.

D’une façon rapide et potentiellement erronée, on peut penser que la surface Google maps tendrait à se limiter aux surfaces urbanisées. Le bonhomme jaune butte d’avantage dans les territoires périurbains, dans les limites avec les champs et les zones industrielles, mais pas uniquement, voies privées, Grands ensembles sont également exclus de ce repérage. Qu’est ce que cela nous dit du territoire vécu ? D’autres interruptions sont les barrières, les clôtures, des témoins de la fragmentation du territoire. Quand Google Maps automobile doit faire demi-tour, nous marcheurs, arpenteurs, pourrons peut-être tenter d’aller au delà… 

Vues aériennes du territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Google Earth
Captures d’écran réalisées sur le territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Street View de Google

Pour cette première hypothèse de sentier, non marché, une série de photographies tirées de Google Street View font échos au travail du photographe Pascal Anders (Raymond La France, 2008-2013). Elles vont à la rencontre de certaines limites, qui peuvent être le début du parcours pour ceux et celles qui voudraient aller au delà du répertoire virtuel. 

Ce sentier deviendrait une manière de renouer des liens avec le territoire qui est le notre. Physiquement, matériellement et sur place. En marchant, l’espace n’est plus ce que nous voyons, mais ce que touchons (Jean Lévêque, « La déduction hégélienne de l’espace », in Paquot, Younes, Géométrie. Mesure du monde, 2005). C’est le rapport direct et mécanique entre nos pas et la résistance et l’épaisseur du sol qui nous libèrent des aplatissement virtuels. Le sol et l’eau seront toujours essentiels à la survie des êtres humains, au-delà de toute dissolution spatiale (Friedman, 2016). 

Par ailleurs, les antennes relais qui se multiplient aujourd’hui sont la matérialisation des services dont nous dépendons quotidiennement. Le sentier pourrait suivre la verticalité de ces éléments implantés dans le territoire ou contraire tenter d’y échapper ; un sentier basse fréquence ?…

1 Le sentier In Situ/Online, Le tracé. Le nom de ce sentier fait référence au projet vidéo In situ / On line – Des cartes à l’épreuve de l’expérience  réalisé  par Anne Jarrigeon, Lucinda Groueff, et Hortense Soichet et Viviane Perelmuter en 2016 (Paris, Hambourg).

Le sentier de la limite métropolitaine.


Dans une métropole qui ne cesse de grandir, comment s’arrête la ville ? Comment se dessine la limite?

Carte du sentier, les limites métropolitaines à travers les “dernières” zones de lotissement.
(Nadja Warnant)

Promenade entre les lotissements, il propose de s’intéresser à un paysage ni totalement rural ni complétement urbain. De divaguer entre le quotidien de zones pavillonnaires et le à côté, ce qui les lie entre elles, les champs, les routes, des zones d’activité, etc…

Le sentier de la limite, visite du “rien d’extraordinaire”. (Nadja Warnant)


Sentier du «rien d’extraordinaire», du «banal», à la recherche de détails, de particularités que forment l’univers de l’à côté. C’est s’émerveiller devant une un jardin fantaisiste, un pavillon reprenant le vocabulaire d’un château romantique, le nom d’une rue, mais aussi parfois du quasi rien. Il propose simplement à cet instant T, Mars 2021, de faire un état des lieux des limites de la métropole Nantaise et de ses zones d’habitat individuel; comment est ce qu’on y vit, qu’est ce qu’il s’y passe ? Traverser des lieux que, d’habitude, on ne visite pas.

Droite ou Gauche ?

Sentier droite ou gauche dans la métropole Nantaise
Source : (Chloé Harlay)
Sentier droite ou gauche dans Nantes métropole (Chloé Harlay)

Certains disent que la vie est un jeu. Pourquoi ne pas le prendre au pied de la lettre ?

C’était une nuit, à Nantes, à vélo. Il était 4 heures du matin. Nous n’avions pas sommeil et discutions sur le fait de se perdre dans la ville. C’était l’une de nos activités favorites que nous ne voulions pas oublier en grandissant. Pour ne surtout pas rentrer, il fallait trouver une activité. Mais alors, quoi ?

Tu veux aller où ? Je sais pas. Et toi ? Je sais pas… Et si on jouait à un jeu ? Vas-y ! On n’à qu’à dire que dès qu’on arrive à une intersection, on choisit chacun notre tour, si l’on tourne à droite ou à gauche ! Aller on y va ! Nous sommes donc partis, sans savoir où, n’y pour combien de temps. Comme si nous étions à la recherche de quelque chose, nous filions sans nous poser de questions. Plus nous avancions, plus nous prenions un malin plaisir à nous embarquer dans les directions les moins attrayantes. Certaines fois, nous avons même dû rebrousser chemin. Pendant plusieurs heures, nous avons continué, encore et encore jusqu’à réussir notre pari. Nous n’avions aucune idée de l’endroit ou nous étions. Nous étions perdus.

Et voilà comment le « droite ou gauche » est né. Grâce à lui, nous découvrons la ville autrement, en passant par des endroits touristiques, délabrés, intérieurs, extérieurs, sombres, paysagés, construits, habités ou délaissés etc… Il n’y a pas de but précis, si ce n’est que de se laisser surprendre et découvrir des lieux que nous aurions peut-être jugé non intéressant en regardant une carte.

Droite ou gauche est donc un sentier qui se dessine au gré de la marche. Pour ce faire, il y a tout de même des règles à respecter (comme tout jeu).
– Rester dans la limite de la métropole.
– Éviter les passages déjà empruntés, sauf si c’est pour rebrousser chemin.
– Visiter tout lieu autorisé qui vous intéresse.
– Prendre une photo à droite et à gauche, quand le paysage est très contrasté.
L’idée serait alors de découvrir le territoire qui nous entoure sans thématique ou donné prédéfini. Ce serait plutôt, la récolte de singularités du territoire qui nous entoure.

À vous de jouer !

Allégorie du sentier droite ou gauche (Chloé Harlay)

Terminus, tout le monde descend

Prendre les terminus des bus de la métropole nantaise comme points de parcours du sentier métropolitain. Pourquoi choisir les terminus ? Car ce sont les marqueurs de la ville accessible, où au-delà, il n’est plus possible de se déplacer sans l’usage d’un véhicule personnel.

En cela, marcher entre ces points et jouer de la frontière de ce territoire accessible soulève de nombreuses interrogations : comment la métropole arbitre entre les territoires connectés et ceux qui ne le sont pas ? Qu’est-ce que révèlent les horaires ? Pourquoi ces noms d’arrêts plus ou moins évocateurs ? Qui emprunte quelle ligne ? Que peut-on faire d’autres que d’attendre le bus ? Pourquoi un arrêt – Le Cellier – fait figure d’exception en étant situé hors de la métropole ?…etc.

Pour tracer ce sentier, le principe est de relier les terminus en considérant seulement ceux situés à l’extérieur de l’enceinte que constitue le périphérique Nantais. Au total, ce sont pas moins de 39 arrêts qui s’étendent sur une une aire géographique large : du Cellier au Pellerin d’est en ouest, et de la Chapelle-sur-Erdre à Saint-Aignan-Grandlieu du nord au sud formant une boucle de 158 kilomètres, soit l’équivalent d’un Nantes Lorient.

Grands sentiers

Le carnet d’un enseignement de projet à l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes.

Cet enseignement revendique que le tracé d’un sentier est un projet d’urbanisme tout comme il revendique qu’arpenter ensemble est un mode pédagogique singulier. Cet enseignement sera dédié à la conception et à l’inscription dans le temps long du Grand Sentier de Nantes Métropole. Quel type de sentier pourrait porter le Grand Nantes ? Quelle en serait sa singularité au regard des sentiers métropolitains dont se sont dotés d’autres villes européennes ? La première édition de cet enseignement sera dédiée à la conception globale du tracé, à définir ses visées critique, pédagogique et sensible, à repérer finement et précisément sur le terrain des portions particulières du sentier, et à projeter les transformations possibles des lieux aux abords. L’enseignement fonctionnera comme une agence de voyage, avec des guides en charge de préfigurer les expéditions. Réalisées en commun, ces expéditions seront la partie en plein air de l’enseignement. Les éditions suivantes auront à affiner le tracé, mais aussi à avancer dans son élaboration avec de multiples acteurs (institutionnels, habitants, élus) avant d’aller vers son officialisation et sa mise en œuvre passant par l’épreuve juridique. L’ensemble de ce processus d’exploration et de travail collectif – nous serons tous et toutes auteur.es – sera documenté : c’est le rôle et le sens de ce carnet Hypothèses. Il permettra également des relectures critiques des travaux de recherche et de projets (de diplômes notamment) liés à la marche dans les écoles d’architecture.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search