Passage à niveau

La comparaison du réseau ferroviaire français de 1921 et de 2020 permet de révéler une profonde transformation des chemins de fer de France. Ils ont considérablement diminués en une décennie. Ce constat soulève nombre d’interrogations au sujet du devenir de ces voies ferrées. Que sont-elles devenues ? Ont-elles été reconverties ? Ont-elles été totalement effacées du réseau ? Peuvent-elles être un jour remobilisées ?

A l’échelle de la métropole de Nantes, l’étude du réseau ferroviaire permet de révéler les différents états dans lesquels les voies se trouvent actuellement : elles sont en service, neutralisées ou déclassées. Mais alors que ce constat soulève des questions relatives aux politiques de délaissement ou de maintien des voies ferrées, nous sommes à même de nous interroger sur le devenir de ces chemins de fer qui semblent être en constante évolution. 

Evolution du réseau ferré national (issu d’un travail d’étudiants en Licence : La mort des petites lignes ferroviaires)

Continuer la lecture de « Passage à niveau »

Stefan Ansermet : la marche nocturne stimule les sens et affine l’attention

Dans Osez la nuit. Marcher dans l’obscurité pour réveiller nos sens oubliés (Favre, 2018), Stefan Ansermet livre ses conseils pour expérimenter la nature sans lumière.

Stefan Ansermet a 56 ans, il est minéralogiste autodidacte, chercheur associé et photographe de formation, passionné de voyage et de recherches. Il a écrit des guides de randonnées et s’est spécialisé dans la balade nocturne. Au fil du temps, il acquière une solide expérience et des connaissances professionnelles qui lui permettent aujourd’hui d’avoir différents mandats pour des institutions scientifiques, comme le musée de géologie de Lausanne (UNIL).

crédit photo : Patrick Martin, article VAUD et Régions, www.24heures.ch

Plus de 30 ans que Stefan Ansermet arpente les sentiers loin des villes, hume les odeurs de la forêt et observe le ciel… en noir et blanc. Avec toujours une même obsession: fuir la lumière artificielle pour se plonger dans le monde merveilleux de la nuit. « Certes, cela prend un peu de temps de vaincre ses peurs du noir ancrées dans l’enfance» confirme l’auteur. Mais une fois qu’on y est arrivé, « une confiance s’installe ». En scientifique et vrai cartésien, il reconnaît être totalement transformé devant un ciel illuminé d’étoiles. « C’est tellement puissant, qu’on a des pensées mystiques, même si l’on n’est pas croyant.» Dans Osez la nuit, il décrit sa découverte de la randonnée nocturne, enrichie d’une foule de conseils destinés à tous ceux et celles qui souhaiteraient s’initier.

Se balader au clair de lune serait devenu tendance si l’on en croit La Nuit suisse de la randonnée qui fête cette année sa dix-septième édition. En Suisse romande, plusieurs parcours guidés de Villars à Moudon invitent en effet le public à la tombée de la nuit. Mais l’approche de Stefan Ansermet est plus radicale. Pour vivre pleinement l’expérience, aucune source de lumière ne doit perturber la balade. La lampe de poche reste sagement dans le sac à dos. « D’un point de vue sensoriel, on a l’impression d’avoir des capteurs partout. On devient plus vivant car le cerveau ne pilote plus le corps. Tous les sens sont en éveil et permettent de percevoir des choses très subtiles.» (Ansermet, 2018, p.36)

La vue, d’abord. Au bout de 25 minutes environ, les couleurs disparaissent, tout devient monochrome et la vision périphérique. L’œil est alors au maximum de sa sensibilité. Étoiles filantes, aurores boréales si l’on va au nord, jeux de lumière de la lune… tout est amplifié. Le toucher devient, lui, plus intense. À l’instar de la chaleur d’une pierre restée toute la journée au soleil ou de la fraîcheur du lichen. L’ouïe s’affine et domine au profit de la vue. L’oreille s’aiguise de telle façon que le léger craquement d’une branche peut paraître effrayant. « Il m’est même arrivé d’avoir l’impression d’entendre des voix humaines alors qu’en réalité ce n’était que le glouglou d’un ruisseau ». Enfin l’odorat est décuplé. «Prenez par exemple l’odeur des cytises en fleur en été. Elle est nette et directe ». (ibid., p.50 et 53)

Continuer la lecture de « Stefan Ansermet : la marche nocturne stimule les sens et affine l’attention »

Laboratoire à ciel ouvert

Photographie personnelle _ Piste d’essai SNCF au Moulin Boisseau

Mardi 14 mars 2023, nous débutons une marche dans le but de suivre l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré. Ce fil conducteur nous amène tout d’abord au départ de la voie verte de Carquefou. Un vaste parking se tient à son entrée et laisse entrevoir des barrières en bois qui marquent le début de la balade. Un sol sableux semble avoir totalement recouvert les rails et tout autre signe du passé ferroviaire. Promeneurs et cyclistes se croisent laissant place à une atmosphère calme et apaisée. Des portillons situés à l’arrière des jardins des maisons, qui bordent la voie, donnent un accès direct aux habitants du quartier de la Madeleine. D’autres entrées au sentier se matérialisent par des ouvertures plus larges sur des lotissements. Devant la maison de retraite Florilège, un panneau planté fait valoir l’utilisation de “bandes de courtoisie” pour avoir “les pieds dans l’herbe” dans le cadre d’une “ville qui agit pour votre cadre de vie”. La perspective offerte par le linéaire de la Voie Verte, héritière de celui du passage de l’ancien chemin de fer, laisse paraître les traces d’une transformation du paysage. 

A la sortie de ce sentier de marche, la transition est brutale. Un axe routier bruyant laisse place à une zone industrielle d’où se distingue un grand panneau hissé en hauteur. “Plateforme d’innovation pour la mobilité autonome”. “SNCF installe ici un laboratoire à ciel ouvert pour construire et tester un futur système de transport public autonome”. A travers le grillage nous séparant du chantier en cours, des locaux métalliques se détachent par leur couleur éclatante entourés d’échafaudages. Chacun d’entre eux semblent être attitrés à une fonction : “Base de lancement”, “Cargo”, “Garage, “Show-room”. Des véhicules noirs spéciaux aux vitres teintées, équipés de caméras, sont étiquetés de l’appellation “Véhicules autonomes d’expérimentation”. Derrière ces bases de vie, une route rectiligne encore inaccessible semble avoir été récemment bitumée. Des indices attirent notre attention : des piquets au numéro 2 et 3 ainsi qu’une plaque rouillée, cassée en plusieurs morceaux. Sa reconstitution permet de décerner ce qui y est écrit : “Passage du train P”. Le chantier est bel et bien situé sur une portion de l’ancien chemin de fer Nantes-Segré. Les murs de l’arrière d’une maison font office de séparation du lieu des travaux d’avec l’espace public. Cette maison est l’ancienne gare de Carquefou. 

Photographie personnelle de l’ancienne gare de Carquefou et de la piste SNCF
Continuer la lecture de « Laboratoire à ciel ouvert »

À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire

D’abord il y a ce chemin entre la rue de Bellevue et l’impasse du Vercors, à Thouaré-sur-Loire, dans le 44, la Loire-Atlantique. C’est un passage piéton entre deux pavillons idiosyncratiques de l’image commune du lotissement, avec son crépi, son entrée de garage et ses ardoises, peut-être un des seuls témoignages d’une localisation nord-Loire-proche-Bretagne. Quand on l’observe depuis le trottoir, à son entrée, on ne pense pas forcément à y aller. Rien n’indique d’ailleurs qu’on devrait ou pourrait le faire : un arbre pousse au milieu, l’herbe y pousse tranquillement, tapissant d’une unique surface le chemin de traverse et le jardin des voisins, où on peut absolument observer un transat moulé par injection blanc inspiration monobloc, un autre en bois et sous ces derniers une dalle grise qui fait seuil entre la pelouse et la maison. C’est comme si on marchait chez eux, même si le grillage vert foncé qui marque le fond de parcelle n’en dit pas autant, ou alors comme si eux et nous, le passage public et le jardin privé, on partageait en fait un bout de territoire commun et indépendant. Étrange. Mais continuons.

Continuer la lecture de « À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire »

Sur les chemins, Cerbèr(r)e

dans la métropole nantaise, le chien est partout et nulle part à la fois (document personnel)

En tant qu’êtres humains, nous nous déplaçons pratiquement tou·te·s. Quotidiennement pour certain·e·s, plus occasionnellement pour d’autres. Nous croisons le chemin de divers êtres vivants, végétaux comme animaux. Nous ne sommes pas toujours conscient·e·s de ces rencontres, mais certaines nous interpellent plus que d’autres. 

Se déplacer à pied en zone urbaine ou rurale, c’est potentiellement croiser le chemin d’un ou plusieurs chiens au cours de son parcours. Accompagnés de leur propriétaire, tenus en laisse ou lâchés, voire divagants, ils occupent l’espace dans lequel nous évoluons nous-mêmes. Tantôt indifférents à notre passage, tantôt en recherche d’interaction, nous partageons le même environnement. Bénédicte de Villers1 parle d’ailleurs d’un espace social commun, et du chevauchement des territorialités humaines et canines lors de ces rencontres. Ces territorialités, propres à chacun·e évoluent au cours de la vie. Elles sont à l’origine des attitudes que chiens et êtres humains peuvent adopter lorsque leurs chemins se croisent, actions réflexes, innées ou acquises.

Continuer la lecture de « Sur les chemins, Cerbèr(r)e »

Un paysage à ma(r)cher

Depuis les débuts de l’humanité, la majorité de l’alimentation humaine était cueillie : jeunes pousses, fleurs, graines, racines, bourgeons, feuilles, noix, baies…

C’est en tant que non initiée à la pratique de la cueillette que je propose de déguster le paysage. Il s’agit d’une proposition pour réapprendre à regarder les espaces qui nous entourent comme de nouvelles possibilités gustatives. Regarder avec le ventre. Penser avec les papilles.
Sortir du cycle économique prévisible et connu de nos assiettes pour arpenter la métropole sous l’angle du comestible : le territoire nantais comme un vaste frigo à l’air libre.

« Voir est un acte de sélection et d’attribution de valeurs, nous ne voyons pas tout indistinctement. Nous remarquons, valorisons certaines choses et en laissons d’autres de côté. »
– Zhong Mengual, Estelle. Apprendre à voir: le point de vue du vivant. Mondes sauvages. Arles, Actes Sud, 2021.

Ce que l’œil voit sans voir, prendre des plantes connues et déjà vues pour recommencer à voir.
Des plantes que l’on qualifie dans le langage courant de « mauvaises herbes », dont on n’hésiterait à se séparer, couper, tondre, brûler ou juste éviter du regard, sans se rendre compte de tout leur potentiel comestible.

Ne nécessitant aucune connaissance préalable spécifique, c’est un sentier d’apprentissage à la cueillette et d’initiation au regard sur les plantes.
Pensé comme une première entrée en matière pour des personnes non-initiées, il propose de s’intéresser aux plantes sauvages les plus communes et les plus connues : pissenlits, orties, plantains, fraisiers sauvages, pâquerettes, aubépines et mâches sauvages seront les vedettes de cette marche; des plantes sauvages qui, a priori, ne devraient pas poser de problème d’identification ou de confusion. Une première porte d’entrée pour celles et ceux qui, par la suite, voudraient continuer et se nourrir d’autres morceaux des paysages.
Une proposition comme invitation à la découverte et redécouverte de ces mauvaises herbes qui traceront un sentier où le ventre est roi, prolongeant la relation que l’on entretient avec le territoire traversé et son végétal.

une des possibilités d’un sentier-cueillette (document personnel)

Le sentier est proposé à titre d’exemple, les herbes sauvages poussent toujours là on ne s’y attend pas, mais son principe est reproductible et adaptable.

Ingrédients :
des marcheurs.euses-cueilleurs.euses, minimum 2
des paniers, sacs en tissus et contenants
un couteau, sécateur ou autre objet coupant (la loi permet le port d’un couteau de loisir)
des bonnes chaussures et un regard aiguisé

Continuer la lecture de « Un paysage à ma(r)cher »

Sur les pas de l’ancienne voie ferrée Nantes- Segré : traversée de mondes pratiqués

80 km de rails, 13 arrêts, 457 000ème ligne du réseau ferré national, plus de 600 emplois .

Ces données sont les chiffres relatifs à l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré ouverte en 1885 et définitivement fermée en 1993 suite à l’essor du trafic routier. Cependant, ces informations ne suffisent pas à la décrire. 

Frise chronologique de l’historie de la voie ferrée Nantes-Segré

Arpenter la ligne Nantes-Segré, c’est aussi traverser des mondes aux atmosphères distinctes, pratiqués, habités, étanches, parfois inertes… Les différentes séquences proposent le passage de la voie verte, localisée en milieu résidentiel calme, puis la zone industrielle de Carquefou où les usines et les axes routiers confèrent une ambiance bruyante, pour enfin se retrouver en milieu urbain dense. Le parcours de ces portions interroge les différents états dans lesquels l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré a été conservée, hybridée, transformée ou encore effacée. 

Sur la trace des villages métropolitains

Aux marges de la métropole

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (document personnel)

Des villages dans la métropole nantaise ? On m’avait parlé de Nantes et de sa métropole, ou de la métropole de Nantes mais pas de ses villages. Pourtant il paraît qu’il y en a plein, aux marges du territoire. Là où les lignes de bus et le train ne s’arrêtent pas, là où on n’a pas encore la fibre, là où il n’y a pas de supermarché ni même de boulangerie. Là où on habite dans des villages ou des hameaux. Là où il y a encore des fermes habitées, des fêtes de village, une grand-mère qui nous raconte la vie d’avant. Là où il y a encore des bouts de forêt avec des fritillaires à ramasser, des odeurs de pommes du verger, et l’horizon dégagé. Et si on allait voir par nous-même ?

Les parcours permettent de se rendre du bourg aux villages, de villages en villages, des villages aux bourgs. Un chemin tracé sur la carte s’appuyant sur les routes existantes amène le marcheur là où se trouvent des successions de villages et hameaux. Depuis ce tracé, un réseau de chemins se déploie de part et d’autre incitant le marcheur à l’exploration.

Il faut les trouver d’abord. Depuis le centre-ville, il faut prendre le tram puis le bus et marcher, ou prendre le train puis marcher aussi. Les chemins demandent à être explorés pour atteindre les villages. A peine visibles quand on les traverse parce qu’ils sont trop petits, il faut parfois sortir de la route et aller au bout des impasses pour les trouver. Des silhouettes au loin de l’autre côté du champ, un petit panneau noir annonçant le nom des lieux, une mare au centre du village, un calvaire fleuri à l’entrée, un arrêt de bus scolaire, ou le bruit d’une tondeuse en fond peuvent vous aider à reconnaître l’endroit.

Faire étape dans les villages

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (collage, document personnel)

Avant il y avait les colporteurs. Des marchands munis d’une mallette remplie de produits trouvés en ville qui marchaient de villages en villages et s’y arrêtaient pour vendre les produits que l’on ne trouvait pas sur place. L’occasion de discuter avec les habitants, de donner des nouvelles de la ville et des villages voisins. Plus tard, ils ont été remplacés par des camions ambulants. A Carquefou, il y avait l’épicier qu’on appelait “le ptit marchand”, le boulanger, et “barbe bleue” qui vendait des habits de travail. Aujourd’hui, ce sont les habitants qui se déplacent en voiture pour aller faire leurs courses au bourg le plus proche.

Continuer la lecture de « Sur la trace des villages métropolitains »

Carte, Territoire et autres mots

Michel Houellebecq écrit en 2010 le roman La carte et le Territoire. Autant littéraires que nous sommes, seul le titre nous intéressera ici car, amusante coïncidence, ses termes résonnent pour les familiers de sentiers métropolitains. Lire “la Carte” puis “le Territoire” rappelle la temporalité de la préparation de la marche, de la découverte des environnements qui seront foulés d’abord par leur représentation. Le “et” serait alors remplacé par un “puis”, celui de la planification. Mais ce nom n’est pas orphelin, et son origine met en exergue un point de frottement : Houellebecq cite Alfred Korzybski, selon lequel “La carte n’est pas le territoire”1.

La carte illustre des idées, images, préconceptions éloignées de la réalité vécue et sensorielle du paysage. IGN, vue satellite ou autres, elle écrase, range et cache. Mais là est aussi sa fonction et il serait vain de lui reprocher d’oublier la complexité du réel. Car si la carte, aussi variée qu’elle soit, s’approche comme une docile organisation de certaines connaissances, le territoire lui, est un animal sauvage générateur d’expériences qu’il s’agira d’appréhender. À l’inverse de notre titre de roman, nous aurions alors ici plutôt affaire à un assemblage renversé : le territoire et la carte, le territoire puis la carte.

Ce territoire “sauvage” (aussi sauvage que le sauvage de Baptiste Morizot puisse l’être, existant à travers un ensemble de relations variées avec son environnement extérieur -qui l’entoure, comme intérieur -qui l’emplit, nécessairement anthropocène mais pourtant toujours indépendant) vit (et se vit) de sa propre volonté2, mais souvent aussi de celle des êtres humains plus ou moins liés à ce dernier. On lui offre des secteurs où s’étendre, où se spécifier (s’individuer ?), en le pratiquant et l’appréciant, mais aussi en le légiférant. Le Plan Local d’Urbanisme Métropolitain, outil humain de domestication, fait office d’autorité quant aux différentes espèces de territoires existantes, à leurs caractéristiques physiques et à leurs différents futurs. Le document contrôle l’animal comme un dresseur travaillant sa lignée de chiens. Serions-nous alors de retour au début ? La carte (ou le PLUm) puis le territoire ?

Afin de mieux appréhender cette étrange relation, il semble nécessaire de s’intéresser à la zone de partage entre ses deux protagonistes. Cette dernière s’incarne comme une matière commune constamment remodelée, l’image. L’image s’entend ici à la fois comme l’identité d’un territoire et la représentation que la carte en fait. Elle est ambivalente, car existant différemment dans des échelles et des formes variées. Elle peut être commune et s’appliquer au territoire comme peuvent l’être les clichés sur les banlieues, ou personnelle et unique, s’incarnant dans une histoire et des sensations impossibles à communiquer fidèlement. Carte et territoire génèrent et illustrent tous les deux et de manières variées cette image. Ce ne sont cependant pas les seuls à la manier et leurs relations ne s’effectuent pas en circuit fermé. Les médias, l’art, le bouche à oreille, en somme toutes formes de communication manipulent cette dernière. Kevin Lynch propose des éléments de langage cartographique de l’image du territoire avec ses “parcours”, “limites”, “nœuds”, “quartiers” et “points de repère” (L’image de la cité, 1971). Bien que d’abord connus comme outils d’analyse du paysage (territoire vers carte), ils sont aussi pour lui des éléments générateurs (carte vers territoire), offrant une dynamique dans les deux sens.

(document personnel)
Continuer la lecture de « Carte, Territoire et autres mots »

Quadrant nord-ouest de Nantes Métropole, quatre variantes pour marcher

Juin 2022, seconde édition de la carte Grands Sentiers Nantes. Elle est sous-titrée cette année Sauvage et roulant en l’honneur de ce quadrant nord-ouest plus rude et râpeux que le précédent (https://gdsentiers.hypotheses.org/1456).

Comme pour l’édition 2021, vous pouvez trouver la carte à l’école d’architecture, dans quelques librairies nantaises et sur le site de l’éditeur. A nouveau, elle a été réalisée par les étudiants et les étudiantes du studio de projet de master Grands sentiers, qu’ils soient à nouveau remerciés ici pour leur engagement. Et elle ne serait pas menée à bien sans l’accompagnement de Frédéric Barbe, géographe éditeur.

Cette année, la carte déplace les choix de représentation, l’univers graphique, la place accordée aux projets individuels… et elle propose, non pas un tracé mais quatre variantes thématiques. Ce que nous avons abordé ce semestre montre bien les relations entre la marche, outil sensible de découverte et de compréhension des milieux et la conception de futures transformations des lieux, de leurs usages, de leurs valeurs.

Marcher c’est suivre des flux, percevoir des écoulements pour imaginer d’autres confluences – à lire dans Repolitiser la question de l’eau. Marcher c’est s’accorder en rythme, ressentir les paysages vivants pour concevoir dans les variations (saisonnières) et les coexistences – à méditer dans Réapprendre les cycles de vie. Marcher c’est s’immerger, chercher la juste distance pour prendre soin des lieux et de ceux et celles qui les occupent – à voir dans Prendre soin avec tou·tes. Marcher c’est buter et faire demi-tour, éprouver une violence sensorielle pour assumer les héritages et les controverses – s’en emparer dans Explorer les communs négatifs.

Si ces sujets vous importent, et que vous souhaitez être accompagné sur le grand sentier du quadrant nord-ouest, en vrai, pour “voir au travers” des travaux des étudiant·es, voici le topoguide à télécharger en pdf. Il vous permet d’imprimer chez vous les pages qui correspondent à votre parcours :

https://gdsentiers.hypotheses.org/files/2022/07/TopoguideV3_Blogreduit.pdf

Bonnes excursions !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search