Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ?

J’ai rencontré le trouble à l’origine du projet lors de l’entretien avec Christophe Hivert, président de l’Association Intercommunale de Protection de la Levée de la Divatte. Durant cette discussion, j’aborde le sujet de l’ouverture possible dans un futur à moyen et long terme de la levée pour laisser les eaux s’y engouffrer. Sa réponse est tranchante et directe.

« C’est une notion [dont] on entend parler régulièrement qui nous paraît assez bizarre. […] Du point de vue de l’histoire populaire ça nous paraît farfelu. Ça parait assez dérisoire et stupide. »

Christophe Hivert – Entretien du 27 mars 2024

Il m’apparaît clairement ici que je touche à une controverse. Les principaux arguments invoqués contre la proposition d’ouvrir la levée sont l’ancienneté de la conquête des terres sur le fleuve et la situation dans l’estuaire. De plus, la présence d’habitations empêcherait d’envisager ce projet. Pourtant durant mes recherches la question de l’ouverture des digues revient souvent. Plusieurs exemples me viennent en tête.

Dans la baie de Lancieux dans les Côtes d’Armor une digue de polder, terre conquise au 19e siècle sur l’estran, est abandonnée aux assauts des vagues en 2020. Cette décision controversée a été alors prise par le Conservatoire du littoral en charge de l’infrastructure depuis 2002 lorsque les agriculteurs propriétaires n’étaient plus capable d’assurer son entretien. En 2020, une pétition riveraine avait été lancée pour s’opposer à cette dépoldérisation, aujourd’hui ces habitants sont en majorité en accord avec ce projet.

Autre exemple, celui de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde. Cette île alluviale apparue au 19e siècle a longtemps été habitée et cultivée jusqu’à son acquisition par le Conservatoire du littoral en 1991. Les digues y ont cédé en 2010 lors de la tempête Xynthia et les brèches n’ont jamais été réparées depuis. Le milieu est retourné aux vasières puis à la végétation. Aujourd’hui cette île est devenue une zone humide de 300 hectares accueillant 200 nouvelles espèces d’oiseaux.

L’île Nouvelle, esturaire de la Gironde – NousAutres

Ces deux exemples ouvrent les possibles sur la vallée de la Divatte puisqu’ils recouvrent quelques caractéristiques perçues comme trop contraignantes. Ce sont d’anciennes digues ayant permis d’accaparer des terres au 19e siècle et de les exploiter, les habiter. De plus ces terres se trouvent dans des estuaires et sont balayées par les eaux de mer et de fleuve. A partir de ces exemples, il me fallait déterminer les conditions qui ont permis d’ouvrir ces endiguements.

Le premier facteur évident est l’enjeu financier. Dans les deux situations exposées, il a été le levier principal à l’origine de l’ouverture. Cet enjeu financier est à double tranchant sur la vallée de la Divatte. Actuellement, l’économie des communes est articulée autour de l’industrie maraîchère avec chaque année plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie peut très largement supporter le coût de l’entretien de la levée qui se situe autour de 800 000€ par an. Malgré tout, cet entretien de l’infrastructure est un poids supplémentaire sur l’ensemble des propriétaires des communes concernées. De plus l’économie maraîchère est tributaire du dérèglement climatique, des politiques agricoles nationales et internationales, des politiques migratoires… Cet état de fait n’est pas immuable et la capacité de la vallée à être un espace de production maraîchère pourrait changer dans les années à venir.

Le second facteur bloquant, c’est l’enjeu culturel. Dans de nombreux cas, l’attachement des populations aux digues est aussi une question d’attachement au territoire et plus particulièrement à son paysage, à ses savoir-faire. Cette manière d’envisager l’infrastructure hydraulique est très prégnante à l’île de Ré où elle est menacée par la montée des eaux et les tempêtes.

« Ceux qui y travaillent et les modèlent louent leur argile très plastique, qui imprime le caractère du saunier, ceux qui les préservent sont attentifs à la lumière, à l’arrivée des migrateurs, aux bernaches cravants qui amènent l’automne. Et ceux qui en profitent admirent les oiseaux qui s’envolent de partout, les goélands, l’herbe, les huîtres dans le marais et aimeraient que leurs enfants continuent à voir tout ça. »

The Conversation, Laure Carassou et Anne Gassiat, 4 novembre 2020

Mais que dire de la question de l’Histoire populaire ? La levée de la Divatte, c’est initialement une infrastructure demandée et financée par les populations bourgeoises pour libérer des espaces fonciers. Le lit majeur de le Loire était jusque là un espace commun utilisé pour le pâturage des bêtes. L’endiguement de cet espace a permis de le libérer des eaux du fleuve et ainsi de le financiariser au profit de certains. Le contrôle des espaces n’a pas profité à tous.

Je tiens à honneur qu’en France, les fleuves comme la révolution rentrent dans leur lit et qu’ils ne puissent plus en sortir.

Napoléon III, discours au corps législatif, 17 février 1857

Proposer d’ouvrir la Divatte, c’est toucher à nos dépendances à la fois économiques mais aussi sensibles aux infrastructures. C’est se poser la question de à qui appartient la vallée de la Divatte et qui en profite.

Le tracé du sentier de la Coudrouse – Oskar Rischewski

Le sentier proposé dans le billet du tracé est le point de départ de cette exploration des dépendances de la vallée. La proposition était de marcher le long de l’eau de Loire passée au travers de la digue pour aller à la rencontre des situations du territoire. A partir du sentier et du trouble, la proposition d’exploration s’est articulée autour de deux entités prégnantes à la Divatte, le maraîchage et l’hydrologie.

Le parcours productif situé spatialement – Oskar Rischewski

La vallée, conquise sur le lit majeur de la Loire, est particulièrement exploitée par l’industrie maraîchère. C’est avant tout un système de production agricole orienté principalement autour des légumes. Ses productions principales sont la mâche (1500 ha), le poireau (300 ha) et le radis (200 ha). Cette production nécessite un bon approvisionnement, des savoirs, des techniques et enfin des services spécifiques. C’est donc un système productif hautement dépendant.
La production est transmise aux usines de conditionnement et aux entreprises de négociations, puis aux services de distribution. Ce système maraîcher est hautement concentré avec à peine 50 à 60 entreprises pour un peu plus de 2000 hectares cultivables.

Schéma du système maraîcher de la Divatte – Oskar Rischewski

La distribution de la production maraîchère est à peu de choses près divisée en 3. Un premier tiers de la production est destinée à une distribution locale orientée vers les grandes surfaces, le marché d’intérêt national ou les restaurateurs. Un second tiers de la production est destiné au marché national et principalement vers la capitale avec des acteurs du même ordre. Enfin, le dernier tiers de la production est tourné vers l’international et particulièrement l’Allemagne qui achète un tiers de la production de mâche nantaise.

Cette industrie maraîchère s’appuie sur l’hydrologie particulière de la vallée de la Divatte qui a accumulé durant des milliers d’années les sédiments charriés par la Loire et ce jusqu’à la construction de la digue de la Divatte en 1856. La mise en culture de la vallée humide a été facilitée par le drainage des eaux via un réseau de canaux s’appuyant sur d’ancien boire, ces bras morts de Loire. Ces eaux sont tantôt retenues, tantôt évacuées en aval par le canal de Goulaine et les portes de Basse-Goulaine pour les rejeter dans la Loire.

Schéma de la gestion des eaux sur la vallée – Oskar Rischewski

Cette gestion des eaux du lit majeur n’est pas propre à la vallée de la Divatte mais fait partie des nombreux systèmes de drainage mis en place sur le bassin versant ligérien et plus précisément en aval de Nevers. Ces systèmes repose sur la mise hors d’eau des vallées par les digues de Loire. Celles-ci étaient naturelles, ont évoluées en turcies puis ont été renforcées en levées.

Voyage sur le sentier des vannes

Photo : @florentlandreau

Le marais de Goulaine est situé sur un des bassins versants qui alimente la Loire en aval et qui apporte à lui seul 18 millions de m3 d’eau potable, ce qui est considérable. Cela équivaut aux besoins d’une agglomération de 500 000 personnes. C’est un écosystème complexe qui joue un rôle crucial pour la biodiversité. De plus, il a un rôle très important dans la gestion hydrique de la région car il fait office de bassin de régulation, ce qui tend à atténuer l’impact des inondations.

Continuer la lecture de « Voyage sur le sentier des vannes »

Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière

Qu’est ce qu’on traverse aujourd’hui ? Sur quoi on pose nos pieds ? Quel lien on a encore avec le vrai sol ? Le sol vivant, celui qui bouge, vit, se décompose, se régénère…
A l’aube de la loi ZAN (zéro artificialisation nette), qu’est ce qu’on peut comprendre des sols qui nous entourent ?

Le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires défini l’artificialisation des sols comme un phénomène qui consiste “à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…)“. Des informations manquent, troublent. Les zones artificialisées sont étrangement catégorisées. Par définition, “artificiel” est le “produit de l’activité, de l’habileté humaine” (le robert).

Tableau de catégories de surfaces pour la loi ZAN

Cela revient à considérer les sols des espaces naturels, agricoles ou forestiers imperméabilisés (bâti, stabilisé pour les routes, voies ferrées, parkings) et perméables (terres arables, parcs et jardins, friches urbaines, terrains de sport, carrières…) comme surfaces artificialisées car modifiées par et pour l’humain. Pourtant, dans certains cas, les espaces “artificialisés” ne sont pas bien clairs. Pour ne pas enrayer les politiques d’aménagement et d’agriculture, certaines catégories de sols ne sont pas dites “artificialisées”. Par évidence pour protéger notre société et pour continuer à s’alimenter, s’abriter, etc, ce qu’on résumera par des “surfaces perméables” modifiées par l’humain ne sont pas catégorisées dans les surfaces artificialisées de la loi ZAN.

Dans ce récit, la carrière devient le premier coupable d’artificialisation. Peut-on l’accuser de manière animiste pour ses crimes contre les sols ?

Continuer la lecture de « Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière »

Pour la (re)circulation du vivant

Révéler la bordure bocagère du marais de Goulaine et le potentiel des jardins

Le marais de Goulaine est une cuvette subdivisée en deux dépressions issues de l’érosion, séparées par la butte de la Roche. Alors que la zone humide avait été aménagée et était autrefois accessible en bateau pour transporter du vin, de la chaux et des céréales, la construction de la Divatte a bouleversé ses usages. Pour faire court et se concentrer sur ce qui m’intéresse, les marais se sont vus contenir les eaux des crues en hiver et accueillir des pâturages en été, faisant évoluer ses frontières tout au long de l’année. Le marais était alors régulièrement fauché pour nourrir le bétail et accéder aux cours d’eau. Ce fauchage est devenu essentiel pour préserver les espèces qui y sont installées, et conserver des niveaux d’eau corrects à chaque saison est tout autant important, c’est notamment pourquoi on trouve des portes hydrauliques au niveau du pont de l’Ouen, et le long du canal de Goulaine.

L’eau, essentielle pour le vivant, est très présente dans ce territoire mais on a tendance à l’oublier. Selon François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner, nous devrions fonctionner par bassin versant, en voyant les cours d’eau comme les veines du territoire. Ils ont déjà marqué les villes et les régions pour tracer des frontières mais aussi pour les nommer, alors pourquoi pas faire communauté dans ce sens ? Autour de ces eaux, des hydromondes se développent. Ce sont toutes les continuités écologiques qui se forment entre différentes espèces.

“Un bassin-versant est tout un monde. (…) Une ligne de partage – des eaux, mais aussi des sols, des climats et des vivants.”

Pour une intermondiale des bassins-versants, François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner

Depuis les années 1990, le système de polyculture associée à l’élevage et à la vigne disparaît pour laisser place à la viticulture et au maraîchage spécialisé. Le marais se referme sur lui-même à cause d’un manque d’entretien, qui conduit à un boisement et un enfrichement. De plus, ce marais est une cuvette qui récolte toute la pollution liée à l’agriculture intensive. La zone humide, menacée, est alors classée Natura 2000. Comment son contour a-t-il été défini ? En comparant les cartes établies depuis le XVIIIe siècle, ses frontières semblent avoir évoluées, lui donnant une épaisseur impalpable.

Evolution des contours du marais représentés en carte en 1756 (beige), 1820 (marron), 1960 (vert clair) et 2020 (vert foncé)

Continuer la lecture de « Pour la (re)circulation du vivant »

Connecter les espaces forestiers métropolitains

Les Pays-de-la-Loire ; région la moins boisée de France

Carte du taux de boisement par département en 2022 produite par l'IGN

La région Pays-de-la-Loire est la moins boisée de France selon les chiffres de l’IGN, avec 12% de surface forestière.1 Néanmoins, la métropole nantaise accueille plusieurs lieux révélant les enjeux de la gestion forestière :

  • Une mare enclavée ;la source du ruisseau de la Patouillère au cœur du quartier des Grésillères.
  • Le bois des Gripôts géré la commune de Saint-Sébastien-sur-Loire.
  • Des forêts urbaines ; la forêt urbaine du Sud-Est appartenant à Nantes Métropole, la mini-forêt d’Alice créée par l’association MiniBigForest et située dans le village des Pégers.
  • Des Espaces Naturels Sensibles (ENS) ; la zone Est de la forêt de Touffou.
Continuer la lecture de « Connecter les espaces forestiers métropolitains »

Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale
Continuer la lecture de « Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée »

Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun

 

De Saint Sébastien sur Loire à Saint Fiacre sur Maine

Le projet de sentier se donne pour prétexte d’aller voir un puits communal dans le village de La Hautière, et ainsi s’aventurer au-delà des limites administratives de la métropole nantaise.

Le tracé figure en quelque sorte un rayon allant du centre vers la périphérie.

Cette traversée sera l’occasion de se demander ce qui fait commun aujourd’hui dans un périurbain qu’on imagine de prime abord comme le règne de la maison individuelle, de la voiture et du gazon.

L’idée est de marcher pour faire taire ses a priori, essayer de regarder ce qui fait vraiment commun en 2024 sur un territoire habité. Le sentier passe “en vrac” par des éléments naturels du territoire. De l’eau, des sols dont on prend plus ou moins soin, des traces d’anciens communaux de villages – des puits, des chemins, des fours à pains – et des objets plus contemporains – un abribus, un château d’eau,une table de pisue-nique, un arbre de boîtes aux lettres, un système d’éclairage public…

des boites partagées (photographies personnelles)

Continuer la lecture de « Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun »

Quadrant nord-est, marche et bivouac

Troisième carte de la collection. Celle de 2023 se distingue à plusieurs titres (renversement de format, choix graphique, etc.),et notamment parce que le tracé proposé vous permettra, si vous le suivez, d’arpenter le trajet que nous avons effectué les 20 et 21 avril 2023 lors de notre jury-bivouac.

Le 4e de couverture de cette carte vous donne des précisions sur qu’est un jury-bivouac !

Un bivouac pour la route – Troisième temps de notre valse périphérique, Grands Sentiers se déploie en 2023 dans le quadrant nord-est de la métropole nantaise. Nous approfondissons l’immersion par la marche. Nos habitudes de divagation et d’imprégnation à l’échelle piétonne montrent toujours leur pertinence. Mais cette année, les étudiant·es présentent aussi leurs projets in situ (comme on dit), c’est-à-dire simplement dans les lieux mêmes de leur réalité. Et lors de ces deux jours de jury en marchant, nous bivouaquons à Quai des Chaps, lieu de vie et de travail des arts nomades, au bord du périphérique. Nous y faisons maisonnée le temps de notre marche et ce n’est pas rien que de bivouaquer dans sa propre ville, d’y cuisiner ensemble, d’y construire de nouveaux liens, d’y être accueilli·es et d’y apporter quelque chose. Et si tout cela fructifiait dans les temps mêmes de l’utopie transitionnelle, animée de doutes et fantasmes ?

Un souvenir de ce moment commun ici :

Photographie : Benoît Arridiaux

Un sentier qui chemine – Au terme des quatre années de l’enseignement Grands sentiers, nous aurons produit quatre cartes représentant des itinéraires possibles et des projets de fin d’étude qui s’inspirent des qualités existentielles et scientifiques de la marche dans nos métiers (architecture et urbanisme), mais aussi pour toutes et tous. Que deviendra alors notre très petite utopie marchable que le réseau français des sentiers métropolitains nous incite à amplifier ?

Cette année à nouveau, le travail de la carte comme l’organisation et le déroulé du bivouac doit beaucoup à Frédéric Barbe (édition à la criée), un grand merci.

Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains

Inclure les hameaux dans la transition du territoire

Suite aux marches effectuées aux marges de la métropole et à l’enquête menée sur ce territoire, dont vous pouvez retrouver les compte-rendus ici et ici, je me suis interrogée sur la possibilité de vivre durablement au quotidien dans les villages et hameaux de la métropole nantaise.

Revenons dans un premier temps sur la situation de ces territoires que j’ai explorés. Ils se concentrent aux marges de la métropole, à sa limite administrative, éloignés des pôles urbains denses des communes de Carquefou, Nantes, Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur Loire, à l’écart des grands axes de circulations desservis par les transports en commun. Je suis allée visiter ces lieux et rencontrer leurs habitants qui m’ont confié une partie de leur quotidien. Là-bas, on habite encore dans des hameaux, que les habitants aiment appeler leurs villages. Ce sont des petits groupements d’habitations de 2, 3, 10 jusqu’à 200 voire 1000 maisons pour les plus gros ; chacun a son nom et son histoire : la Bidaudière, la Gouachère… La plupart des habitants sont des familles qui recherchent la tranquillité de la campagne tout en étant à proximité de la ville. Elles habitent dans d’anciennes fermes réhabilitées, dont on peut encore voir l’ancien puit, le four à pain ou le moulin au fond des jardins. D’autres habitent dans des pavillons construits sur d’anciens terrains agricoles, ou plus récemment à l’arrière des jardins d’autres maisons. Dans ces villages on ne trouve pas de supermarché, de café ou même de boulangerie. Les habitants se déplacent en voiture pour aller travailler en ville et faire leurs courses dans le bourg ou le centre commercial le plus proche sur leur trajet. Les soirs d’été ou le week-end, les habitants aiment aller marcher depuis chez eux, sur les chemins à l’ombre des boisements le long du ruisseau de la Chalandière par exemple, promener leur chien ou ramasser des fritillaires. Sur ces chemins, ou depuis son jardin, l’horizon dégagé s’étend sur de grands champs vallonnés ponctués de haies bocagères encore partiellement présentes. Des associations comme « les amis de la Gouachère » organisent des évènements festifs qui rassemblent les habitants autour de la mare au centre du village une fois par an par exemple.

Continuer la lecture de « Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains »

Le sentier de l’observatoire de la Boire noctambule

Vue du projet de refuges depuis le quai des pécheurs de carpes (production de l’auteur)

Tout est issu d’une marche préparatoire réalisée en journée où nous observons des épiphénomènes appelés “traces”.

Ces dernières vont faire naître un sentier nocturne.

Dans ce sentier, nous proposons donc de révéler ces traces, mais aussi d’habiter temporairement le site grâce à une micro architecture un lien avec ce paysage riche en biodiversité de la Boire de Mauves. Suite au dernier article publié (les passagers de la nuit), je vais rentrer ici un peu plus dans le détail.

Plan de masse de la Boire de Mauves (production personnelle)

Pour concevoir ce sentier et son aménagement architectural et paysager, je me suis appuyé sur ma sensibilité et sur la connaissance du terrain par ses habitants. Il faut rappeler que le parcours de nuit est particulier car l’immersion est totale. En réduisant la lumière, on réduit notre champ visuel, et il nous faut compenser cette perte sensorielle en activant tous nos autres sens. On est alors beaucoup plus attentif aux bruits, aux odeurs, aux lueurs lointaines de la ville, aux courants d’air qui font frissonner la peau …

Et lorsque la pollution lumineuse s’estompe, ainsi que les pollution sonores liées à l’activité humaine, les sensations de peur et d’excitation se font ressentir. On est à l’affût, comme une bête sauvage et c’est à ce moment que l’on prête attention aux détails troublants : ici les traces d’un renard, par là des excréments d’un animal plus petit, mais aussi les marques de pneus de vélo, signes d’une activité humaine récente.

Photographies des traces repérées sur le site (de l’auteur)

Plus on avance sur le sentier, et plus on prend conscience d’une relation qui existe entre l’homme et cet environnement champêtre laissé à l’abandon. Le tiers paysage, comme l’appelle Gilles Clément, est plus riche dans la bordure, là où l’homme laisse la trace de son sillon.

Représentation du passage qui fait sentier – cf. les lignes de désirs
Continuer la lecture de « Le sentier de l’observatoire de la Boire noctambule »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search