Le Parlement de Tougas

Le parlement de Tougas est un projet architectural de transition manifeste situé à l’ouest de la métropole nantaise. Il traverse une portion des 5 millions de tonnes de déchets enfouis dans cet ancien bras de Loire.

Cette zone faisait partie du lit majeur de la Loire, elle était donc régulièrement submergée durant les marées d’estuaire ou les crues du fleuve. Durant le 18e et 19e siècle, ces bandes de terres humides sont progressivement drainées via un système complexe d’étiers. Ces canaux permettent de gérer les écoulements d’eaux pluviales et d’empêcher les eaux salées de Loire de pénétrer trop profondément dans les terres. Les bandes de terre deviennent, par stabilisation et artificialisation des berges, des prairies de Loire exploitées par une pratique pastorale.

Cette manipulation et exploitation du paysage estuarien s’amplifie durant le 20e siècle. Les berges de Loire s’industrialisent et les infrastructures ferroviaires ou routières viennent découper les zones humides. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, la population nantaise explose, la ville de Saint-Herblain s’agrandit jusqu’à rejoindre les côteaux de Loire.

Le site d’enfouissement de Tougas est créé en 1960 à partir d’une décharge sauvage pour faire face à la production croissante de déchets. Il est au départ géré par la Compagnie Générale des Eaux, futur Veolia. Jusqu’en 1992, année de la fermeture du site, la décharge va progressivement s’étendre sur 70 hectares pour accueillir les 5 millions de tonnes de déchets, équivalant au volume de 10 Tour Bretagne.

Continuer la lecture de « Le Parlement de Tougas »

Le ruissellement métropolitain

Redécouvrir les sous-bassins hydriques nantais

Jardins, pâturages, marais, marécages, prairies, drainage, méandres, lacs, étiers, tampon hydraulique, refuges de biodiversité, inaccessibles, délaissés, Tiers paysage … Toutes ces notions sont autant de manières de décrire, d’appréhender les zones humides. Ces espaces s’inscrivent en grande partie dans le cycle de l’eau, récupèrent et accumulent les eaux de ruissellement, régulent les crues et les inondations, échangent avec les nappes phréatiques, à tel point qu’ils peuvent recouvrir la quasi-totalité des sous-bassins versants. Extrêmement intégrées au paysage anthropisé, ces zones deviennent quasiment illisibles tant dans leurs rôles que dans leurs limites géologiques.

Au cœur de la métropole nantaise, les zones humides et leurs cours d’eau sont mis en valeur comme écrin de verdure au cœur de l’urbain, accentuant ainsi leurs limites par une artificialisation des sols importante. On pense alors à la Chézine, la Sèvre Nantaise, l’Erdre ou encore le Cens, corsetés par la spéculation qui pousse à urbaniser des terrains jusqu’ici évités.

Pourtant, de manière contre-intuitive, la sortie des espaces les plus densément peuplés et urbanisés n’empêche pas la transformation profonde des sous-bassins versants. Mais celle-ci est plus difficile à voir. Les cours d’eau des sous-bassins versants sont souvent invisibles par leur drainage, leur artificialisation et leur détournement. De même, bien qu’un changement paysager est en train de s’effectuer, les zones humides adjacentes sont rarement aménagées pour permettre leur découverte.

Mon sentier métropolitain est composé de 3 sentiers manifestes situés à l’Ouest de la métropole nantaise :

Tracé des sentiers sur fond de bassins versants secondaires et tertiaires

1. L’évolution de l’aménagement

Il revient sur l’évolution de notre rapport aux zones humides et de leur intégration dans le paysage urbain et péri-urbain. Il débute au lac de la zone commerciale Atlantis, infrastructure utilitaire à laquelle un traitement paysager a été contraint. On suit ensuite le « sentier d’Hermeland », faisant partie du cours Hermeland imaginé en 1990 comme une « traversée naturelle dans l’urbain ». Le chemin qui suit le ruisseau Pont-Pierre y serpente comme pour évoquer la balade aménagée. Le ruisseau aboutit sur la Carrière Pont-Pierre témoin, à la fois de la réhabilitation d’espaces industriels marquants, mais aussi de la volonté de « singer » la nature via le jardin méditerranéen. Le sentier s’achève au marais de la Pelousière, parfait témoin d’un changement du rapport au paysage des zones humides qui devient un marais d’observation du tiers paysage. La notion de parc s’est progressivement ensauvagée pour aboutir à un aménagement de cheminements dans des espaces de délaissés. Quel impact cela peut avoir sur notre vision de la « Nature » ?

2. Les obstacles au bassin versant

Le second sentier débute sur l’ancienne décharge de Tougas. En aval de tout le sous-bassin traversé, ce site contamine largement les eaux de ruissellement. On traverse ensuite d’importantes infrastructures routières et ferroviaires reliant Nantes à St-Nazaire. Celles-ci viennent endiguer l’ancien lit majeur de la Loire et ainsi contraindre la régulation hydraulique de l’ensemble. En remontant le bassin versant de la Pâtissière, le sentier devient « théorique ». Il est censé passer le long des zones humides qui sont aujourd’hui la propriété du jardin de la Pâtissière. Une importante partie du versant est donc ici privatisée. Lors de la remontée du coteau, le sentier croise les lignes à haute tension qui ont découpé les boisements qui ralentissaient les ruissellements. Enfin, ce second sentier abouti sur le Jardin de la Coutellière, formé collectivement autour du ruisseau protégé de la Coutellière. La gestion communautaire des espaces hydrauliques serait-elle une option ?

3. Le cycle de l’exploitation

Tout commence avec le recueil des ruissellements des versants. En suivant le cours du ruisseau de la Carterie, on traverse des espaces agricoles majoritairement céréaliers. Le ruisseau se déverse dans le lac de Beaulieu. Créé ex-nihilo en 1991, il sert à réguler l’hydrographie de l’aval modifié par les grandes infrastructures mais aussi pour la pêche et la préservation de grands oiseaux. En longeant le marécage puis le marais de Beaulieu, on aperçoit l’aménagement des coteaux de Couëron. Ces espaces humides sont utilisés pour le pâturage en été. Après avoir retraversé la ligne de chemin de fer et les espaces urbains, on découvre les prairies de la Vallée de la Pâtissière. Ces prairies sont dites permanentes. Par le biais d’importants ouvrages hydrauliques, le paysage de marécages a progressivement été drainé pour permettre la pâture toute l’année. Ce paysage particulier de l’estuaire de la Loire est aujourd’hui sous tension. Entre les exploitants, qui ne peuvent en obtenir une assez grande production, et les habitants pour qui l’entretien des étiers est un coût important, les prairies permanentes sont un enjeu important, au regard également de l’importance culturel de ce paysage historique. L’étier de la Vallée de la Pâtissière se déverse dans la Loire par un goulot étranglé par l’artificialisation des berges. Cela entraîne l’accélération de l’envasement des prairies mais aussi des inondations plus violentes. Enfin, le troisième sentier se finit par l’Île de la Liberté en face du port de Couëron. Cet ancien banc de sable de Loire s’est progressivement consolidé en île via la progression du bouchon vaseux. Autrefois pâturé, l’abandon par l’agriculture et l’absence de marnage a permis aux forêts de Loire de se développer et d’envahir progressivement l’île. Serait-ce le sort qui attend l’ensemble des prairies permanentes ?

Les zones humides sont donc des “espaces parapluie”. Leur compréhension et leur entretien consciencieux permet de prendre soin d’un grand nombre de sous espaces et de pratiques. Activités agricoles, gestion de la ressource en eau, inondations, aménités, diversités biologiques sont autant de sujets qui sont abordés par la gestion (ou non) des zones humides. L’ambition de ces sentiers est non pas exhaustive mais une invitation à découvrir nos espaces péri-urbains via les sous-bassins versants et plus particulièrement l’impact des zones humides sur ceux-ci.

4 mars 2022 : deuxième randonnée, de Couëron au Marais Audubon

Pour cette deuxième journée de marche et après avoir pris le train à la gare de Nantes, nous nous sommes retrouvés vers 8h30 devant la gare de Couëron. Nous avons présenté nos objets ramassés la veille à Pétra Marguc qui accompagne la marche aujourd’hui, et grâce à eux nous lui résumons cette précédente journée d’arpentage. Anne Bossé nous explique que lors de cette journée nous allons essayer de chercher la pente, la topographie. Nous entamons à 9h10 une première heure de marche silencieuse, comme hier, en sortant par le nord de Couëron.

Continuer la lecture de « 4 mars 2022 : deuxième randonnée, de Couëron au Marais Audubon »

Chercher l’eau trouble

Lorsque l’on parle de cours d’eau dans une métropole, on a tous un certain imaginaire vis-à-vis de ceux-ci ; des chemins le long de ces ruisseaux riches en biodiversité, mais aussi des espaces publics mêlant l’urbain et la nature, l’humain et le non-humain. Cependant, dans d’autres situations, cet imaginaire vol en éclat lorsque l’on réalise le fonctionnalisme des infrastructures qui ne prennent pas en compte l’existant, ce (et ceux) qui existe(nt).

Continuer la lecture de « Chercher l’eau trouble »

3 Mars 2022 : Première Randonnée, de Orvault à Basse-Indre

Le rendez-vous est donné à 8h30 devant le cimetière-parc, au point le plus au nord de la commune de Nantes. Comme c’est la première fois que nous nous rencontrons, Anne Bossé et Frédéric Barbe nous présentent rapidement le studio Grands sentiers et les objectifs du semestre. Ils nous présentent également Teresa Koenig, une artiste, qui nous accompagnera sur les deux jours de marche.

La consigne pour cette première heure de marche est le silence. Nous commençons par entrer dans le cimetière-parc. Cet endroit questionne le cimetière en tant qu’espace public. S’agit-il simplement d’un lieu de recueillement ou est-il possible de s’y promener, flâner, se reposer?

Nous suivons ensuite le périphérique. Nous croisons des infrastructures sportives, des campements de caravanes puis nous quittons Nantes pour Orvault. Nous sommes désormais au cœur des zones pavillonnaires et des bourgs de banlieue. Nous alternons entre lotissements et chemins arborés jusqu’à atteindre la vallée du Cens. Arrivés au niveau du périphérique, nous nous arrêtons pour notre première pause.

La vallée du Cens, photo personnelle

Ce premier arrêt est animé par Teresa, qui nous propose un exercice vocal en s’inspirant du début de notre parcours. D’abord en contrebas de l’A844, nous nous déplaçons sous le tunnel en béton pour profiter de la réverbération. Cela permet de mettre en commun les sons que nous avons captés pendant cette heure de silence.

Le groupe reprend son chemin en longeant l’autoroute sur plusieurs centaines de mètres, jusqu’à la salle de spectacle l’Odyssée, aux abords de laquelle nous traversons un campement informel, une sorte de petit bidonville comme il en existe plusieurs en périphérie de Nantes. Nous marchons ensuite à travers le quartier de la Bugallière, puis tournons sur notre gauche pour rejoindre le lycée Jules Rieffel. Nous atteignons le chemin de la Morinière que nous empruntons jusqu’à un petit corps de ferme. C’est un groupement de petites maisons en granit recouvertes par la végétation grimpante, une grange, un tracteur. L’ambiance du lieu me rappelle les villages à l’intérieur des terres de Belle-île. Nous nous arrêtons pour la deuxième pause vocale. Teresa nous donne une phrase et une mélodie et nous devons reprendre en chœur. Après plusieurs tentatives d’enregistrement,  la pluie nous pousse à reprendre la marche vers Laënnec.

La ferme de la Morinière, photo personnelle

Après un détour involontaire aux abords d’une aire d’accueil des gens du voyage, nous arrivons aux alentours de 13h à l’hôpital Nord-Laënnec. Il pleut toujours et nous avons besoin d’un endroit à l’abri pour la pause repas – nous demandons l’autorisation de nous installer dans le hall de l’hôpital. Grâce à la négociation de Frédéric avec l’accueil, le groupe peut entrer et rester au chaud et au sec le temps de manger et de prendre un café. Avant de repartir, nous prenons le temps d’échanger quelques remarques sur la marche du matin. Nous évoquons les différents paysages traversés et observés, les situations qui ont pu intriguer les un.e.s et les autres. Nous parlons entre autres du bidonville qui nous questionne sur la limite entre public et privé : le chemin était certes public, mais puisqu’il était approprié par les habitants des caravanes, était-il vraiment possible de traverser ? Si nous avons choisi de passer, il y a tout de même eu une hésitation au sein du groupe.

Nous traversons la N444, par dessus cette fois, et nous arrivons dans la commune de Saint-Herblain. Fréderic Barbe nous amène pour un nouvel arrêt à la ferme de la Coutelière, où nous rencontrons Paul qui tient le lieu depuis 22 ans et qui y a vécu toute sa vie, soit 85 ans. Il nous explique que le terrain, qu’ils ont loué pendant des années, a été vendu à un agriculteur qui espère le revendre plus cher dans quelques années. Ils occupent désormais le lieu de manière illégale, sous la pression du nouveau propriétaire qui déverse de la terre et des gravats pour empêcher l’accès au terrain, ou laboure l’espace de stationnement des voitures.

Discussion avec Paul à la ferme de la Coutelière, photo Oskar Rischewski

 

Après cette discussion, il est temps de se diriger vers le dernier arrêt, le pigeonnier du château de la Pâtissière. La tour est fermée, délaissée mais nous pouvons tout de même nous en approcher. C’est l’heure de la dernière intervention de Teresa, qui chante seule cette fois, en allemand puis en italien. Ces chants closent la journée, puis nous rejoignons la gare de Basse-Indre pour rentrer à Nantes en TER. Le rendez-vous est donné pour le lendemain à 8h30 à Couëron, devant la gare.

Pigeonnier du château de la Patissière, croquis personnel

Suivre les lignes de la métropole nantaise

Le sentier sous les lignes se propose de suivre les lignes électriques au plus près.

Infrastructure nécessaire et même indispensable au bon fonctionnement d’une métropole, les lignes à haute tension occupent depuis plusieurs dizaines d’années une part de plus en plus importante du paysage. Au sein de la métropole nantaise, croissance démographique et augmentation de la demande numérique entraînent l’extension des lignes de distribution électrique. Si l’emplacement de ces lignes tente d’être le plus éloigné possible des zones urbaines pour des questions de sécurité et de santé publique, elles sont toutefois contraintes de s’en approcher et se heurtent à d’autres questions, celles d’impact environnemental et d’intégration paysagère. Ces grands pylônes métalliques s’élevant au-dessus des arbres, dominant le territoire, leur fils tendus dans le ciel parcourant routes, foret, villages et cours d’eau, s’étendant sur des kilomètres entiers. Tableau intriguant et pourtant si commun, qu’on ne les voit plus. Lorsque qu’on les suit où nous mènent-elles ?

Ce sentier sous les lignes propose donc de traverser le secteur ouest de la métropole nantaise en zigzaguant, traversant, s’approchant au plus près des lignes à haute tension. A travers ce parcours le but est de se rapprocher de ces infrastructures techniques de grande échelle, habituellement perçues depuis une vision lointaine, afin de mieux comprendre leur insertion dans nos paysages.

Partant du principale poste électrique de la métropole à Cheviré, tour à tour le sentier croise les lignes au point de pouvoir être directement sous celles-ci, puis s’éloignent aux aléas des routes, des chemins, pour redevenir une forme perdue dans un grand paysage.

Quels paysages traversent ces lignes ? A quel point peut-on s’en approcher ? Ce sentier propose de prendre toute la mesure de telles infrastructures dans notre paysage quotidien.

Sentier des Arts Faire

Subvenir

Consommer, se soigner, prendre soin de soi et des autres, gagner de l’argent. Des actions que l’on réalise tou·te·s en somme. Pourtant, chez chacun·e·s de nous, ces pratiques prennent des formes différentes, en des lieux divers. Quels sont les moyens déployés pour tirer notre subsistance du monde qui nous est imposé ?

Sous les conseils de Michel de Certeau (L’invention du quotidien, 1980), se sentier vous propose de partir à la rencontre des pratiques ordinaires, créatives, bricoleuses et rusées que nous déployons pour survivre au monde, les manières de faire. Le recours à cette notion permet de penser l’articulation entre visite de sentier, regard porté et discours tenu sur le lieu que l’on traverse. Nous serons alors attentifs aux manières de marcher afin que traverser ce sentier soit déjà prendre part à aux manières de faire présentées, cela, avec l’objectif final de brouiller les limites entre visiteur·euse·s et visité·e·s.

Théâtre de rue

Afin de mettre en œuvre les objectifs précédemment décrits, le sentier est pensé comme une performance déambulée et théâtralisée. Ce sentier scénarisé se compose de plusieurs actes ou tableaux. Chaque tableau est pensé comme une boucle au cours de laquelle se déroule une performance rendant compte d’une facette différente des manières de faires dans le Sud-Ouest de Nantes. Le reste des marches se fait sans discours tenu sur les parties traversées afin de permettre de temps moins formels de rencontre entre acteurs et spectateurs, il est néanmoins prévu de traverser des lieux qui font échos aux manières de faire. De plus, être présent sur le sentier c’est déjà regarder la ville sous le prisme des arts de faire et ainsi les voir là où nos chemins habituels ont tendance à les ignorer.

A chaque étape, les tableaux sont pensés par les acteur·trice·s et habitant·e·s du quartier traversé en partenariat avec les associations de théâtre ancrées dans le territoires. Dès lors les urbanistes, architectes et géographes se font les scénographes de la ville. Chaque tableau est pensé afin de révéler une ou plusieurs manières de faire qui prennent place dans le lieu traversé par le sentier. Le recours au théâtre et ses formes dérivées permet un jeu entre réalité et fiction afin d’une part, produire un discours sur l’espace traversé, d’autre part, révéler l’espace traversé du point de vue de celles et ceux qui le pratiquent tous les jours. Ces derniers ont ainsi le choix de ce qu’ils disent et montrent. Le choix en somme de ce qu’ils veulent donner à voir et comprendre aux spectateur·trice·s.

Les premières prestations se feront alors sur un sentier tracé sur carte et non-aménagé, puis c’est la portée du discours et des visites qui auront pour effet d’infléchir des politiques publiques pour l’aménagement des abords du sentier.

Sentier des arts de faire

Tableau 1_ La mécanique de rue (scénario fictif)

La Soufflerie, un espace de fabrication de concerts, théâtres et spectacles de danse, situé au cœur du quartier du Château (zone QPV), s’empare de l’appel à projet. Le centre socio-culture et l’atelier théâtre du château se joignent au projet ainsi qu’un jeune collectif d’architectes, un urbaniste et une sociologue et des habitant·e·s du quartier affilié·e·s a aucune association. Après quelques mois de préparation, ils·elles sont prêt·e·s à prendre part à la première performance déambulée.

Le 1ère prestation démarre sur un monologue revendicateur : « Chômeurs, inactifs, paresseux, assistés, cas sociaux, … Et si je vous disais que ceux qui ne font rien passent en réalité leurs journées à travailler. ». Nous sommes alors allées de Provence. A notre droite se trouve une longue barre délabrée. A gauche, des voitures sont garées en épi, quelques-unes ont le capo ouvert. De voiture en voiture, les comédiens jouent de courtes scènes évoquant des situations quotidiennes : vidange, réparation de moteur, changement de roue, … certains travaillent seuls d’autres en famille. Très vite, nous arrivons au bout de l’allée, à gauche, l’allée de Touraine dévoile le commissariat de Police de la ville de Rezé, l’occasion pour les acteurs de jouer une interpellation policière : « Deux individus ont été interpelée car ils s’adonnaient à la pratique illégale de la mécanique sauvage. » Nous poursuivons notre chemin rue du lieutenant Monti, à la frontière de la zone QPV, à droite des pavillons à gauche des barres de grand-ensemble, paysage de bordure classique. 

Zoom sur tableau 1_La mécanique de rue

Les spect-acteurs sont invités à intervenir à tout instant, à faire corps avec la proposition, penser des alternatives possibles aux problèmes présentés.  On découvre alors la complexité de la mécanique de rue, son caractère artisanale. On prend à gauche, allée de Guérande, un comédien-mécanicien nous précise : « ici on fait de la mécanique clinique, les garagistes conventionnels prendraient jamais la peine de réaliser des opération si complexes ». On en apprend un peu plus sur les raisons qui sous-tendent ce travail et notamment son caractère nécessaire, de subsistance.

Les effets du sentier

La déambulation invite alors les spect-acteur·trice·s à poser un regard différent sur la mécanique de rue et requestionner la notion de travail. L’inclusion de la mécanique de rue au le champs des arts de faire accorde une valeur positive à ce travail. Les dispositifs en place fondés sur la responsabilisation des chômeur·euses·s qui jusque-là pouvait avoir des effets culpabilisants et se trouver non-adapté à une grande partie des habitant·e·s du quartier changent petit à petit pour laisser plus de place au déploiement d’autres activités, d’autres économies.

Les mécaniciens s’organisent et les architectes les accompagnent. Ils investissent des locaux abandonnés et y aménagent un atelier de réparation mécanique. Le parking, qui souffrait d’une réputation négative chez des architectes et urbanistes fait l’objet d’une attention nouvelle dans le projet de réhabilitation du Château. En effet, alors que jusque-là, les documents officiels détaillaient des intervention massives de rénovation et de démolition aux moyens de grands mailles piétons, d’absence de voitures et qui visaient l’objectif final d’une redistribution des population pour une mixité sociale évoluent vers une proposition plus en accord avec la population actuelle qui y réside et non plus simplement la population nouvelle qu’ils souhaitent attirer.

Tableau 2_ « Jardin des 3 moulins » association ECOS (scénario fictif)

Le second tableau est pensé par l’association ECOS qui choisie de nous faire visiter le Jardin des 3 moulins. Ecos est une association qui mêle pratique artistique, jardinage et sensibilisation aux enjeux écologiques afin de construire un savoir sur les thème de la biodiversité dans l’espace public métropolitain.

L’association nous propose aujourd’hui la visite théâtralisée du jardin des 3 Moulins et les environs du quartiers. On découvre ainsi les jardins familiaux, espaces de stockage et de convivialités pensées par les habitant·e·s eux·elles-mêmes (tables de pique-nique, composteurs,) qui impactent une vie de quartier entière. Ils ajoutent « tout le monde est le bienvenu à tout instant, pour participer au jardin ou simplement se promener ».

Tableau 3 _ « Travail domestique » (scénario fictif)

Le troisième tableau se situe au Parc de Praud. Le rendez-vous est donné au pied du manoir de Praud. C’est cette demeure abandonnée aux fenêtres clôturés de parpaings que l’association des « mamans de Rezé » choisit pour dénoncer la division sexuée du travail domestique.

La visite du manoir puis du parc et des jeux pour enfants rendent compte de la charge mentale qui pèse sur les femmes qui ont en majorité la responsabilité du travail ménager, de la confection des repas, du soins des enfants, du travail éducatif… On les voit à travers une mise en scène calibrée, se déplacer dans l’espace public et porter les courses, pousser des poussettes, s’occuper des enfants… et ainsi rendre compte d’un espace urbain qui souvent oublie de prendre en compte le travail domestique.

Tableau 4_ « Les compagnons » (scénario fictif)

Les compagnons Emmaüs présentent le dernier tableau. Face à leurs locaux à Bouguenais, ils nous proposent une visite axée sur l’accueil, le travail et la solidarité pour les personnes en situation d’exclusion sociale.

Leur prestation montre leur locaux incroyables et les environs du quartier. Partout sur notre chemin, des objets sur le sol (meubles, décoration, électroménager, …) créent une scénographie inattendue.

Fermeture de rideau

Spect-acteurs et spect-actrices restent comme accroché·e·s aux scènes qui se sont déroulées sur leurs yeux, aux expériences qu’ils ont vécues, aux rencontres qu’ils ont faites. Les activités quotidiennes, les gestes banales, la manières de faire et de répondre à nos besoins mais aussi les préjugés perçus comme évidents que parce qu’ils ne sont pas requestionnés, notre usage du sol, de la terre, tous les actes inconscients et pourtant opérants que l’on fait tou·te·s nous placent dans la communauté des habitant·e·s du monde.

Délimite, des limites.

De Bouguenais au Pèlerin,
48 km de sentier pour traverser les limites de propriétés et s’intéresser aux communs.
Source: Lena Guillo, Nadja Warnant.

 

 

Avant de commencer à marcher, on prend les transports en commun. 

Le bus nous dépose le long d’une départementale, à côté de La Ville-Au-Denis, une ligne droite qui suit les courbes des vallons. On prend une passerelle qui nous fait survoler le trafic, on arrive dans une zone pavillonnaire. Une longue rue bordée de maisons. La perspective est impressionnante. Des voitures garées devant des garages, des entrées travaillées, des gazons mis en scène et puis des barrières, des clôtures, des murets, des haies, tout un vocabulaire de la délimitation.  
Avant de continuer à s’engouffrer dans cette rue qui semble ne pas se finir, on tourne dans une rue entre deux maisons : un panneau indique “jardins familiaux”.  Ici un seul sol, découpé en petits lopins de terre cultivée, et chacun semble savoir exactement ce qui lui appartient. Quelques grands-pères à moitié sourds bêchent soigneusement la terre humide, un père de famille désherbe pendant que sa fille joue entre les réservoirs d’eau et en arrière-plan, le son continu de la route. Il y a des petites cabanes, des sceaux, des parpaings, l’ensemble parait assez humble et modeste. Rien d’extravagant, rien qui ne soit en surplus, pas même des fleurs, tout à l’air d’être consommable ou permettant de consommer. 
On en ressort et revenons à cette rue qui nous ferait presque croire que nous sommes dans un film américain. Elle se termine par l’entrée dans une zone d’activité. Entre la gendarmerie et une entreprise de joints nantais, se trouve Terrasalica, une micro jardinerie éco-responsable. Premier arrêt, il se fera dans un petit hangar, pour prendre la température et comprendre ce que veut dire jardiner.  
Un rond-point, une passerelle et un autre rond-point, et Jardiland. Deuxième arrêt ou plutôt, autre temps de la marche : on continuera de marcher dans ce supermarché du vivant : tout ce qui y touche de près ou de loin peut y être acheté. On y déambule lentement en s’intéressant à la mise en scène et surtout en suivant le parcours tout tracé. Rien n’indique le sens de la marche mais nous le trouvons tout.e seul.e. Le plus difficile est de repartir les mains vides. Même pas un petit cactus ?  
Les plus courageux.ses s’intéresseront au détour qui propose d’aller voir le cimetière paysager de Moulin-Laheux : rares sont les cimetières français à avancer des espaces engazonnés et plantés. Il peut aussi être l’occasion de répertorier les espèces végétales (véritables ou synthétiques) les plus utilisées lorsque l’on parle de la mort.  
Si l’on revient sur nos pas, on se retrouve dans une zone clairsemée de maisons, un chemin de terre apparaît pour nous inviter à marcher entre les champs. D’ici on observe des morceaux d’aéroports et surtout on voit les avions décoller. Sans transition c’est la zone d’activité Du Chaffault, tenant son nom d’un château, détruit en 2009, pour faire place à l’industrie de l’aéronautique.  Le nom du château est inscrit sur la carte, un peu par devoir de mémoire. Rien d’étonnant, mais ici tout est grillagé, intraversable. Il faudra, en plus de raser la départementale, longer les hangars et s’insérer dans les allées dès que cela sera possible. Nos corps se sentent touts petits et vulnérables. La fin de la zone d’activité est brusque: le bardage métallique s’efface pour laisser place à des formes feuillus. On retrouve les champs, les prés, les vignes et les routes de campagne.  
On arrive aux Epinais, sur notre droite, un espace public avec une aire de jeu pour enfants, c’était un communaux auparavant. Trace des gestions de territoire avant le remembrement et l’individualisation de tout usage. Avant de traverser le bourg on remonte de quelques mètres la départementale. Drôle de mélange : de gros camions sortant de Du Chaffault passent à côté d’un vieille maison bourgeoise (anciennement celle de M. Jamet, propriétaire de vignes au XVIIIe siècle). Au rond-point on prendra à la troisième sortie, pour se diriger vers l’aéroport. Sur la route du Frémiou, on croise un regroupement de maisons, sûrement un ancien corps de ferme que la famille s’est redivisé.  On hésite à y entrer, privé ou public ? En même temps on se dit que si la voiture Google l’a fait, nous aussi. Au milieu de ces maisons de différents âges, on voit des panneaux, des écriteaux avec des slogans. Comme un air de déjà-vu. Le Frémiou rassemblé avec La Blanchardais et d’autres hameaux est devenu le quartier général d’une nouvelle ZAD. Une zone à défendre contre le projet d’agrandissement de l’aéroport.  
Nous reprenons la route du Frémiou pour approcher ce spécimen, nous suivons le haut grillage de l’aéroport. On s’arrête pour observer le spectacle de la piste d’atterrissage et on s’imagine la destination ou la provenance des avions. Sur la route, des cavaliers, des coureurs, des cyclistes empruntent le même chemin.  
Le bourg se rapproche, un patchwork de maisons se frottent et forment un ensemble curieux, on souhaiterait approcher, regarder au-dessus des clôtures, des haies, mais les panneaux de propriété privées et “attention le chien traverse en 4 secondes” nous en dissuadent assez facilement.  

Direction le Champs de Foire, le long (encore une fois) d’une départementale. On longe quelques vignes, et des maisons apparaissent, bordant la route. Entre deux maisons, une allée (la seule) est laissée vide. On s’y engouffre. Comme un couloir entre un vieux mur en pierres et des barrières de chantier. Chacun renfermant un jardin. L’un, pittoresque avec des statuettes aux allures gréco-romaines, l’autre plus pragmatique, avec des jeux pour enfant. Le premier se laisse ouvrir sur un morceau de terrain dont on ne sait pas à qui il appartient. Quelques arbres dessinent brièvement les contours de cette parcelle. Limites auxquels le voisin semble tenir car la pelouse tondue prend la place d’une clôture. A cheval sur les deux terrains, une taupe (rebelle) se moque des propriétaires. Ses monticules de terre laissent deviner le réseau souterrain qui relie les deux terrains. Elle deviendra notre mascotte pour le sentier. 
On rebrousse chemin et de nouveau sur la départementale continuons jusqu’à trouver la route de la Groissonnerie et un bout du PR en traversant un centre équestre, puis remontons le long de la Marionnière (le suffixe -ière peut se traduire par propriété quand il est associé à un nom de personne). Pour pouvoir progresser vers l’Ouest, on entre dans le château du Souché, manoir médiéval, c’est aussi un vignoble. Pour éviter de se faire remarquer, mieux vaut se dépêcher. Un chemin d’exploitation part de la bâtisse et nous emmène à travers les vignes, il s’arrête et nous laisse couper par les vignes,  leur orientation nous indique la direction à prendre. Quelques-uns en profitent pour grapiller quelques grappes. 
La marche continue jusqu’à la route de la Bouvaiserie, des petites maisons éparpillées ici et là jonchent notre trajet. Un petit chemin parallèle à la route nous fait rentrer dans un petit bois.  De retour sur la D11, un chemin nous emmène à travers champs, ou plutôt à travers vigne. Cette balade bucolique se termine sur un ensemble de lotissements, La Roderie; notre porte d’entrée dans la commune de Bouaye. La route réapparaît assez vite : entre muscadet et habitations cette grosse départementale relie le Sud-Ouest à Nantes. Sur notre gauche un petit pavillon de château apparaît, laissé comme un petit reliquat d’une époque passé, il semble presque faux, posé ici, à côté d’une route. Surtout qu’à quelques mètres de lui s’est installé un Super U. On traverse son parking et prenons un bout de route qui longe le supermarché. C’est le début d’une coupe urbaine, d’un enchaînement de situations et de paysages qu’on n’aurait pas pu imaginer être accolées. 
L’accès de livraison nous mène aux coulisses de la grande enseigne -le stockage, les camions, les monte-charges et les palettes se cachent derrière un imposant mur blanc- et se transforme en petit sentier de terre, interdit aux véhicules. Marchant le long d’un près d’herbe, il débouche sur une première zone pavillonnaire. On l’estime datant des années soixante : des petites maisons aux volets bordeaux ou vert sapin, aux pelouses bien tondues, et aux rues désertes. En continuant tout droit, comme à l’arrière de ce premier décor, se trouve une autre zone pavillonnaire, celle-ci beaucoup plus récente, l’Epine. L’asphalte encore bien noir, laisse découvrir un autre quartier bien rangé, comme toujours en construction. Ici, le design des boîtes aux lettres est assorti aux menuiseries et aux gouttières gris anthracite. La végétation, quasi inexistante si ce n’est la pelouse, semble encore bien jeune et fraîchement plantée. Les clôtures basses et les grandes ouvertures en nous laissant observer nous font aussi sentir observer. Alors que nous sommes dans la rue, on se sent complètement étranger.es, comme si nous étions déjà chez les gens, à partager leur intimité. Au bout de l’impasse, un chemin de terre se dessine, c’est le chemin du Pavillon de l’Epine.  Ce doit être elle, la maison de l’Epine, seule vieille bâtisse parmi ces lotissements. Elle donne sur ce qui devaient être d’anciennes vignes. Pourtant la terre est retournée, en attente de futures maisons. La route nous indique de continuer vers le chemin d’Herbauges. Toujours dans notre coupe urbaine, on remarque que se confrontent plusieurs notions d’intimité, tandis qu’une des maisons se laisse totalement être observée, sa voisine d’en face monte une haie bien épaisse à plus de deux mètres de haut. Le chemin continue et avant de passer sous les rails, le paysage s’ouvre sur un champ de vigne avec en arrière-plan de nouveaux logements collectifs fraîchement livrés. Le domaine des Herbauges apparaît après être passé sous les rails. Il prend son nom d’une légende, située à l’emplacement du lac de Grand-lieu, la cité des Herbauges aurait été le lieu des pires débauches païennes que Dieu aurait fait ensevelir sous le lac. Ici aucune trace de ce mythe, seulement un vignoble. Des vignes et quelques bâtiments cohabitent, certains pour la production et la vente du vin, le reste comme habitation. La carte indique un chemin au bout, on doit donc traverser tout ce corps de bâtiments. En marchant entre les maisons on ne sait pas très bien si on peut être ici, rien n’indique que ce n’est pas possible pourtant le regard d’une petite fille nous fait comprendre que nous sommes chez elle. Le chemin nous fait passer à travers les vignes, sûrement celle du domaine.  

On se retrouve sur une route très fréquentée, à marcher en file les un.es derrières les autres alors que des voitures nous dépasse, c’est la seule voie qui traverse ce bout de marais. On passe devant une habitation, qui par un une haie taillée en forme d’arche nous invite à marcher sur l’herbe, le long des vignes, pour ensuite rejoindre une route beaucoup moins empruntée. On prend le temps d’observer les paysages agricoles : des fermes, des prés, des bottes de foin. 
On arrive au Buttay, encore une fois on ne sait pas très bien comment lire cet ensemble de bâtiments, sûrement une seule et même propriété divisée en plusieurs lieux, et la route au milieu de tout ça venant re-segmenter l’unité. C’est elle qui nous permet d’être là, de pouvoir se balader et d’observer ce qu’il se passe chez eux. Un chemin descend vers les marais. Avant de s’enfoncer dans les sous-bois, on se retourne, et on se dit que ce plan, avec la route bordée par ces arbres, menant à la grande maison du Buttay pourrait être une séquence de cinéma (cette fois-ci français).  
Longeant les bras d’eau et les prairies humides, le chemin parfois s’efface et l’on marche sur des poteaux électriques couchés, servant de pont.  
la route continue vers le Coin aux Rats, petite zone d’habitation, des maisons aux rideaux à dentelle laissent deviner qui habite ici. C’est l’entrée de Saint-Mars-de-Coutais. Ici, on fait exprès de se perdre parmi les rues avec comme intention de voir le plus de résidentiel possible.  
On chemine entre les pavillons blanc vif, toujours en installation. L’impression de naviguer dans un monde en cours, où rien ne dépasse. Le bourg arrive et les maisons se rapprochent, la rue principale de Saint-Mars-de-Coutais une grande ligne droite, nous offre la perspective jusqu’à sa fin. On passe à côté d’un château, au-dessus du Tenu, petite pause bucolique avant de sortir du bourg. 

La route continue, le sentier nous fait passer dans un petit bois, à côté du Marais Commun, petit clin d’œil à la thématique. La sortie est franche, un passage à niveau et de nouveau dans une zone résidentielle : le crépis est rose et les parpaings fraîchement posés. A un carrefour deux palmiers nous indiquent la direction, on tourne, décidés à tenter de traverser les marais, entre les prés et les vaches. Le marais se termine par un corps de ferme que l’on doit traverser. Beaumanoir d’après la carte.  
On laisse le manoir derrière nous et reprenons la départementale, et longeons un mur de pierres sèches cachant le château de La Rivière. N’ayant vu aucune information sur ledit château, nous décidons de faire un détour. Grosse maison du XIXe siècle, il est impossible de s’en approcher, tout est soigneusement fermé, pourtant le chemin continue et nous emmène dans un sous-bois, jusqu’à revenir sur la départementale, et bientôt l’entrée de Port-Saint-père. Finalement entre le château et les maisons plus modestes du bourg, c’est presque le même langage lorsqu’il s’agit de parler de frontières, la seule différence est la hauteur ; les murets, les haies, les grillages nous laissent apercevoir les même enjeux de vouloir délimiter sa parcelle. On se perd entre les allées désertes. Ici rien ne semble avoir changé depuis pas mal d’années, les maisons sont toujours aussi similaires, et les pelouses toujours aussi bien tondues. Avant de sortir de Saint-Père et de traverser la rive, le camping semble être le seul lieu paysagé accessible. On remarque que très simplement les arbres sont utilisés comme limites des emplacements des campeurs. Plantés aux coins des parcelles ils agissent comme marqueurs. 
L’Acheneau, frontière avec la ville de Saint-Léger-Les-Vignes. 
On bifurque directement vers la Grande Vigne. Le nom nous a interpellés, pourtant aucune trace de vigne, seulement quelques maisons et des prés. Les maisons sont neuves, vêtues de ce même crépies rose clair que l’on retrouve souvent dans le sentier. On a comme l’impression que c’est le même constructeur qui a récupéré tout le marché. On passe le long d’un petit sentier, surement un chemin d’exploitation et longeons les champs. On arrive au Grand Fief et après avoir fait quelques fait centaine de mètres :  un cul de sac. L’idée est bien de réfléchir sur la notion de propriété non ? Comme la taupe, on décide de se moquer des frontières, des délimitations, passons par un corps de ferme et coupons à travers champs, jusqu’à rattraper un sentier.  

Arrivée au Port Hamoneau, des petites barques, des tables de pique-nique, un ponton d’observation nous disent que c’est un lieu à observer. Il suffit de longer le marais et de suivre le sentier le plus loin possible. Il s’aventure dans les prairies humides pour les plus chanceux, ou continue dans l’eau pour les plus téméraires. Il croise plusieurs douves et se perd. Il faut faire confiance à la carte et à ses sens pour retrouver la Proutière (anciennement Prévôtière, fondée par le prévôt, surnom pour ceux « qui se prenaient pour un officier de justice »). Des maisons en pierre bordent la route de chaque côté. Le lieu semble avoir été épargné de la folie du lotissement. Le sentier se termine à Jasson, comme s’il était une personne, un propriétaire, tout à l’air de lui appartenir : La Ferme de Jasson, les Landes de Jasson, la chapelle de Jasson

 

Léna Guillo, Nadja Warnant

Le mystère de l’Ermitage de Saint-Hermeland

Me voilà arrivé dans la cité des trois îles, plus précisément à Indret, zone mystérieuse repérée sur la carte IGN suscitant hautement ma curiosité. D’abord détachée du reste de sa commune, puis isolée par des grandes prairies humides et l’estuaire de la Loire, Indret parait historiquement et spatialement garder son ancien passé d’île. Arrivé en bateau, ou plutôt en BAC, j’ai d’abord été frappé par la forte identité industrielle d’Indret et son gigantisme. Constructions soit hautes, soit massives, le relief d’Indret vient scinder le paysage ligérien. Si mon objectif premier était de traverser la fonderie d’Indret, aujourd’hui aux mains de Naval Group, je me suis rapidement rendu compte de l’impossibilité de ce franchissement. Indret, c’est une ville, un extrait de ville, une île fortifiée ! C’est aussi un grand soin apporté au contrôle et à la protection des regards. Des kilomètres linéaires de murs et grillages l’encerclent. Y faire le tour implique de longer la Loire mais cela est également impossible. Recalé à la frontière sud d’Indret, j’engage ma traversée d’est en ouest. Déçu de cette mise à distance, je persiste. Et voilà que je ne vais pas être déçu…


Arrivé plein ouest, bientôt « en bout d’île », et face à ce qui semble être une impasse, je vois au loin une prairie hautement herborisée avec une matérialité inhabituelle contrastant hautement avec le béton et les métaux de l’usine Naval Group. À cette distance, il s’agit d’un simple agglomérat de pierre s’élevant dans les airs. En m’approchant, bien que difficilement à travers les hautes herbes, je me rends finalement compte que ces pierres ont été soigneusement disposées par la main de l’homme pour former une sorte de grotte formée de deux tours étonnamment liées entre elles. Mais qui y a-t-il à l’intérieur ? Aucun accès n’est encore possible. Cette île semble vouloir conserver des secrets et maintenir un mystère que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de ses remparts.

Photographie du trouble insulaire et en dérive. 8 avril 2021

En effet, ces 2 tours que je qualifierais de « Trouble » semblent être protégées par une triple frontière : localisation égarée ; accessibilité envahissante ; enveloppe-muraille. Il faut dire que ce Trouble est très bien caché. Qui viendrait construire ce genre d’édifice en impasse et en périphérie d’une zone industrielle, sur une ancienne île entourée de rien ? D’une autre part, son accessibilité laisse à désirer, et vient même contrer la marche. Des hautes herbes, on y voit même plus où poser le pied. Une pente ascendante sans prise à laquelle se retenir. C’est un véritable périple pour arriver jusqu’à lui. Le Trouble laissé inerte, comme la prairie non entretenue, semble être une dérive dans le temps, conservé volontairement à l’état d’oubli. Puis c’est son enveloppe de pierres qui vient empêcher l’accès à son contenu, à son intérieur. Tel 2 tours tombées du ciel puis brisées au tier, elles semblent faire muraille à une haute divinité qu’elles protégeraient. Et en prime, la nature s’en mêle une fois de plus. Le lierre s’accrochant à lui vient à former le liant entre les pierres. Véritable élément structurelle, il tend à renforcer la tenue du Trouble dans le temps ainsi que le caractère infranchissable de son enveloppe-muraille.

Je reste là, autour de lui, tournant encore et encore. Les mêmes questions se ressassent. Qu’a-t-il à me révéler ? Quel est son utilité ? Que peut-on faire dans un espace si étroit ? Empreint de curiosité, je mène alors quelques recherches historiques. À ma grande surprise, ce n’est pas une grotte divine mais un refuge, plus précisément un ermitage qu’on nomme également l’oratoire de Saint Hermeland. Oratoire et Ermitage rapportent tous les deux au besoin de se mettre à l’écart. Si le premier est un petit lieu consacré à la prière à l’usage d’une personne ou d’une famille, le second se dit être l’habitation d’un ermite. D’après son nom, cet édifice était alors l’habitat et le lieu de prière de Saint Hermeland, grand personnage historique du 7ème siècle du territoire Nantais. Initialement destiné à faire carrière dans les armes, il fit connaître sa décision de quitter la cour du Roi afin de se consacrer à une vie religieuse. En 670, Les nantais émirent le souhait de voir se fonder dans la région un nouveau monastère. De cette occasion, Hermeland partit pour le diocèse de Nantes. Parvenu dans la capitale des namnètes, il demanda une barque pour descendre la Loire jusqu’à la mer et reconnaître l’endroit qui lui paraîtrait le plus approprié. « Il descendit ainsi la Loire et arriva sur une île un peu en aval. Celle-ci, bien buttée, mettait le lieu à l’abri des inondations et pouvait permettre de dégager des terrains propres à l’implantation des cultures nécessaires. Il aurait nommé le lieu Antrum (antre). Par déformation ce nom se serait transformé par la suite en Aindre puis Indre (nom actuel de la commune). En face, au milieu du fleuve, une autre île plus petite qui lui sembla propre à accueillir ses méditations. Il la nomma Antricinum (petite antre) qui devint également par déformation Aindrette puis Indret »1. Saint Hermeland aimait particulièrement traverser la Loire et venir se recueillir dans la partie ouest d’Antricinum dans ce petit oratoire. Tous les carêmes, Hermeland s’y retirait avec quelques religieux, pour s’y préparer à célébrer la fête de Pâques. Empreint d’un ascétisme hors du commun, il passa la fin de sa vie ermite à Indret, dans son ancien oratoire, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on nomme à la fois cet édifice Oratoire et Ermitage.

Aujourd’hui encore, l’état de conservation de l’Ermitage de Saint-Hermeland est incroyable. En effet, les marches pour accéder à sa toiture semblent poursuivre l’atteinte des cieux. Propriété de personne, ou du moins c’est là perception que l’on en a, je ressens la fierté de cette découverte vaguement référencée et très peu informée, et j’apprécie pouvoir l’arpenter. Les marches tournant autour de l’ermitage encouragent d’autant plus son exploration qu’elle donne la sensation de s’élever au même titre que les tours avoisinantes, offrant un point de vue unique sur l’usine. Dans un environnement tantôt contrasté ; je pense au contraste d’époque et de matériaux, puis tantôt mystique ; je pense notamment aux coussins de mousses verdoyants et aux pierres polies près du chenal, cet ermitage cultive l’héritage des pèlerins, la transformation du territoire ligérien et les ambiances de l’âge de Pierre presque fantaisistes et étonnamment similaires à celles retranscrites dans nos dessins animés d’enfances.

Alors que j’y retenais la notion d’attente, de repos, d’isolement, de tranquillité et de contemplation en raison de son nom et son emplacement, j’ai récemment appris qu’il a été le fruit d’une expertise patrimoniale en 1982. Le verdict est le suivant, « L’intérieur de l’ermitage, difficilement identifiable, est du XIX siècle. Dans son état actuel, l’édifice proprement dit peut-être considéré comme une curiosité architecturale intéressante, d’un âge difficile à définir, mais pas très ancien (3 à 400 ans), sans intérêt archéologique »2. Pour d’autres, il s’agirait bel et bien d’une tour de défense mais bâtie au XVIIIe siècle sur laquelle on pouvait poser un canon afin de permettre la défense, en aval, des arsenaux tout proches. Le temps a passé, le rôle défensif de la construction n’étant plus d’actualité, une poignée de romantiques, représentatifs de leur époque, auraient transformé la vieille tour en vestige d’ermitage habillé d’un placage de gros blocs de pierre dans le style carolingien vers la fin XIX siècle. À ce sujet, les avis divergent une nouvelle fois. Il s’agirait bien originellement d’un ermitage datant de plus de 1000 ans mais qui serait devenue une loge de gardien. Alors quel est le vrai du faux ? Fiction, fantaisie ou réalité ? Peut-être est-ce là l’âme du lieu : un mystère tourné autour du Mythe de l’Ermitage. Retirer ce mythe, c’est retirer une part de son histoire et à chacun, notre âme d’enfant. Alors pourquoi pas essayer de le faire perdurer encore un peu ?

1Saint Hermeland, moine. Société d’Histoire de Saint-Jean-de-Boiseau.
2Saints de Loire-Atlantique : Hermeland d’Indre. Agence Bretagne Presse, publié le 19/03/12

Symbologie, mythologie et perception dessinées de l’Ermitage de Saint-Hermeland – production personnelle.

L’Attiko monopati de Jordi Ballesta

Jordi Ballesta est géographe, chercheur et photographe. En novembre 2000, il s’installe à Athènes dans le but de travailler sur la part de l’espace urbain qui échappe à la main des urbanistes. Cependant, une question se pose : comment produire de la connaissance sans savoir parler un mot de la langue du pays dans lequel il se trouve ? Pour cela, il met en place une stratégie qui lui permet de contourner ses lacunes en faisant usage de la voie graphique. Et plus spécialement de la photographie.

Il part à la découverte de ce territoire urbain qui n’en finit plus et développe la notion de photo-géographie (ou encore géo-photographie). Il s’agit d’employer la photographie pour éclairer des sujets que l’écriture ne parvient pas à révéler. Et plus que l’illustration d’un propos, la photographie vient le compléter.

Au printemps 2018, Ballesta participe au mouvement des sentiers métropolitains avec la création de l’Attiko monopati, un parcours de plus de 300km de long, pensé en 8 étapes et qui permet de visiter la capitale grecque, ‘‘hors de tout véhicule motorisé’’. Le parcours traverse l’Attique d’est en ouest par un lacet qui se noue au « mont des Turcs » devenant alors à la fois un lieu de recherche, un lieu de promenade mais aussi une infrastructure de transport (24,4 km pour aller de Marathon à Nea Pendeli , 21,2 km de Nea Pendeli à Ambelokipi, 15,5 km d’Ambelokipi au Pirée, etc).

Mettant de côté les cartes, Jordi Ballesta choisit la photographie pour documenter et interroger l’itinéraire parcouru. La photographie devient vectrice de relation et de discussion avec les habitants et permet alors de s’ancrer dans le territoire et d’avoir une expérience immersive de la ville. C’est ce que le géographe, photographe et explorateur américain John Brinckerhoff Jackson appelle le “paysage vernaculaire”: celui des pratiques de tous les jours, utilitaire, et bien loin du paysage-décor, esthétique et peint.

Source :

  • Le bureau des guides (http://www.gr2013.fr/attiko-monopati/?fbclid=IwAR1zTfKoFrtR7MmnTsqq52zn2Ylh7kyTHRKG4pTNg2H0_F7JpcNdqOIMKBQ)
  • Géographie, photographie, polygraphie : retour sur
    l’établissement d’une méthode d’enquête
    ” Jordi Ballesta