Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)
Continuer la lecture de « Au service du damier de la Succise »

Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou

Le sentier qui vous était proposé dans les articles précédents envisageait la marche comme une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et les entités plus qu’humaines qui peuplent les marges de la métropole. A cheval sur deux bassins-versants, entre l’Erdre et la Loire, son tracé suit les lignes d’une glyphe celte plaquée sur le sol, symbole de l’élément eau. Le marcheur relie ainsi des nœuds où se trouvent des singularités du paysage liées à l’eau : une mare, une source, un puits, une station d’épuration, une pompe… Depuis ces nœuds pourraient se jouer de nouvelles formes de rituels, liées à l’eau, dont le projet de la maison-source est un exemple.

Le village de la Gouachère dans la dynamique des bassins-versants d’Erdre et Loire (document de l’auteur)

Le sentier Pertho nous a conduit jusqu’à la Gouachère, un village excentré du reste de la métropole et de ses infrastructures, en aplomb de Nantes et de Carquefou. L’eau y est présente sous de nombreuses formes. A la surface, on la voit dans les mares, les noues, les prairies humides ou dans de petites sources, connues de ses habitants. Malgré cela, elle n’est bue ou utilisée que par un très petit nombre d’entre eux. Le village est en effet relié au grand réseau métropolitain.

La Gouachère et la vallée de la Chalandière (document de l’auteur)

La maison-source se propose d’offrir aux habitants de la Gouachère, ainsi qu’aux marcheurs du sentier Pertho, un accès à l’eau de la vallée et aux services qu’elle peut rendre aux humains. On y trouve notamment des douches, une laverie et accès à une eau potable. Elle se trouve en bordure du village, en partie haute d’une prairie humide. Du fait de la courbure naturelle du site, les eaux de pluie, qui du village viennent s’infiltrer dans le pré, ont tendance à se concentrer rapidement à l’est de la parcelle, rejoignant ainsi plus directement le petit ruisseau situé en contre-bas. Les trois bâtiments de la maison-source sont implantés de façon à inonder plus largement la prairie pour stocker plus d’eau dans les sols, en faisant glisser les eaux de pluie aux pieds des façades.

Les eaux qui ruissellent (plan de l’auteur)
Continuer la lecture de « Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search