Sur les traces des soignant·es

Le sentier comme outil urbanistique joue sur la tension entre une échelle métropolitaine et une échelle qui est celle du pas et de l’observation. Le sentier nommé « Sur les traces des soignant·es » est structuré d’une part par les lieux dits du care (1), et d’autre part par un diagnostic des formes de manifestations du care (2) que le marcheur ou la marcheuse peut observer le long du sentier. Ainsi, marcher sur le sentier tisse des liens entre des lieux et des observations en traversant la métropole.

Et si nous nous baladions afin de découvrir le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise sous un autre angle? Ou plutôt sous l’angle d’une nouvelle éthique?

C’est une éthique où le positif engendre le positif, où faire attention à l’Autre s’applique aux humains et aux non humains et où prendre soin est valorisé. Pour entrer dans cet univers parallèle, je vous invite à suivre les traces des soignant·es dont le quotidien est de réparer nos corps et nos liens sociaux.

(1) LIEUX DU CARE

Nous partons sur un sentier structuré par les lieux du care. Il s’agit des écoles, des EHPAD, des établissements de santé, des pharmacies, … Le sentier passe aussi par les supermarchés, car faire les courses pour ensuite porter à manger à d’autres, c’est une action de s’occuper de.

Le sentier s’attache aux lieux, mais aussi aux personnes sans qui ces lieux ne seraient pas des lieux du care. C’est pourquoi le parcours est pensé comme traversant les trajectoires quotidiennes des soignant·es du sud-ouest : qu’ils et elles se rendent aux établissements de santé centraux comme le CHU ou quadrillent le territoire en allant de domicile en domicile. Marcher dans leur pas permet d’une certaine manière de leur rendre visite et donc de leur rendre hommage. Le sentier se veut créateur d’empathie, en marchant « dans les pas de ».

Les soignantes ont de tout temps existé. Nommées sorcières, bonnes-sœurs, sages-femmes, aides à domicile ou encore infirmières, la pratique s’est au fil des siècles en partie professionnalisée. Les femmes sont encore aujourd’hui majoritairement représentées dans les métiers du prendre soin. Rendre hommage aux soignant·es est donc un projet éminemment féministe.

Au CHU de Nantes, premier employeur de la région, la répartition par genre des effectifs non médicaux est la suivante : 81% de femmes et 19% d’hommes (pour les infirmiers·ères, infirmiers·ères spécialisé·es, aides-soignant·es, auxiliaires de puériculture et agents des services hospitaliers ainsi que services techniques et administratifs). D’autre part, la répartition parmi le personnel médical est la suivante : 56% de femmes et 44% d’hommes (pour les professeur·es des universités, maîtres·ses de conférences des universités, praticien·es hospitaliers universitaires ou non, chef·fes de clinique des universités, assistant·es des hôpitaux). La pratique reste alors majoritairement féminine dans les deux cas.

Notre marche ne nous mène pas jusqu’au CHU de la métropole, qui se situe en centre-ville. Son corps médical n’habite pas seulement au centre-ville, mais bien aussi les contrées péri-métropolitaines que nous traversons.

Marcher sur ce sentier, c’est comprendre que le soin nous entoure et qu’il prend des formes diverses et variées, c’est pourquoi nous observerons aussi ce que je nomme les manifestations du care.

Ecole maternelle Les Asphodèles, Le Pellerin
Supermarché, Le Pellerin
Résidence Simon Ringeard, Le Pellerin
Ecole Saint Marc, Saint Jean de Boiseau

(2) MANIFESTATIONS DU CARE

Inscrire dans le paysage un sentier « Sur les traces des soignant·es », c’est révéler le soin pour lui donner son importance. Ceci se fait en révélant l’action des garant·es du soin, tout comme d’autres formes de soin nommées ici manifestations du care. Ces manifestations sont plus discrètes et moins directes. Ainsi, je vous invite à relever ces petites manifestations lorsque vous marchez. Avez ce prisme de lecture en tête, sa présence apparaît partout, à chaque coin de rue ou encore dans chaque relation entre végétaux et/ou humains. J’entends le care comme matérialisation de la bienveillance qui peut articuler humains comme non humains, végétation comme bâti. Il peut s’agir de manifestations relationnelles entre les personnes : des parents qui vont chercher leurs enfants à l’école, une personne qui en aide une autre à se relever, la personnes qui retient la porte du tram de se fermer quand elle vous voit courir, une infirmière à domicile qui prend un café et discute avec une personne isolée, … ou encore être des manifestations de l’espace public.

une touche de bitume répare et lisse le trottoir, Le Pellerin
Un trottoir s’abaisse pour laisser passer poussettes, véhicules, fauteuils roulants, vélos, … Le Pellerin
un carton «servez-vous» avec deux livres, Bouguenais
un panneau «maison» de limitation de vitesse, Bouguenais
une araignée a trouvé refuge dans un trou du béton
Un trottoir s’abaisse pour laisser passer poussettes, véhicules, fauteuils roulants, vélos, … Le Pellerin

Sur le mode d’une marche exploratoire et diagnostic, chacun·e pourra par la suite ajouter à cette liste d’autres manifestations et partager ses propres observations à la manière d’un sentier de veille sur le territoire. Par ce sentier, je veux créer un espace de réflexion et faire appel à la caractéristique salvatrice de la marche. Cette marche veut faire du soin une source d’apprentissage continue et qui puisse mener aussi à un projet à ses abords. Toutes les connaissances acquises, les apprentissages glanés le long du sentier, peuvent ensuite être réemployées lors du projet qui se développe aux abords de ce sentier.

Observer les manifestations du soin nous met aussi en quelques sortes dans la position de soignant·e, ouvrir l’œil nous permet d’entrer en relation avec les éléments de notre environnement. Enfin, entrer en relation est le premier pas à envisager afin d’entretenir et de soigner.

En piste : Une randonnée scientifique

L’Euro-métropole Lille-Kortrijk-Tournai (nommé aussi LIKOTO) est un territoire composé de grandes infrastructures telles que des autoroutes, des voies ferrées et des canaux. Souvent réputé comme un lieu pauvre en faune et flore, il en est tout autre. C’est en réalité 650 km de trame verte spontanées qui défile sous les yeux des voyageurs à grande vitesse. Une équipe de chercheurs-marcheurs, avec le soutien du ministère de l’écologie, a décidé de révéler ces abords, de les étudier et de partiellement les aménager.

Cette démarche nommée « EN PISTE » regroupe une équipe pluridisciplinaire (paysagistes, botanistes, ornithologues, architectes, urbanistes, géographes, artistes…),  sous la direction de Denis Delbaere, chercheur de paysage, paysagiste et enseignant. Elle fait suite à un premier projet nommé « EN MARGE : Paysage et biodiversité des délaissés et accotements infrastructurels de l’eurométropole LIKOTO ».  

Pour analyser ce territoire étendu, l’équipe a mis en place une réflexion pour créer différentes portions ainsi que diverses méthodes pour l’arpenter et l’observer.

Comment analyser efficacement un territoire étendu ? Méthode et graphisme inspiré des dessins de Denis Delbaere dans le rapport final EN PISTE 2018. (Production Charlotte Arca)

EN PISTE ce traduit par trois randonnées scientifiques de 60 km. En dehors de la prise de connaissance des lieux, l’enjeu a été pour Denis Delbaere de concilier les méthodes d’arpentage de chaque membre de son équipe pour arriver à une marche pluridisciplinaire. Ces trois marches, réalisées sur différentes saisons, ont donc été des expérimentations d’arpentages.

Comment concilier les méthodes de chacun ? Expérimentation de marches communes. (Production Charlotte Arca)

Après avoir testé des protocoles communs, l’équipe s’est rendu compte qu’il était très difficile pour chacun de sortir de ses habitudes, chacun restant dans ces méthodes propres à son métier. Cependant, la marche collective reste un protocole minimal, induite par le terrain, où se côtoie des moments individuels et des épreuves collectives, permettant une accumulation de recherches scientifiques mit en commun.

Cette expérience a aussi montré les effets de la marche sur le territoire, ces arpenteurs suivent une piste, mais participent aussi à sa création, sous l’effet des traces de passages qu’ils laissent au sol, de ce fait, cette dernière s’auto-légitime.

Documentations :

Piste de LIKOTO : https://la-piste-de-likoto.org/

EN MARGE_Rapport final 2008 : http://ittecop.fr/images/docman-files/docman-files/rapport-final/2008/RF_2008_En_marge.pdf

EN PISTE_Rapport final 2017-2018 : http://ittecop.fr/images/docman-files/docman-files/rapport-final/rapport-ittecop-apr-2017/2017%20EN%20PISTE%20RAPPORT.pdf

Suivre les frontières

Nantes métropoles est un vaste territoire composé de 24 communes, offrant typologies et paysages variés. J’ai choisi ici de longer les limites, à la découverte de ces multiples ambiances, s’éloignant de cette zone très dense que représente la ville de Nantes.  

Arpenter le territoire en ayant conscience de suivre des frontières, administratives ou physiques, amène au marcheur une nouvelle façon d’observer, telle une obsession de trouver une différence entre ce qui se trouve à sa gauche et à sa droite.

Commencer ce sentier en observant la carte IGN pour repérer les limites communales, révèle dans un premier temps les situations les plus frappantes. Nous pouvons y constater la confrontation d’un lotissement et d’une zone industrielle ou bien d’un champ et d’une infrastructure autoroutière. Mais c’est bien en arpentant ce territoire, à travers une marche éprouvée, mêlant particulièrement la vue et l’ouïe, que l’on ressent ces limites franches, mais aussi celles peu perceptibles, voir inexistantes.

En faisant face à ces points singuliers, des questionnements sur la transformation du territoire, la gestion intercommunale, l’étalement urbain ou bien la mise en valeur de territoires isolés/oubliés apparaissent. Que révèlent ces limites ? Quels impacts ont-elles ? Comment redonner du lien ?

Charlotte Arca

Allégorie de la frontière. (Charlotte Arca)