Les femmes rurales

Le trouble a commencé par un questionnement. Où la ville commence et où la campagne se termine. Et inversement. Comment ces lieux, noms, concepts qu’on dit s’opposer, coexistent plutôt en étant superposés ? C’est cette superposition qui m’a troublée. Notamment les questions de seuils entre la boue, la terre labourée des champs et le goudron des routes. Les résidus de terre qui s’étalent sur le goudron qui a lui-même empiété sur la matière terre. Le passage de l’un à l’autre, cette superposition, ces strates m’ont inspiré le temps. Le temps qui passe, qui se stratifie et les époques qui se superposent les unes aux autres.

Puis en marchant à la recherche de ces seuils de temps, je suis tombée, un peu par hasard, sur un lieu que ne pouvais décrire. Mais là, au cœur du hameau de la Bouteillerie, se trouvait ce qui, je l’apprendrai plus tard, est un commun de village. Dans ce hameau, une terre inculte (et sa marre communale) transformée en aire de pique-nique et bibliothèque partagée.

(Elsa Foucault)

Je commence alors à chercher à en apprendre plus sur ces communs de villages, que sont-ils ? A quoi servent-ils ? Ces communs, de villages, appartiennent à partir de 1330 de manière inaliénable et indivisible aux habitant.e.s. Ils ont des véritables marqueurs de la vie et de la société villageoise de l’avant-guerre. L’ancienne coutume de Bretagne (1330) avait pour but de donner une propriété à celleux qui n’en avait pas. Au XIX et XXe siècles, les communs de villages servaient avant tout à partager certains usages et équipements qui n’étaient pas encore individualisés : fours, lavoirs etc.

Ces lieux, étaient centraux dans la vie des habitants mais surtout des habitantes. Les hameaux du vignoble nantais ce sont en majorité installés suite au développement des vignes, et leurs habitant.e.s travaillaient dans les vignes. Les hommes étaient vignerons, ou du moins viticulteurs, et les femmes également, par mariage.

1Localisation des communs de village dans le vignoble nantais
Continuer la lecture de « Les femmes rurales »

Les eaux fils de l’haut

Première version du tracé

 

Nous sommes à La Montagne. La ville tire son nom de ses particularités géomorphiques, elle est située sur devant le Château d’Aux, un lieu important de l’histoire de La Montagne et de Bouguenais. Des guerres entre républicains et vendéens, mais aussi suite à la proclamation de la république de 1792. Le lieu était en effet le dernier bastion protégeant les aciéries de Haute Indre. Le peuple et les ennemis avaient alors compris que contrôler les lieux, c’était paralyser les aciéries. Pour le peuple, c’était un formidable moyen de se faire entendre, cependant les révoltes furent écrasées dans le sang. Aujourd’hui le château est un établissement public nommé Félix Guilloux, qui héberge l’association « Au Fil de l’Aux », qui agit pour la protection de l’enfance.

Si le parcours débute ici, c’est pour montrer que les choses changent. S’il est difficilement perceptible de constater un changement de forme sur le château, on devine aisément que le fond est tout autre qu’autrefois.

Je vais alors poser une question qui n’est pas qu’est ce qui a changé, mais comment les choses ont-elles changées ? Comment ce changement a-t-il été possible ? Nous pouvons voir des maisons autour de nous, une école est juste derrière, qu’est-ce qui a fait que ce soit possible ? Ici à La Montagne, et partout ailleurs ?

Maintenant direction le nord, pour débuter les réflexions, nous allons longer la Loire sur la crête de la Montagne, de manière à être en surplomb sur les prairies du lit de la Loire.

Ce premier tronçon n’est que peu sauvage, la proximité de maisons y est pour beaucoup. Nous arrivons sur un point de vue panoramique : l’ancienne carrière de la Roche Ballue en contrebas, puis derrière, des prairies, arborées, et traversées de lignes hautes tensions. Au loin, si la Loire n’est pas observable, on discerne plusieurs éléments identifiables, la tour de Bretagne, le sillon de Bretagne, le pont de Cheviré, des châteaux d’eau et des cheminées ou des tours radio. Le lieu est idéal, il regroupe les éléments observables qui introduisent la réflexion du « comment est-ce possible », la distance/l’horizon, les lignes hautes tensions et les châteaux d’eau.

Pourquoi ces infrastructures sont-elles là ? Parfois où on ne les attend pas. Comment ces objets techniques ont-ils rendu possibles le monde actuel ? Qu’en retenir ?

Nous poursuivons vers l’étier de Port Lavigne, puis arrivons à la zone de Cheviré. Le pont est immense, et malgré son importance, il est à la lutte avec une jungle de câbles électriques qui sillonnent le ciel pour savoir qui occupent le plus de place – le bruit monopolise l’espace. Pas d’arrêt ici, nous continuons notre chemin le long de la carrière des Pontreaux à travers Bouguenais puis sortons de l’espace urbain, c’est déjà plus paisible. Nous arrivons auprès d’une seconde carrière, celle des maraîchères. Nous sommes juste au bord du précipice, on peut en voir le fond.

Nous nous arrêtons, le site fait partie de la réflexion, l’eau et l’électricité sont tirés du sous-sol (indirectement, les technologies pour produire de l’électricité proviennent de minerais, celles pour le transport de l’eau également). Les carrières sont d’une beauté effrayante, on y observe un paysage peu commun qui se traduit par un usage de la matière difficilement reconnaissable entre l’état brut et transformé.

Le chemin continue, nous traversons l’autoroute, puis, la retraversons un peu plus loin, au niveau d’un château d’eau « le désert » de Bouguenais. Que fait-il là ? En campagne ? Quand ses utilisateurs sont ailleurs ? S’il s’appelle le désert c’est d’ailleurs sûrement à cause de sa localisation, raison qui rend davantage encore curieux ce choix.

Nous arrivons aux Bauches du désert, un peu plus au sud. Une bauche est un reboisement d’un espace « vide ». On pourrait alors penser qu’avant le hameau et la construction du château d’eau, les lieux étaient désertiques. Nous bifurquons vers l’ouest, l’environnement est calme et boisé. Nous traversons la D751 et arrivons sur un site qui semble abandonné. C’est l’ancien poste TSF (Télégraphie Sans Fils) de Basse Lande. Nous nous arrêtons faire une pause, et découvrir les lieux abandonnés, une ruine à côté d’un vieux château d’eau.

Nous repartons, un poste électrique est sur la route, des pylônes traversent des vignobles. Nous empruntons un chemin en direction de La Montagne, puis un bois, du Vieux four, puis un autre, des fous. Nous nous arrêtons. C’est la fin d’un premier tronçon, nous échangeons puis nous donnons rendez-vous au pont de la rue de la Cale, qui franchit le ruisseau des fous. Nous fixons une heure, et nous séparons.

Arrivés au point de Pont, nous repartons sur la rue de la Cale, et longeons l’île Pivin. Le cadre est agréable, d’un côté La Montagne, sur une butte rocheuse, de l’autre les prairies de l’île. Nous observons les restes d’anciennes lignes électriques, et apercevons des éléments du rivage nord de la Loire, un château d’eau, une cheminée. Le chemin se met subitement à monter, en direction de Saint-Jean de Boiseau. Nous arrivons en haut, sur un chemin empierré qui mène vers le château du Pé. Depuis ce chemin, de nouveau le paysage s’offre à nous. Nous y voyons Saint-Jean-de-Boiseau, coupé en deux par deux champs, le château d’eau du village, des pylônes électriques, la cheminée de Veolia Propreté de Couëron, la tour à plomb de la médiathèque, et même au loin, les cheminées de la centrale à charbon de Cordemais. On peut de nouveau se rendre compte des distances qui dimensionnent le territoire. Nous descendons à l’entrée du parc du Pé, puis nous séparons de nouveau, et fixons un nouveau point de rendez-vous, la métairie du bois, du Bois de Jasson.

Là-bas, Nous traversons le Bois de Jasson, vers le Sud, chacun est silencieux, à l’écoute des bruits environnant, jusqu’à butter sur l’Acheneau, nous allons alors vers Pilon, où se situe le pont le plus proche. Nous longeons l’Acheneau, tant bien que mal. Suivre son cours est difficile à cause des fluctuations de son lit. Nous passons le château Briord et constatons un nouveau château d’eau, mais de moindre taille, il est probablement à usage privé. Puis nous redescendons jusqu’à port Saint-Père, où il est de nouveau possible de traverser, la marche était vraiment paisible, sans doute grâce à la difficulté d’accès du site, il y a peu de passage. Nous traversons le bourg et franchissons la ligne ferroviaire, l’horizon des lignes semble infini. Nous longeons cette ligne et franchissons l’Acheneau en suivant les rails, et apercevons la réserve de Grand Lieu, l’Acheneau serait en fait un outil permettant à l’eau recueillie par le lac de gagner la Loire.

Nous prenons la direction de  Brains, en passant par Saint-Léger-des-Vignes, par le Port Hamoneau. D’ici, les marais qui longent la rivière offrent un nouveau panorama sur la vallée de l’Acheneau. Nous remontons au Grand Pêle, et rejoignons Brains par la chemin du Moulin du Breuil. Un nouveau tronçon se termine, et de nouveau nous nous donnons rendez-vous à la Maison du Lac de Grand Lieu à Bouaye.

Une fois sur place, nous partons en direction du pavillon Guerlain. Nous suivons le chemin qui le dessert en admirant l’immense réservoir d’eau qui s’étend à perte de vue comme une récompense après une marche éprouvante.

Durant cette marche, vous aurez observé des kilomètres de câbles apparents, mais aussi des réservoirs d’eau aux plus hauts points, là où il fallait aller la chercher sous terre autrefois. Des traductions d’extractions, à certains endroits, et de construction à d’autres. Des infrastructures insoupçonnées, parce qu’invisibles, à l’image des canalisations enterrées, ou simplement loin du regard, mais qui sont responsables de la manière de construire la société.

Cette marche est une prise de conscience. Une prise de conscience de l’origine, du coût et de l’énergie nécessaire à construire la société. Les matériaux qui « sortent de terre » pour aller toucher le ciel en sortent réellement. Ils sont les garants de la société.

Une marche longue, parce que, plus le périple est long, plus la journée est longue, les distances et le temps s’allongent. Frédéric Gros explique « c’est en marchant qu’on se rend compte du coût d’un kilomètre ». Imaginez alors les coûts d’un kilomètre de cycle de l’eau, de la naissance de la goutte à son absorption, d’un kilomètre d’électricité, du nécessaire pour le générer, à sa transformation.

Vous aurez enfin constaté durant cette marche :

Des moments de liberté, que je qualifierais de “laisser faire”. Une marche ce n’est pas une trajectoire rectiligne, chacun est libre de choisir son chemin, aussi ces moments sont fait pour que chacun puisse arpenter sans contraintes le territoire.

Dernière version de la carte du sentier

Enfin, l’alternance de paysages : urbain, bois, rivière, village, rivière de nouveau, hameau, bois de nouveau, et sur des chemins variés, ensablés, empierrés, enterrés ou bien bitumés. Cette marche est à l’image de nos pensées pendant la marche, tant prospectives que contemplatives, tant réfléchies que flâneuses, tant entourées qu’isolées. Cette marche traduit l’évolution de nos pensées et les représente.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search