Philippe Vasset, à travers le prisme du narrateur-enquêteur

« Malgré la couverture satellite permanente, et le maillage de caméras de surveillance, nous ne connaissons rien au monde. »

Philippe Vasset

Philippe Vasset est un journaliste et un écrivain français. En 2007, il publie Un livre blanc, récit avec cartes suite à des enquêtes réalisées dans les différentes «zones blanches »1  de cartes IGN du territoire de la métropole parisienne. Avec la publication de cet ouvrage il fonde l’Atelier Parallèle de Géographie avec la collaboration des artistes et photographes Xavier Courteix et Xavier Birsmuth. 

Un livre blanc, récit avec cartes se construit comme une « littérature de terrain » (TV); c’est à dire un récit où l’écriture même devient motrice d’enquêtes sur le territoire, et dont l’objectif est de décrire de façon objective la réalité trouvée. Les recherches de son projet commenceront alors avec un rapport direct à la lecture de cartes, décrites par Vasset comme des objets éloignés des réalités, «Séchés, découpés, coloriés, annotés,… » (LB, p.9). Les cartes comme outils de représentation d’une réalité le questionnent, notamment en ce qui concerne les zones non-représentées, blanches et non-imprimées. Qu’est ce que se trouve dans les zones laissées en blanc ? Pourquoi la représentation a cessée à ces endroits ? De tels questionnement pousseront l’auteur à aller à la rencontre directe de ces lieux oubliés, effacés, pour ensuite nous rendre une expression écrite de ses expériences, mêlant des descriptions avec des explications de ses démarches. La représentation du monde livrée par les cartes IGN, dont il s’en sert pour aller à la découverte de son territoire, est remise en question et devient le point de départ des explorations et de son récit. 

Le concept de terrain vague, apparait rapidement dans son ouvrage et s’entremêle avec les notions de « fiction », « vide » et « clôture ». Le terme «terrain vague » fait sa première apparition dans la littérature romantique (Châteaubriand, 1811) et renvoi à l’esthétique d’un paysage de ruines. Repris par la suite par les auteurs du réalisme et du déterminisme, Vasset se réapproprie du concept pour décrire les friches, les zones industrielles ou les espaces laissés à l’abandon, parsemés dans les périphéries des villes contemporaines. « Les lieux vides et flous que j’explorais m’offraient le surplus d’inconnu que me refusais désormais la fiction » (LB, p.103). Ainsi, ces espaces dont l’association au vague annonce un vide apparent, sont au contraire des zones fécondes et en constante mutation aux yeux de l’auteur. 

D’autre part, avec des difficultés pour faire la correspondance entre le limites dessinées sur les cartes et la réalité perçue, ces zones restent néanmoins clôturées ou semblent tant bien que mal rester closes, « Avant que quoi que se soit apparaisse, on ne voit que des murs et des clôtures. La carte dit qu’il y a rien, mais difficile de la croire: si ces zones sont effectivement vierges, pourquoi cette débauche de protection ? » 

Face aux limites bâties, le narrateur nous fait comprendre l’enjeu de sa démarche. Entre « petit touriste du périurbain » (LB) et voyeur intrusif, il arrive a se positionner comme un « narrateur-enquêteur » (TV, p.114) et nous transmettre son regard analytique qui respire tout de même la subjectivité et l’inquiétude. Complètement immergé, il nous avoue la complexité de l’exercice à travers sa narration. L’exploration de ces terrains vagues constitue une épreuve de soi,

« …comme si j’essayais de rendre visible, sinon compréhensible, une guerre à laquelle la ville, derrière ses façades immaculées, sa signalétique limpide serait secrètement en proie. D’ailleurs j’avais toujours peur au cours de mes expéditions: peur de me faire agresser (ça m’est arrivé plusieurs fois) et peur des vigiles et de leurs chiens. » (LB, p.66)

Enfin, si nous attardons à la structure de l’ouvrage nous remarquons que sa narration sera autant fragmentée que le territoire décrit. Ce rapport entre le territoire et le travail narratif et linguistique, se trouve également dans l’aveu de l’auteur vis à vis l’incapacité trouvée à un moment de décrire ces endroits.  L’appauvrissement de la langue va de pair avec l’appauvrissement des sites: nous retrouvons finalement la vacuité présagée au départ des terrains vagues

Avec ce roman d’exploration, Philippe Vasset nous immerge dans quelques «zones blanches » des carte IGN mais surtout nous fait basculer vers le point de vue du narrateur-marcheur, arpenteur, transgresseur, enquêteur.

1 Les sources cet article proviennent de Un livre blanc: récit avec cartes, Philippe VASSET, 2007 (dont les citations seront notées par  « LB, n° de page) » et Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, BROICH, NITSCH, RITTER, 2019 (dont les citations seront notées par « TV, n° de page) 

Philippe Vasset à travers le prisme du narrateur-enquêteur

Pour aller plus loin, 

VASSET Philippe, Un livre blanc, récit de cartes, 2007

VIART Dominique, «  Littératures de terrain : Jean Rolin et Philippe Vasset, explorateurs de terrains vagues », dans Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, Jacqueline Maria BROICH, Wolfram NITSCH et Daniel RITTER (dir.), 2019 

https://xaviercourteix.com/index.php/photos/zones-blanche/

http://www.xbismuth.net/nonsite/index.php?option=com_content&view=article&id=23&Itemid=140

BELDERBOS Marc, «Les marques dans le vide. Le nombre, la géométrie, le sujet», dans : Thierry Paquot éd., Géométrie, mesure du monde. Paris, La Découverte, « Armillaire », 2005, p. 105-129 

DE CERTEAU Michel, « Chapitre VII : Marche dans la ville Voyageurs ou marcheurs »,dans DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, Tome I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980) p.139-159

Le sentier In Situ/Online

En 2016, Yona Friedman confronte ses utopies de la ville spatiale et l’architecture mobile aux réalités de la ville contemporaine (Cités virtuelles – It is not only the city-scape that changes, 2016). L’individu s’affranchit aujourd’hui des réseaux et du besoin de proximité. Hyper-connectés, nous sommes plus que jamais dépendants de nos téléphones portables, de nos batteries et de ces flux invisibles qui nous connectent. (Télé)travail, (télé)études, achats sur internet,  l’immobilité et l’isolement imposés dans le contexte actuel soulèvent la dissolution de l’architecture telle qu’annoncée par Yona Friedman (The Dilution of Architecture avec Manuel Orazi, édité par Nader Seraj, Park Books, 2015).

Google Maps, outil par excellence de l’ère dématérialisée et virtuelle que nous traversons, nous ramène paradoxalement à notre territoire. Le géopositionnement pas satellite (GPS) et les services de cartographie en ligne deviennent des éléments charnières entre ce monde représenté, virtuel et la réalité matérielle et humaine. 

Google ubiquiste se plonge dans les réseaux de la ville pour dévoiler tout ce qui se trouve à sa portée. Si la démarche a d’abord été réservée à la voiture, Venice ou des centres commerciaux tel Atlantis à Saint-Herblain (44) sont aujourd’hui répertoriés par un Google-piéton. Les capacités de cette caméra qui voit tout évoluent, et les limites se dessinent là où Google décide de s’arrêter. Si nous déclenchons l’observation Street View sans positionner le bonhomme jaune, le territoire se recouvre d’une trame bleu ciel, sauf dans les zones non répertoriées. Aller à la rencontre de ces frontières peut être révélateur de certaines réalités urbaines. 

Le sentier in situ/online (1) vise à aller à la rencontre de ces limites et des terrains non répertoriés.

D’une façon rapide et potentiellement erronée, on peut penser que la surface Google maps tendrait à se limiter aux surfaces urbanisées. Le bonhomme jaune butte d’avantage dans les territoires périurbains, dans les limites avec les champs et les zones industrielles, mais pas uniquement, voies privées, Grands ensembles sont également exclus de ce repérage. Qu’est ce que cela nous dit du territoire vécu ? D’autres interruptions sont les barrières, les clôtures, des témoins de la fragmentation du territoire. Quand Google Maps automobile doit faire demi-tour, nous marcheurs, arpenteurs, pourrons peut-être tenter d’aller au delà… 

Vues aériennes du territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Google Earth
Captures d’écran réalisées sur le territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Street View de Google

Pour cette première hypothèse de sentier, non marché, une série de photographies tirées de Google Street View font échos au travail du photographe Pascal Anders (Raymond La France, 2008-2013). Elles vont à la rencontre de certaines limites, qui peuvent être le début du parcours pour ceux et celles qui voudraient aller au delà du répertoire virtuel. 

Ce sentier deviendrait une manière de renouer des liens avec le territoire qui est le notre. Physiquement, matériellement et sur place. En marchant, l’espace n’est plus ce que nous voyons, mais ce que touchons (Jean Lévêque, « La déduction hégélienne de l’espace », in Paquot, Younes, Géométrie. Mesure du monde, 2005). C’est le rapport direct et mécanique entre nos pas et la résistance et l’épaisseur du sol qui nous libèrent des aplatissement virtuels. Le sol et l’eau seront toujours essentiels à la survie des êtres humains, au-delà de toute dissolution spatiale (Friedman, 2016). 

Par ailleurs, les antennes relais qui se multiplient aujourd’hui sont la matérialisation des services dont nous dépendons quotidiennement. Le sentier pourrait suivre la verticalité de ces éléments implantés dans le territoire ou contraire tenter d’y échapper ; un sentier basse fréquence ?…

1 Le sentier In Situ/Online, Le tracé. Le nom de ce sentier fait référence au projet vidéo In situ / On line – Des cartes à l’épreuve de l’expérience  réalisé  par Anne Jarrigeon, Lucinda Groueff, et Hortense Soichet et Viviane Perelmuter en 2016 (Paris, Hambourg).

À la recherche des femmes dans le monde parallèle des odonymes

Et si nous nous baladions dans un monde parallèle, celui de nos représentations? 

Carte du sentier (Roxane Fleury)

Les études montrent que les femmes sont largement sous-représentées parmi les odonymes. A l’heure où je vous parle, 6,7 % des rues de la ville de Nantes portent le nom d’une femme contre 40,7 % celui d’un homme. Dès lors que cette information est révélée, les collectivités mettent en place des politiques de féminisation des noms de rues. Entendez par là qu’elles prennent en compte le genre dans l’attribution de noms à de nouvelles rues.

Pressentant que les rues portant des noms de femmes ne se trouvent pas à proximité des lieux de pouvoirs, ceux-ci paraissent être une porte d’entrée intéressante afin de parcourir la métropole. D’autre part, les odonymes féminins sont souvent des venelles, des ruelles, … Ce sont des rues très peu larges, très peu longues, souvent piétonnes. On ne les parcourt pas souvent, excepté si l’on y habite. Il m’a alors semblé intéressant de créer l’occasion de s’y rendre avec l’outil qu’est le sentier, afin de rendre hommage à ces femmes en leur rendant visite.

Je vous propose alors de marcher de bulle d’exploration formée par un amas d’odonymes féminins en bulle d’exploration. Lorsque l’on entre dans une bulle d’exploration, on peut questionner la spatialité des rues portant des noms de femmes : à quoi ressemble une rue au nom féminin? Tantôt amas d’aviatrices hors paires encore en chantier au beau milieu d’un grand projet urbain, tantôt amas de bâtisseuses dans une résidence privée seulement accessible avec un digicode dans une ZAC lointaine. Entre ces bulles, le tracé n’a que peu d’importance. Ce sont des moments de réflexion qui peuvent paraître longs dans les no-woman’s land. 

On dit souvent des odonymes qu’ils sont les traces de notre Histoire, d’une Histoire locale, ancrée dans le territoire. Les rues aux noms féminins étant à ce jour pour une grande partie encore en chantier, représentent-elles l’avenir?

Allégorie du sentier (Roxane Fleury)