La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ?

Traversée visible/invisible du site sud-ouest de la forêt urbaine de la métropole nantaise

Durant les deux premières marches qui ont rythmé ce début de semestre, sans réellement nous en rendre compte, nous avons parcouru une fraction assez importante du site sud-ouest du projet de forêt urbaine de la métropole nantaise. Ce projet est celui mené depuis maintenant 15 ans sur le territoire métropolitain, au croisement de plusieurs politiques publiques concernant la transition écologique des territoires (transition énergétique, plan climat air énergie, biodiversité). Ils ont différentes vocations, entre espace naturel, espace de vie, espace de récréation, espace de production, espace d’expérimentation et espace d’observation.

Dans cet objectif, trois sites ont été identifiés entre différentes communes de la métropole nantaise, dont le plus grand site (780 hectares) se trouve entre Bouguenais et Saint-Aignan de Grand-Lieu. Il est caractérisé par une grande diversité d’occupation des sols et de propriétés, avec notamment des espaces boisés et un important patrimoine bocager peu entretenu. Ce territoire fait l’objet d’une gestion sylvicole, promouvant la gestion durable des zones boisées dans une approche de forêt dite multifonctionnelle, permettant le maintien des ressources forestières en prenant en compte les facteurs écologiques du patrimoine territorial. Ces attributs concentrent des notions de pédagogie et de participation qu’il s’agit d’activer afin de sensibiliser les usagers du territoire.

 

Continuer la lecture de « La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ? »

Eprouver le relief

Première proposition de sentier

En tectonique, un escarpement est le versant en pente raide formé par une faille géologique.


Le Sillon de Bretagne court de Pontchâteau à Nantes. Formé il y a 300 millions d’années, il s’inscrit dans l’histoire géologique plus large de la formation du Massif Armoricain.
S’il formait auparavant une ligne de crêtes, il s’est érodé pour dessiner aujourd’hui des collines d’altitude comprise entre 80 et 100 mètres. Malgré son modeste relief, il est une limite géographique et sociale entre l’estuaire, au sud, et le plateau au nord.


En parcourant la ligne d’escarpement, nous éprouvons d’abord le relief topographique. 50 mètres de dénivelé positif pour se rendre de la plaine alluviale le long de la Loire au plateau bocager.
En partant de Saint Etienne de Montluc pour nous diriger vers Nantes, ou inversement, nous rencontrons plusieurs reliefs de texture. De la tôle ondulée des entrepôts aux champs bordés de haies, en passant par le bitume de la RN165, le métal des rails de train et la terre humide des marais autour de Couëron, la faille dessine des usages et des paysages.


Finalement, ces usages laissent entendre des reliefs auditifs propres à chacun. En fermant les yeux et en tendant l’oreille, nous pourrions deviner où nous nous situons.

Collage allégorique du sentier (Gaëlle Bojko)

Terminus, tout le monde descend

Prendre les terminus des bus de la métropole nantaise comme points de parcours du sentier métropolitain. Pourquoi choisir les terminus ? Car ce sont les marqueurs de la ville accessible, où au-delà, il n’est plus possible de se déplacer sans l’usage d’un véhicule personnel.

En cela, marcher entre ces points et jouer de la frontière de ce territoire accessible soulève de nombreuses interrogations : comment la métropole arbitre entre les territoires connectés et ceux qui ne le sont pas ? Qu’est-ce que révèlent les horaires ? Pourquoi ces noms d’arrêts plus ou moins évocateurs ? Qui emprunte quelle ligne ? Que peut-on faire d’autres que d’attendre le bus ? Pourquoi un arrêt – Le Cellier – fait figure d’exception en étant situé hors de la métropole ?…etc.

Pour tracer ce sentier, le principe est de relier les terminus en considérant seulement ceux situés à l’extérieur de l’enceinte que constitue le périphérique Nantais. Au total, ce sont pas moins de 39 arrêts qui s’étendent sur une une aire géographique large : du Cellier au Pellerin d’est en ouest, et de la Chapelle-sur-Erdre à Saint-Aignan-Grandlieu du nord au sud formant une boucle de 158 kilomètres, soit l’équivalent d’un Nantes Lorient.