14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils

(photographie de l’autrice)

LE PARC INDUSTRIEL DE VERTOU

Durée de la balade : 30min
Conditions de rédaction : assise sur le bord d’une fenêtre

Le piéton ne semble pas le bienvenu. Je suis là à me promener dans le temple de la voiture, dans une ville au sein d’une ville. Il est facile de s’imaginer les travailleurs utilisant la voiture pour se rendre d’un endroit à l’autre du parc, même à 2 minutes de leur bureau. Là où je suis ça sent l’essence, le bitume chaud. Les camions me frôlent à gauche, un mouton noir se promène dans son petit enclos à ma droite. A pieds je ne suis pas la bienvenue.

Il n’y a pas d’espace sécurisé. Alors que la sécurité est partout autour de moi comme le montre scanneur de badge pour ouvrir les barrières permettant d’accéder aux différentes entreprises. En tant que piéton, pourtant je pourrais facilement passer entre les failles de ces systèmes de sécurité. Car il y a des trous, des petits couloirs entre une barrière et une autre. Trous par lesquels les voitures ne peuvent certes pas passer mais où les piétons eux le pourraient. On pourrait croire que ces trous sont volontaires pour nous laisser passer, mais pour moi ils traduisent surtout qu’il n’a pas été envisagé qu’un piéton puisse essayer de passer, alors pourquoi lui bloquer la route ? Le parc est hostile aux piétons. Les voitures se garent sur les trottoirs quand les parkings sont pleins. Je me retrouve donc à marcher sur la route. Et quand je me replace sur le trottoir, une voiture arrive pour se garer, me roulant à côté. C’est à moi de lui faire de la place, et non l’inverse.

Les pylônes électriques côtoient les châteaux d’eau, les lampadaires, et les chênes, qui résistent, droits entre deux hangars dans un enclos qui leur est dédiés. Un corbeau pique une branche pour partir faire son nid, le chant des mésanges se mélange au grondement des moteurs, se plaignant sûrement de la mauvaise odeur. Le sol n’offre rien, il ne permet rien. C’est moi qui vais à lui. Tout est grand, espacé, je ne suis pas à ma place. Vite que je m’en aille. Vite que je traverse la rue.

Continuer la lecture de « 14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils »

Eric Hazan – Une traversée de Paris

Pour cet article, je me suis principalement appuyée sur le livre d’Éric Hazan paru en 2016 “Une traversée de Paris” 

Allégorie de la démarche d’Éric Hazan

“Cette traversée elle suit ma vie”

D’Ivry à Saint-Denis, Éric Hazan entame une traversée de Paris qui durera 1 an. Il dit s’être muni, comme Zola de son temps, d’un carnet et d’un crayon, dans lequel il notait ses observations tout en marchant. 

Cet itinéraire choisi “sans réfléchir”, n’était finalement pas anodin; il s’avère suivre les méandres de son existence; depuis son enfance en passant par ses études, son activité de chirurgien jusqu’à l’édition qu’il pratique depuis les années quatre vingt. Ses intérêts personnels deviennent les fils conducteurs de la traversée. Son métier d’éditeur l’élève en fin connaisseur de librairies, il en fait donc des points remarquables, ponctuant sa marche, riche d’anecdotes. Il en est de même pour le récit des insurrections parisiennes, sujet qui anime “L’historien des barricades”. Eric Hazan, ne cache pas ses convictions tant dans ses livres que dans son activité, il est le fondateur des éditions La fabrique qu’il décrit “à la gauche de la gauche”.  

“C’est dans le détail qu’on arrive à comprendre quelque chose et non dans les grandes synthèses” 

Sa traversée, qui pourrait s’effectuer en une journée de marche soutenue, a duré un an. C’est une marche lente, une dissection minutieuse de son environnement qui lui a permis d’écrire son récit. Il laisse ses souvenirs remonter, croise son expérience avec celles des grands écrivains de Paris comme Honoré De Balzac, Walter Benjamin, Charles Baudelaire, mais également avec la grande histoire. C’est un entremêlement de divers récits, des plus communs aux plus individuels. Les espaces qu’il traverse cumulent ainsi diverses temporalités et divers points de vue qui soulignent le mouvement constant de la ville. Cet entremêlement de savoirs lui a parfois demandé d’approfondir certains domaines de connaissances, c’est le cas de l’architecture contemporaine. Il y a donc une traversée sensible du territoire, mêlée à une enquête qui révèle les choses qu’on ne voit pas, ou qu’on ne voit plus. 

-Eric Hazan, Une traversée de Paris, Seuil, 2016

https://www.franceculture.fr/emissions/un-autre-jour-est-possible/un-autre-jour-est-possible-mardi-14-juin-2016

https://www.franceculture.fr/emissions/series/eric-hazan

Nicolas Tixier / Le transect urbain

Nicolas Texier est à la fois chercheur au sein du laboratoire du Cresson à Grenoble, enseignant à l’ENSA Grenoble, à l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine et à l’École Supérieure d’Art Annecy Alpes, et praticien  au sein du collectif BazarUrbain, palmarès des jeunes urbanistes en 2007.

Le récit du lieu

La singularité de sa démarche repose sur deux idées fondatrices : celle d’une « fabrique ordinaire » du territoire, et celle de la prise en compte des « paroles et pratiques habitantes ». Bien souvent au sein d’équipes pluridisciplinaires, il va décortiquer le récit du lieu – singulier et polyglotte – par l’enquête des différentes pratiques et ambiances liées au territoire, et renseigner ainsi sur ce qui fait le quotidien urbain.

Ils commencent par arpenter le territoire dans sa grande échelle à travers des marches commentées, complétées par des tables longues et ateliers prospectifs, des observations thématiques, des entretiens in situ et des cartes vidéographiques. Quelle que soit la taille du territoire abordé, l’échelle retenue est celle du corps, par ses déplacements et par la manière qu’il a d’habiter le lieu.

Le transect urbain : aller voir

Le transect s’inspire de la pratique de l’urbaniste Geddes qui, au début du XXe siècle, nous parle du potentiel « synoptique » de la coupe, c’est-à-dire sa capacité à rendre visibles des rapports qui lient des formes de vie collective humaine à des cadres de géographie physique.

Le transect urbain apparait comme « pratique de terrain, technique de représentation et posture de projet » (Nicolas Tixier). Le terme transect désigne pour les géographes « un dispositif d’observation de terrain ou la représentation d’un espace, le long d’un tracé linéaire et selon la dimension verticale, destiné à mettre en évidence une superposition, une succession spatiale ou des relations entre phénomènes » (Marie-Claire Robic). C’est un dispositif entre la coupe technique et le parcours sensible, construit par le dessin, la photo, le texte, la vidéo autant qu’il se pratique in situ par la marche. Il inscrit dans la représentation graphique les récits de vie autant que les perceptions d’ambiance. Il ouvre enfin une dimension narrative pour penser l’environnement urbain.

En effet, l’extrapolation de ce récit va constituer un enjeu du point de vue de l’aménagement, en extrayant de la mémoire collective ce qui interroge le devenir des lieux. « Renforçons alors l’hypothèse qu’un bâtiment, un quartier, un territoire ne sera durable qu’à une double condition : d’une part, que les transformations architecturales, urbaines, paysagères ou culturelles s’appuyent sur des qualités et des potentiels existants, qu’il convient d’identifier et de mobiliser dans une logique de projet ; d’autre part, que les citadins soient impliqués dans le processus de formulation et d’appropriation de ces transformations. » (Nicolas Tixier).

Sources :

Nicolas Tixier, Damien Masson, Cintia Okamura, Pascal Amphoux, Laure Brayer, et al.. L’ambiance est dans l’air: la dimension atmosphérique des ambiances architecturales et urbaines dans les ap- proches environnementalistes. [Rapport de recherche] 81, Cresson. 2011, 254 p.

Nicolas Tixier, Pascal Amphoux, Jennifer Buyck, Didier Tallagrand, Transect urbains et récits du lieu. Des ambiances au projet, in Xavier Guillot, coordination, Ville, territoires, paysage, actes du séminaire éponyme (Isle d’Abeau, mars 2015), Saint-Étienne, Publications Universitaires de Saint-Étienne, pp. 50- 57, 2016.

Nicolas Tixier, Le quotidien en projets, Parcours, coupes, travellings et autres transects, Volume 1, Habilitation à diriger des recherches, Ecole Doctorale 454, Sciences de l’Homme, du politique et du territoire, Discipline Sciences humaines – Architecture, 22 décembre 2017, 288p.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search