Jean Rolin, auteur d’une géographie quotidienne

Ancien grand reporter et passionné d’ornithologie, Jean Rolin (1949 – ) est par la suite devenu une figure de la littérature viatique. Il nous emmène par ses nombreux récits de voyage à contempler des sociétés qui lui sont contemporaines. Ainsi, il documente tout autant Paris et sa banlieue dans Zones (1995), la vie du boulevard maréchal Ney à Paris dans La Clôture (2001), les villes portuaires françaises telles que Calais et Saint Nazaire dans Terminal Frigo (2005) ou encore de nouveaux les abords de la Seine en banlieue parisienne tout en évitant Paris intra-muros dans Le Pont de Bezons (2020).

Une performance

Cet auteur nous offre ainsi une production prolifique d’ouvrages de “voyages sans destination”. En effet, au départ de ses recherches, il ne sait pas encore où cela va le mener. Ses voyages sont des projets, où la finalité n’est pas la réussite ou non, mais plutôt leur entreprise. On retrouve chez lui, dans sa pratique, une façon d’épuiser un trajet ou un territoire grâce à un protocole.

Jean Rolin marche avec des règles protocolaires qu’il n’annonce pas en début de récit mais laisse transparaître par bribes tout au long du récit. Les règles qu’il met en place lors de son dernier voyage relaté dans Le Pont de Bezons (2020) sont les suivantes : ne jamais dormir deux fois dans le même hôtel, ne jamais emprunter deux fois la même ligne de transports, ne pas adresser la parole aux personnes qu’il croise, … D’autre part, la Seine entre Mantes et Melun (hors Paris intra-muros) devient le fil conducteur de sa marche. Ces deux villes tout d’abord car elles commencent par « M », car ce sont deux noms brefs et car elles marquent la limite de jusqu’où peut nous emmener le pass Navigo. Il épuise cette portion par des marches journalières ou sur deux jours où il dort à l’hôtel. Il peut un jour décider de se rendre dans le Nord pour le lendemain marcher en sens inverse dans le Sud, il n’y a pas forcément de continuité dans sa découverte et l’épuisement de cette portion.

Le détail et l’ordinaire

Après ces quelques règles qu’il s’impose à lui-même, hasard et observation sont ses maîtres mots. Il peut alors dans son récit passer sans transition d’une observation à une autre, ce qui nous plonge dans dans son enquête qui se fait de toutes ces pensées individuelles apposées formant un ensemble. Amoureux du sentiment de ne pouvoir rencontrer personne sur son chemin et du détail, il absorbe toutes les émotions que l’on peut éprouver en marchant.

Il a le goût de l’observation, ce qui lui permet d’ethnographier son territoire proche. Il raconte le territoire non pas à travers ce qui paraît immuable et donc le plus objectif, mais bien à travers une série d’anecdotes de ce qui ne restera pas. Attaché à ce qui ne dure pas, Jean Rolin est observateur des détails comme une bouteille de bière vide qui traîne. Il prend ces éléments comme indices, vestiges d’une soirée festive au milieu d’un champ. Les bouteilles de bouteilles de bière sont toujours de la même marque, tout comme les flasques de whisky et de vodka. Ces indices sont les pièces du récit de la société contemporaine, tout comme le sont les habitants et leurs habitudes qu’il raconte avec détachement. C’est l’ensemble du récit mis bout à bout qui dépeint une image de la société contemporaine. Son récit est alors très situé : il dépend complètement de l’espace-temps dans lequel il a marché et qui étaient les personnes qui constituaient l’espace à ce moment-là.  Ses ouvrages peuvent alors permettre la compréhension des lieux et de leur histoire des années après avoir été publiés.

Nicolas Tixier / Le transect urbain

Nicolas Texier est à la fois chercheur au sein du laboratoire du Cresson à Grenoble, enseignant à l’ENSA Grenoble, à l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine et à l’École Supérieure d’Art Annecy Alpes, et praticien  au sein du collectif BazarUrbain, palmarès des jeunes urbanistes en 2007.

Le récit du lieu

La singularité de sa démarche repose sur deux idées fondatrices : celle d’une « fabrique ordinaire » du territoire, et celle de la prise en compte des « paroles et pratiques habitantes ». Bien souvent au sein d’équipes pluridisciplinaires, il va décortiquer le récit du lieu – singulier et polyglotte – par l’enquête des différentes pratiques et ambiances liées au territoire, et renseigner ainsi sur ce qui fait le quotidien urbain.

Ils commencent par arpenter le territoire dans sa grande échelle à travers des marches commentées, complétées par des tables longues et ateliers prospectifs, des observations thématiques, des entretiens in situ et des cartes vidéographiques. Quelle que soit la taille du territoire abordé, l’échelle retenue est celle du corps, par ses déplacements et par la manière qu’il a d’habiter le lieu.

Le transect urbain : aller voir

Le transect s’inspire de la pratique de l’urbaniste Geddes qui, au début du XXe siècle, nous parle du potentiel « synoptique » de la coupe, c’est-à-dire sa capacité à rendre visibles des rapports qui lient des formes de vie collective humaine à des cadres de géographie physique.

Le transect urbain apparait comme « pratique de terrain, technique de représentation et posture de projet » (Nicolas Tixier). Le terme transect désigne pour les géographes « un dispositif d’observation de terrain ou la représentation d’un espace, le long d’un tracé linéaire et selon la dimension verticale, destiné à mettre en évidence une superposition, une succession spatiale ou des relations entre phénomènes » (Marie-Claire Robic). C’est un dispositif entre la coupe technique et le parcours sensible, construit par le dessin, la photo, le texte, la vidéo autant qu’il se pratique in situ par la marche. Il inscrit dans la représentation graphique les récits de vie autant que les perceptions d’ambiance. Il ouvre enfin une dimension narrative pour penser l’environnement urbain.

En effet, l’extrapolation de ce récit va constituer un enjeu du point de vue de l’aménagement, en extrayant de la mémoire collective ce qui interroge le devenir des lieux. « Renforçons alors l’hypothèse qu’un bâtiment, un quartier, un territoire ne sera durable qu’à une double condition : d’une part, que les transformations architecturales, urbaines, paysagères ou culturelles s’appuyent sur des qualités et des potentiels existants, qu’il convient d’identifier et de mobiliser dans une logique de projet ; d’autre part, que les citadins soient impliqués dans le processus de formulation et d’appropriation de ces transformations. » (Nicolas Tixier).

Sources :

Nicolas Tixier, Damien Masson, Cintia Okamura, Pascal Amphoux, Laure Brayer, et al.. L’ambiance est dans l’air: la dimension atmosphérique des ambiances architecturales et urbaines dans les ap- proches environnementalistes. [Rapport de recherche] 81, Cresson. 2011, 254 p.

Nicolas Tixier, Pascal Amphoux, Jennifer Buyck, Didier Tallagrand, Transect urbains et récits du lieu. Des ambiances au projet, in Xavier Guillot, coordination, Ville, territoires, paysage, actes du séminaire éponyme (Isle d’Abeau, mars 2015), Saint-Étienne, Publications Universitaires de Saint-Étienne, pp. 50- 57, 2016.

Nicolas Tixier, Le quotidien en projets, Parcours, coupes, travellings et autres transects, Volume 1, Habilitation à diriger des recherches, Ecole Doctorale 454, Sciences de l’Homme, du politique et du territoire, Discipline Sciences humaines – Architecture, 22 décembre 2017, 288p.


Le sentier de la limite métropolitaine.


Dans une métropole qui ne cesse de grandir, comment s’arrête la ville ? Comment se dessine la limite?

Carte du sentier, les limites métropolitaines à travers les « dernières » zones de lotissement.
(Nadja Warnant)

Promenade entre les lotissements, il propose de s’intéresser à un paysage ni totalement rural ni complétement urbain. De divaguer entre le quotidien de zones pavillonnaires et le à côté, ce qui les lie entre elles, les champs, les routes, des zones d’activité, etc…

Le sentier de la limite, visite du « rien d’extraordinaire ». (Nadja Warnant)


Sentier du «rien d’extraordinaire», du «banal», à la recherche de détails, de particularités que forment l’univers de l’à côté. C’est s’émerveiller devant une un jardin fantaisiste, un pavillon reprenant le vocabulaire d’un château romantique, le nom d’une rue, mais aussi parfois du quasi rien. Il propose simplement à cet instant T, Mars 2021, de faire un état des lieux des limites de la métropole Nantaise et de ses zones d’habitat individuel; comment est ce qu’on y vit, qu’est ce qu’il s’y passe ? Traverser des lieux que, d’habitude, on ne visite pas.

Échappée dans la vie quotidienne

Un apperçu, de la rue Jean Debay

La métropole se raconte par l’ordinaire, le quotidien qui l’active chaque jour. Ce sont de multiples quotidiens qui s’entremêlent, se côtoient, s’ignorent… Nous sommes les experts de notre ordinaire; un paysage que nous habitons, qui nous semble banal et active nos affects. Mais cette banalité que nous lui attribuons est subjective; le quotidien de l’autre est une aventure pour nous. Et si traverser les paysages ordinaires des habitants nous permettait de découvrir la métropole, de nous ouvrir aux contrastes mais aussi aux disparités des quotidiens qui la façonnent. En expérimentant le quotidien des autres, nous les comprenons un peu plus. Nous découvrons les commerçants, les entreprises, les artisans, les lieux symboliques qui s’inscrivent dans ces paysages ordinaires et font vibrer les quartiers. Liés par un sentier, les diverses quotidiens se confrontent. Un espace propice à la rencontre se façonne, le marcheur est parmi les habitants, qui chaque jour agitent la métropole.

Un sentier, dans la vie quotidienne

RÈGLES DE LA MARCHE

*Passer par toutes les communes

*Éviter un maximum les éléments marqués en rouge sur la carte

Si l’on est contraint à passer devant, ne pas s’arrêter pour les contempler et ne pas focaliser son attention sur eux, mais les comprendre dans un tout.

*Passer au maximum devant ou aux alentours des éléments verts

*Passer au minimum auprès d’un élément vert dans chaque commune.

Lorsqu’il n’y a pas d’élements verts, rester dans les zones ou les habitats humains sont les plus denses.

*Ne pas hésiter à s’aventurer dans des petites ruelles,des impasses, les cours ou les bas d’immeubles.

*S’autoriser à s’arrêter manger ou visiter les commerces fréquentés par les habitants et échanger si l’envie nous vient.

Ces règles ont pour but d’amener le marcheur à traverser les ambiances quotidiennes de la métropole. Il met en avant les paysages de “l’autour de chez soi » se détournant des sites touristiques ou dit d’exceptions par lesquels on a l’habitude d’aborder la métropole.

Ludivine Bouillon

Relier tous les bourgs

pour repenser le temps et le quotidien

Dans les villes souvent traversées à grandes enjambées (voiture, tram, vélo…), la pratique de la marche questionne notre rapport à la vitesse, et aux distances parcourues. Elle remet en lumière l’expérimentation du quotidien et l’attachement aux vécus du territoire, dans sa complexité de lieux de vie et d’usages.

Essayons d’étudier au maximum cette multipolarité. Nous vivons, travaillons, consommons, fréquentons des lieux aux caractéristiques diverses, représentant chacun des pôles de vie plus ou moins fréquentés à divers moments de la journée, de la semaine ou de l’année. Penser le lien entre ces espaces, c’est réintroduire la marche dans son quotidien, et les possibilités qui lui sont liées.

Commençons par le choix de 3 centralités distinctes :

– principales (concentration d’habitations, de routes, d’équipements)

– annexes (lieux-dits, quartiers historiques ou récents, souvent séparés de la centralité principale par des routes rapides, des talus de chemins de fer, un relief important…)

– « hub » (centres commerciaux, aéroports…) au vu de leur fréquentation importante et de leur organisation autonome.

Le maillage à penser est tout aussi fin, imaginant l’interconnexion, permettant d’éprouver les frontières, les portes, autorisant le choix, la pause.

collage (Romane Petesque)