Quadrant nord-est, marche et bivouac

Troisième carte de la collection. Celle de 2023 se distingue à plusieurs titres (renversement de format, choix graphique, etc.),et notamment parce que le tracé proposé vous permettra, si vous le suivez, d’arpenter le trajet que nous avons effectué les 20 et 21 avril 2023 lors de notre jury-bivouac.

Le 4e de couverture de cette carte vous donne des précisions sur qu’est un jury-bivouac !

Un bivouac pour la route – Troisième temps de notre valse périphérique, Grands Sentiers se déploie en 2023 dans le quadrant nord-est de la métropole nantaise. Nous approfondissons l’immersion par la marche. Nos habitudes de divagation et d’imprégnation à l’échelle piétonne montrent toujours leur pertinence. Mais cette année, les étudiant·es présentent aussi leurs projets in situ (comme on dit), c’est-à-dire simplement dans les lieux mêmes de leur réalité. Et lors de ces deux jours de jury en marchant, nous bivouaquons à Quai des Chaps, lieu de vie et de travail des arts nomades, au bord du périphérique. Nous y faisons maisonnée le temps de notre marche et ce n’est pas rien que de bivouaquer dans sa propre ville, d’y cuisiner ensemble, d’y construire de nouveaux liens, d’y être accueilli·es et d’y apporter quelque chose. Et si tout cela fructifiait dans les temps mêmes de l’utopie transitionnelle, animée de doutes et fantasmes ?

Un souvenir de ce moment commun ici :

Photographie : Benoît Arridiaux

Un sentier qui chemine – Au terme des quatre années de l’enseignement Grands sentiers, nous aurons produit quatre cartes représentant des itinéraires possibles et des projets de fin d’étude qui s’inspirent des qualités existentielles et scientifiques de la marche dans nos métiers (architecture et urbanisme), mais aussi pour toutes et tous. Que deviendra alors notre très petite utopie marchable que le réseau français des sentiers métropolitains nous incite à amplifier ?

Cette année à nouveau, le travail de la carte comme l’organisation et le déroulé du bivouac doit beaucoup à Frédéric Barbe (édition à la criée), un grand merci.

Respirer ensemble, lancement de l’enseignement en plein air / 2 et 3 mars 2023

Le 2 mars, sur le quai de la gare de Sucé sur Erdre, à 9h37, débute le premier des deux jours de marche qui ouvrent le travail de Grands sentiers 2023. Territoire d’arpentage et de projets cette année : le quadrant nord-est.

J’ai conçu (et repéré) deux parcours d’égale distance à vol d’oiseau et le segment du premier jour est la médiatrice du second – pour la beauté du geste cartographique. Le premier jour, il s’agit de faire se rejoindre l’Erdre et la Loire, de se rendre compte de la présence de l’eau dans le quadrant, de mesurer le rapport entre Erdre et Loire à pied. Sur le parcours : la réserve naturelle de la tourbière de Logné, le ruisseau des Hupières, le ruisseau du Charbonneau, l’étang de Maubreuil, le ruisseau du Pré Poulain. Le second jour, il s’agit de suivre la Loire de Mauves-sur-Loire à Nantes en restant au nord de la voie ferrée. Départ de la station de pompage de l’eau potable de Nantes Métropole (au bout du monde, à Mauves) jusqu’au pont des Américains, quartier Doulon. Au milieu du pont, au dessus de cette gare de triage, où nous finissons donc le vendredi à 17h00, on peut s’ancrer dans un triangle technique “fictif” : bras gauche, en face, l’usine d’eau potable de la Roche (traitement des eaux captées à Mauves), bras droite, un peu au nord, le château d’eau de Carquefou, un des principaux réservoirs de la métropole, avec, donc, la station de pompage dans notre dos.

Les mots d’ordre livrés aux étudiant.es sur le quai de la gare de Sucé sur Erdre ce matin-là sont pomper, draîner, draguer et les présences des éléments, airs, eaux, sols. J’insiste sur l’attitude, sur la nécessité anthropocénique de se rendre davantage sensible ; pour cela nous allons marcher longtemps, sans vraiment prendre de photographies ou de notes. La marche est un dispositif d’attention, de captation, et nous allons travailler à partir d’indices, de troubles (Harraway) saisis grâce à cette qualité, précisément, de l’attention en mouvement, des pieds, du corps, sans trop penser, sans trop chercher. La première phase du studio se nomme décentrement, un décentrement par le vivant (Zong-Mengual, Morizot, entre autres…) que je vais essayer d’incarner sur les deux jours.

Continuer la lecture de « Respirer ensemble, lancement de l’enseignement en plein air / 2 et 3 mars 2023 »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search