L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux

 

Ça commence au cœur du hameau des Brosses, sur la commune de Chateau-Thébaud, juste à côté du parking qui fait office de place centrale du village. Une juxtaposition d’objets de verre, de métal et de plastique qui constituent aujourd’hui ce que l’on met en commun à l’échelle d’un village : un abribus, une grappe de boîtes aux lettres, des bennes à ordures, une borne d’incendie. Ces objets nous parlent de réseaux (de distribution, de ramassage) par et vers des lieux de stockage plus ou moins lointains et invisibles à nos yeux. L’emplacement de cet agglutinement d’objets ne semble pas dû au seul hasard ; on peut voir au premier plan sur la photo un modeste édifice circulaire, appareillage de pierres pris d’assaut par les mousses et coiffé d’une plaque de métal : le vieux puits communal. S’il ne fait plus office de point de captage d’eau, sa présence semble toujours opérer dans l’organisation du tissu du village. On ne s’est pas résolu à raser cette percée dans le sous-sol, alors on garde le puits en vestige, et la place attenante avec.

Ce puits nous parle d’un autre temps, d’une autre forme de communs. C’est un symbole de l’ère paysanne où aller puiser l’eau quotidiennement mettait en rapport direct les corps humains avec la ressource en eau du sol. Il nous parle d’ancrage.

Valérie Jousseaume, dans l’ouvrage – publié à partir de sa thèse, Plouc Pride, un nouveau récit pour les campagnes, nous parle d’un biculturalisme qui serait propre à l’ouest français, du fait de l’histoire de l’industrialisation des campagnes du pays. C’est dans l’ouest de la France, industrialisé plus récemment que le nord par exemple, que l’identité et les pratiques paysannes ont perduré plus longtemps, jusqu’à cohabiter avec les valeurs de la modernité. Et l’autrice nous enjoint à se saisir des traces restantes de cette culture pour penser le monde qui vient, pour ré-atterrir.

C’est dans cette veine que nous nous sommes intéressés aux anciens communs de villages, et plus particulièrement aux puits, donc à l’eau potable, et finalement aux manières actuelles de la produire et de la distribuer.

Continuer la lecture de « L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux »

Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun

 

De Saint Sébastien sur Loire à Saint Fiacre sur Maine

Le projet de sentier se donne pour prétexte d’aller voir un puits communal dans le village de La Hautière, et ainsi s’aventurer au-delà des limites administratives de la métropole nantaise.

Le tracé figure en quelque sorte un rayon allant du centre vers la périphérie.

Cette traversée sera l’occasion de se demander ce qui fait commun aujourd’hui dans un périurbain qu’on imagine de prime abord comme le règne de la maison individuelle, de la voiture et du gazon.

L’idée est de marcher pour faire taire ses a priori, essayer de regarder ce qui fait vraiment commun en 2024 sur un territoire habité. Le sentier passe “en vrac” par des éléments naturels du territoire. De l’eau, des sols dont on prend plus ou moins soin, des traces d’anciens communaux de villages – des puits, des chemins, des fours à pains – et des objets plus contemporains – un abribus, un château d’eau,une table de pisue-nique, un arbre de boîtes aux lettres, un système d’éclairage public…

des boites partagées (photographies personnelles)

Continuer la lecture de « Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun »

Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez

Aux abords du ruisseau de la Chalandière, on découvre un vallon très boisé de frênes, de chênes, de châtaigniers… Leurs troncs sont plutôt fins, ces arbres sont en effet très jeunes. C’est une vallée qui était fortement habitée avant le remembrement et qui s’est transformée en petite forêt, en friche pendant les années 70 – 80. Si vous vous y promenez au printemps, prenez de bonnes chaussures car le sol se gorge d’eau, et les chemins y sont pentus. Les sentiers, sûrement très anciens, longent des cours d’eau qui serpentent dans des fossés entre les arbres. On rejoint des mares, quelques sources, d’autres ruisseaux discontinus… De petites fleurs colorées poussent auprès des arbres, on trouve un terrier de lapin ou de blaireau, des oiseaux qui chantent dans les branches… C’est un lieu très habité.

En remontant vers le village de la Gouachère, ce n’est que très progressivement que l’on quitte cette ambiance de sous-bois. Les arbustes deviennent des haies opaques de lauriers ; le sentier, plus large, peut désormais accueillir le passage d’une voiture. Au bout de celui-ci, on trouve un petit édicule blanc, non loin des premières habitations de ce hameau. En vert sur fond blanc, trois traits parallèles tracent le S de Suez.

Suez, c’est le nom d’un isthme situé en Egypte qui relie l’Afrique et l’Asie et qui sépare la mer Rouge de la mer Méditerranée. C’est aussi le nom d’une multinationale dont la création remonte à 1855, au moment du percement d’un canal dans cette frange de terre pour relier les deux mers. L’entreprise trouve donc ses racines dans la longue histoire de l’exploitation d’un canal sur le sol égyptien par une entreprise française, puis par des britanniques jusqu’à la crise de Suez, la nationalisation par Nasser en 1956 et l’échec de l’opération militaire franco-israélo-britannique pour restituer l’exploitation du canal à ses anciens actionnaires. En somme, c’est un emblème de l’impérialisme européen au Proche-Orient1.

La construction du canal de Suez, 18662

L’exploitation du canal par la Compagnie financière de Suez prend fin dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle entreprend alors une conversion vers la finance et effectue de nombreux investissements à l’étranger notamment. En 1967, elle devient actionnaire majoritaire de la Société Lyonnaise des eaux et de l’éclairage. C’est une entreprise qui s’est attachée depuis le Second Empire à devenir l’acteur central de l’approvisionnement en eau, de la production de gaz puis d’électricité dans de grandes villes françaises. Les deux entités fusionnent en 1997 pour former le groupe Suez.

Continuer la lecture de « Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez »

Cachez cette eau que je ne saurais voir

Sur les cartes IGN, série bleue, on distingue des petits points bleus aux centres blancs : Fontaine, Puits, Source. Trois mots pour qualifier ces petits points, mais trois mots aux significations bien différentes. Je décide d’aller à leur rencontre, ou du moins à la rencontre de ces sources parce que pour moi ce sont des sources, j’en ai tellement envie. Cela signifierait la possibilité d’un ravitaillement lors de marches, des moments de repos en écoutant le chuchotement d’un filet d’eau.

Quelle ne fut alors ma stupéfaction en constatant que ces points étaient des puits et des puits clos, vraisemblablement hors d’usages, relégués au rang de décoration urbaine pour les plus chanceux. Leurs bouches sont grillagées ou obstruées, les pompes manuelles puisent dans le vide, nous privant de ce fait du précieux liquide qui incarne pareils lieux.

 

Trois puits. L’environnement a été mis en nuances de gris, les puits sont photographiés en couleur, on constate la monotonie. Le puits de gauche est condamné d’une plaque d’acier galvanisé, celui au centre est à pompe manuelle de puisage mais il ne fonctionne plus, celui de droite est obstrué par une porte grillagée.

Continuer la lecture de « Cachez cette eau que je ne saurais voir »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search