Délimite, des limites.

De Bouguenais au Pèlerin,
48 km de sentier pour traverser les limites de propriétés et s’intéresser aux communs.
Source: Lena Guillo, Nadja Warnant.

 

 

Avant de commencer à marcher, on prend les transports en commun. 

Le bus nous dépose le long d’une départementale, à côté de La Ville-Au-Denis, une ligne droite qui suit les courbes des vallons. On prend une passerelle qui nous fait survoler le trafic, on arrive dans une zone pavillonnaire. Une longue rue bordée de maisons. La perspective est impressionnante. Des voitures garées devant des garages, des entrées travaillées, des gazons mis en scène et puis des barrières, des clôtures, des murets, des haies, tout un vocabulaire de la délimitation.  
Avant de continuer à s’engouffrer dans cette rue qui semble ne pas se finir, on tourne dans une rue entre deux maisons : un panneau indique “jardins familiaux”.  Ici un seul sol, découpé en petits lopins de terre cultivée, et chacun semble savoir exactement ce qui lui appartient. Quelques grands-pères à moitié sourds bêchent soigneusement la terre humide, un père de famille désherbe pendant que sa fille joue entre les réservoirs d’eau et en arrière-plan, le son continu de la route. Il y a des petites cabanes, des sceaux, des parpaings, l’ensemble parait assez humble et modeste. Rien d’extravagant, rien qui ne soit en surplus, pas même des fleurs, tout à l’air d’être consommable ou permettant de consommer. 
On en ressort et revenons à cette rue qui nous ferait presque croire que nous sommes dans un film américain. Elle se termine par l’entrée dans une zone d’activité. Entre la gendarmerie et une entreprise de joints nantais, se trouve Terrasalica, une micro jardinerie éco-responsable. Premier arrêt, il se fera dans un petit hangar, pour prendre la température et comprendre ce que veut dire jardiner.  
Un rond-point, une passerelle et un autre rond-point, et Jardiland. Deuxième arrêt ou plutôt, autre temps de la marche : on continuera de marcher dans ce supermarché du vivant : tout ce qui y touche de près ou de loin peut y être acheté. On y déambule lentement en s’intéressant à la mise en scène et surtout en suivant le parcours tout tracé. Rien n’indique le sens de la marche mais nous le trouvons tout.e seul.e. Le plus difficile est de repartir les mains vides. Même pas un petit cactus ?  
Les plus courageux.ses s’intéresseront au détour qui propose d’aller voir le cimetière paysager de Moulin-Laheux : rares sont les cimetières français à avancer des espaces engazonnés et plantés. Il peut aussi être l’occasion de répertorier les espèces végétales (véritables ou synthétiques) les plus utilisées lorsque l’on parle de la mort.  
Si l’on revient sur nos pas, on se retrouve dans une zone clairsemée de maisons, un chemin de terre apparaît pour nous inviter à marcher entre les champs. D’ici on observe des morceaux d’aéroports et surtout on voit les avions décoller. Sans transition c’est la zone d’activité Du Chaffault, tenant son nom d’un château, détruit en 2009, pour faire place à l’industrie de l’aéronautique.  Le nom du château est inscrit sur la carte, un peu par devoir de mémoire. Rien d’étonnant, mais ici tout est grillagé, intraversable. Il faudra, en plus de raser la départementale, longer les hangars et s’insérer dans les allées dès que cela sera possible. Nos corps se sentent touts petits et vulnérables. La fin de la zone d’activité est brusque: le bardage métallique s’efface pour laisser place à des formes feuillus. On retrouve les champs, les prés, les vignes et les routes de campagne.  
On arrive aux Epinais, sur notre droite, un espace public avec une aire de jeu pour enfants, c’était un communaux auparavant. Trace des gestions de territoire avant le remembrement et l’individualisation de tout usage. Avant de traverser le bourg on remonte de quelques mètres la départementale. Drôle de mélange : de gros camions sortant de Du Chaffault passent à côté d’un vieille maison bourgeoise (anciennement celle de M. Jamet, propriétaire de vignes au XVIIIe siècle). Au rond-point on prendra à la troisième sortie, pour se diriger vers l’aéroport. Sur la route du Frémiou, on croise un regroupement de maisons, sûrement un ancien corps de ferme que la famille s’est redivisé.  On hésite à y entrer, privé ou public ? En même temps on se dit que si la voiture Google l’a fait, nous aussi. Au milieu de ces maisons de différents âges, on voit des panneaux, des écriteaux avec des slogans. Comme un air de déjà-vu. Le Frémiou rassemblé avec La Blanchardais et d’autres hameaux est devenu le quartier général d’une nouvelle ZAD. Une zone à défendre contre le projet d’agrandissement de l’aéroport.  
Nous reprenons la route du Frémiou pour approcher ce spécimen, nous suivons le haut grillage de l’aéroport. On s’arrête pour observer le spectacle de la piste d’atterrissage et on s’imagine la destination ou la provenance des avions. Sur la route, des cavaliers, des coureurs, des cyclistes empruntent le même chemin.  
Le bourg se rapproche, un patchwork de maisons se frottent et forment un ensemble curieux, on souhaiterait approcher, regarder au-dessus des clôtures, des haies, mais les panneaux de propriété privées et “attention le chien traverse en 4 secondes” nous en dissuadent assez facilement.  

Direction le Champs de Foire, le long (encore une fois) d’une départementale. On longe quelques vignes, et des maisons apparaissent, bordant la route. Entre deux maisons, une allée (la seule) est laissée vide. On s’y engouffre. Comme un couloir entre un vieux mur en pierres et des barrières de chantier. Chacun renfermant un jardin. L’un, pittoresque avec des statuettes aux allures gréco-romaines, l’autre plus pragmatique, avec des jeux pour enfant. Le premier se laisse ouvrir sur un morceau de terrain dont on ne sait pas à qui il appartient. Quelques arbres dessinent brièvement les contours de cette parcelle. Limites auxquels le voisin semble tenir car la pelouse tondue prend la place d’une clôture. A cheval sur les deux terrains, une taupe (rebelle) se moque des propriétaires. Ses monticules de terre laissent deviner le réseau souterrain qui relie les deux terrains. Elle deviendra notre mascotte pour le sentier. 
On rebrousse chemin et de nouveau sur la départementale continuons jusqu’à trouver la route de la Groissonnerie et un bout du PR en traversant un centre équestre, puis remontons le long de la Marionnière (le suffixe -ière peut se traduire par propriété quand il est associé à un nom de personne). Pour pouvoir progresser vers l’Ouest, on entre dans le château du Souché, manoir médiéval, c’est aussi un vignoble. Pour éviter de se faire remarquer, mieux vaut se dépêcher. Un chemin d’exploitation part de la bâtisse et nous emmène à travers les vignes, il s’arrête et nous laisse couper par les vignes,  leur orientation nous indique la direction à prendre. Quelques-uns en profitent pour grapiller quelques grappes. 
La marche continue jusqu’à la route de la Bouvaiserie, des petites maisons éparpillées ici et là jonchent notre trajet. Un petit chemin parallèle à la route nous fait rentrer dans un petit bois.  De retour sur la D11, un chemin nous emmène à travers champs, ou plutôt à travers vigne. Cette balade bucolique se termine sur un ensemble de lotissements, La Roderie; notre porte d’entrée dans la commune de Bouaye. La route réapparaît assez vite : entre muscadet et habitations cette grosse départementale relie le Sud-Ouest à Nantes. Sur notre gauche un petit pavillon de château apparaît, laissé comme un petit reliquat d’une époque passé, il semble presque faux, posé ici, à côté d’une route. Surtout qu’à quelques mètres de lui s’est installé un Super U. On traverse son parking et prenons un bout de route qui longe le supermarché. C’est le début d’une coupe urbaine, d’un enchaînement de situations et de paysages qu’on n’aurait pas pu imaginer être accolées. 
L’accès de livraison nous mène aux coulisses de la grande enseigne -le stockage, les camions, les monte-charges et les palettes se cachent derrière un imposant mur blanc- et se transforme en petit sentier de terre, interdit aux véhicules. Marchant le long d’un près d’herbe, il débouche sur une première zone pavillonnaire. On l’estime datant des années soixante : des petites maisons aux volets bordeaux ou vert sapin, aux pelouses bien tondues, et aux rues désertes. En continuant tout droit, comme à l’arrière de ce premier décor, se trouve une autre zone pavillonnaire, celle-ci beaucoup plus récente, l’Epine. L’asphalte encore bien noir, laisse découvrir un autre quartier bien rangé, comme toujours en construction. Ici, le design des boîtes aux lettres est assorti aux menuiseries et aux gouttières gris anthracite. La végétation, quasi inexistante si ce n’est la pelouse, semble encore bien jeune et fraîchement plantée. Les clôtures basses et les grandes ouvertures en nous laissant observer nous font aussi sentir observer. Alors que nous sommes dans la rue, on se sent complètement étranger.es, comme si nous étions déjà chez les gens, à partager leur intimité. Au bout de l’impasse, un chemin de terre se dessine, c’est le chemin du Pavillon de l’Epine.  Ce doit être elle, la maison de l’Epine, seule vieille bâtisse parmi ces lotissements. Elle donne sur ce qui devaient être d’anciennes vignes. Pourtant la terre est retournée, en attente de futures maisons. La route nous indique de continuer vers le chemin d’Herbauges. Toujours dans notre coupe urbaine, on remarque que se confrontent plusieurs notions d’intimité, tandis qu’une des maisons se laisse totalement être observée, sa voisine d’en face monte une haie bien épaisse à plus de deux mètres de haut. Le chemin continue et avant de passer sous les rails, le paysage s’ouvre sur un champ de vigne avec en arrière-plan de nouveaux logements collectifs fraîchement livrés. Le domaine des Herbauges apparaît après être passé sous les rails. Il prend son nom d’une légende, située à l’emplacement du lac de Grand-lieu, la cité des Herbauges aurait été le lieu des pires débauches païennes que Dieu aurait fait ensevelir sous le lac. Ici aucune trace de ce mythe, seulement un vignoble. Des vignes et quelques bâtiments cohabitent, certains pour la production et la vente du vin, le reste comme habitation. La carte indique un chemin au bout, on doit donc traverser tout ce corps de bâtiments. En marchant entre les maisons on ne sait pas très bien si on peut être ici, rien n’indique que ce n’est pas possible pourtant le regard d’une petite fille nous fait comprendre que nous sommes chez elle. Le chemin nous fait passer à travers les vignes, sûrement celle du domaine.  

On se retrouve sur une route très fréquentée, à marcher en file les un.es derrières les autres alors que des voitures nous dépasse, c’est la seule voie qui traverse ce bout de marais. On passe devant une habitation, qui par un une haie taillée en forme d’arche nous invite à marcher sur l’herbe, le long des vignes, pour ensuite rejoindre une route beaucoup moins empruntée. On prend le temps d’observer les paysages agricoles : des fermes, des prés, des bottes de foin. 
On arrive au Buttay, encore une fois on ne sait pas très bien comment lire cet ensemble de bâtiments, sûrement une seule et même propriété divisée en plusieurs lieux, et la route au milieu de tout ça venant re-segmenter l’unité. C’est elle qui nous permet d’être là, de pouvoir se balader et d’observer ce qu’il se passe chez eux. Un chemin descend vers les marais. Avant de s’enfoncer dans les sous-bois, on se retourne, et on se dit que ce plan, avec la route bordée par ces arbres, menant à la grande maison du Buttay pourrait être une séquence de cinéma (cette fois-ci français).  
Longeant les bras d’eau et les prairies humides, le chemin parfois s’efface et l’on marche sur des poteaux électriques couchés, servant de pont.  
la route continue vers le Coin aux Rats, petite zone d’habitation, des maisons aux rideaux à dentelle laissent deviner qui habite ici. C’est l’entrée de Saint-Mars-de-Coutais. Ici, on fait exprès de se perdre parmi les rues avec comme intention de voir le plus de résidentiel possible.  
On chemine entre les pavillons blanc vif, toujours en installation. L’impression de naviguer dans un monde en cours, où rien ne dépasse. Le bourg arrive et les maisons se rapprochent, la rue principale de Saint-Mars-de-Coutais une grande ligne droite, nous offre la perspective jusqu’à sa fin. On passe à côté d’un château, au-dessus du Tenu, petite pause bucolique avant de sortir du bourg. 

La route continue, le sentier nous fait passer dans un petit bois, à côté du Marais Commun, petit clin d’œil à la thématique. La sortie est franche, un passage à niveau et de nouveau dans une zone résidentielle : le crépis est rose et les parpaings fraîchement posés. A un carrefour deux palmiers nous indiquent la direction, on tourne, décidés à tenter de traverser les marais, entre les prés et les vaches. Le marais se termine par un corps de ferme que l’on doit traverser. Beaumanoir d’après la carte.  
On laisse le manoir derrière nous et reprenons la départementale, et longeons un mur de pierres sèches cachant le château de La Rivière. N’ayant vu aucune information sur ledit château, nous décidons de faire un détour. Grosse maison du XIXe siècle, il est impossible de s’en approcher, tout est soigneusement fermé, pourtant le chemin continue et nous emmène dans un sous-bois, jusqu’à revenir sur la départementale, et bientôt l’entrée de Port-Saint-père. Finalement entre le château et les maisons plus modestes du bourg, c’est presque le même langage lorsqu’il s’agit de parler de frontières, la seule différence est la hauteur ; les murets, les haies, les grillages nous laissent apercevoir les même enjeux de vouloir délimiter sa parcelle. On se perd entre les allées désertes. Ici rien ne semble avoir changé depuis pas mal d’années, les maisons sont toujours aussi similaires, et les pelouses toujours aussi bien tondues. Avant de sortir de Saint-Père et de traverser la rive, le camping semble être le seul lieu paysagé accessible. On remarque que très simplement les arbres sont utilisés comme limites des emplacements des campeurs. Plantés aux coins des parcelles ils agissent comme marqueurs. 
L’Acheneau, frontière avec la ville de Saint-Léger-Les-Vignes. 
On bifurque directement vers la Grande Vigne. Le nom nous a interpellés, pourtant aucune trace de vigne, seulement quelques maisons et des prés. Les maisons sont neuves, vêtues de ce même crépies rose clair que l’on retrouve souvent dans le sentier. On a comme l’impression que c’est le même constructeur qui a récupéré tout le marché. On passe le long d’un petit sentier, surement un chemin d’exploitation et longeons les champs. On arrive au Grand Fief et après avoir fait quelques fait centaine de mètres :  un cul de sac. L’idée est bien de réfléchir sur la notion de propriété non ? Comme la taupe, on décide de se moquer des frontières, des délimitations, passons par un corps de ferme et coupons à travers champs, jusqu’à rattraper un sentier.  

Arrivée au Port Hamoneau, des petites barques, des tables de pique-nique, un ponton d’observation nous disent que c’est un lieu à observer. Il suffit de longer le marais et de suivre le sentier le plus loin possible. Il s’aventure dans les prairies humides pour les plus chanceux, ou continue dans l’eau pour les plus téméraires. Il croise plusieurs douves et se perd. Il faut faire confiance à la carte et à ses sens pour retrouver la Proutière (anciennement Prévôtière, fondée par le prévôt, surnom pour ceux « qui se prenaient pour un officier de justice »). Des maisons en pierre bordent la route de chaque côté. Le lieu semble avoir été épargné de la folie du lotissement. Le sentier se termine à Jasson, comme s’il était une personne, un propriétaire, tout à l’air de lui appartenir : La Ferme de Jasson, les Landes de Jasson, la chapelle de Jasson

 

Léna Guillo, Nadja Warnant