À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire

D’abord il y a ce chemin entre la rue de Bellevue et l’impasse du Vercors, à Thouaré-sur-Loire, dans le 44, la Loire-Atlantique. C’est un passage piéton entre deux pavillons idiosyncratiques de l’image commune du lotissement, avec son crépi, son entrée de garage et ses ardoises, peut-être un des seuls témoignages d’une localisation nord-Loire-proche-Bretagne. Quand on l’observe depuis le trottoir, à son entrée, on ne pense pas forcément à y aller. Rien n’indique d’ailleurs qu’on devrait ou pourrait le faire : un arbre pousse au milieu, l’herbe y pousse tranquillement, tapissant d’une unique surface le chemin de traverse et le jardin des voisins, où on peut absolument observer un transat moulé par injection blanc inspiration monobloc, un autre en bois et sous ces derniers une dalle grise qui fait seuil entre la pelouse et la maison. C’est comme si on marchait chez eux, même si le grillage vert foncé qui marque le fond de parcelle n’en dit pas autant, ou alors comme si eux et nous, le passage public et le jardin privé, on partageait en fait un bout de territoire commun et indépendant. Étrange. Mais continuons.

Continuer la lecture de « À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire »

La fabrique d’un commun privé : tisser entre les vallées de l’étoile verte

 

Mon questionnement débute lors de la première marche dans le quartier du Bois Raguenet. Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au niveau des axes principaux.

A l’échelle de notre quadrant, de nombreuses autres situations de lotissement peuvent être observées. Le Petit Chantilly, tout comme le Petit-Moulin ont une emprise au sol très importante et s’étendent de la Vallée du Cens jusqu’à la route de Vannes. De même pour le quartier résidentiel Nord Beauséjour où la circulation est principalement motorisée. Au sud du quadrant, on peut nommer dans la commune de Saint-Herblain : le Tillay, Preux-Crémetterie, Bourg Solvardière, Bourg Pelousière et le Village Expo .

Carte Situation

Ces quartiers d’habitation sont des espaces joints par l’étoile verte de Nantes. Pourtant aujourd’hui, la pratique transversale de ces espaces est une question. Il existe certes une possibilité pour les piétons de joindre les deux branches en passant par les voiries principales, mais pas d’aménagements qui motiveraient cette pratique de l’espace. Si la métropole nantaise valorise ses vallées de l’étoile verte dans ses politiques d’aménagement, qu’en est-il des espaces entre ces axes ?

Je définis le commun privé comme le produit d’un ensemble d’aménagements qui rassemblent les habitants de la métropole. Comment permettre un réseau de proximité pour les habitants de ces quartiers, pour les travailleurs dans ces zones commerciales ou encore pour les différents promeneurs ?

Continuer la lecture de « La fabrique d’un commun privé : tisser entre les vallées de l’étoile verte »

Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ?

Chemins piétons du Bois Raguenet Photographie personnelle

Arpenter la métropole nantaise à pied confronte à différents niveaux de publicité de l’espace.

C’est au Bois Raguenet dans la commune d’Orvault que nous nous sommes autorisés à quitter la voie principale dominée par la voiture. Le chemin des Matines offre un large passage uniquement piéton et entouré de végétation. Le contraste est énorme entre la voie bitumée très large où les voitures nous frôlent et ce chemin calme où nous pouvons marcher les uns à côté des autres. C’est dans ce lieu, couvert par les arbres, que nous aurions pu nous arrêter pour nous réfugier des grands axes de circulation.

Organisation du Bois Raguenet : En orange les cheminements secondaires, en bleu les voiries principales.

Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au droit des axes principaux.

Continuer la lecture de « Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search