Francis Alÿs, des marches urbaines entre poésie et politique.

Francis Alÿs est un artiste belge qui pratique la marche d’une manière bien personnelle. De formation architecte, c’est une fois diplômé qu’il part s’installer à Mexico, ville dans laquelle il vit depuis plus de 20 ans et depuis laquelle il va développer son travail artistique.

Abandonnant son métier d’architecte en 1989, il va se mettre à arpenter les villes de Mexico, New York, Londres, Lima et Jerusalem. Il y expérimente de nombreuses façon de marcher dans l’espace urbain, mettant en scène son corps en action de façon originale. Comme un peintre investirait l’espace de son tableau, la ville va ainsi devenir le terrain de jeu de Francis Alÿs, avec comme outil la construction performances artistiques solitaires et parfois collectives.

Son travail de marche s’empare de sujets modestes, issus du quotidien, joue des scènes de vie anodines et discrètes dans l’espace urbain. Entre poésie et politique, sa posture de flâneur mettant en oeuvre des actions inutiles, vaines et prônant la perte de temps cache une critique virulente du monde globalisé dans lequel nous vivons et où tout doit être productif et rentable.

Francis Alÿs pense ses traversées urbaines singulières comme des actions pouvant interpeller les habitants. Ses démarches se transformeraient alors en une légende urbaine, racontée de bouche à oreille et dont l’impact de son action pourrait être démultiplié.

Francis Alÿs, When faith move mountains, 2002, Lima, Pérou.

Francis Alÿs, Modern Procession (7min, 2002, New York)

Francis, par la marche, mets en place un outil politique et social accessible à tous. Faisant une performance in situ et visible par tout le monde, il touche alors un public qui ne va pas dans les musées.

Cette dimension politique, critique des moyens de diffusion de l’art est présent partout dans son travail. Derrière une apparence légère et absurdes, il utilise ses marches comme outil pour pointer du doigt et montrer ce qui ne fonctionne pas dans la société, les inégalités, le quotidien du travail précaire, la question des frontières irréelles sur le territoire. En 2004, Francis Alÿs marche le long de la frontière administrative avec un pot de peinture vert percé qui peint une ligne vert au sol (The Green Line). Ce geste pose la question de la réalité géographique et politique d’un trait abstrait un jour dessiné des politiciens sur une carte et ce dans le but de délimiter des zones au coeur d’un conflit Israëlo-Palestinien.

Francis Alÿs, The Green Line, carte de l’arpentage, 2004, Jerusalem.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search