Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine

Boris Sieverts fait des visites guidées de la ville. Mais il ne montre pas à son public les endroits les plus brillants. Il les guide à travers les zones de notre paysage urbain qui se trouvent loin du centre-ville brillant. Il les conduit à travers les espaces intermédiaires des limites extérieures et intérieures de la métropole, qui révèlent, comme il le dit, ce que signifie la ville dans son ensemble, la diversité et l’étendue qu’elle y montre. 
Il les conduit vers des parkings, des scénarios de démolition, des lacs de dragage. Vers des forêts, des prairies et des jardins. Des autoroutes, des écoles, des ports, des foyers de demandeurs d’asile.  

source: https://www.bpb.de/veranstaltungen/reihen/politik-im-freien-theater/140639/boris-sieverts-buero-fuer-staedtereisen-der-koelner-norden-reise-in-die-raue-stadt/

 

“Il n’y a que là que l’on peut découvrir ce qu’est vraiment une ville. Le centre n’est que le bon salon où la ville montre ce qu’elle aimerait être”.

Boris Sieverts

Continuer la lecture de « Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine »

Échappée dans la vie quotidienne

Un apperçu, de la rue Jean Debay

La métropole se raconte par l’ordinaire, le quotidien qui l’active chaque jour. Ce sont de multiples quotidiens qui s’entremêlent, se côtoient, s’ignorent… Nous sommes les experts de notre ordinaire; un paysage que nous habitons, qui nous semble banal et active nos affects. Mais cette banalité que nous lui attribuons est subjective; le quotidien de l’autre est une aventure pour nous. Et si traverser les paysages ordinaires des habitants nous permettait de découvrir la métropole, de nous ouvrir aux contrastes mais aussi aux disparités des quotidiens qui la façonnent. En expérimentant le quotidien des autres, nous les comprenons un peu plus. Nous découvrons les commerçants, les entreprises, les artisans, les lieux symboliques qui s’inscrivent dans ces paysages ordinaires et font vibrer les quartiers. Liés par un sentier, les diverses quotidiens se confrontent. Un espace propice à la rencontre se façonne, le marcheur est parmi les habitants, qui chaque jour agitent la métropole.

Un sentier, dans la vie quotidienne

RÈGLES DE LA MARCHE

*Passer par toutes les communes

*Éviter un maximum les éléments marqués en rouge sur la carte

Si l’on est contraint à passer devant, ne pas s’arrêter pour les contempler et ne pas focaliser son attention sur eux, mais les comprendre dans un tout.

*Passer au maximum devant ou aux alentours des éléments verts

*Passer au minimum auprès d’un élément vert dans chaque commune.

Lorsqu’il n’y a pas d’élements verts, rester dans les zones ou les habitats humains sont les plus denses.

*Ne pas hésiter à s’aventurer dans des petites ruelles,des impasses, les cours ou les bas d’immeubles.

*S’autoriser à s’arrêter manger ou visiter les commerces fréquentés par les habitants et échanger si l’envie nous vient.

Ces règles ont pour but d’amener le marcheur à traverser les ambiances quotidiennes de la métropole. Il met en avant les paysages de “l’autour de chez soi” se détournant des sites touristiques ou dit d’exceptions par lesquels on a l’habitude d’aborder la métropole.

Ludivine Bouillon

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search