Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ

 

Les marcheurs-photographes du GR2013 // Paysages Usagés

Paysages Usagés, intervention artistique sur le GR2013 // Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth

Ici, nous nous intéressons à la démarche de Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth, deux artistes-photographes qui sont intervenus artistiquement sur le GR2013.

Ce sentier de 365 km imaginé et balisé à l’occasion de Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013, s’immisce entre le paysage urbain, périurbain et rural de la métropole marseillaise. Il forme une boucle dans l’espace métropolitain à travers 38 communes sur un territoire de 3000 km².

Le tracé du GR2013 dessine une boucle que les photographes ont arpenté en organisant 100 arrêts pour la prise de photographies.

Pour ce sentier, un projet artistique de représentation des paysages de la métropole a été mis en place par l’Observatoire photographique du paysage (OPP) : Paysages Usagés, démarche de Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth. Ils se sont intéressés au GR2013 avant même son balisement sur le territoire, dès 2012. Leur projet s’organise autour d’une série de 100 photographies prises le long du sentier, chacune parcourue par une ligne blanche traçant le futur passage du GR. Ces photographies sont capturées une fois par an pendant 10 ans, permettant d’apprécier les changements qui ont opéré sur le territoire, entre ceux liés à l’activité humaine et ceux d’autres forces qui redéfinissent chaque année le paysage. Ils sont guidés par un désir qui n’est pas uniquement celui de mettre en lumière des problématiques connues aujourd’hui mais surtout de faire de ces photographies des supports d’analyse du territoire et de notre action et mouvement sur celui-ci. Ces photographies deviennent alors un observatoire de la richesse des paysages traversés dans la métropole marseillaise, et analyse les frictions des éléments qui nous entourent lors de sa traversée.

3 paysages photographiés en 2012 puis en 2013 dans le cadre de l’intervention artistique Paysage Usagés (http://www.francesterritoireliquide.fr/lesphotographes/bertrand-stofleth-et-geoffroy-mathieu.html)

Un projet participatif qui donne corps au sentier chez les marcheurs

Les 100 premières photographies sont réalisées dès 2012 sur le sentier. Afin de reconduire les photographies chaque année, un volet participatif a été mis en place, proposant au public, ou ceux qu’ils appellent les « adoptants », d’adopter 70 des 100 photos, les 30 restantes étant reconduites par les créateurs de l’OPP. Pour que cette reconduction puisse être possible, il s’agissait d’utiliser des instruments photographiques basiques, dont un appareil reflex et un trépied. Il était aussi nécessaire d’établir un protocole lors de l’arrêt sur le sentier pour la prise de vue, prenant en compte des paramètres précis tels que la hauteur du trépied, la distance par rapport à un objet, un croquis du paysage photographié et du trépied dans l’espace.

Cette reconduction de photographies chaque année jusqu’en 2022 propose aux adoptants de s’approprier le paysage ainsi que la marche, et analyser l’expérience de ceux-ci par rapport aux anciennes photos. Le volet participatif de l’intervention artistique permet de dépasser le seul compte rendu d’un fait de paysage mais bien d’arriver à la propre étude de celui-ci, en utilisant l’arrêt sur le parcours, la mise en place d’un protocole, l’observation puis la captation du paysage. Un réel ancrage des adoptants dans le territoire s’opère, donnant naissance à un lien intime avec le paysage photographié. Un jeu d’appartenance et d’adhérence au paysage s’installe : une image qui appartient au citoyen, un trajet qui appartient au citoyen, un paysage qui appartient au citoyen.

L’intérêt de la transmission photographique pour les marcheurs

Ces trois dessins déclinent les façons de marcher des deux photographes ainsi que des adoptants de la reconduction des photographies.

Alors finalement, les premiers marcheurs de cette intervention artistique, Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth, pratiquent la marche et surtout l’arrêt. Elle est le fondement de leur démarche, menée par un protocole précis. Afin de décrire la démarche de ces marcheurs, nous nous tournons vers le concept d’écologie des lignes de Tim Ingold qui décrit deux hypothèses : une ligne « active », pleine, qui symbolise la promenade continuelle, sans obstacle ; et une ligne « pressée », en pointillées avec des zones entourées, qui s’apparente plutôt à un déplacement où un but subsiste. A partir de cette terminologie, le processus des deux photographes semble naviguer entre ces deux lignes, entre marche sinueuse le long d’un sentier et arrêt sur des sites précis où l’objectif de la captation vient alors guider leur marche.

La reconduction des photographies chaque année donne l’occasion aux adoptants et autres marcheurs de parcourir le GR2013 de manière assez récurrente. Cette marche, entre promenade et arrêts significatifs dans un but protocolaire, vient alors se rejouer chaque année grâce à la transmission effectuée des photographes vers les « adoptants ». Dans ce sens, ils diffusent l’expérience de la marche par la mise en place d’un but précis : celui de photographier un paysage selon un protocole donné. Cette passation incite et invite le public à marcher, expérimenter le paysage urbain et périurbain de la métropole marseillaise, et continue alors d’alimenter cette pratique constructrice de nos paysages.

Sources :

http://www.francesterritoireliquide.fr/lesphotographes/bertrand-stofleth-et-geoffroy-mathieu.html

L’Attiko monopati de Jordi Ballesta

Jordi Ballesta est géographe, chercheur et photographe. En novembre 2000, il s’installe à Athènes dans le but de travailler sur la part de l’espace urbain qui échappe à la main des urbanistes. Cependant, une question se pose : comment produire de la connaissance sans savoir parler un mot de la langue du pays dans lequel il se trouve ? Pour cela, il met en place une stratégie qui lui permet de contourner ses lacunes en faisant usage de la voie graphique. Et plus spécialement de la photographie.

Il part à la découverte de ce territoire urbain qui n’en finit plus et développe la notion de photo-géographie (ou encore géo-photographie). Il s’agit d’employer la photographie pour éclairer des sujets que l’écriture ne parvient pas à révéler. Et plus que l’illustration d’un propos, la photographie vient le compléter.

Au printemps 2018, Ballesta participe au mouvement des sentiers métropolitains avec la création de l’Attiko monopati, un parcours de plus de 300km de long, pensé en 8 étapes et qui permet de visiter la capitale grecque, ‘‘hors de tout véhicule motorisé’’. Le parcours traverse l’Attique d’est en ouest par un lacet qui se noue au « mont des Turcs » devenant alors à la fois un lieu de recherche, un lieu de promenade mais aussi une infrastructure de transport (24,4 km pour aller de Marathon à Nea Pendeli , 21,2 km de Nea Pendeli à Ambelokipi, 15,5 km d’Ambelokipi au Pirée, etc).

Mettant de côté les cartes, Jordi Ballesta choisit la photographie pour documenter et interroger l’itinéraire parcouru. La photographie devient vectrice de relation et de discussion avec les habitants et permet alors de s’ancrer dans le territoire et d’avoir une expérience immersive de la ville. C’est ce que le géographe, photographe et explorateur américain John Brinckerhoff Jackson appelle le “paysage vernaculaire”: celui des pratiques de tous les jours, utilitaire, et bien loin du paysage-décor, esthétique et peint.

Source :

  • Le bureau des guides (http://www.gr2013.fr/attiko-monopati/?fbclid=IwAR1zTfKoFrtR7MmnTsqq52zn2Ylh7kyTHRKG4pTNg2H0_F7JpcNdqOIMKBQ)
  • « Géographie, photographie, polygraphie : retour sur
    l’établissement d’une méthode d’enquête
     » Jordi Ballesta

JFK, par Laurent Malone et Dennis Adams.

Un exemple de paire de photographies effectuée lors de la marche. Source : http://www.laurentmalone.com

Afin d’ancrer le projet JFK dans son contexte, nous allons dans un premier temps présenter les deux protagonistes de cette marche.  

Laurent Malone

Laurent Malone est un photographe français s’intéressant dans ses oeuvres aux mutations de l’espace urbain notamment à partir de parcours tracés dans de nombreuses villes ( New-York, Hong Kong, Rio, Marseille…) . La marche devient alors pour lui le centre de son processus photographique. Laurent Malone accorde une intention particulière aux mutations urbaines ainsi que pour les usages non planifiés de l’espace public. 

« Les villes sont le lieu d’un rapport de force entre la rationalité incarnée par l’architecture et les usages des habitants qui inventent des ruses et des manières de faire avec pour se ré-approprier l’espace. » 1

Dennis Adams

Dennis Adams, quant à lui, est un artiste américain connu pour ses installations muséographiques ainsi que dans l’espace public. Cet artiste produit de nombreuses oeuvres vidéographiques servant à mettre en avant le processus d’amnésie collective ainsi que l’exclusion sociale. 

Le projet JFK, ou comment proposer une nouvelle structure narrative par la photographie.

Ces deux artistes, évoluant dans des domaines similaires, ont décidé de partager et de s’unir lors d’une marche de plus de onze heures dans la métropole new-yorkaise. Le 5 août 1997, en empruntant le chemin le plus direct entre Manhattan et l’aéroport JFK et sans interruption, les deux artistes proposèrent une nouvelle approche pédestre par la photographie. Équipés d’un seul et même appareil photo, un 35 mm, l’un des deux marcheurs pouvait, dès qu’il le désirait, prendre une photographie de l’environnement dans lequel il se trouvait. Il s’agissait ensuite de remettre l’appareil à l’autre afin qu’il puisse photographier au même instant dans la direction exactement opposée. 

Cette marche fut retranscrit par la suite dans un ouvrage photographique nommé JFK, le lieu où pris fin leur périple. Ce livre rassemble la totalité des photographies prises lors de la marche, c’est à dire 243 paires de photos et permet ainsi de retracer le parcours à pied des deux artistes. Cet ouvrage propose une expérience photographique singulière, notamment avec la mise en place d’un processus photographique où il s’agissait de photographier l’instant présent avec le principe de la double vision. Grâce à ce processus photographique, le parcours se dessine, s’illustre avec les éléments traversés par ce sentier linéaire comme des quartiers, des arrières cours, des autoroutes ou encore des cimetières. Avec ces paires, les paysages se complètent ou alors s’affrontent. Quand l’un va faire face à un mur, l’autre va révéler un paysage très urbanisé ou au contraire une étendue d’herbe… Finalement, le paysage new-yorkais se dessine. 

Allégorie du tracé effectué par Dennis Adams et Laurent Malone le 5 août 1997.

Ouvrages consultés

Une vidéo réalisée par la médiathèque des Abattoirs : https://www.youtube.com/watch?v=x62fi1hWdGU

Le site de l’artiste Laurent Malone : http://www.laurentmalone.com

1 Le site de la webradio des arts et du commun R22, dans la rubrique Auteur.ice.s : https://www.r22.fr/auteurices/laurent-malone

Le site de ParisArt, dans la rubrique Livres : https://www.paris-art.com/jfk/