Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier

Le Périphérique - Lettre

Madame, Monsieur,

En tant que responsable de l’enquête n°2022_PDL_NA-NO/PERIPH, et après deux ans d’investigations menées sur le territoire nantais, j’ai l’honneur de vous communiquer en ce jour les conclusions issues de mon rapport d’enquête. Le présent courrier vous en propose une synthèse.

Continuer la lecture de « Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier »

Le Sentier des Communs Périphériques

Le Sentier des Communs Périphériques - Lettre

Madame, Monsieur,

Faisant suite aux derniers éléments de mon enquête consacrée au Périphérique de Nantes que je vous ai présentés ce jeudi 31 mars, je vous adresse en ce jour ma déclaration officielle d’ouverture de sentier d’enquête.


42 km de long. 23 portes autoroutières. 30 ans de construction. L’équivalent de 432 millions d’euros investis. Et aujourd’hui, jusqu’à 110 000 véhicules par jour.

Ça, ce sont les chiffres du Périphérique de Nantes. Mais cela ne suffit pas à le connaître.

Car le Périphérique ce sont aussi et surtout des abords à desservir : d’immenses zones commerciales et industrielles, d’innombrables lotissements pavillonnaires ; et plus généralement une métropole, celle de Nantes, qui, bien que pestant à longueur de temps contre un périph’ toujours trop embouteillé, trop bruyant, est bien forcée d’admettre qu’elle ne peut plus se passer de cette ceinture de bitume.

Mais à quelques foulées des bandes d’arrêt d’urgence il y a aussi ça : des jardins partagés, des terrains de gens du voyage, des casses sauvages, des ruines perdues dans les ronces, d’immenses champs de prunelliers et ajoncs en fleur.

Une richesse difficile à voir depuis la voiture, mais qui se laisse découvrir rapidement dès qu’on fait un pas sur le bas-côté. Des espaces partagés ou délaissés, occupés de façon plus ou moins officielle par l’Homme ou réappropriés par la nature.

Quels sont donc ces impensés du projet autoroutier, ces délaissés du monde bitumé ? Pouvons-nous faire le pari que certains de ces lieux parfois maltraités, souvent oubliés, sont peut-être encore inimaginés ?

Ceci est une invitation à explorer
Les Périphéries du Périphérique

Ceci est une invitation à parcourir
Le Sentier des Communs Périphériques


Continuer la lecture de « Le Sentier des Communs Périphériques »

Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine

Boris Sieverts fait des visites guidées de la ville. Mais il ne montre pas à son public les endroits les plus brillants. Il les guide à travers les zones de notre paysage urbain qui se trouvent loin du centre-ville brillant. Il les conduit à travers les espaces intermédiaires des limites extérieures et intérieures de la métropole, qui révèlent, comme il le dit, ce que signifie la ville dans son ensemble, la diversité et l’étendue qu’elle y montre. 
Il les conduit vers des parkings, des scénarios de démolition, des lacs de dragage. Vers des forêts, des prairies et des jardins. Des autoroutes, des écoles, des ports, des foyers de demandeurs d’asile.  

source: https://www.bpb.de/veranstaltungen/reihen/politik-im-freien-theater/140639/boris-sieverts-buero-fuer-staedtereisen-der-koelner-norden-reise-in-die-raue-stadt/

 

“Il n’y a que là que l’on peut découvrir ce qu’est vraiment une ville. Le centre n’est que le bon salon où la ville montre ce qu’elle aimerait être”.

Boris Sieverts

Continuer la lecture de « Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine »

Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”.

C’est en 1999 qu’Yvan Detraz, architecte DPLG de l’école de Bordeaux , poursuit son objet d’étude : réinventer les périphéries urbaines par la marche à pied. Le projet est de mettre en continuité et en dialogue ces morceaux de villes. C’est par une expédition pédestre de trois mois dans la périphérie bordelaise qu’il construit la nécessité des sentiers métropolitains. 

Dans son ouvrage Zone sweet Zone, la marche comme projet urbain, publié en 2020 aux éditions Wildproject, il fait un constat du périurbain des années 2000 et explique sa prise de position dans son travail de parcours des “terres communes”.  Son travail projette les notions de randonnées périurbaines, pique-nique périurbains et de refuges périurbains. 

Couverture du mémoire originel, 2000

Continuer la lecture de « Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”. »