De la gare Vertou au pont de Bellevue… Voyage dans le vignoble nantais – Mars 2024

Le 1/03/2024

9h23, je quitte la gare de Nantes. Dix minutes plus tard, je pose mes pieds sur le quai de la gare de Vertou, accompagné uniquement de Petra, qui comme moi n’a pas eu l’information à temps de l’annulation de la sortie.

Sans céder à l’hésitation, je décide de continuer seul mon périple.

Ma première escale est dictée par la nécessité pratique : récupérer une carte IGN au centre commercial de Vertou, car celle que je possède, un simple fichier image, se montre insuffisante pour déchiffrer le réseau de sentiers qui s’offre à moi. L’immensité du centre, telle une cathédrale moderne dédiée au culte de la consommation, ne manque pas de m’étonner. Son entrée, semblable à un arc de triomphe, m’accueille dans ce qui va devenir une épopée à travers les sanctuaires de la grande distribution.

Continuer la lecture de « De la gare Vertou au pont de Bellevue… Voyage dans le vignoble nantais – Mars 2024 »

Pour un Périphérique en communs

Pour un Périphérique en Communs - Lettre

Madame, Monsieur,

Ce mercredi 29 juin 2022 s’est tenue la présentation clôturant mon PFE [Processus de Formation d’Enquêteur] au sein du Bureau des Enquêtes du Ministère.

En tant qu’enquêteur revenant du futur, j’ai donc dévoilé des éléments et évènements qui, en 2022, ne sont pas encore advenus. Ouverte au public, cette présentation fut l’occasion pour moi de restituer l’ensemble de la démarche que j’ai entreprise pour le compte de notre Ministère dans l’espoir que les personnes présentes puissent, elles aussi, s’en saisir dans leurs territoires respectifs.

Mon exposé fut organisé en deux temps :

  1. Un retour sur le processus d’enquête que j’ai conduit sur le Périphérique de Nantes entre 2022 et 2023. Ces éléments peuvent être consultés plus en détail dans mes précédentes notes d’enquête, accessibles ici et ici.
  2. Un aperçu des changements ayant eu lieu sur le Périphérique à la suite de mon enquête – à partir de 2023.

La présente note d’enquête – qui sera donc ma dernière -, vise à vous faire le récit de ces transformations à venir sur le Périphérique de Nantes.

Bonne lecture.

Benjamin Caramatie
Enquêteur D.E. [Diplômé d’État]

 

PRÉAMBULE

Les communs

Il me faut tout d’abord rappeler le cadre conceptuel qui m’a servi à mener mes investigations sur le Périphérique de Nantes.

Ce cadre de réflexion a notamment pris forme à la suite de la marche organisée par l’association Interstices au début de mon processus d’enquête. Lors de cette marche, un déclic est survenu. Nous étions sur la plaine de Tougas à l’ouest de Nantes, une décharge qui durant 30 ans a accueilli les déchets de la métropole. Maintenant, ces déchets sont enfouis sous la terre, sous les panneaux solaires et sous les moutons. Cachés, ces déchets n’ont pourtant pas disparu, ils pourraient devenir une source de pollution*.

* Voir à ce sujet les investigations menées par mon collègue Oskar, et le projet dont la Plaine de Tougas a fait l’objet.

Ces déchets constituent un héritage encombrant dont l’échelle impose que l’on s’en occupe collectivement pour en limiter les potentiels effets négatifs. Ces déchets, c’est ce qu’on appelle un commun négatif.

La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets
La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Ce concept m’a interpellé. Creusant le sujet et pressentant son potentiel, j’ai choisi de l’utiliser pour orienter mes recherches sur le Périphérique.

L’expression nait visiblement au début des années 2000, sous la plume de Maria Mies et Veronica Bennholt-Thomsen [1], la première l’utilisant pour désigner les déchets organiques générés par l’agriculture de son village rural d’Allemagne. Le concept se popularise après la catastrophe de Fukushima en 2011, alors repris par le militant anticapitaliste Sabu Kohso ou encore le professeur-chercheur Alexandre Monnin. En voici une définition :

« Les communs négatifs désignent des “ressources”, matérielles ou immatérielles, “négatives” tels que les déchets, les centrales nucléaires, les sols pollués ou encore certains héritages culturels (le droit d’un colonisateur, etc.). Tout l’enjeu étant d’en prendre soin collectivement (commoning) à défaut de pouvoir faire table rase de ces réalités. »

Glossaire · Politiques des communs. Politiques des communs. [2]

Je suis facilement remonté au concept plus général de commun, dont la définition est similaire à celle donnée ci-dessus, à ceci près que la ressource en question n’a pas de caractère négatif mais au contraire positif. Il peut s’agir de ressources naturelles (le stock de poissons d’un lac ou d’une mer, un des exemples le plus courant) [3], ou créées par l’homme. Par exemple, la mise à disposition gratuite de contenus audiovisuels durant la pandémie de la Covid-19 [4].

Les types de communs
Les types de communs – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

La notion de commun (sous-entendu « commun positif ») est plus ancienne que celle des communs négatifs. Elle a été notamment forgée par l’économiste et Prix Nobel américaine Elinor Oström dans son ouvrage Governing the Commons, paru en 1990 [3]. Le mot a cependant un ancrage historique bien plus ancien, venant du latin munus (obligation, charge), « cum-munus désignant ainsi la co‑obligation qui nous engage les uns vis-à-vis des autres du fait de vivre ensemble dans la même cité ». Sa signification d’aujourd’hui provient de commons, une notion issue des mouvements écologistes et altermondialistes anglo-saxons. La traduction française commun est d’ailleurs imprécise ; il serait plus juste de parler de communaux, en référence aux « pratiques collectives rurales régies par des droits coutumiers (glanage, pâturage, ramassage de champignons) » [5].

Les communs
Le principe de “communs”, d’après Elinor Oström – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Aborder le Périphérique via cette notion de commun négatif comme je l’ai fait, c’était, je crois, un bon moyen pour comprendre au mieux cet objet autoroutier. C’est en voir les impacts négatifs, les aspects qui rendent nécessaires sa transformation, mais c’est aussi en reconnaître les qualités, les potentiels et pourquoi il a été construit. Mais le concept permet d’aller plus loin dans la réflexion.

Continuer la lecture de « Pour un Périphérique en communs »

Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier

Le Périphérique - Lettre

Madame, Monsieur,

En tant que responsable de l’enquête n°2022_PDL_NA-NO/PERIPH, et faisant suite à ces mois d’investigations menées sur le territoire nantais, j’ai l’honneur de vous communiquer en ce jour les conclusions issues de mon rapport d’enquête. Le présent courrier vous en propose une synthèse.

Continuer la lecture de « Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier »

Le Sentier des Communs Périphériques

Le Sentier des Communs Périphériques - Lettre

Madame, Monsieur,

Faisant suite aux derniers éléments de mon enquête consacrée au Périphérique de Nantes que je vous ai présentés ce jeudi 31 mars, je vous adresse en ce jour ma déclaration officielle d’ouverture de sentier d’enquête.


42 km de long. 23 portes autoroutières. 30 ans de construction. L’équivalent de 432 millions d’euros investis. Et aujourd’hui, jusqu’à 110 000 véhicules par jour.

Ça, ce sont les chiffres du Périphérique de Nantes. Mais cela ne suffit pas à le connaître.

Car le Périphérique ce sont aussi et surtout des abords à desservir : d’immenses zones commerciales et industrielles, d’innombrables lotissements pavillonnaires ; et plus généralement une métropole, celle de Nantes, qui, bien que pestant à longueur de temps contre un périph’ toujours trop embouteillé, trop bruyant, est bien forcée d’admettre qu’elle ne peut plus se passer de cette ceinture de bitume.

Mais à quelques foulées des bandes d’arrêt d’urgence il y a aussi ça : des jardins partagés, des terrains de gens du voyage, des casses sauvages, des ruines perdues dans les ronces, d’immenses champs de prunelliers et ajoncs en fleur.

Une richesse difficile à voir depuis la voiture, mais qui se laisse découvrir rapidement dès qu’on fait un pas sur le bas-côté. Des espaces partagés ou délaissés, occupés de façon plus ou moins officielle par l’Homme ou réappropriés par la nature.

Quels sont donc ces impensés du projet autoroutier, ces délaissés du monde bitumé ? Pouvons-nous faire le pari que certains de ces lieux parfois maltraités, souvent oubliés, sont peut-être encore inimaginés ?

Ceci est une invitation à explorer
Les Périphéries du Périphérique

Ceci est une invitation à parcourir
Le Sentier des Communs Périphériques


Continuer la lecture de « Le Sentier des Communs Périphériques »

Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine

Boris Sieverts fait des visites guidées de la ville. Mais il ne montre pas à son public les endroits les plus brillants. Il les guide à travers les zones de notre paysage urbain qui se trouvent loin du centre-ville brillant. Il les conduit à travers les espaces intermédiaires des limites extérieures et intérieures de la métropole, qui révèlent, comme il le dit, ce que signifie la ville dans son ensemble, la diversité et l’étendue qu’elle y montre. 
Il les conduit vers des parkings, des scénarios de démolition, des lacs de dragage. Vers des forêts, des prairies et des jardins. Des autoroutes, des écoles, des ports, des foyers de demandeurs d’asile.  

source: https://www.bpb.de/veranstaltungen/reihen/politik-im-freien-theater/140639/boris-sieverts-buero-fuer-staedtereisen-der-koelner-norden-reise-in-die-raue-stadt/

 

“Il n’y a que là que l’on peut découvrir ce qu’est vraiment une ville. Le centre n’est que le bon salon où la ville montre ce qu’elle aimerait être”.

Boris Sieverts

Continuer la lecture de « Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine »

Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”.

C’est en 1999 qu’Yvan Detraz, architecte DPLG de l’école de Bordeaux , poursuit son objet d’étude : réinventer les périphéries urbaines par la marche à pied. Le projet est de mettre en continuité et en dialogue ces morceaux de villes. C’est par une expédition pédestre de trois mois dans la périphérie bordelaise qu’il construit la nécessité des sentiers métropolitains. 

Dans son ouvrage Zone sweet Zone, la marche comme projet urbain, publié en 2020 aux éditions Wildproject, il fait un constat du périurbain des années 2000 et explique sa prise de position dans son travail de parcours des “terres communes”.  Son travail projette les notions de randonnées périurbaines, pique-nique périurbains et de refuges périurbains. 

Couverture du mémoire originel, 2000

Continuer la lecture de « Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search