Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier

Le Périphérique - Lettre

Madame, Monsieur,

En tant que responsable de l’enquête n°2022_PDL_NA-NO/PERIPH, et après deux ans d’investigations menées sur le territoire nantais, j’ai l’honneur de vous communiquer en ce jour les conclusions issues de mon rapport d’enquête. Le présent courrier vous en propose une synthèse.

Continuer la lecture de « Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier »

Le Sentier des Communs Périphériques

Le Sentier des Communs Périphériques - Lettre

Madame, Monsieur,

Faisant suite aux derniers éléments de mon enquête consacrée au Périphérique de Nantes que je vous ai présentés ce jeudi 31 mars, je vous adresse en ce jour ma déclaration officielle d’ouverture de sentier d’enquête.


42 km de long. 23 portes autoroutières. 30 ans de construction. L’équivalent de 432 millions d’euros investis. Et aujourd’hui, jusqu’à 110 000 véhicules par jour.

Ça, ce sont les chiffres du Périphérique de Nantes. Mais cela ne suffit pas à le connaître.

Car le Périphérique ce sont aussi et surtout des abords à desservir : d’immenses zones commerciales et industrielles, d’innombrables lotissements pavillonnaires ; et plus généralement une métropole, celle de Nantes, qui, bien que pestant à longueur de temps contre un périph’ toujours trop embouteillé, trop bruyant, est bien forcée d’admettre qu’elle ne peut plus se passer de cette ceinture de bitume.

Mais à quelques foulées des bandes d’arrêt d’urgence il y a aussi ça : des jardins partagés, des terrains de gens du voyage, des casses sauvages, des ruines perdues dans les ronces, d’immenses champs de prunelliers et ajoncs en fleur.

Une richesse difficile à voir depuis la voiture, mais qui se laisse découvrir rapidement dès qu’on fait un pas sur le bas-côté. Des espaces partagés ou délaissés, occupés de façon plus ou moins officielle par l’Homme ou réappropriés par la nature.

Quels sont donc ces impensés du projet autoroutier, ces délaissés du monde bitumé ? Pouvons-nous faire le pari que certains de ces lieux parfois maltraités, souvent oubliés, sont peut-être encore inimaginés ?

Ceci est une invitation à explorer
Les Périphéries du Périphérique

Ceci est une invitation à parcourir
Le Sentier des Communs Périphériques


Continuer la lecture de « Le Sentier des Communs Périphériques »

3 Mars 2022 : Première Randonnée, de Orvault à Basse-Indre

Le rendez-vous est donné à 8h30 devant le cimetière-parc, au point le plus au nord de la commune de Nantes. Comme c’est la première fois que nous nous rencontrons, Anne Bossé et Frédéric Barbe nous présentent rapidement le studio Grands sentiers et les objectifs du semestre. Ils nous présentent également Teresa Koenig, une artiste, qui nous accompagnera sur les deux jours de marche.

La consigne pour cette première heure de marche est le silence. Nous commençons par entrer dans le cimetière-parc. Cet endroit questionne le cimetière en tant qu’espace public. S’agit-il simplement d’un lieu de recueillement ou est-il possible de s’y promener, flâner, se reposer?

Nous suivons ensuite le périphérique. Nous croisons des infrastructures sportives, des campements de caravanes puis nous quittons Nantes pour Orvault. Nous sommes désormais au cœur des zones pavillonnaires et des bourgs de banlieue. Nous alternons entre lotissements et chemins arborés jusqu’à atteindre la vallée du Cens. Arrivés au niveau du périphérique, nous nous arrêtons pour notre première pause.

La vallée du Cens, photo personnelle

Ce premier arrêt est animé par Teresa, qui nous propose un exercice vocal en s’inspirant du début de notre parcours. D’abord en contrebas de l’A844, nous nous déplaçons sous le tunnel en béton pour profiter de la réverbération. Cela permet de mettre en commun les sons que nous avons captés pendant cette heure de silence.

Le groupe reprend son chemin en longeant l’autoroute sur plusieurs centaines de mètres, jusqu’à la salle de spectacle l’Odyssée, aux abords de laquelle nous traversons un campement informel, une sorte de petit bidonville comme il en existe plusieurs en périphérie de Nantes. Nous marchons ensuite à travers le quartier de la Bugallière, puis tournons sur notre gauche pour rejoindre le lycée Jules Rieffel. Nous atteignons le chemin de la Morinière que nous empruntons jusqu’à un petit corps de ferme. C’est un groupement de petites maisons en granit recouvertes par la végétation grimpante, une grange, un tracteur. L’ambiance du lieu me rappelle les villages à l’intérieur des terres de Belle-île. Nous nous arrêtons pour la deuxième pause vocale. Teresa nous donne une phrase et une mélodie et nous devons reprendre en chœur. Après plusieurs tentatives d’enregistrement,  la pluie nous pousse à reprendre la marche vers Laënnec.

La ferme de la Morinière, photo personnelle

Après un détour involontaire aux abords d’une aire d’accueil des gens du voyage, nous arrivons aux alentours de 13h à l’hôpital Nord-Laënnec. Il pleut toujours et nous avons besoin d’un endroit à l’abri pour la pause repas – nous demandons l’autorisation de nous installer dans le hall de l’hôpital. Grâce à la négociation de Frédéric avec l’accueil, le groupe peut entrer et rester au chaud et au sec le temps de manger et de prendre un café. Avant de repartir, nous prenons le temps d’échanger quelques remarques sur la marche du matin. Nous évoquons les différents paysages traversés et observés, les situations qui ont pu intriguer les un.e.s et les autres. Nous parlons entre autres du bidonville qui nous questionne sur la limite entre public et privé : le chemin était certes public, mais puisqu’il était approprié par les habitants des caravanes, était-il vraiment possible de traverser ? Si nous avons choisi de passer, il y a tout de même eu une hésitation au sein du groupe.

Nous traversons la N444, par dessus cette fois, et nous arrivons dans la commune de Saint-Herblain. Fréderic Barbe nous amène pour un nouvel arrêt à la ferme de la Coutelière, où nous rencontrons Paul qui tient le lieu depuis 22 ans et qui y a vécu toute sa vie, soit 85 ans. Il nous explique que le terrain, qu’ils ont loué pendant des années, a été vendu à un agriculteur qui espère le revendre plus cher dans quelques années. Ils occupent désormais le lieu de manière illégale, sous la pression du nouveau propriétaire qui déverse de la terre et des gravats pour empêcher l’accès au terrain, ou laboure l’espace de stationnement des voitures.

Discussion avec Paul à la ferme de la Coutelière, photo Oskar Rischewski

 

Après cette discussion, il est temps de se diriger vers le dernier arrêt, le pigeonnier du château de la Pâtissière. La tour est fermée, délaissée mais nous pouvons tout de même nous en approcher. C’est l’heure de la dernière intervention de Teresa, qui chante seule cette fois, en allemand puis en italien. Ces chants closent la journée, puis nous rejoignons la gare de Basse-Indre pour rentrer à Nantes en TER. Le rendez-vous est donné pour le lendemain à 8h30 à Couëron, devant la gare.

Pigeonnier du château de la Patissière, croquis personnel