La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Marcher avec les adolescent·e·s : une façon de réclamer le territoire par le «pas de côté»

A travers leur regard, l’expérience d’une nouvelle posture face au territoire

Nous partons ensemble, avec un groupe d’adolescent·e·s mélangeant tant bien les genres, les âges, les provenances géographiques, les passions et les attentes en rapport avec la marche, à la découverte de ce secteur sud-ouest de la métropole nantaise. Dans le but de faire découvrir autrement cette zone, des adolescent·e·s venant de toute la métropole mais aussi de ce secteur même accompagnent mais aussi se laissent porter au fil des différents paysages et évènements qui s’offrent à eux. Pour se mettre en situation, nous partons d’un élément central dans la vie de l’adolescent·e : le lycée. Pour autant, nous chercherons à tout instant de nous en éloigner, car nous savons que 25% du temps disponible relèvent des « temps et lieux tiers », c’est-à-dire des moments hors du temps scolaire (représentant 32% de leur temps), du temps du « faire en famille » (représentant 30% de leur temps) et du temps seul à la maison (représentant 13% de leur temps).

L’expérience de l’improvisation sera notre mot d’ordre durant cette marche, en adoptant cette posture de jeu face à un cadre proposé par le sentier qu’il s’agira sans cesse de déjouer. Nous chercherons tout au long du parcours le « pas de côté » tel que peut l’envisager l’adolescent·e dans son parcours émancipatoire, l’aventure et la réappropriation des espaces prenant une place importante dans la construction de soi. Cette posture est envisageable pour les adolescent·e·s mais peut aussi être étendue à toute la société dans son caractère hétérogène, pour pratiquer la ville à travers le regard de ces jeunes et leurs situations dans l’urbain, s’affranchissant du territoire pour se l’accommoder. Reprenons une phrase de l’article précédent qui illustre cette proposition : Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ».

Mise en action sur le territoire : marcher avec des adolescent·e·s

Pour mieux comprendre ce qu’il en retourne, nous organiserons une marche avec ces adolescent·e·s qui fabriquent ces paysages du secteur sud-ouest. Finalement, cette marche s’applique comme un workshop : une balade périurbaine pendant laquelle les usagers, les adolescent·e·s, aident les concepteurs et acteurs du territoire à voir la ville à travers leurs propres yeux, donnant à voir de nouvelles potentialités.

Départ du lycée général de Bouaye, nommé lycée Alcide d’Orbigny, rassemblant de nombreux adolescent·e·s venus de tout le secteur sud-ouest de la métropole, mais aussi des communes frontalières, permettant déjà d’engager une réelle mixité des expériences du territoire. Nous prenons le temps de demander aux lycéen·ne·s de cet établissement leur rapport avec ce territoire, leurs habitudes, les paysages connus et méconnus. Nous démarrons notre marche en direction du parc de la Mévellière situé plus au sud, dont l’accès nord était auparavant inexistant, ne permettant pas aux lycéen·ne·s une appropriation qui pourrait pourtant faire l’objet d’une habitude journalière tant la proximité avec l’établissement est ténue. Nous continuons en empruntant le sentier du GR du pays nantais, passant entre les champs de vignes et des espaces boisés très proches du bourg de Bouaye, changeant alors le rapport au centre de la commune. Nous reprenons notre route, traversons une zone pavillonnaire que de nombreux lycéen·ne·s doivent arpenter à pied de manière journalière, et nous nous dirigeons vers le site sud-ouest de la forêt urbaine : 780 hectares comprenant une grande diversité d’occupation des sols, entre espaces boisés, patrimoine bocager, aire de transition entre la ville et les espaces naturels. Nous nous y aventurons avant d’effectuer un premier arrêt au pied d’un bois, où plusieurs associations en lien avec le projet des forêts urbaines de la métropole nous attendent pour organiser un temps de discussion autour des projets envisageables sur cette zone concernant la communauté adolescente de la métropole. Comment peuvent-ils être amenés à participer à ce projet ? Quels sont leurs envies et désirs pour ces territoires à revaloriser et à revendiquer ? Comment rendre ces espaces accessibles pour tous et apporter cette dimension participative mais aussi ludique et expérimentale, qui donne corps à l’émancipation des jeunes et leur lien au territoire ?

La suite de la marche aura pour but de retrouver ces espaces que les adolescents osent se réapproprier « avec », à plusieurs. Direction le bourg de Bouguenais où nous passons par le lycée professionnel, ainsi qu’un stade municipal où un arrêt pourra être fait en fonction des désirs des adolescents. L’envie d’apercevoir la Loire se fait pressante, nous nous y dirigeons alors en empruntant des petits sentiers entre les cours d’eau, permettant de s’échapper rapidement de l’atmosphère de la ville, créant un séquençage rythmé du parcours.  Nous arrivons sur le site naturel de loisirs Roche Ballue, « un projet à vocation sociale, éducative et environnementale », où un festival des sports en plein air est organisé chaque année, labellisé éco-évènement. Ce sera l’occasion de mettre en place un deuxième arrêt, savoir si quelques adolescent·e·s ont déjà fréquenté ce lieu auparavant, quel rapport ont-ils avec ce lieu, et proposer à l’équipe de Roche Ballue de construire des projets et activités avec ces jeunes, dont le regard sur le territoire et leurs envies peuvent construire des potentialités fortes pour le lieu.

Continuons la marche. Nous nous échappons de l’agitation du site de loisirs pour retourner vers des espaces plus boisés. Le calme se fait ressentir. Les routes peu fréquentées nous permettent de prendre plus de place sur la chaussée, prendre peu à peu confiance sur ces territoires habituellement destinés aux voitures. Plus nous avançons, plus nous apercevons le bourg de La Montagne se dessiner au loin. Nous longeons alors la route principale avant d’arriver au Chalet, nom de l’espace jeunesse de la commune, où se trouve L’AJI (animation jeunes intercommunale), une salle de répétition et un skatepark, où un arrêt pourra être matérialisé selon les désirs des adolescents. Nous pourrons alors organiser une rencontre avec les équipes gérantes de l’établissement afin d’envisager de nouveaux projets intercommunaux au sein du secteur sud-ouest, qui pourraient mettre en relation les adolescent·e·s provenant de différentes zones autour d’activités communes, qu’elles soient ludiques, ou citoyennes.

Dernier quart de notre marche avec les adolescents à la rencontre de différents acteurs du territoire sous l’œil de la jeunesse. Nous nous échappons encore une fois du bourg pour entamer une nouvelle traversée des espaces boisés, des champs de vignes, des ruisseaux. Nous évitons les grandes routes pour explorer les paysages que peu de gens longent, à la découverte de nouveaux passages, de nouveaux sites à investir. L’arrivée à Brains nous ouvre sur le skatepark de la commune où nous marquons la fin de notre marche. Nous entamons des discussions ouvertes entre les adolescent·e·s concernant leur rapport aux paysages traversés, ceux qui leur étaient connus ou inconnus. Au fil des rencontres effectuées, survolées, des idées germent et nourrissent évidemment l’intérêt des adolescent·e·s pour leur territoire et les projets qui pourraient être amenés à s’y développer selon leurs propres recommandations. La participation et l’engagement de cette frange de la population commencent ici et laissent présager des collaborations entre communes qui peuvent être fructueuses tant pour la rencontre des adolescent·e·s que de toute la population du secteur sud-ouest. Le skatepark et le city park sont maintenant à disposition des jeunes, où nous les laissons terminer comme ils le souhaitent cette marche de presque 25km.

Un territoire pris en main par les adolescent·e·s

Cette fois-ci, nous parcourons le chemin à pied, mais le sentier a pour but d’être aussi emprunté par des véhicules non motorisés, tels que le vélo, le skate, le roller, comprenant des installations DIY imaginé par les adolescents du secteur sud-ouest le long du parcours afin de provoquer l’évènement, l’improvisation et la surprise lors de la traversée. Ce parcours est alors ponctué rituellement par des micro-interventions qui viendront rythmer le trajet, entre divers espaces skatables, cyclables ou encore de multiples projets artistiques et culturels créés et réalisés par les adolescent·e·s. Il s’agit alors de suggérer un cadre à déjouer grâce à des espaces multifonctionnels, faisant se chevaucher différentes actions culturelles, sportives, ludiques mais aussi des usages plus simples incitant à la détente par exemple. Il s’agit finalement de connecter les « spots » adolescents en estompant les barrières entre espace public, ici périurbain et rural, et infrastructures sportives et culturelles qui sont souvent moins nombreuses dans ces secteurs, tout cela orchestré par les adolescent·e·s eux-mêmes (aidés par différentes associations et acteurs de la jeunesse), révélant leur engagement et expression envers le territoire et ses ressources. L’évaluation du territoire à travers le regard de la jeunesse sera alors un rituel permettant de faire évoluer et vivre sans cesse ces paysages périurbains et ruraux. Evidemment, ce parcours peut prendre une toute autre tournure, en fonction des paysages et architectures découvertes qui attirent leur attention et méritent leur appropriation, leur regard. Au fil du parcours se dessinent alors intuitivement des envies de réadaptations, de réappropriations tant temporaires que permanentes du territoire, sous couvert des potentialités que donnent à voir le regard de ces adolescent·e·s, ces explorateurs curieux, obstinés et sans limite.

Suivre les mobilités enfantines

Il y a autour de la marche enfantine un certain imaginaire. D’anciennes expressions en témoignent tel que « le chemin des écoliers » ou encore « faire l’école buissonnière » . 

Venelle des écoliers face à l’école Victor Hugo à Bouaye.

Ces expressions expriment un certain idéalisme et une certaine liberté dans les mouvements des enfants. Cependant, aujourd’hui, et pour une question de sécurité, ces expressions sont moins d’actualité, de multiples facteurs freinant cet engouement autour de la marche enfantine (peur des autres, dangers de la route…). Après avoir arpenté le territoire, il est remarquable que les enfants n’ont plus une place à part entière dans la ville, et que la ville elle même est peu adaptée à leur présence. Le dessin des communes ne prend résolument pas en compte les enfants qui y déambulent, et pour cause, de multiples frontières s’y matérialisent pour eux : des grillages, des écoles à huit clos, des échelles inadaptées voir disproportionnées ou encore le trafic automobile.

Suivre les mobilités enfantines et les faciliter. Voilà aujourd’hui ce que propose cet ensemble de portions de sentier à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise. Pour une question d’échelle et de praticité, ce sentier se divise en plusieurs micro-sentiers, que l’enfant peut arpenter de différentes manières et dans différents buts.

triple couche de barrière (double grillage et hauteur) – croquis de la cour d’école Victor Hugo

Le parcours proposé est composé de micro-cheminements à arpenter de différentes manières par les enfants. L’idée de cet ensemble de cheminements serait de pousser les enfants à arpenter, à découvrir librement, accompagnés mais aussi par eux mêmes, leur territoire tout en se sentant en sécurité.

Ensemble de micro-cheminement sur les traces des enfants – cartographie à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise

Les cheminements praticables quotidiennement par les enfants.

Cette première catégorie de cheminements regroupe les cheminements facilement arpentables par les enfants et permettant de faciliter leur mobilité quotidienne, entre les activités scolaires, leurs habitations et leurs activités extra-scolaires. Cette première catégorie de cheminement se retrouve majoritairement en coeur de bourgs et tissus pavillonnaires, délimité dans un périmètre d’un kilomètre. Un kilomètre, c’est la distance qu’un enfant de six ans peut parcourir en vingt, trente minutes. Dans ce kilomètre, on retrouve facilement en coeur de bourg les écoles des communes concernées, ainsi que les principales activités liées à la vie de l’enfant.  Ces premiers cheminements rendraient donc service aux parents et aux enfants, et indiqueraient dans les communes les cheminements les plus sécurisés afin de se rendre aux différents points importants dans la vie quotidienne d’un enfant.

Les cheminements aménagés et sécurisés en campagnes et forêts.  

Cette seconde catégorie réunit les cheminements entre les communes principales du quadrant sud-ouest et les lieux-dits environnants. Ils permettent de proposer une mobilité douce entre campagnes et forêts, éloignés du danger de la route et n’ayant pas un but précis comme la première catégorie (c’est à dire celui relier les écoles par des chemins plus directs et pratiques). Ces cheminements proposent des promenades vertes, arpentables en familles ou entres copains, ou encore nouvelle manière de rentrer de l’école, plus longue mais plus riche en paysages. Ils permettent aussi aux enfants vivants dans les bourgs plus éloignés des écoles de s’y rendre.

C’est aux abords de cette typologie de sentier que ce distingue un projet : le projet de structure permettant l’apprentissage par le Faire.

Les cheminements impraticables à pieds pour les enfants.

Cette dernière catégorie de cheminements est aujourd’hui plus difficile à envisager à pratiquer à pieds par des enfants. Ces portions ne sont qu’au nombre de deux dans l’ensemble du quadrant. Elles relient les communes difficilement arpentable avec une mobilité douce et sécurisée, mais permet aux enfants de se déplacer entre les différentes communes grâce au ramassage scolaire.

Finalement, cette commande de grand sentier dans quadrant sud ouest de la métropole nantaise c’est décliné ici en un ensemble de micros-sentiers, permettant une multiplicité de façons de se déplacer pour les enfants dans le territoire.

Bernardo Secchi – l’urbanisme avec les pieds

Bernardo Secchi, architecte-urbaniste né en 1934 et décédé en 2014, était associé à Paola Vigano au sein du Studio Secchi-Vigano. Les deux ont réfléchi à la théorie de la ‘ville diffuse’ et ont travaillé sur de nombreux projets à l’échelle métropolitaine en Europe. 

Le studio08, le nom de l’équipe à l’année 2008, a été choisi pour travailler sur le projet de l’Atelier International du Grand Paris, initié sous Nicolas Sarkozy l’année précédente. Leur proposition est divisée en trois chapitres1 : d’abord, celle de la “ville poreuse”, une pensée qui leur permet d’approcher des problématiques propres au 21ème siècle, celles de l’après-Kyoto2. Après cette analyse, le studio pense à trois scenarios de projets différents pour la métropole et son avenir, se penchant sur “la question environnementale, la mobilité et les inégalités, propres à Paris”3. Finalement, il propose des projets stratégiques qui impliquent les trois scénarios illustrés précédemment. 

projet du Grand Paris : la ville poreuse – Equipe studio08 – Secchi Vigano

Les bureaux du Studio Secchi-Vigano sont situés à Milan (Italie). Alors qu’il leur est demandé de travailler sur le projet du Grand Paris, ils s’installent dans la métropole car ils considèrent ne pas assez la connaître. Bernardo Secchi explique4 : “Lorsque j’arrive dans une ville pour laquelle on m’a demandé d’expertiser des situations compliquées, je récolte tout ce qui existe sur elle: de la littérature à la photographie en passant par la peinture, la musique, l’histoire, etc. Et je commence: marcher, marcher et après, encore marcher. L’urbanisme est quelque chose que l’on fait avec les pieds.” 

Pour lui, la marche est une façon d’amorcer le projet. Son rythme, son échelle, son histoire permettent d’observer et de comprendre le territoire. “Il faut observer les détails minimaux, les noter, redessiner continuellement ce qu’on a vu, écouter les gens, leur imaginaire, les images de la ville qu’ils ont, les confronter à nos propres images, à nos propres projets, en évitant les grands gestes. […] Alors seulement, on peut commencer à travailler à un niveau conceptuel adéquat, pas encore sur un projet qui soit défini d’un point de vue de sa physionomie visuelle, de son architecture, mais qui commence à mettre au clair la structure de cette architecture.” 

Transects de la métropole parisienne : fines tranches de 50km pour analyser le territoire – Equipe Studio08 – Secchi Vigano

Outre ce projet du Grand Paris, le studio utilise également la marche comme dé-marche de projet à d’autres occasions : en septembre 2010, un groupe d’une dizaine d’étudiants de l’Ecole Nationale Supérieur de Paysage de Marseille – missionnée par la région PACA pour travailler sur le bassin de la Durance – marche le long de la rivière pendant cinq jours, avec des interventions d’enseignants et praticiens le long du sentier, dont le studio Vigano-Secchi5. De cette marche et de recherches ultérieures, le studio propose le projet ‘Val de Durance’, questionnant la place du cours d’eau à une échelle régionale, nationale et européenne6 

Dessins issus de la marche le long de la Durance par les élèves de l’ENSP – Walk on the river
Emprise du bassin de la Durance – Equipe Studio09 – Secchi-Vigano

Ainsi, les pieds sont outil de projet, qui contribuent à « fabriquer un premier regard sur le territoire, empreint de récits, d’imaginaires et de perceptions variées des habitants”7. Les pieds ramènent l’urbaniste sur terre, plutôt que dans les airs, lui permettant de comprendre les territoires plus en détail en sortant du confort de l’atelier. 

1 http://www.secchi-vigano.eu/atS08/at%20S08_grand%20paris.html
2 https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2011-2-page-103.htm
3 https://lecycledurbanismedesciencespo2018.wordpress.com/2018/09/30/bernardo-secchi-la-lecon-durbanisme-comme-une-oeuvre-collective/
4 http://www.marcellinbarthassat.ch/files/bernardo_secchi.pdf
5 https://c-pour-dire.com/2010/09/15/paysages-de-la-durance-decouvertes-et-philosophie-au-ras-de-leau-vive-et-du-temps-ralenti/
6 http://www.secchi-vigano.eu/atS09/at%20S09_val%20durance.html

 

Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ

 

Le Bureau des Guides du GR2013

« Marcher ensemble sur le territoire métropolitain pour observer, explorer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter. »

Le bureau des guides est une association qui propose de découvrir et d’arpenter le sentier métropolitain du GR2013 autour de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Ce sentier de grande randonnée arpente les zones périurbaines de la métropole et propose un voyage autour de la mer de Berre et du massif de l’Étoile. Ce tracé d’environ 365 kilomètres a vu le jour en 2013 pour accompagner la série d’évènements de Marseille-Provence 2013, à l’occasion du titre de capitale européenne de la culture. Ce tracé a été initié en 2010 par Baptiste Lanaspeze (aujourd’hui membre du bureau des guides) dans le cadre d’une mission d’« éditorialisation de la programmation artistique » commanditée par Marseille-Provence 2013. Le sentier est finalisé en 2012 et le balisage posé en mars 2013. Si ce sentier a pu voir le jour en si peu de temps, c’est parce qu’il reprend des itinéraires de randonnée déjà existants, notamment les GR98, GR6, GR653A et GR51.  

Tracé du GR2013

Le bureau des guides s’occupe aujourd’hui de poursuivre et de développer l’aventure du GR2013. L’association regroupe les initiateur.ice.s du tracé qui cherchent à explorer les dimensions artistiques et culturelles du sentier et de la pratique de la marche à travers divers évènements.

Ils.elles sont associé.e.s avec des artistes-marcheur.euse.s qui proposent des balades le long du sentier autour de différentes thématiques. Il peut s’agir d’exploration sonores, de balades gustatives, de promenades sur les traces d’un artiste disparu, de voyages autour de l’histoire des villes et du paysage… Le bureau des guides propose également des conférences, des expositions, des performances artistiques et bien d’autres évènements autour de la marche et du territoire. Ils.elles veillent aussi à l’(a)ménagement du sentier et de ses abords.

L’idée, c’est de réfléchir ensemble au territoire dans lequel ils.elles vivent, aux usages, aux aménagements à venir, de partager leurs connaissances et leurs ressentis.

Voyage pédagogique depuis Port-de-Bouc jusqu’à St-Chamas pour les étudiant.e.s de l’ENSAM – Image issue du site du Bureau des Guides (Benjamin Béchet, 2018)

Toutes ces expériences sont retranscrites sur leurs site internet. On y trouve une multitude de manières de concevoir le territoire, de dessins, de photographies, de cartographies, de ressources documentaires, d’écrits… Ces travaux permettent de réfléchir à comment raconter un territoire, comment le transmettre, comment l’instruire et le représenter.

Ces explorations poétiques et scientifiques constituent aussi un immense hommage au site et au territoire provençal. Ne les ratez pas, elles sont disponibles ici :  https://www.gr2013.fr/

(1) Image de couverture issue du site du Bureau des Guides

Révéler le grand à travers le petit

Carte du grand sentier métropolitain (Matthieu Boisseau)

 

Détail singulier au travers d’un paysage où bizarrerie familière, le « petit » ou les « petits » comme je les nomme vulgairement ont énormément d’histoires à raconter ou d’expériences à faire vivre. Dans ce sentier, j’entends par les « petits » des éléments ayant la faculté de créer un volume spatial, et de taille résolument plus petite que l’ordinaire du territoire dans lequel le « petit » co-existe. Entre micro-curiosités urbaines, cabanes perchées privées, pêcheries abandonnées, abris agricoles oubliés ou bien encore arbre emblématique disparu, le grand sentier métropolitain de 51,8 km vient révéler le territoire d’un œil nouveau où la quête, voire l’enquête de ces petites folies est de mise. Existant ou disparu, lieu ou non-lieu, nom ou sans nom…comme le dit si bien l’architecte Pascal Amphoux dans L’utopie contemporaine des marches collectives, le sentier est « un moyen quasi littéraire de faire co-exister dans une même marche ce qu’il y a lieu, ce qui a eu lieu ou ce qui n’a pas encore de lieu ».

De ce fait, trois tronçons aux caractéristiques bien différentes ont déjà été établis… À savoir : Le défilé des mini-curiosités ; La rive aux cabanes errantes ; Les annexes à travers champs.

Le défilé des mini-curiosités est localisé sur le secteur Ile-de-Nantes, en pleine centralité urbaine. Depuis plusieurs années déjà, on remarque une recrudescence des curiosités : micro-architectures ou bien installations artistiques au sein des parcs. À Nantes, cette curieuse production est encouragée par La ligne verte du Voyage à Nantes et s’implante, sur l’île de Nantes, le long d’un grand parc linéaire. L’idée serait alors de débuter le sentier sur cet axe et de le prolonger prospectivement et fictivement au sein de la ZAC Sud-Ouest Ile de Nantes, du Talus Voyageur Benoni-Goullin, de l’usine Beghin-Say jusqu’aux nouvelles berges du CHU. Cette stratégie d’étranges objets sur une ligne verte s’inscrit avec un scénario dystopique que j’imagine sur l’Ile de Nantes selon lequel la densification et les enjeux fonciers seraient tellement forts que le vide pourrait se présenter comme quelque chose de rare.

La rive au cabane errantes vient au contraire révéler des « petits » ordinairement historiques ou banalement utilisés aujourd’hui, qui sont ou semblent être en état d’errance et d’abandon. Ce segment de sentier se localise dans les marais et prairies humides de Bouguenais jusqu’à Le Pellerin. Dans une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique encore peu explorée, ce tronçon fait appel à l’esprit d’aventure et à l’observation tant il y a de « cabanes » cachées à découvrir là-bas : le long de l’eau, sur l’eau, dans l’eau ou sous l’eau…

Pour finir, le segment nommé Les annexes à travers champs vient mettre en lumière des volumes implantés dans des bois ou des domaines agricoles/viticoles/etc. Le long du sentier, en plein milieu d’un champ ou dans les arbres, les « petits », en pleine immersion forment le plus souvent des liens intimes avec de multiples professions contemporaines, ainsi qu’avec des professions et des usages aux pratiques également plus anciennes.

L’intérêt est bel et bien de repérer dans ce grand sentier des petites choses intrigantes qui, par le biais d’une quête ludique, exprime des pratiques et des usages ; instruit et révèle des histoires oubliées ; et qui possiblement fleure à de drôles expériences urbaines et architecturales.

Matthieu BOISSEAU

Extrait de 3 tronçons de sentier (Matthieu Boisseau)

« Sur le chemin de l’école » – le sentier d’un enfant ; entre l’école et ses activités

Définition du sentier – 50 kilomètres

La moitié de la population mondiale est urbaine, ce qui représente environ un milliard d’enfants urbains selon les chiffres de l’UNICEF 1. La ville représente alors pour l’enfant un potentiel dans son développement, dans son apprentissage de la ville ainsi que dans son épanouissement.

Les enfants sont un public vulnérable. Ce sentier métropolitain raconterait alors les périples qu’un enfant peut vivre en ville dans ses trajets quotidiens. Il permettrait de relier les différents pôles d’activités importants dans la vie d’un enfant tout en pouvant garantir sa sécurité.

Afin de définir le tracé, il s’agit de relever tous les pôles d’activités intervenants dans la vie d’un enfant (écoles, centres sportifs, parcs, aires de jeux…) ainsi que les moyens de transport métropolitains afin d’établir des connexions entre ces différents pôles et d’ainsi définir un nouveau parcours dans la ville, ludique et pédagogique. Ce sentier offrirait alors une nouvelle mobilité quotidienne pour les enfants vivants en milieu urbain.

1- Rapport de l’UNICEF, La situation des enfants dans le monde, 2017

Allégorie du sentier d’un enfant