“Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens

On marche. Au fil du parcours, mon regard s’arrête sur des tas.
Des tas de choses,
de terre, enherbés ou piétinés, de pierres, démolies ou prêtes à construire, de briques, entières ou concassées, de racines, arrachées…
D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? Depuis quand sont-ils là ? Partiront-ils un jour ?

Une carrière productrice de matériaux de construction est au centre du cadrant. Fait-elle lien entre l’extraction et l’utilisation de ces tas ? La volonté est plus forte, il faut que je creuse ici.

L’entreprise Charier, exploitante de la carrière de la Faubretière (entre autres) débute son ascension économique au Nord du département, dans la commune de Redon. C’est pour répondre au besoin de construire des routes “pour relier les hommes et transporter les marchandises”, qu’en 1897 est lancé leur premier chantier de travaux de voirie, à Redon. Au fur et à mesure, l’entreprise se fonde, grandit, acquiert des sites et des carrières. Leur expansion est relativement locale, et le siège social s’installe finalement en 2020 à Couëron, au plus proche de la métropole et des échanges périphériques.

Dans notre quadrant sud-est, la carrière de la Faubretière est un des 7 sites d’exploitation de l’entreprise Charier dans le département et une des 22 exploitées en Loire Atlantique.

Ici, Charier TP gratte, creuse, concasse, broie, crible, lave toutes ces roches devenues petit à petit gravillons. Ses clients particulièrement friands de ces petites douceurs viennent charger des camions direction Point P, Caddac. Les clients majoritaires, les gros du terrassement. Car ici, la roche extraite n’a de qualités requises seulement pour le terrassement. Le gneiss et l’amphibolite des filons géologiques présents sur le site sont trop argileuses pour rentrer dans les compositions de bétons coulés directement sur chantier. Pour les utiliser, elles peuvent être re-traitées en aval avec de nouvelles technologies qui permettent de séparer les argiles des sables créés.
Si les bénéficiaires majoritaires à cette extraction sont les terrasseurs et bétonniers, certains particuliers viennent charger leur coffre de voiture de quelques kg de gravillons pour leurs usages personnels. On donnera pour illustrer un ratio de 90% de professionnels par rapport à 10% de particuliers.

“280 kg ! ça te fait 8,28€”

interaction à l’accueil de la carrière

La valeur du sol est faible, malgré le travail derrière.

D’abord on extrait la matière grâce aux tirs de mines qui effraient les riverain.e.s les plus proches. Autour de la carrière, les habitations commencent à 300m. Forcément, les planchers grondent, les murs tremblent et peut-être, se fissurent. La guerre froide entre carriers et riverains persiste. Malgré les accords mis en place entre eux, l’un dérange l’autre et vice versa.

La roche est ensuite acheminée par camions benne dans les machines concasseuses et cribbleuses qui forment de plus petits gravillons. Les différentes tailles sont tamisées et donnent des tas de différents calibres ensuite remontés aux lieux de stockage pour la vente ou de stockage en qualité de déchet, autrement commercialisé ici sous le nom de “sable de loire”. Malgré les quelques ventes, ce produit n’est pas assez apprécié pour faire descendre l’approvisionnement grandissant du stock (60 000m3 environ).

Charier Grands Terrassements participe à l’aménagement du territoire en réalisant les terrassements de grandes infrastructures régionales et nationales, de sites industriels et urbains. Si la production de matière permet des projets majeurs du territoire (collège de Vertou, échangeur autoroutier à Aigrefeuille,…) l’entreprise l’utilise surtout pour ses travaux personnels, souvent de l’ordre de la rénovation des voies autour de la Haie Fouassière.

A la fin de cette exploitation, la réglementation des carrières indique une remise en l’état du site, comprenant un comblement partiel et une mise en eau. Pour cela, l’entreprise commence déjà à récupérer de la matière pour combler. Des matières inertes, terres d’excavation de chantiers professionnels ou particuliers, ou matériaux issus de démolition de chantiers alentours (parpaing, bitume sans amiante, mais aussi pierres tombales et caveaux (vides!)…) sont stockés sur site dans une partie nommée ISDI (installation de stockage de déchets inertes). Cette installation a droit à 150 000 T de matière.

Toute cette petite ronde est bien rodée, à l’avantage de l’entreprise. On extrait du sol dans l’outil-carrière, on l’utilise pour terrasser ou construire un équipement en décapant les premières couches de sol et ce qui n’est pas réutilisé pour la construction (terres excavées pour fondations, etc) retourne en ISDI en carrière. Un cycle tout au profit de l’entreprise participant à l’artificialisation des terres en rebouchant la preuve de leur acte envers le sol.

Les détraqueurs des carrières sont nombreux. Riverains en colère et apeurés pour leur cadre de vie paisible, écologistes contre le béton et l’artificialisation… Des luttes contre ces phénomènes prennent le nom des terres pour les défendre (reprise des terres, soulèvements de la terre, etc) sous forme de collectifs, d’associations, de soulèvements, de marches…

D’un lieu controversé, peut-on en faire un terrain d’entente ou de défis entre les acteurs concernés ? De cet endroit non accepté, comment le prendre comme un outil au service des différents désagréments qu’il procure ?

Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ?

J’ai rencontré le trouble à l’origine du projet lors de l’entretien avec Christophe Hivert, président de l’Association Intercommunale de Protection de la Levée de la Divatte. Durant cette discussion, j’aborde le sujet de l’ouverture possible dans un futur à moyen et long terme de la levée pour laisser les eaux s’y engouffrer. Sa réponse est tranchante et directe.

« C’est une notion [dont] on entend parler régulièrement qui nous paraît assez bizarre. […] Du point de vue de l’histoire populaire ça nous paraît farfelu. Ça parait assez dérisoire et stupide. »

Christophe Hivert – Entretien du 27 mars 2024

Il m’apparaît clairement ici que je touche à une controverse. Les principaux arguments invoqués contre la proposition d’ouvrir la levée sont l’ancienneté de la conquête des terres sur le fleuve et la situation dans l’estuaire. De plus, la présence d’habitations empêcherait d’envisager ce projet. Pourtant durant mes recherches la question de l’ouverture des digues revient souvent. Plusieurs exemples me viennent en tête.

Dans la baie de Lancieux dans les Côtes d’Armor une digue de polder, terre conquise au 19e siècle sur l’estran, est abandonnée aux assauts des vagues en 2020. Cette décision controversée a été alors prise par le Conservatoire du littoral en charge de l’infrastructure depuis 2002 lorsque les agriculteurs propriétaires n’étaient plus capable d’assurer son entretien. En 2020, une pétition riveraine avait été lancée pour s’opposer à cette dépoldérisation, aujourd’hui ces habitants sont en majorité en accord avec ce projet.

Autre exemple, celui de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde. Cette île alluviale apparue au 19e siècle a longtemps été habitée et cultivée jusqu’à son acquisition par le Conservatoire du littoral en 1991. Les digues y ont cédé en 2010 lors de la tempête Xynthia et les brèches n’ont jamais été réparées depuis. Le milieu est retourné aux vasières puis à la végétation. Aujourd’hui cette île est devenue une zone humide de 300 hectares accueillant 200 nouvelles espèces d’oiseaux.

L’île Nouvelle, esturaire de la Gironde – NousAutres

Ces deux exemples ouvrent les possibles sur la vallée de la Divatte puisqu’ils recouvrent quelques caractéristiques perçues comme trop contraignantes. Ce sont d’anciennes digues ayant permis d’accaparer des terres au 19e siècle et de les exploiter, les habiter. De plus ces terres se trouvent dans des estuaires et sont balayées par les eaux de mer et de fleuve. A partir de ces exemples, il me fallait déterminer les conditions qui ont permis d’ouvrir ces endiguements.

Le premier facteur évident est l’enjeu financier. Dans les deux situations exposées, il a été le levier principal à l’origine de l’ouverture. Cet enjeu financier est à double tranchant sur la vallée de la Divatte. Actuellement, l’économie des communes est articulée autour de l’industrie maraîchère avec chaque année plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie peut très largement supporter le coût de l’entretien de la levée qui se situe autour de 800 000€ par an. Malgré tout, cet entretien de l’infrastructure est un poids supplémentaire sur l’ensemble des propriétaires des communes concernées. De plus l’économie maraîchère est tributaire du dérèglement climatique, des politiques agricoles nationales et internationales, des politiques migratoires… Cet état de fait n’est pas immuable et la capacité de la vallée à être un espace de production maraîchère pourrait changer dans les années à venir.

Le second facteur bloquant, c’est l’enjeu culturel. Dans de nombreux cas, l’attachement des populations aux digues est aussi une question d’attachement au territoire et plus particulièrement à son paysage, à ses savoir-faire. Cette manière d’envisager l’infrastructure hydraulique est très prégnante à l’île de Ré où elle est menacée par la montée des eaux et les tempêtes.

« Ceux qui y travaillent et les modèlent louent leur argile très plastique, qui imprime le caractère du saunier, ceux qui les préservent sont attentifs à la lumière, à l’arrivée des migrateurs, aux bernaches cravants qui amènent l’automne. Et ceux qui en profitent admirent les oiseaux qui s’envolent de partout, les goélands, l’herbe, les huîtres dans le marais et aimeraient que leurs enfants continuent à voir tout ça. »

The Conversation, Laure Carassou et Anne Gassiat, 4 novembre 2020

Mais que dire de la question de l’Histoire populaire ? La levée de la Divatte, c’est initialement une infrastructure demandée et financée par les populations bourgeoises pour libérer des espaces fonciers. Le lit majeur de le Loire était jusque là un espace commun utilisé pour le pâturage des bêtes. L’endiguement de cet espace a permis de le libérer des eaux du fleuve et ainsi de le financiariser au profit de certains. Le contrôle des espaces n’a pas profité à tous.

Je tiens à honneur qu’en France, les fleuves comme la révolution rentrent dans leur lit et qu’ils ne puissent plus en sortir.

Napoléon III, discours au corps législatif, 17 février 1857

Proposer d’ouvrir la Divatte, c’est toucher à nos dépendances à la fois économiques mais aussi sensibles aux infrastructures. C’est se poser la question de à qui appartient la vallée de la Divatte et qui en profite.

Le tracé du sentier de la Coudrouse – Oskar Rischewski

Le sentier proposé dans le billet du tracé est le point de départ de cette exploration des dépendances de la vallée. La proposition était de marcher le long de l’eau de Loire passée au travers de la digue pour aller à la rencontre des situations du territoire. A partir du sentier et du trouble, la proposition d’exploration s’est articulée autour de deux entités prégnantes à la Divatte, le maraîchage et l’hydrologie.

Le parcours productif situé spatialement – Oskar Rischewski

La vallée, conquise sur le lit majeur de la Loire, est particulièrement exploitée par l’industrie maraîchère. C’est avant tout un système de production agricole orienté principalement autour des légumes. Ses productions principales sont la mâche (1500 ha), le poireau (300 ha) et le radis (200 ha). Cette production nécessite un bon approvisionnement, des savoirs, des techniques et enfin des services spécifiques. C’est donc un système productif hautement dépendant.
La production est transmise aux usines de conditionnement et aux entreprises de négociations, puis aux services de distribution. Ce système maraîcher est hautement concentré avec à peine 50 à 60 entreprises pour un peu plus de 2000 hectares cultivables.

Schéma du système maraîcher de la Divatte – Oskar Rischewski

La distribution de la production maraîchère est à peu de choses près divisée en 3. Un premier tiers de la production est destinée à une distribution locale orientée vers les grandes surfaces, le marché d’intérêt national ou les restaurateurs. Un second tiers de la production est destiné au marché national et principalement vers la capitale avec des acteurs du même ordre. Enfin, le dernier tiers de la production est tourné vers l’international et particulièrement l’Allemagne qui achète un tiers de la production de mâche nantaise.

Cette industrie maraîchère s’appuie sur l’hydrologie particulière de la vallée de la Divatte qui a accumulé durant des milliers d’années les sédiments charriés par la Loire et ce jusqu’à la construction de la digue de la Divatte en 1856. La mise en culture de la vallée humide a été facilitée par le drainage des eaux via un réseau de canaux s’appuyant sur d’ancien boire, ces bras morts de Loire. Ces eaux sont tantôt retenues, tantôt évacuées en aval par le canal de Goulaine et les portes de Basse-Goulaine pour les rejeter dans la Loire.

Schéma de la gestion des eaux sur la vallée – Oskar Rischewski

Cette gestion des eaux du lit majeur n’est pas propre à la vallée de la Divatte mais fait partie des nombreux systèmes de drainage mis en place sur le bassin versant ligérien et plus précisément en aval de Nevers. Ces systèmes repose sur la mise hors d’eau des vallées par les digues de Loire. Celles-ci étaient naturelles, ont évoluées en turcies puis ont été renforcées en levées.

Pour la (re)circulation du vivant

Révéler la bordure bocagère du marais de Goulaine et le potentiel des jardins

Le marais de Goulaine est une cuvette subdivisée en deux dépressions issues de l’érosion, séparées par la butte de la Roche. Alors que la zone humide avait été aménagée et était autrefois accessible en bateau pour transporter du vin, de la chaux et des céréales, la construction de la Divatte a bouleversé ses usages. Pour faire court et se concentrer sur ce qui m’intéresse, les marais se sont vus contenir les eaux des crues en hiver et accueillir des pâturages en été, faisant évoluer ses frontières tout au long de l’année. Le marais était alors régulièrement fauché pour nourrir le bétail et accéder aux cours d’eau. Ce fauchage est devenu essentiel pour préserver les espèces qui y sont installées, et conserver des niveaux d’eau corrects à chaque saison est tout autant important, c’est notamment pourquoi on trouve des portes hydrauliques au niveau du pont de l’Ouen, et le long du canal de Goulaine.

L’eau, essentielle pour le vivant, est très présente dans ce territoire mais on a tendance à l’oublier. Selon François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner, nous devrions fonctionner par bassin versant, en voyant les cours d’eau comme les veines du territoire. Ils ont déjà marqué les villes et les régions pour tracer des frontières mais aussi pour les nommer, alors pourquoi pas faire communauté dans ce sens ? Autour de ces eaux, des hydromondes se développent. Ce sont toutes les continuités écologiques qui se forment entre différentes espèces.

“Un bassin-versant est tout un monde. (…) Une ligne de partage – des eaux, mais aussi des sols, des climats et des vivants.”

Pour une intermondiale des bassins-versants, François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner

Depuis les années 1990, le système de polyculture associée à l’élevage et à la vigne disparaît pour laisser place à la viticulture et au maraîchage spécialisé. Le marais se referme sur lui-même à cause d’un manque d’entretien, qui conduit à un boisement et un enfrichement. De plus, ce marais est une cuvette qui récolte toute la pollution liée à l’agriculture intensive. La zone humide, menacée, est alors classée Natura 2000. Comment son contour a-t-il été défini ? En comparant les cartes établies depuis le XVIIIe siècle, ses frontières semblent avoir évoluées, lui donnant une épaisseur impalpable.

Evolution des contours du marais représentés en carte en 1756 (beige), 1820 (marron), 1960 (vert clair) et 2020 (vert foncé)

Continuer la lecture de « Pour la (re)circulation du vivant »

Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale
Continuer la lecture de « Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée »

Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide

Randonnée du 13/03/24 – Les chemins de l’eau
Itinéraire préparé et réalisé le 13/03/24 (document réalisé par l’autrice)

Suite aux randonnées groupées et solitaires précédentes, mon attention s’est portée sur l’eau, omniprésente dans les paysages que j’avais traversé. En écho à celle présente dans notre corps, l’eau du Marais de Goulaine s’étale, s’impose, s’infiltre. Lorsque nous marchons, nous empruntons des sentiers qui semblent nous être destinés. Lorsque l’eau circule, elle semble utiliser des fossés, des creux qui lui sont destinés. Pourtant, j’ai plusieurs fois marché sur ou dans l’eau. Etait-ce un sentier ou un ruisseau ? j’ai donc choisi pour cette nouvelle marche de longer au possible le marais de Goulaine, en passant par un point haut, la butte de la Roche, pour mieux en comprendre les reliefs, et descendre vers cette surface d’eau que je ne connaissais pas et que je n’arrivais pas encore à visualiser. Nous avions prévu avec Louise de commencer cette randonnée ensemble puis de nous séparer pour contourner une partie du marais chacune d’un côté, afin de nous concentrer sur des thématiques différentes.

Continuer la lecture de « Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide »

Sur la trace des villages métropolitains

Aux marges de la métropole

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (document personnel)

Des villages dans la métropole nantaise ? On m’avait parlé de Nantes et de sa métropole, ou de la métropole de Nantes mais pas de ses villages. Pourtant il paraît qu’il y en a plein, aux marges du territoire. Là où les lignes de bus et le train ne s’arrêtent pas, là où on n’a pas encore la fibre, là où il n’y a pas de supermarché ni même de boulangerie. Là où on habite dans des villages ou des hameaux. Là où il y a encore des fermes habitées, des fêtes de village, une grand-mère qui nous raconte la vie d’avant. Là où il y a encore des bouts de forêt avec des fritillaires à ramasser, des odeurs de pommes du verger, et l’horizon dégagé. Et si on allait voir par nous-même ?

Les parcours permettent de se rendre du bourg aux villages, de villages en villages, des villages aux bourgs. Un chemin tracé sur la carte s’appuyant sur les routes existantes amène le marcheur là où se trouvent des successions de villages et hameaux. Depuis ce tracé, un réseau de chemins se déploie de part et d’autre incitant le marcheur à l’exploration.

Il faut les trouver d’abord. Depuis le centre-ville, il faut prendre le tram puis le bus et marcher, ou prendre le train puis marcher aussi. Les chemins demandent à être explorés pour atteindre les villages. A peine visibles quand on les traverse parce qu’ils sont trop petits, il faut parfois sortir de la route et aller au bout des impasses pour les trouver. Des silhouettes au loin de l’autre côté du champ, un petit panneau noir annonçant le nom des lieux, une mare au centre du village, un calvaire fleuri à l’entrée, un arrêt de bus scolaire, ou le bruit d’une tondeuse en fond peuvent vous aider à reconnaître l’endroit.

Faire étape dans les villages

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (collage, document personnel)

Avant il y avait les colporteurs. Des marchands munis d’une mallette remplie de produits trouvés en ville qui marchaient de villages en villages et s’y arrêtaient pour vendre les produits que l’on ne trouvait pas sur place. L’occasion de discuter avec les habitants, de donner des nouvelles de la ville et des villages voisins. Plus tard, ils ont été remplacés par des camions ambulants. A Carquefou, il y avait l’épicier qu’on appelait “le ptit marchand”, le boulanger, et “barbe bleue” qui vendait des habits de travail. Aujourd’hui, ce sont les habitants qui se déplacent en voiture pour aller faire leurs courses au bourg le plus proche.

Continuer la lecture de « Sur la trace des villages métropolitains »

Les Observatoires Photographiques du Paysage – Pratiques mouvantes de capture des paysages en mouvement

A la différence de la peinture qui peut se faire d’après mémoire, la photographie de paysage impose un rapport immédiat avec le sujet qu’elle immortalise. Il y a donc nécessité pour le photographe d’arpenter les territoires, d’aller physiquement au contact des lieux, des personnes, des histoires.

Ce rapport direct avec le réel, cumulé avec la précision de l’image photographique et le caractère « objectif » souvent associé à cette dernière, a intéressé très tôt les institutions cherchant à saisir certaines réalités territoriales. De la « Mission héliographique » menée en 1851 en France par la Commission des Monuments Historiques à la section photographique de la Farm Security Administration étasunienne des années 1930, en passant par le travail des photographes de la DATAR des années 1980, l’arpentage photographique des territoires a donné lieu à de multiples expérimentations dans ses démarches, visées et répercussions.

Voir le caractère polymorphe de ces missions photographiques aide à cerner les intentions politiques sous-jacentes à ces commandes ainsi que le rapport mouvant des sociétés à la notion de paysage. En France, les “Observatoires Photographiques du Paysage” constituent une démarche singulière et sujette à expérimentations.

Roadside Stand Near Birmingham, Roadside Store Between Tuscaloosa and Greensboro, Alabama, 1936 – Collection of the J. Paul Getty Museum, Los Angeles © Walker Evans Archive, The Metropolitain Museum of Art, New York – Source image : www.sfmoma.org/exhibition/walker-evans/

Outre-Atlantique, les photographes mandatés par la Farm Security Administration ont permis d’immortaliser le versant rural de la nation étasunienne, mettant en avant aussi bien les paysages physiques, vernaculaires, que les troubles économiques et sociaux d’un pays bouleversé par la crise de 1929.

Continuer la lecture de « Les Observatoires Photographiques du Paysage – Pratiques mouvantes de capture des paysages en mouvement »

Marais en périls : agir au service des prairies humides

C’est durant la deuxième marche collective, en février, que j’ai découvert un phénomène particulier qui se joue dans les prairies humides de l’Acheneau (voir l’article Perception troublée dans cabinet de troublosités).

Le paysage singulier des prairies humides de l’Acheneau (ici dans la commune de Saint-mars-de-Coutais), évolue en fonction des temporalités. En hiver, lors des crues de l’Acheneau, ces dernières sont inondées, accueillant une faune et une flore rare et spécifique à ce milieu. Puis en été, elles sont utilisées par les éleveurs qui y fauchent l’herbe ou y font pâturer leurs bovins.

Ce qui caractérise ce milieu c’est son interdépendance entre les êtres qui le composent. Ce paysage singulier qualitatif, ne peut exister que s’il est entretenu par les éleveurs.

Continuer la lecture de « Marais en périls : agir au service des prairies humides »

Suivre les lignes de la métropole nantaise

Le sentier sous les lignes se propose de suivre les lignes électriques au plus près.

Infrastructure nécessaire et même indispensable au bon fonctionnement d’une métropole, les lignes à haute tension occupent depuis plusieurs dizaines d’années une part de plus en plus importante du paysage. Au sein de la métropole nantaise, croissance démographique et augmentation de la demande numérique entraînent l’extension des lignes de distribution électrique. Si l’emplacement de ces lignes tente d’être le plus éloigné possible des zones urbaines pour des questions de sécurité et de santé publique, elles sont toutefois contraintes de s’en approcher et se heurtent à d’autres questions, celles d’impact environnemental et d’intégration paysagère. Ces grands pylônes métalliques s’élevant au-dessus des arbres, dominant le territoire, leur fils tendus dans le ciel parcourant routes, foret, villages et cours d’eau, s’étendant sur des kilomètres entiers. Tableau intriguant et pourtant si commun, qu’on ne les voit plus. Lorsque qu’on les suit où nous mènent-elles ?

Ce sentier sous les lignes propose donc de traverser le secteur ouest de la métropole nantaise en zigzaguant, traversant, s’approchant au plus près des lignes à haute tension. A travers ce parcours le but est de se rapprocher de ces infrastructures techniques de grande échelle, habituellement perçues depuis une vision lointaine, afin de mieux comprendre leur insertion dans nos paysages.

Partant du principale poste électrique de la métropole à Cheviré, tour à tour le sentier croise les lignes au point de pouvoir être directement sous celles-ci, puis s’éloignent aux aléas des routes, des chemins, pour redevenir une forme perdue dans un grand paysage.

Quels paysages traversent ces lignes ? A quel point peut-on s’en approcher ? Ce sentier propose de prendre toute la mesure de telles infrastructures dans notre paysage quotidien.

La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search