Marais en périls : agir au service des prairies humides

C’est durant la deuxième marche collective, en février, que j’ai découvert un phénomène particulier qui se joue dans les prairies humides de l’Acheneau (voir l’article Perception troublée dans cabinet de troublosités).

Le paysage singulier des prairies humides de l’Acheneau (ici dans la commune de Saint-mars-de-Coutais), évolue en fonction des temporalités. En hiver, lors des crues de l’Acheneau, ces dernières sont inondées, accueillant une faune et une flore rare et spécifique à ce milieu. Puis en été, elles sont utilisées par les éleveurs qui y fauchent l’herbe ou y font pâturer leurs bovins.

Ce qui caractérise ce milieu c’est son interdépendance entre les êtres qui le composent. Ce paysage singulier qualitatif, ne peut exister que s’il est entretenu par les éleveurs.

Continuer la lecture de « Marais en périls : agir au service des prairies humides »

Suivre les lignes de la métropole nantaise

Le sentier sous les lignes se propose de suivre les lignes électriques au plus près.

Infrastructure nécessaire et même indispensable au bon fonctionnement d’une métropole, les lignes à haute tension occupent depuis plusieurs dizaines d’années une part de plus en plus importante du paysage. Au sein de la métropole nantaise, croissance démographique et augmentation de la demande numérique entraînent l’extension des lignes de distribution électrique. Si l’emplacement de ces lignes tente d’être le plus éloigné possible des zones urbaines pour des questions de sécurité et de santé publique, elles sont toutefois contraintes de s’en approcher et se heurtent à d’autres questions, celles d’impact environnemental et d’intégration paysagère. Ces grands pylônes métalliques s’élevant au-dessus des arbres, dominant le territoire, leur fils tendus dans le ciel parcourant routes, foret, villages et cours d’eau, s’étendant sur des kilomètres entiers. Tableau intriguant et pourtant si commun, qu’on ne les voit plus. Lorsque qu’on les suit où nous mènent-elles ?

Ce sentier sous les lignes propose donc de traverser le secteur ouest de la métropole nantaise en zigzaguant, traversant, s’approchant au plus près des lignes à haute tension. A travers ce parcours le but est de se rapprocher de ces infrastructures techniques de grande échelle, habituellement perçues depuis une vision lointaine, afin de mieux comprendre leur insertion dans nos paysages.

Partant du principale poste électrique de la métropole à Cheviré, tour à tour le sentier croise les lignes au point de pouvoir être directement sous celles-ci, puis s’éloignent aux aléas des routes, des chemins, pour redevenir une forme perdue dans un grand paysage.

Quels paysages traversent ces lignes ? A quel point peut-on s’en approcher ? Ce sentier propose de prendre toute la mesure de telles infrastructures dans notre paysage quotidien.

La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

L’économie du paysage

Une marche à l’indice : à la recherche des êtres qui composent les paysages du quadrant Sud-Ouest de la métropole.

Introduction au sentier :

Avant de commencer la narration de ce sentier il est nécessaire de définir les notions de paysage et d’économie. La définition de la Convention européenne du paysage me semble la plus adéquate. Elle dit que le paysage est « une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humain et de leurs interrelations. »1. En d’autres termes, le paysage est la symbiose des actions de nombreux êtres vivants dans un milieu. Nous retrouvons aussi cette notion chez Tim Ingold avec le «taskscape»2, le paysage des tâches, celui des intentions mutuelles et des interactions. Le terme économie quant à lui, trouve son origine dans le mot grec signifiant « celui qui tient la maison ». Plus généralement l’économie représente «l’ensemble des activités d’une collectivité humaine relatives à la production, à la distribution et à la consommation des richesses»3.

Il est maintenant temps pour moi de vous emmener sur les traces des différents êtres qui composent les paysages du cadrant Sud-Ouest de Nantes métropoles et au-delà. à travers cette marche guidée, je vous propose une expérience sensible où nous chercherons à questionner ces paysages, leur fonctionnement, les êtres qui en sont acteurs et leurs effets sur le territoire.

Ce sentier a pour but d’appréhender le circuit économique qui découle du paysage sous deux niveaux. Celui de l’immédiat, directement lié aux activités qui le constituent telles que l’agriculture, la sylviculture ou encore les services d’entretien des collectivités. Puis l’économie indirecte, liée à l’image qu’il renvoie, des activités qui le valorisent tel que les loisirs ou encore le tourisme.

Narration du sentier :

Date : 25 mai 2030, 9h00
Départ : La Matrasserie, Bougeneais
Arrivé : Saint-Mars-de-Coutais
Distance : 25 km

Se donner rendez-vous à la Matrasserie, face à cette peupleraie fraîchement coupée qui a suscité beaucoup de controverses, est une façon de commencer notre marche en se questionnant sur notre rapport au paysage. Un environnement de vie, souvent de qualité; on s’y attache, on se l’approprie, on en fait un commun. Seulement on oublie parfois sa fonction première, un but économique.

Maintenant que cette notion a été énoncée, la marche peut commencer. Cette dernière est ici utilisée comme un outil permettant de ralentir, d’observer plus précisément, d’essayer de comprendre le fonctionnement des paysages qui nous entourent. Individuellement ou à plusieurs, on observe des détails, les êtres, les traces et les activités qui les composent.

Différents arrêts nous permettent d’échanger, chacun apportant sa connaissance sur le territoire. On constate alors le développement d’une économie moins directe mais tout aussi essentielle. Les serres questionnent notre façon de consommer, les fermes pédagogiques nous sensibilisent, les associations de réinsertion offrent des opportunités d’emplois liés à l’entretien des espaces publics, la vente en circuit court valorise des produits locaux.

Mais il est parfois difficile pour les acteurs du quotidien d’assurer localement une valorisation et pérennisation d’un système économique. C’était d’ailleurs le cas sur les prairies humides des marais de l’Acheneau. Les éleveurs sont les principaux acteurs dans la préservation de ces zones humides, qui sans eux serait tout autre, engendrant la disparition d’un écosystème. Cependant, les aléas de la production d’herbe et la difficulté de valoriser les produits lors de la vente entraînaient une économie instable pour ces derniers.

C’est lors de la création de ce sentier métropolitain, que les différents acteurs de ce paysage ont été réunis, des projets concrets ont été mis en place, créant un nouveau schéma économique pour les éleveurs. Nous sommes dans la commune de Saint-Mars-de-Coutais, ici les habitants sont désormais acteurs actifs, soutenant la coopérative locale de transformation et vente des produits locaux. La marche fait aussi projet, en faire l’expérience l’été après la fauche ou l’hiver durant les inondations, exprime à elle seule la temporalité, la vie et les enjeux de ce site.

Après avoir traversé forêts et prairies nous nous retrouvons dans le village Le Butay, en surplomb de ce paysage. Puis nous nous dirigeons vers la fin de cette marche, en contrebas de la départementale. Nous survolons ici les prairies humides et nous nous arrêtons pour les contempler. Les discussions afflux, nous repensons à tous ces territoires traversés qui pourraient prendre exemple sur les changements qu’il y a eu ici. L’endroit parfait pour conclure cette marche.

1 Définition tirée du décret du 20 décembre 2006. Convention européenne du paysage.

2 Ingold, T. , 1993. The temporality of the landscape. p 152-174.

3 Larousse,dictionnaire en ligne consulté le 30 mai 2021

Suivre les mobilités enfantines

Il y a autour de la marche enfantine un certain imaginaire. D’anciennes expressions en témoignent tel que « le chemin des écoliers » ou encore « faire l’école buissonnière » . 

Venelle des écoliers face à l’école Victor Hugo à Bouaye.

Ces expressions expriment un certain idéalisme et une certaine liberté dans les mouvements des enfants. Cependant, aujourd’hui, et pour une question de sécurité, ces expressions sont moins d’actualité, de multiples facteurs freinant cet engouement autour de la marche enfantine (peur des autres, dangers de la route…). Après avoir arpenté le territoire, il est remarquable que les enfants n’ont plus une place à part entière dans la ville, et que la ville elle même est peu adaptée à leur présence. Le dessin des communes ne prend résolument pas en compte les enfants qui y déambulent, et pour cause, de multiples frontières s’y matérialisent pour eux : des grillages, des écoles à huit clos, des échelles inadaptées voir disproportionnées ou encore le trafic automobile.

Suivre les mobilités enfantines et les faciliter. Voilà aujourd’hui ce que propose cet ensemble de portions de sentier à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise. Pour une question d’échelle et de praticité, ce sentier se divise en plusieurs micro-sentiers, que l’enfant peut arpenter de différentes manières et dans différents buts.

triple couche de barrière (double grillage et hauteur) – croquis de la cour d’école Victor Hugo

Le parcours proposé est composé de micro-cheminements à arpenter de différentes manières par les enfants. L’idée de cet ensemble de cheminements serait de pousser les enfants à arpenter, à découvrir librement, accompagnés mais aussi par eux mêmes, leur territoire tout en se sentant en sécurité.

Ensemble de micro-cheminement sur les traces des enfants – cartographie à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise

Les cheminements praticables quotidiennement par les enfants.

Cette première catégorie de cheminements regroupe les cheminements facilement arpentables par les enfants et permettant de faciliter leur mobilité quotidienne, entre les activités scolaires, leurs habitations et leurs activités extra-scolaires. Cette première catégorie de cheminement se retrouve majoritairement en coeur de bourgs et tissus pavillonnaires, délimité dans un périmètre d’un kilomètre. Un kilomètre, c’est la distance qu’un enfant de six ans peut parcourir en vingt, trente minutes. Dans ce kilomètre, on retrouve facilement en coeur de bourg les écoles des communes concernées, ainsi que les principales activités liées à la vie de l’enfant.  Ces premiers cheminements rendraient donc service aux parents et aux enfants, et indiqueraient dans les communes les cheminements les plus sécurisés afin de se rendre aux différents points importants dans la vie quotidienne d’un enfant.

Les cheminements aménagés et sécurisés en campagnes et forêts.  

Cette seconde catégorie réunit les cheminements entre les communes principales du quadrant sud-ouest et les lieux-dits environnants. Ils permettent de proposer une mobilité douce entre campagnes et forêts, éloignés du danger de la route et n’ayant pas un but précis comme la première catégorie (c’est à dire celui relier les écoles par des chemins plus directs et pratiques). Ces cheminements proposent des promenades vertes, arpentables en familles ou entres copains, ou encore nouvelle manière de rentrer de l’école, plus longue mais plus riche en paysages. Ils permettent aussi aux enfants vivants dans les bourgs plus éloignés des écoles de s’y rendre.

C’est aux abords de cette typologie de sentier que ce distingue un projet : le projet de structure permettant l’apprentissage par le Faire.

Les cheminements impraticables à pieds pour les enfants.

Cette dernière catégorie de cheminements est aujourd’hui plus difficile à envisager à pratiquer à pieds par des enfants. Ces portions ne sont qu’au nombre de deux dans l’ensemble du quadrant. Elles relient les communes difficilement arpentable avec une mobilité douce et sécurisée, mais permet aux enfants de se déplacer entre les différentes communes grâce au ramassage scolaire.

Finalement, cette commande de grand sentier dans quadrant sud ouest de la métropole nantaise c’est décliné ici en un ensemble de micros-sentiers, permettant une multiplicité de façons de se déplacer pour les enfants dans le territoire.

du fleuve au fleuve, par les ruisseaux et les marais, les paysages de l’eau

Inspiré les lectures des récits de Sylvain Tesson, dont les mots sont d’agréables compagnons de marche

Ce sentier se déroule le long du fleuve et va à la découverte de ses affluents. Au fil de ses différentes haltes et détours, c’est toute une multitude de paysages différents qui se succèdent et que nous allons parcourir. Nous débutons donc à la pointe ouest de l’Ile de Nantes, l’un des symboles forts et paysage de carte postale de la ville de Nantes elle-même.

Mais l’histoire a déjà commencé, sans nous attendre, en effet, ce fleuve que nous allons longer sur approximativement quinze kilomètres, a pris sa source à près de mille kilomètres en amont pour traverser la France d’Est en Ouest et son bassin versant capte les eaux d’un territoire comptant pour un cinquième de la superficie de la France. Nous nous trouvons également à l’endroit même où le fleuve est considéré sous régime maritime, les limites précises où s’arrêtent le régime fluvial étant le pont Anne de Bretagne sur le bras nord de la Madeleine et le pont des trois continents du bras sud de Pirmil que nous allons emprunter sous peu.

Pour cela nous longeons tout d’abord le quai Wilson qui a vu cesser son activité assez récemment en janvier 2000 suite à l’évolution du trafic maritime dont la jauge des navires ne cessait d’augmenter et que la profondeur du fleuve à cet endroit ne satisfaisait plus à ces exigences. Aujourd’hui à l’aube de sa reconversion (la dernière phase de réaménagement de l’Île de Nantes débutant), ce quai abritera de ses arches de pierres un nouveau parc qui fera écho aux berges naturelles sur la rive sud lui faisant face à Rezé.

En empruntant le pont des trois continents mis en service en février 1994, nous atteignons la rive sud et ses anciennes îles comblées. Ce pont supporte un important flux routier, générant sentiment d’insécurité piétonne, gène olfactive et sonore, et est aussi le dernier moyen jusqu’à l’embouchure, pour nous piétons, de traverser la Loire sans recourir à l’intermittence des bacs en aval. La Loire à quelques mètres sous nos pieds paraît calme, mais elle est animée par un puissant courant pouvant charrier des objets flottants volumineux et potentiellement dangereux pour la navigation.

Arrivés donc sur la rive sud, le village de Haute Île fait figure de dernier bastion de résistance, témoin d’un modeste passé portuaire, aujourd’hui ceint de grands entrepôts, demain de non moins grands édifices de logements, ce village emblématique, comme ceux de North House et Trentemoult que nous rejoindrons plus tard, tente vaillamment de résister au féroce processus de gentrification.

Franchir la passerelle de bois au-dessus de l’écluse régulant le flux de la Sèvre Nantaise nous permet d’atteindre la pointe de Pirmil, un délaissé de verdure bloqué par le nœud multimodal de transport promut lui aussi à une imminente et massive bétonisation.

Le paysage résolument urbain qui nous a accompagné depuis le début va très rapidement s’effacer et passer en second plan dès lors que nous allons suivre les bords de la Sèvre Nantaise. Les jardins des demeures cossues qui la bordent sont la mémoire du passé portuaire de Nantes au XVIIe siècle où Louis XIV fit de lui la destination privilégiée d’import et d’acclimatation de végétaux. Bien que très aménagées, ces rives conservent un aspect plus naturel que l’autre affluent nantais de la Loire, l’Erdre.

Nous bifurquons vers le Sud en remontant l’Îlette et nous gravissons un relief plus marqué que les douces pentes des berges précédentes, le paysage se resserre autour nous. Les anciennes tanneries de la Rousselière (1850) qui bénéficièrent de l’eau du ruisseau, réhabilitées en logements, nous exposent fièrement leurs façades de briques, de métal et de verre alors que nous passons à côté d’elles.

Notre chemin atteignant l’a priori infranchissable périphérique, un détour s’impose par le village de la Verterie où une serre maraîchère semble bien isolée de ses sœurs en amont de la Loire. En passant finalement le périphérique, nous longeons par le Nord le bourg des Sorinières, d’abord par un couloir vert ménagé comme zone tampon entre les plus récents lotissements résidentiels, puis à travers les zones humides du nouveau Marché d’Intérêt National pour replonger vers la Loire à travers l’étroite vallée de la Jaguère qui se cache à Rezé. Nous sommes alors dans un étroit corridor de verdure, un peu encaissé, et l’on pense alors être à bonne distance de la ville qui ne se cache pourtant que derrière les premières rangées d’arbres.

Un crochet par une icône dont il est difficile de ne pas noter la présence lorsque l’on fréquente les bords de Loire à Nantes, la Maison Radieuse (Le Corbusier, 1955), nous mène ensuite au site archéologique de Ratiatum, vestige d’une activité portuaire en bord de Loire entre les Ier et IIIe siècles.

Nous sommes à nouveau pris dans l’activité effervescente de la ville lorsque nous traversons le boulevard du Général de Gaulle et la zone commerciale d’Atout Sud et un nouveau contraste s’établit dès lors que nous rejoignons les quais de Trentemoult où nous retrouvons la majesté du fleuve. C’est ici également qu’apparaissent les installations industrielles du Grand Port Maritime de Nantes Saint Nazaire sur la rive opposée avant que nous ne nous confrontions directement à elles.

C’est une friche et le profond fossé du cours détourné du ruisseau de la Jaguère en limite Ouest de Trentemoult qui nous empêche de suivre la Loire au plus près. Nous allons donc dans un premier temps devoir éviter l’enceinte close de grillages du port de Cheviré par le Sud et la route départementale de Pornic très fréquenté. Ici le paysage se distant, fini les pavillons individuels et leurs jardins, place aux grandes voies de circulation et aux volumineux parallélépipèdes des entrepôts. Il est enfin possible de pénétrer dans cette zone qui semble défendue par l’entrée centrale du port. En se dirigeant alors directement vers la Loire au Nord, une fois quittée la voie la plus usitée par les poids lourds, une étrange impression nous étreint, celle d’une apparente inactivité, le bruit ambiant n’étant pas plus intense que celui du trafic en plein centre de Nantes par exemple. Le piéton ne semble manifestement pas avoir sa place dans cet endroit non plus au vu de l’absence d’aménagement viaire. La Loire elle-même semble avoir disparu, les hangars, silos et autres bâtiments des ports de la Roche Maurice et du Bas Chantenay constituent la toile de fond du décor, il faut se trouver à moins de cent mètres des quais pour que la différence de niveau ne tende plus à la masquer. L’immense objet qu’est le pont de Cheviré continue à vous plonger dans cette ambiance presque surréelle car, selon votre position et le sens du vent, le bruit généré par les automobiles sur son tablier peut être à peine audible. La traversée de cet espace termine comme elle a commencé, par une friche, celle de l’Île Botty qui, comme toute les autres, fut remblayée et stabilisée grâce aux sables issus des dragages du lit de la Loire.

En face se trouve le village de Port Lavigne, un Trentemoult miniature, qui mène aux artificielles dunes de sable de l’île de la Fourche dans un paysage redevenu verdoyant, les végétaux permettant de fixer ces reliefs créés par l’Homme.

A l’horizontalité des prés traversés s’oppose ensuite la verticalité de la falaise et de l’ancienne carrière qui abrite aujourd’hui la base de loisirs de la Roche Ballue, celle-ci procure sans doute aux habitants de cette zone de la métropole nantaise le plus proche lieu de baignade en eaux naturelles avant l’océan.

Roche que l’on longe jusqu’à la bien nommée commune de La Montagne qui de son surplomb domine le lit majeur de la Loire. Puis vient l’île d’Indret qui semble fonctionner en toute autarcie : des logements à l’usine, de l’église à la médiathèque, du château d’eau à la station d’épuration, et cet énigmatique tube rouge émergeant de la Loire… Une installation de Jimmie Durham pour l’aventure artistique Estuaire en 2009.

Nous entamons ensuite la seconde boucle vers l’intérieur des terres avant de retrouver une dernière fois les berges de la rive sud de la Loire. L’ascension de La Montagne et la traversée de la départementale menant à l’océan se fait en suivant le chemin de l’eau créé par l’Homme vers le point culminant de la commune de Brains où se situent deux châteaux d’eau qui doivent probablement être les points de départ du réseau d’adduction en eau potable pour plusieurs des communes à proximité. En basculant de l’autre côté du bourg vers l’ouest, nous rencontrons un réseau hydrographique plus ancien, mais tout aussi contrôlé : l’Acheneau et ses douves de drainage, ses marais et ses prés. Le retour vers la Loire se fait enfin en visitant les puits Saint-Jean-de-Boisseau et en traversant le fleuve depuis Le Pellerin pour retrouver le Paradis à Couëron.

Ce sentier au fil de l’eau permet de voir les différents usages qu’il en est fait : zones humides « techniques » (drainage, bassins de rétention ou d’orage, activités industrielles et de transport, pompage et adduction d’eau potable, traitements des eaux usées), zones naturelles protégées Natura 2000, zones récréatives et de promenades.

JFK, par Laurent Malone et Dennis Adams.

Un exemple de paire de photographies effectuée lors de la marche. Source : http://www.laurentmalone.com

Afin d’ancrer le projet JFK dans son contexte, nous allons dans un premier temps présenter les deux protagonistes de cette marche.  

Laurent Malone

Laurent Malone est un photographe français s’intéressant dans ses oeuvres aux mutations de l’espace urbain notamment à partir de parcours tracés dans de nombreuses villes ( New-York, Hong Kong, Rio, Marseille…) . La marche devient alors pour lui le centre de son processus photographique. Laurent Malone accorde une intention particulière aux mutations urbaines ainsi que pour les usages non planifiés de l’espace public. 

« Les villes sont le lieu d’un rapport de force entre la rationalité incarnée par l’architecture et les usages des habitants qui inventent des ruses et des manières de faire avec pour se ré-approprier l’espace. » 1

Dennis Adams

Dennis Adams, quant à lui, est un artiste américain connu pour ses installations muséographiques ainsi que dans l’espace public. Cet artiste produit de nombreuses oeuvres vidéographiques servant à mettre en avant le processus d’amnésie collective ainsi que l’exclusion sociale. 

Le projet JFK, ou comment proposer une nouvelle structure narrative par la photographie.

Ces deux artistes, évoluant dans des domaines similaires, ont décidé de partager et de s’unir lors d’une marche de plus de onze heures dans la métropole new-yorkaise. Le 5 août 1997, en empruntant le chemin le plus direct entre Manhattan et l’aéroport JFK et sans interruption, les deux artistes proposèrent une nouvelle approche pédestre par la photographie. Équipés d’un seul et même appareil photo, un 35 mm, l’un des deux marcheurs pouvait, dès qu’il le désirait, prendre une photographie de l’environnement dans lequel il se trouvait. Il s’agissait ensuite de remettre l’appareil à l’autre afin qu’il puisse photographier au même instant dans la direction exactement opposée. 

Cette marche fut retranscrit par la suite dans un ouvrage photographique nommé JFK, le lieu où pris fin leur périple. Ce livre rassemble la totalité des photographies prises lors de la marche, c’est à dire 243 paires de photos et permet ainsi de retracer le parcours à pied des deux artistes. Cet ouvrage propose une expérience photographique singulière, notamment avec la mise en place d’un processus photographique où il s’agissait de photographier l’instant présent avec le principe de la double vision. Grâce à ce processus photographique, le parcours se dessine, s’illustre avec les éléments traversés par ce sentier linéaire comme des quartiers, des arrières cours, des autoroutes ou encore des cimetières. Avec ces paires, les paysages se complètent ou alors s’affrontent. Quand l’un va faire face à un mur, l’autre va révéler un paysage très urbanisé ou au contraire une étendue d’herbe… Finalement, le paysage new-yorkais se dessine. 

Allégorie du tracé effectué par Dennis Adams et Laurent Malone le 5 août 1997.

Ouvrages consultés

Une vidéo réalisée par la médiathèque des Abattoirs : https://www.youtube.com/watch?v=x62fi1hWdGU

Le site de l’artiste Laurent Malone : http://www.laurentmalone.com

1 Le site de la webradio des arts et du commun R22, dans la rubrique Auteur.ice.s : https://www.r22.fr/auteurices/laurent-malone

Le site de ParisArt, dans la rubrique Livres : https://www.paris-art.com/jfk/ 

Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon.

Hendrik Sturm est artiste marcheur, ou plutôt comme il aime se nommer «sculpteur-marcheur».
Ses études aux Beaux-Arts et sa thèse en neurobiologie lui donne une vision et une lecture très spécifique de la marche.
Aujourd’hui professeur aux Beaux-Arts de Toulon, et guide au Bureau des Guides du GR2013, il sculpte tous les paysages français périurbains, ruraux ou urbains.

Continuer la lecture de « Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon. »

Le Bureau des Guides du GR2013

« Marcher ensemble sur le territoire métropolitain pour observer, explorer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter. »

Le bureau des guides est une association qui propose de découvrir et d’arpenter le sentier métropolitain du GR2013 autour de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Ce sentier de grande randonnée arpente les zones périurbaines de la métropole et propose un voyage autour de la mer de Berre et du massif de l’Étoile. Ce tracé d’environ 365 kilomètres a vu le jour en 2013 pour accompagner la série d’évènements de Marseille-Provence 2013, à l’occasion du titre de capitale européenne de la culture. Ce tracé a été initié en 2010 par Baptiste Lanaspeze (aujourd’hui membre du bureau des guides) dans le cadre d’une mission d’« éditorialisation de la programmation artistique » commanditée par Marseille-Provence 2013. Le sentier est finalisé en 2012 et le balisage posé en mars 2013. Si ce sentier a pu voir le jour en si peu de temps, c’est parce qu’il reprend des itinéraires de randonnée déjà existants, notamment les GR98, GR6, GR653A et GR51.  

Tracé du GR2013

Le bureau des guides s’occupe aujourd’hui de poursuivre et de développer l’aventure du GR2013. L’association regroupe les initiateur.ice.s du tracé qui cherchent à explorer les dimensions artistiques et culturelles du sentier et de la pratique de la marche à travers divers évènements.

Ils.elles sont associé.e.s avec des artistes-marcheur.euse.s qui proposent des balades le long du sentier autour de différentes thématiques. Il peut s’agir d’exploration sonores, de balades gustatives, de promenades sur les traces d’un artiste disparu, de voyages autour de l’histoire des villes et du paysage… Le bureau des guides propose également des conférences, des expositions, des performances artistiques et bien d’autres évènements autour de la marche et du territoire. Ils.elles veillent aussi à l’(a)ménagement du sentier et de ses abords.

L’idée, c’est de réfléchir ensemble au territoire dans lequel ils.elles vivent, aux usages, aux aménagements à venir, de partager leurs connaissances et leurs ressentis.

Voyage pédagogique depuis Port-de-Bouc jusqu’à St-Chamas pour les étudiant.e.s de l’ENSAM – Image issue du site du Bureau des Guides (Benjamin Béchet, 2018)

Toutes ces expériences sont retranscrites sur leurs site internet. On y trouve une multitude de manières de concevoir le territoire, de dessins, de photographies, de cartographies, de ressources documentaires, d’écrits… Ces travaux permettent de réfléchir à comment raconter un territoire, comment le transmettre, comment l’instruire et le représenter.

Ces explorations poétiques et scientifiques constituent aussi un immense hommage au site et au territoire provençal. Ne les ratez pas, elles sont disponibles ici :  https://www.gr2013.fr/

(1) Image de couverture issue du site du Bureau des Guides