Le sentier des Mythes (aux patrimoines oubliés)

Un sentier « carrossable » en tant que nouveau liant historique, économique et touristique entre les territoires Boiséens, Brainnois et Pellerinais.

Le sentier des Mythes sur le grand sentier métropolitain des “petits” – production personnelle

PARTIE 1 – la parole de Carlos

Chaque jour, les habitants du Pellerin, de Saint-Jean-de-Boiseau ou bien encore de Brains observaient les chevaux broutés, galopés dans leurs champs. Aujourd’hui, grâce à la Cité des équidés, l’histoire des poneys, des chevaux, des ânes, dans le territoire français et nantais est devenue accessible aux habitants de la métropole et au-delà. À cette occasion, des guides passionnés, chercheurs retraités, cavaliers ou agriculteurs en exercice, viennent désormais rythmer le sentier des Mythes aux patrimoines oubliés reliant l’ermitage de Saint-Hermeland à Indret jusqu’à la ferme des Planchettes, localisée entre Port-Saint-Père et Bouaye. Pour Carlos, guide sensibilisant à la faune et la flore, cette cité est un vrai atout culturel, touristique et économique.

« Depuis sa création, les randonnées thématiques, proposées à cheval ou à pied, ont explosées. Cet été, c’est la dixième randonnée que je mène et la 3ème fois en cheval grâce aux partenariats avec les centres équestres gérés par la Cité des équidés. En général, j’effectue différents parcours, surtout depuis que la création du sentier des Mythes a rendu accessible de nouveaux chemins carrossables. Pour vous donner un exemple, hier j’ai commencé la visite avec un groupe de 8 cavaliers à l’écurie de l’élevage de l’Aube, à Brains, accompagné de Sandrine veillant au bon déroulement de la randonnée équestre. Dans un site exceptionnel classé ZNIEFF, nous avons traversé les marais de l’Acheneau. Cela donne l’occasion de parler des espèces protégées tel que le Héron cendré, la Pie grièche écorcheur ou l’Orpin blanc. D’ailleurs, nombreux sont aussi les guides agriculteurs ou ornithologues. C’est vraiment un lieu particulièrement riche en paysages et espèces, fort sensoriellement avec des odeurs de vases mélangées à la menthe fraîche avec le frissonnement des chaumes de roseaux dans le vent. À l’aurore, le brouillard l’enveloppe et le marais se laisse mystérieusement apparaître. C’est donc très apaisant mais inondable aussi. C’est bien qu’il soit plus longuement accessible depuis ses améliorations, notamment en demi-saison grâce à la traversée en cheval et aux petits talus nouvellement réalisés. […] Parallèlement à l’ouverture de récents bois et bocages, il se succède une série de villages, je pense notamment à la Barbotinière, la Joussinère, la Ville Abeau. On peut y manger des mures sauvages. Moi et les autres guides, il nous arrive de s’y arrêter et d’y rencontrer les agriculteurs et fermiers, toujours curieux de la présence d’un aussi grand groupe. ‘Alors ça parle de quoi aujourd’hui ? Vous allez à la Cité des équidés ?’ C’est ce que l’on nous demande régulièrement. Il faut dire que cela créer du lien et des rencontres, des avis sur des sujets de débats, et c’est toujours intéressant pour la visite. Pour la continuité de la balade, cela ouvre les frontières à nos échanges. […] Ensuite nous avons pris l’hippo-passerelle de l’Ermitage. J’y ai déjà croisé des pèlerins ou des voyageurs séjournant à l’Ermitage du Moulin-Bouillard. C’est très curieux de voir ces nouveaux ouvrages qui semblent s’ajouter sur nos petits patrimoines anciennement oubliés. D’ailleurs, il y a des aigles là-bas. C’est presque impossible de les rater lorsqu’ils sont là. […] Après le Surchaud, puis la pause à la chapelle de Bethléem, nous avons grimpé vers le champ de la Croix. La vue sur la grande Tour à plomb de Coueron est incroyable, on dirait que le chemin a été expressément et cinématographiquement mise en scène pour la révélation de cette vue. […] Nous avons alors longé un rempart afin de descendre, par une venelle hautement végétalisée, vers les grandes prairies de l’île Pivin. Là c’est par contre un circuit de la Loire à vélo. Je pense qu’ils vont bientôt élargir le chemin, ça devient un peu dangereux avec toutes ces mobilités qui se croisent. […] Mi-journée, nous avons finis par arriver à la Cité des équidés. Elle fait toujours grand effet pour ceux qui ne la connaissent pas. On me demande depuis quand elle existe ? Quelle était son usage ? Sa forme architecturale assez curieuse et vernaculaire créer une sorte de mythe sur ses origines. Mythe qui s’étend grâce aux voyageurs… Je n’en dirais pas plus. Mais finalement, avec les patrimoines oubliés et leurs mythes, comme celui de l’ermitage de Saint-Hermeland, on peut dire que le sentier porte bien son nom. […] Enfin bref, c’est alors la fin de de la randonnée équestre thématique pour certains, simple escale pour d’autres qui rejoignent les ermitages-relais pour se loger. Dans tous les cas, le groupe est toujours convié à visiter la Cité des équidés ce qui fait d’elle un point central des communes de Brains, Saint-Jean-de-Boiseau et Le Pellerin ».

PARTIE 2 – la parole de Martine

D’une demi-journée à plusieurs jours, les visiteurs, les habitants, les voyageurs, à pied ou à cheval ont la possibilité de s’héberger dans des ermitages-relais. Remettant à jour la notion de pèlerinage moderne ou religieux, nombreux sont ceux qui souhaitent y séjourner à des fins de méditations, de contemplations et de tranquillités. Martine, pélerine et catholique nous fait part de son expérience sur le sentier des Mythe aux patrimoines oubliés, alias le sentier des Mythes.

« Alors moi je suis pratiquante et quand j’ai entendu parler de ce nouveau sentier, j’ai tout de suite été interloquée. Dès le lendemain, je l’ai inclus à l’itinéraire de mon pèlerinage annuel. Et 2 mois après, j’y étais. C’était au printemps, j’étais surtout curieuse vis-à-vis de la flore mais aussi des lieux de culte et des ermitages que l’on m’avait évoqués. Sur ce segment, mon pèlerinage de 2 demi-journées a alors débuté depuis le Bac d’Indret. Très rapidement je suis arrivé à la chapelle du Moulin à marées puis à l’ermitage de Saint-Hermeland. Son histoire m’a fasciné, une construction de 1000 ans ! Aussi bien conservée, aussi petite… ! À flan de prairie et de la Loire, jamais inondée ! Et avec une forme peu ordinaire… C’est étonnant. […] Juste après avoir traversé le pont de la Petite Rivière, j’ai disposé d’une vue sur un plateau jonché de violette. Sur toute cette étendue, l’herbe paraissait littéralement violette. J’y ai croisé un pélerinais, habitant du Pellerin, étonnante coïncidence tenant compte de l’intérêt de ma marche. Il m’a révélé que ce chemin, le chemin de la Petite Rivière, était nouvellement réalisé et justement conçu pour désenclaver l’ermitage de Saint-Hermeland, autrefois dans une impasse impropre au passage. […] J’ai aussi croisé quelques promeneurs à cheval sur l’allée me menant jusqu’au château de Pé. En allant me renseigner à la Cité des équidés, où y est annexé l’office de Tourisme, l’hôtesse d’accueil me révéla la mise en place d’un pèlerinage équestre collectif à la mi-juin. Il est vrai que l’on pense souvent pèlerinage-marcheur, et beaucoup moins pèlerinage-cavalier. À l’époque, il était probablement de coutume de péleriner à cheval. Restaurer ce mythe, c’est y manifester un peu plus, le temps d’un instant, les ambiances passées des ermitages et notre riche patrimoine. Peut-être y participerais-je ? […] Entre autres, j’ai découvert le calvaire de Jasson et sa chapelle, l’église de Saint-Jean-de-Boiseau, puis le calvaire de la Roche-de-Grès. Mais je retiens de ce pèlerinage la chapelle de Bethléem. Ces pinacles avec des chimères qui semblent inspirer du cinéma américain ou de l’animation japonaise. Bon…pourquoi pas. Ça éveille l’attention, tout comme son emplacement. Il est peu fréquent de déceler une chapelle le long d’une route départementale, et en plein milieu d’un bois, surtout près de Nantes. […] Mais comme je le disais, tout cela, je l’ai fait en 2 demi-journées. Ordinairement, j’essaie de dormir chez l’habitant mais ces ermitages étaient du pain béni. J’ai séjourné à l’Ermitage du Moulin de la Roche de Gré. J’ai rarement dormi dans un endroit aussi inaccoutumé. Je me sentais presque privilégié avec ce panorama à 360 degrés disposant d’une vue unique sur la réserve naturelle du Lac de Grand-Lieu. J’y ai contemplé seule, apaisée, relaxée et avec un grand sentiment de spiritualité, le coucher du soleil. »

PARTIE 3 – la parole de Leila

Si ce nouveau sentier fait parler de lui pour son audience en pleine saison, ses diverses services touristiques qui en découlent et sa loufoquerie historique et architecturale alimentée par quelques mythes, il favorise également les flux quotidiens entre 3 communes adjacentes, à savoir Le Pellerin, Saint-Jean-de-Boiseau et Brains. Concernant ce sujet, nous avons rencontré Leila, membre active de l’association Autrefois le Pellerin puis responsable de ruche dans l’entreprise La ruche qui dit oui !

« Grâce au sentier des Mythes, les chemins et les ruelles historiques oubliées depuis quelques décennies et méconnues pour la plupart de nos habitants ont été reconquis par les piétons et les chevaux. Leurs âmes ont été en quelque sorte ravivées. C’était également important de recréer la percée d’autrefois afin de relier et cicatriser nos 3 communes. Là j’évoque le chemin du Surchaud et l’hippo-passerelle de l’Ermitage. Il faut savoir que depuis la fin de la Révolution française et jusqu’en 1968, les habitants Pellerinais, Brainnois et Boiséens se réunissaient très régulièrement au calvaire de la Roche-de-Grès. C’était un point de réunion entre nos 3 communes afin de commémorer les 209 fusillés du Château d’Aux en 1794, et fêter la fin de la Terreur. […] Ce point de rencontre, symbole du vivre ensemble et physiquement matérialisé par ce calvaire n’a pas été disposé au hasard. C’est le nœud jouxtant les limites administratives actuelles et passées de nos 3 communes. Plus quotidiennement, le passage du Surchaud à la Ville Abeau était un lieu de transition entre Brains et Le Pellerin. Malheureusement, depuis l’avènement de l’automobile, des enrobés bitumeux et plus récemment la création de la D723 en 2007, nos 3 territoires se sont fracturés en raison de ce linéaire qui divise de part et d’autre. Les flux de piétons se sont réduits. Le chemin du Surchaud est devenu une impasse. […] Aujourd’hui, recréer cette percée impacte les relations territoriales proches. Je pense notamment aux centres équestres par exemple. Le nombre de groupes équestres traversant le territoire du nord au sud s’est multiplié car c’est désormais plus facile pour eux. Puis les ouvriers de la Zone d’Activité Brehannerie empruntent également des fragments de ce sentier […] Dans le même temps, ça a développé mon commerce personnel. Je suis responsable de ruche. Pas pour les abeilles hein ! Dans mon entreprise, une ruche est une communauté permettant à ses membres d’acheter de bons produits fermiers directement aux agriculteurs et artisans de la région. En fait, c’est un réseau en circuit court qui met directement en relation les producteurs locaux et leurs consommateurs. Cela permet de promouvoir leur produit, faire des rencontres, enrichir son propre réseau… Je suis un peu leur manager et je me charge de l’organisation d’un lieu de vente, un marché en quelque sorte. […] Et donc depuis l’ouverture du sentier des mythes et là libération de cette frontière (la D723), j’ai couramment des habitants de Brains qui viennent récupérer leur produit au Pellerin, où des Pellerinais venant à Saint-Jean-de-Boiseau et vice versa. Depuis ce maillage du territoire, majoritairement piéton, disons que les consommateurs n’attendent plus que le lieu de vente soi chez eux. Ils sortent de leur frontière administrative. Habitante du sentier, ils viennent même jusqu’à chez moi, dans mon local ! […] Logistiquement, ce grand dispositif de flux génère directement et indirectement de nombreux partenariats. Par exemple, je crois que la Cité des équidés achète des meules de foin aux agriculteurs locaux afin de fournir les abris-chevaux des Ermitages-relais. Et en contrepartie ils deviennent, le temps d’un jour, guides-experts des bocages. »

Globalement, le sentier des Mythes, porté par la Cité des équidés, semble accroître la solidarité et le partage entre les habitants, les acteurs du territoire, les visiteurs et le territoire lui-même. « J’ai moi-même envie d’aller ermiter dans l’un de ses ermitages insolites ou de devenir guide de mon territoire. »

Carte sensible et perceptible du sentier des Mythes – production personnelle

Le mystère de l’Ermitage de Saint-Hermeland

Me voilà arrivé dans la cité des trois îles, plus précisément à Indret, zone mystérieuse repérée sur la carte IGN suscitant hautement ma curiosité. D’abord détachée du reste de sa commune, puis isolée par des grandes prairies humides et l’estuaire de la Loire, Indret parait historiquement et spatialement garder son ancien passé d’île. Arrivé en bateau, ou plutôt en BAC, j’ai d’abord été frappé par la forte identité industrielle d’Indret et son gigantisme. Constructions soit hautes, soit massives, le relief d’Indret vient scinder le paysage ligérien. Si mon objectif premier était de traverser la fonderie d’Indret, aujourd’hui aux mains de Naval Group, je me suis rapidement rendu compte de l’impossibilité de ce franchissement. Indret, c’est une ville, un extrait de ville, une île fortifiée ! C’est aussi un grand soin apporté au contrôle et à la protection des regards. Des kilomètres linéaires de murs et grillages l’encerclent. Y faire le tour implique de longer la Loire mais cela est également impossible. Recalé à la frontière sud d’Indret, j’engage ma traversée d’est en ouest. Déçu de cette mise à distance, je persiste. Et voilà que je ne vais pas être déçu…


Arrivé plein ouest, bientôt « en bout d’île », et face à ce qui semble être une impasse, je vois au loin une prairie hautement herborisée avec une matérialité inhabituelle contrastant hautement avec le béton et les métaux de l’usine Naval Group. À cette distance, il s’agit d’un simple agglomérat de pierre s’élevant dans les airs. En m’approchant, bien que difficilement à travers les hautes herbes, je me rends finalement compte que ces pierres ont été soigneusement disposées par la main de l’homme pour former une sorte de grotte formée de deux tours étonnamment liées entre elles. Mais qui y a-t-il à l’intérieur ? Aucun accès n’est encore possible. Cette île semble vouloir conserver des secrets et maintenir un mystère que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de ses remparts.

Photographie du trouble insulaire et en dérive. 8 avril 2021

En effet, ces 2 tours que je qualifierais de « Trouble » semblent être protégées par une triple frontière : localisation égarée ; accessibilité envahissante ; enveloppe-muraille. Il faut dire que ce Trouble est très bien caché. Qui viendrait construire ce genre d’édifice en impasse et en périphérie d’une zone industrielle, sur une ancienne île entourée de rien ? D’une autre part, son accessibilité laisse à désirer, et vient même contrer la marche. Des hautes herbes, on y voit même plus où poser le pied. Une pente ascendante sans prise à laquelle se retenir. C’est un véritable périple pour arriver jusqu’à lui. Le Trouble laissé inerte, comme la prairie non entretenue, semble être une dérive dans le temps, conservé volontairement à l’état d’oubli. Puis c’est son enveloppe de pierres qui vient empêcher l’accès à son contenu, à son intérieur. Tel 2 tours tombées du ciel puis brisées au tier, elles semblent faire muraille à une haute divinité qu’elles protégeraient. Et en prime, la nature s’en mêle une fois de plus. Le lierre s’accrochant à lui vient à former le liant entre les pierres. Véritable élément structurelle, il tend à renforcer la tenue du Trouble dans le temps ainsi que le caractère infranchissable de son enveloppe-muraille.

Je reste là, autour de lui, tournant encore et encore. Les mêmes questions se ressassent. Qu’a-t-il à me révéler ? Quel est son utilité ? Que peut-on faire dans un espace si étroit ? Empreint de curiosité, je mène alors quelques recherches historiques. À ma grande surprise, ce n’est pas une grotte divine mais un refuge, plus précisément un ermitage qu’on nomme également l’oratoire de Saint Hermeland. Oratoire et Ermitage rapportent tous les deux au besoin de se mettre à l’écart. Si le premier est un petit lieu consacré à la prière à l’usage d’une personne ou d’une famille, le second se dit être l’habitation d’un ermite. D’après son nom, cet édifice était alors l’habitat et le lieu de prière de Saint Hermeland, grand personnage historique du 7ème siècle du territoire Nantais. Initialement destiné à faire carrière dans les armes, il fit connaître sa décision de quitter la cour du Roi afin de se consacrer à une vie religieuse. En 670, Les nantais émirent le souhait de voir se fonder dans la région un nouveau monastère. De cette occasion, Hermeland partit pour le diocèse de Nantes. Parvenu dans la capitale des namnètes, il demanda une barque pour descendre la Loire jusqu’à la mer et reconnaître l’endroit qui lui paraîtrait le plus approprié. « Il descendit ainsi la Loire et arriva sur une île un peu en aval. Celle-ci, bien buttée, mettait le lieu à l’abri des inondations et pouvait permettre de dégager des terrains propres à l’implantation des cultures nécessaires. Il aurait nommé le lieu Antrum (antre). Par déformation ce nom se serait transformé par la suite en Aindre puis Indre (nom actuel de la commune). En face, au milieu du fleuve, une autre île plus petite qui lui sembla propre à accueillir ses méditations. Il la nomma Antricinum (petite antre) qui devint également par déformation Aindrette puis Indret »1. Saint Hermeland aimait particulièrement traverser la Loire et venir se recueillir dans la partie ouest d’Antricinum dans ce petit oratoire. Tous les carêmes, Hermeland s’y retirait avec quelques religieux, pour s’y préparer à célébrer la fête de Pâques. Empreint d’un ascétisme hors du commun, il passa la fin de sa vie ermite à Indret, dans son ancien oratoire, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on nomme à la fois cet édifice Oratoire et Ermitage.

Aujourd’hui encore, l’état de conservation de l’Ermitage de Saint-Hermeland est incroyable. En effet, les marches pour accéder à sa toiture semblent poursuivre l’atteinte des cieux. Propriété de personne, ou du moins c’est là perception que l’on en a, je ressens la fierté de cette découverte vaguement référencée et très peu informée, et j’apprécie pouvoir l’arpenter. Les marches tournant autour de l’ermitage encouragent d’autant plus son exploration qu’elle donne la sensation de s’élever au même titre que les tours avoisinantes, offrant un point de vue unique sur l’usine. Dans un environnement tantôt contrasté ; je pense au contraste d’époque et de matériaux, puis tantôt mystique ; je pense notamment aux coussins de mousses verdoyants et aux pierres polies près du chenal, cet ermitage cultive l’héritage des pèlerins, la transformation du territoire ligérien et les ambiances de l’âge de Pierre presque fantaisistes et étonnamment similaires à celles retranscrites dans nos dessins animés d’enfances.

Alors que j’y retenais la notion d’attente, de repos, d’isolement, de tranquillité et de contemplation en raison de son nom et son emplacement, j’ai récemment appris qu’il a été le fruit d’une expertise patrimoniale en 1982. Le verdict est le suivant, « L’intérieur de l’ermitage, difficilement identifiable, est du XIX siècle. Dans son état actuel, l’édifice proprement dit peut-être considéré comme une curiosité architecturale intéressante, d’un âge difficile à définir, mais pas très ancien (3 à 400 ans), sans intérêt archéologique »2. Pour d’autres, il s’agirait bel et bien d’une tour de défense mais bâtie au XVIIIe siècle sur laquelle on pouvait poser un canon afin de permettre la défense, en aval, des arsenaux tout proches. Le temps a passé, le rôle défensif de la construction n’étant plus d’actualité, une poignée de romantiques, représentatifs de leur époque, auraient transformé la vieille tour en vestige d’ermitage habillé d’un placage de gros blocs de pierre dans le style carolingien vers la fin XIX siècle. À ce sujet, les avis divergent une nouvelle fois. Il s’agirait bien originellement d’un ermitage datant de plus de 1000 ans mais qui serait devenue une loge de gardien. Alors quel est le vrai du faux ? Fiction, fantaisie ou réalité ? Peut-être est-ce là l’âme du lieu : un mystère tourné autour du Mythe de l’Ermitage. Retirer ce mythe, c’est retirer une part de son histoire et à chacun, notre âme d’enfant. Alors pourquoi pas essayer de le faire perdurer encore un peu ?

1Saint Hermeland, moine. Société d’Histoire de Saint-Jean-de-Boiseau.
2Saints de Loire-Atlantique : Hermeland d’Indre. Agence Bretagne Presse, publié le 19/03/12

Symbologie, mythologie et perception dessinées de l’Ermitage de Saint-Hermeland – production personnelle.