JFK, par Laurent Malone et Dennis Adams.

Un exemple de paire de photographies effectuée lors de la marche. Source : http://www.laurentmalone.com

Afin d’ancrer le projet JFK dans son contexte, nous allons dans un premier temps présenter les deux protagonistes de cette marche.  

Laurent Malone

Laurent Malone est un photographe français s’intéressant dans ses oeuvres aux mutations de l’espace urbain notamment à partir de parcours tracés dans de nombreuses villes ( New-York, Hong Kong, Rio, Marseille…) . La marche devient alors pour lui le centre de son processus photographique. Laurent Malone accorde une intention particulière aux mutations urbaines ainsi que pour les usages non planifiés de l’espace public. 

« Les villes sont le lieu d’un rapport de force entre la rationalité incarnée par l’architecture et les usages des habitants qui inventent des ruses et des manières de faire avec pour se ré-approprier l’espace. » 1

Dennis Adams

Dennis Adams, quant à lui, est un artiste américain connu pour ses installations muséographiques ainsi que dans l’espace public. Cet artiste produit de nombreuses oeuvres vidéographiques servant à mettre en avant le processus d’amnésie collective ainsi que l’exclusion sociale. 

Le projet JFK, ou comment proposer une nouvelle structure narrative par la photographie.

Ces deux artistes, évoluant dans des domaines similaires, ont décidé de partager et de s’unir lors d’une marche de plus de onze heures dans la métropole new-yorkaise. Le 5 août 1997, en empruntant le chemin le plus direct entre Manhattan et l’aéroport JFK et sans interruption, les deux artistes proposèrent une nouvelle approche pédestre par la photographie. Équipés d’un seul et même appareil photo, un 35 mm, l’un des deux marcheurs pouvait, dès qu’il le désirait, prendre une photographie de l’environnement dans lequel il se trouvait. Il s’agissait ensuite de remettre l’appareil à l’autre afin qu’il puisse photographier au même instant dans la direction exactement opposée. 

Cette marche fut retranscrit par la suite dans un ouvrage photographique nommé JFK, le lieu où pris fin leur périple. Ce livre rassemble la totalité des photographies prises lors de la marche, c’est à dire 243 paires de photos et permet ainsi de retracer le parcours à pied des deux artistes. Cet ouvrage propose une expérience photographique singulière, notamment avec la mise en place d’un processus photographique où il s’agissait de photographier l’instant présent avec le principe de la double vision. Grâce à ce processus photographique, le parcours se dessine, s’illustre avec les éléments traversés par ce sentier linéaire comme des quartiers, des arrières cours, des autoroutes ou encore des cimetières. Avec ces paires, les paysages se complètent ou alors s’affrontent. Quand l’un va faire face à un mur, l’autre va révéler un paysage très urbanisé ou au contraire une étendue d’herbe… Finalement, le paysage new-yorkais se dessine. 

Allégorie du tracé effectué par Dennis Adams et Laurent Malone le 5 août 1997.

Ouvrages consultés

Une vidéo réalisée par la médiathèque des Abattoirs : https://www.youtube.com/watch?v=x62fi1hWdGU

Le site de l’artiste Laurent Malone : http://www.laurentmalone.com

1 Le site de la webradio des arts et du commun R22, dans la rubrique Auteur.ice.s : https://www.r22.fr/auteurices/laurent-malone

Le site de ParisArt, dans la rubrique Livres : https://www.paris-art.com/jfk/ 

Richard Long

Richard Long est un artiste britannique né à Bristol en 1945, il y vit et y travaille toujours aujourd’hui. Il s’exprime par le biais de dessins, sculptures, textes et photographies de ses installations. A la suite de ses études à la fin des années 1960, il fait partie de cette génération d’artistes qui crée le mouvement du Land Art.

Les œuvres de Richard Long sont issues de marches solitaires qu’il pratique dans le monde entier, au plus proche de chez lui mais aussi dans les régions les plus reculées du globe comme l’Antarctique. Ses marches sont soigneusement préparées, s’imposant des contraintes comme celle de relier les côtes est et ouest de la Grande Bretagne ou de la péninsule ibérique, s’imposer des haltes en prenant pour intervalles les décimales du nombre pi, etc. Au cours de ces marches, il concevra des sculptures aux dimensions souvent importantes (plusieurs dizaines de mètres) à partir d’un matériau unique – « matières premières du monde, ce qui n’est pas fabriqué » – qu’il trouvera à sa disposition sur place et qui sera organisé en figures géométriques simples : lignes, cercles, croix, étoiles.

Les textes qui découlent de ces marches sont très courts, comme des haïkus, emprunts de poésie, mais aussi teintés d’un peu d’humour comme celui intitulé « WET AND DRY » qui retrace deux marches effectuées au Portugal, l’une en 2001 où il plut pendant dix-sept jours, et l’autre en 2014 où ce furent dix-huit jours de soleil ininterrompus.

Lorsque ces installations sont réalisées dans des galeries, c’est un aussi moyen de montrer d’une manière simple de quoi est constitué le paysage qu’il aura traversé, comme par exemple ces grandes fresques réalisées avec de la boue de rivières anglaises, et dont les projections sur les cimaises m’ont évoqué les roseraies qui pourraient en border les rives. Ce que ces installations et sculptures n’évoquent cependant pas au premier abord, c’est la dimension physique d’un tel travail (plusieurs tonnes de pierres déplacées à la main), reflet de l’effort physique de la marche (180km de marche en deux jours).

Richard Long conjure peut-être à travers ses œuvres l’éphémère des traces qu’il aura laissées dans le paysage, comme autant de témoignages avant que l’Homme n’y imprime un peu plus encore sa marque.

Références

http://www.richardlong.org/

 » WET AND DRY  » http://www.richardlong.org/Textworks/2015textworks/wet_and_dry.html

Vidéo de l’installation de l’exposition à la galerie Arnolfini à Bristol en 2015 https://www.youtube.com/watch?v=OK7wp44_jXQ

Conversation avec Stephen Snoddy, Directeur de la New Art Gallery Walsall, le 15 avril 2014 pour une rétrospective de ses travaux entre 1970 et 2013 https://www.youtube.com/watch?v=XVCEku5SAWo

« Sur le chemin de l’école » – le sentier d’un enfant ; entre l’école et ses activités

Définition du sentier – 50 kilomètres

La moitié de la population mondiale est urbaine, ce qui représente environ un milliard d’enfants urbains selon les chiffres de l’UNICEF 1. La ville représente alors pour l’enfant un potentiel dans son développement, dans son apprentissage de la ville ainsi que dans son épanouissement.

Les enfants sont un public vulnérable. Ce sentier métropolitain raconterait alors les périples qu’un enfant peut vivre en ville dans ses trajets quotidiens. Il permettrait de relier les différents pôles d’activités importants dans la vie d’un enfant tout en pouvant garantir sa sécurité.

Afin de définir le tracé, il s’agit de relever tous les pôles d’activités intervenants dans la vie d’un enfant (écoles, centres sportifs, parcs, aires de jeux…) ainsi que les moyens de transport métropolitains afin d’établir des connexions entre ces différents pôles et d’ainsi définir un nouveau parcours dans la ville, ludique et pédagogique. Ce sentier offrirait alors une nouvelle mobilité quotidienne pour les enfants vivants en milieu urbain.

1- Rapport de l’UNICEF, La situation des enfants dans le monde, 2017

Allégorie du sentier d’un enfant