P.I.A.F.S.

Coupe Perspective Ouest-Est des volières et du pigeonnier

Le Palais d’Information et d’Accompagnement de la Faune Sauvage est un centre de soins pour oiseaux sauvages s’attachant également à sensibiliser les publics à la protection du vivant.

Le PIAFS dans le quadrant Nord-Ouest

Situé sur le domaine de la Pâtissière à Saint-Herblain, le PIAFS propose un réaménagement du château en centre de soins, l’installation de volières de réadaptation à la vie sauvage, et une réhabilitation du pigeonnier en centre d’information.

Le PIAFS s’implante en réponse directe au projet de lotissement situé de l’autre côté de la voie métropolitaine, à l’ouest. Le futur quartier comprend la création d’environ 200 logements et d’une école de 15 classes sur 11 hectares de végétation aujourd’hui occupés par une faune et une flore très riche.

Le PIAFS répond alors à deux enjeux de projets : la conservation et la réhabilitation du pigeonnier de la pâtissière, à l’origine de mon enquête, et la cohabitation nécessaire entre les futurs habitants du quartier et la biodiversité déjà présente sur le site.

L’intervention a commencé par une remise en question du périmètre d’intervention de la ZAC de la Pâtissière qui s’arrête au bord de la voie métropolitaine.

Le nouveau périmètre inclut le pigeonnier et le château de la Pâtissière. En intégrant le PIAFS au sein d’un projet de plus grande envergure, il devient plus facile de trouver un intérêt politique et financier pour le mettre en œuvre.

Le Grand Sentier passe également au sein du nouveau périmètre, dans le lotissement, puis à travers le PIAFS. Intitulé “sur la piste des oiseaux”, il permettra aux randonneurs de traverser un quartier modèle en termes de cohabitation avec le vivant et de se sensibiliser à la protection de la vie sauvage.

Ancien périmètre de la ZAC
Nouveau périmètre de la ZAC
Intégration du Grand Sentier

Trois entités interconnectées

Nous avons alors trois entités qui communiquent et s’entraident : le PIAFS, la ZAC et le sentier. Le PIAFS sensibilise les habitants du quartier, les écoliers et les randonneurs à la préservation des espèces sauvages. En retour, les habitants du quartier et les écoliers s’engagent auprès du centre de soins et aident à nourrir les oiseaux ou à entretenir les volières. Les randonneurs peuvent pour leur part participer au comptage des oiseaux qu’ils observent le long du sentier.

Le PIAFS s’installe donc sur le domaine de la Pâtissière. Le château est réaménagé pour accueillir le centre de soins, le pigeonnier est transformé en espace d’information et d’échanges sur la faune sauvage, autour duquel les volières de réadaptation viennent s’articuler.

Les volières de réadaptation sont la dernière étape dans le processus des soins apportés aux oiseaux. Il s’agit en quelque sorte de leur convalescence. L’objectif pour les oiseaux est de réapprendre à voler, à se nourrir seul, et à se réensauvager, c’est-à-dire retrouver la peur de l’être humain, après avoir été habitués à la présence des soigneurs.

Coupe du paysage entre le marais à l’ouest et la ZAC à l’est

Le PIAFS devient aussi l’articulation entre le marais, où la faune sauvage est omniprésente, et le nouveau quartier. Dans sa répartition spatiale, le PIAFS s’attache à créer des seuils de présence humaine. Le centre de soins devient alors un sanctuaire au sein duquel ne pénètrent que les soigneurs. Les visiteurs ne dépassent pas le pigeonnier, et observent les volières depuis les lucarnes de la coupole.

La gestion des seuils est également travaillée dans la disposition des différentes volières. Le passage humain est limité au parvis du pigeonnier et au chemin menant au château. Les volières proches du passage sont habitées par les espèces anthropisées et par les oiseaux de ville.

Positionnement des différentes volières

Au cœur de la parcelle, on retrouve les volières dédiées aux espèces forestières. Elles possèdent une végétation plus dense et sont mises à distance des visiteurs. La volière des oiseaux d’eau est implantée à l’ouest, en bas de pente, afin de permettre le ruissellement des eaux de pluie vers un bassin de récupération.

Plan Masse

Le cheminement entre les volières est induit par la forme de ces dernières. Il s’agit de murs à hauteurs d’homme en briques ajourées, sur un soubassement en moellons, pour reprendre la matérialité du pigeonnier existant.

Le pigeonnier est transformé en espace d’échange et d’information. Au rez-de-jardin, une salle d’expression peut accueillir jusqu’à quarante personnes le temps d’une conférence ou d’un atelier, auprès d’un groupe de randonneurs, des habitants ou une classe d’école. À mi-hauteur se trouve une mezzanine où le visiteur peut accéder à des ressources documentaires mises à disposition par le centre.

Le pigeonnier transformé en espace d’échange

Enfin, au niveau de la coupole, une coursive d’observation permet d’observer à distance les volières. Ce sont donc les lucarnes d’envol, autrefois utilisées par les pigeons pour s’envoler, qui cadrent les vues sur le PIAFS et sur la ZAC. Les trois espaces sont aménagés au sein d’une structure en bois indépendante qui ne touche jamais les murs percés des anciens nids.

Les cheminements autour des volières permettent l’accès des soigneurs et des bénévoles. Les murs en briques ajourées permettent aux soigneurs une observation active, afin de définir si un oiseau est prêt ou non à être réintroduit dans son milieu. Dans le cadre des activités extra-scolaires, les enfants de l’école de la Pâtissière viennent aider par petits groupes à nourrir les oiseaux et à entretenir les volières

Enfin, la volière des oiseaux d’eau nécessite un aménagement plus important. Elle est donc positionnée en limite ouest de la parcelle, en bas de la pente, afin de faire ruisseler l’eau de pluie jusqu’à un bassin de récupération.

Cheminement entre les volières pour oiseaux des villes et espèces anthropisées
Volière des oiseaux d’eau (à gauche) et volière pour espèces forestières (à droite)

Les volières forment un petit village dialoguant avec le pigeonnier, par la forme des structures et la matérialité des cheminements. Leur proximité avec le pigeonnier, nouvel espace d’échange et d’information, matérialise la rencontre entre les habitants et la faune sauvage tout en permettant une convalescence sereine aux oiseaux.

Le PIAFS vu par les piafs

Un pigeonnier à la Pâtissière

Pigeonnier du Château de la Pâtissière, photo personnelle

À la limite ouest de la commune de Saint-Herblain se dresse une vieille tour de pierre, assaillie par la végétation, qui semble être laissée à l’abandon. Il s’agit du pigeonnier associé au Château de la Pâtissière, situé juste à côté. Au-delà de la qualité architecturale du monument, le pigeonnier est porteur d’une symbolique forte au cours de l’histoire et témoigne de la grandeur de l’ancien domaine du Château. L’ensemble culmine à une douzaine de mètres de hauteur, avec une coupole et une lucarne d’envol; il est aujourd’hui un repère visuel dans le paysage.

Schéma du pigeonnier, chronologie et usages du pigeonnier, mur d’enquête, travail personnel

Grâce à son architecture, nous pouvons dater la construction du pigeonnier aux alentours du XVe siècle. Il s’agit d’un pigeonnier cylindrique sur pied en moëllons. Il comportait probablement une échelle tournante qui néanmoins ne se trouve plus à l’intérieur. De même, la girouette, qui aurait pu nous donner des informations sur le rang de noblesse du seigneur, a elle aussi disparue. Nous pouvons toutefois affirmer de par la taille de l’édifice qu’il s’agissait d’un grand domaine. Les boulins, qui sont les cavités servant de nid à l’intérieur du pigeonnier, permettent d’établir une estimation de la superficie du domaine, un boulin représentant un demi hectare.

La ZAC de la Pâtissière, quel impact?

Le pigeonnier aura bientôt de nombreux voisins. En effet, de l’autre côté de la départementale va bientôt s’implanter une ZAC de 200 logements et une école de 15 classes, sur un terrain de 10 hectares. Aujourd’hui, les parcelles sont occupées par la faune et la flore sauvage, qui risque d’être fortement impactée par les nouvelles constructions. Je me suis alors intéressé à la place des oiseaux en milieu urbain et périurbain et aux dangers auxquels ils font face. Les oiseaux sont les témoins de la santé de la biodiversité. Lorsque les oiseaux sont en danger, c’est généralement l’écosystème dans son ensemble qui est menacé. La France a perdu trente pour cent de sa population d’oiseaux ces trente dernières années. En milieu urbain, les dangers sont multiples, à commencer par l’étalement urbain et la bétonisation de la terre dans laquelle les oiseaux trouvent leur nourriture. La fragmentation des milieux naturels pose aussi un gros problème en tant qu’elle empêche la continuité entre les différents biotopes. Ensuite, les nuisances sonores et lumineuses liées à l’activité humaine ont aussi un impact sur le rythme de vie et de reproduction des oiseaux, en éclipsant le cycle jour/nuit par exemple. Enfin, la nourriture se faisant rare, les oiseaux s’adaptent et cherchent dans nos déchets de quoi survivre. Il s’agit pour eux de nourriture inadaptée, souvent trop grasse.

Futur site de la ZAC, photos personnelles

Comment agir ?

Il y a donc plusieurs enjeux qui ressortent de ces recherches. Le premier est la protection du pigeonnier en tant que patrimoine bâti, le second, la protection de la faune et de la flore sauvage au sein de la future ZAC de la Pâtissière. Mon travail consistera alors à fournir un protocole d’aménagement permettant la cohabitation de la faune sauvage et des humains au sein de la ZAC et concevoir un centre de soins pour oiseaux sauvages en réhabilitant le pigeonnier de la Pâtissière.

Sur la piste des oiseaux

Cette proposition de tracé amène le randonneur à travers des zones à forte probabilité d’observation d’oiseaux et relie des postes propices à l’installation d’espèces. Du lac de Grand-lieu à l’Erdre, en passant par le PEAN des Trois Vallées (Périmètre de Protection des Espaces Agricoles Naturels), Il s’agit de faire l’état des lieux de la protection de la biodiversité, dont les oiseaux sont le parfait indicateur de sa santé.

Proposition de tracé sur le territoire métropolitain

La population d’oiseaux en France a chutée de 30% en trente ans. En ville comme à la campagne, les oiseaux sont victimes de l’artificialisation des terres, de la fragmentation des espaces naturels, de la disparition de leur nourriture et de leurs habitats naturels. Certaines espèces s’adaptent à l’anthropisation, d’autres disparaissent purement et simplement. Le sentier propose de partir sur les traces de la lutte aviaire, de découvrir les dispositifs mis en place par les associations, les communes, la métropole, pour protéger les oiseaux et leurs milieux. C’est aussi l’occasion de développer de nouveaux systèmes, savoir-faire, savoir-cohabiter, qui permettront de redonner à la nature une place de premier plan dans la fabrique de la ville et du périurbain.

Continuer la lecture de « Sur la piste des oiseaux »