À la recherche des femmes dans le monde parallèle des odonymes

Et si nous nous baladions dans un monde parallèle, celui de nos représentations? 

Carte du sentier (Roxane Fleury)

Les études montrent que les femmes sont largement sous-représentées parmi les odonymes. A l’heure où je vous parle, 6,7 % des rues de la ville de Nantes portent le nom d’une femme contre 40,7 % celui d’un homme. Dès lors que cette information est révélée, les collectivités mettent en place des politiques de féminisation des noms de rues. Entendez par là qu’elles prennent en compte le genre dans l’attribution de noms à de nouvelles rues.

Pressentant que les rues portant des noms de femmes ne se trouvent pas à proximité des lieux de pouvoirs, ceux-ci paraissent être une porte d’entrée intéressante afin de parcourir la métropole. D’autre part, les odonymes féminins sont souvent des venelles, des ruelles, … Ce sont des rues très peu larges, très peu longues, souvent piétonnes. On ne les parcourt pas souvent, excepté si l’on y habite. Il m’a alors semblé intéressant de créer l’occasion de s’y rendre avec l’outil qu’est le sentier, afin de rendre hommage à ces femmes en leur rendant visite.

Je vous propose alors de marcher de bulle d’exploration formée par un amas d’odonymes féminins en bulle d’exploration. Lorsque l’on entre dans une bulle d’exploration, on peut questionner la spatialité des rues portant des noms de femmes : à quoi ressemble une rue au nom féminin? Tantôt amas d’aviatrices hors paires encore en chantier au beau milieu d’un grand projet urbain, tantôt amas de bâtisseuses dans une résidence privée seulement accessible avec un digicode dans une ZAC lointaine. Entre ces bulles, le tracé n’a que peu d’importance. Ce sont des moments de réflexion qui peuvent paraître longs dans les no-woman’s land. 

On dit souvent des odonymes qu’ils sont les traces de notre Histoire, d’une Histoire locale, ancrée dans le territoire. Les rues aux noms féminins étant à ce jour pour une grande partie encore en chantier, représentent-elles l’avenir?

Allégorie du sentier (Roxane Fleury)