La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble.

Lors de nos marches dans le quadrant nord-ouest nous avons  traversé de nombreuses formes d’espaces hydrographiques sans pour autant les identifier. Des prairies sous l’eau, des canaux envasés, des marais enherbés. Notre méconnaissance s’est cristallisée sur une remarque : « je pense que le marais Audubon est un paysage façonné par l’Homme, enfin je ne suis pas sûr. »

Cette intervention m’a fait bondir. Comment un paysage autant drainé, canalisé, exploité quotidiennement peut-il être considéré comme « naturel » ? Sommes-nous à ce point déconnectés de notre gestion spatiale ?

Pourtant, la question de la gestion des eaux est de plus en plus devenue une question publique. Oubliée durant les grandes périodes d’aménagement du territoire français, les eaux ont été drainées, conduites et déviées pour permettre l’artificialisation, l’extension des espaces de production et l’endiguement du territoire. Cet excès d’imperméabilisation du territoire est sur le point de nous exploser au visage. Plaques d’égouts débordantes, déversoirs pleins, avals inondés, sécheresses « exceptionnelles » suivies de pluies intenses… Les inondations de plus en plus régulières dans les zones urbaines sont là pour nous rappeler la force des éléments qu’aucun drain ne pourra canaliser. Pour autant, les politiques de gestion de l’eau sont peu connues des publics souvent concernés et laissées aux professionnels.

Axonométrie d’enquête

Cette privatisation du débat public s’inscrit dans un éloignement généralisé et une fragmentation des populations des principales décisions politiques, pour notamment réduire les possibilités de mobilisations et ainsi faciliter l’aménagement du territoire. Malgré tout, des points de cristallisation se forment, se mobilisent parfois spontanément autour des questions de gestion du territoire hydraulique, comme au Jardin de la Coutelière que l’on a traversé, ou encore à la ZAD de Notre-Dame des Landes. Ces événements sont les tensions les plus médiatiques et un point d’entrée sur d’autres problèmes. Par exemple, le déclassement des cours d’eau. En effet, les exploitants agricoles cherchent à déclasser un maximum de ruisseau en fossé, pour éviter les contrôles de pollution des eaux par la police de l’eau.

Pourquoi, collectivement, avons-nous accepté de perdre le savoir de gestion des eaux et de le laisser à des professionnels ? Comment peut-on soumettre la préservation du ruisseau communal au bon vouloir des individus ? Comment peut-on privatiser la gestion de notre territoire et de nos eaux ?

Photo de l’intervention “Lisière”, 2022

Il faut permettre la relocalisation des enjeux via un bio-communalisme. Là où l’idée bio-régionaliste a réussi à pérenniser l’idée d’un redécoupage territorial large en fonction d’entités non-humaines, le bio-communalisme cherche à rendre local ces enjeux en décentralisant. Cette nouvelle organisation nécessite une nouvelle écriture administrative reconsidérant les limites multiples. Redessiner les communes, les territoires. Mais elle nécessite aussi une manière d’exister physiquement. Il faut rendre visible cette organisation sociale, lui permettre de s’inscrire dans ces espaces et d’en discuter collectivement la gestion via un parlement du bio-commun.

Exploration des lisières de l’urbain

Carte du sentier “exploration de lisières de l’urbain” (Ludivine Bouillon)

Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, l’île de Nantes aurait été en friche, peut-être y aurais-je croisé certaines espèces pionnières. Maintenant j’y croise l’éléphant des Machines de l’île, l’égérie Nantaise. Il y a 30 ans si j’avais parcouru ce sentier j’aurais simplement traversé une route entre deux champs. Aujourd’hui je traverse la passerelle piétonne au-dessus de la route de Pornic. Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, je serais passée devant la jeune peupleraie de la Matrasserie, aujourd’hui elle est coupée à ras. Il y a 30 ans, si j’avais parcouru ce sentier, j’aurais aperçu un hangar agricole depuis la rue du Colvert de Brain, aujourd’hui, j’y vois un mur de parpaing, une maison s’y construit. Et demain, que pourrais-je y voir? Le sentier est l’unique constante au milieu de ces paysages changeants. 

Il a été tracé de telle sorte que les marcheurs puissent se questionner sur les limites de la métropole ;il interroge la relation des espaces urbains et de ses infrastructures avec les espaces agricoles ou naturels. Comment se rencontrent-ils ou se confrontent-ils ? 

Un ressenti pourra s’éprouver dans la durée, à la grande échelle du sentier. Le marcheur traversera d’abord les espaces denses de la ville puis s’infiltrera dans le tissu de plus en plus dilaté et discontinu des communes périphériques, avant d’aboutir à un paysage de marais, uniquement praticable une partie de l’année (le sentier peut évidemment se pratiquer dans les deux sens). Le marcheur expérimente donc une transition à grande échelle qui pourra le questionner sur la relation entre la ville et sa périphérie. Où la ville diffuse s’arrête-elle ? Où commence l’image de la campagne idéalisée? 

 

À son échelle, le marcheur pourra expérimenter de multiples micro-événements, traversant des lieux de tension ou de rencontre entre espaces ou infrastructures urbaines et espaces naturels ou agricoles. 

Le marcheur pourra découvrir l’urbain au détour d’un bâtiment de ferme, comme au détour d’un arbre. Il pourra se faire surprendre par le passage d’un train au milieu d’un bois. 

Train forestier (Ludivine Bouillon)

Il se trouvera confronté plus ou moins directement aux infrastructures de transport. Il lui sera possible d’observer les frictions, voire les paradoxes qu’elles peuvent créer sur leurs abords. 

Vaches de quatre voies (Ludivine Bouillon

L’urbain fait également partie du paysage sonore du sentier qui se fait parfois ressentir, et entendre à distance. Il est parfois juste suggéré, camouflé quelques mètres plus loin.  

Mais où est donc la carrière ? (Ludivine Bouillon)

La surprise, l’étonnement sont mobilisés pour brouiller les pistes : le sentier passe d’un paysage rural à un paysage urbain ou rencontre les deux simultanément. Le marcheur peut alors se questionner sur l’ambivalence ville/campagne et les limites de l’urbain.

Route contemplative (Ludivine Bouillon)

 

Chaque arpenteur est un témoin de plus, captant un moment de vie du sentier. Chaque moment, chaque souvenir, chaque anecdote, chaque photo, chaque dessin, chaque texte … est une relique qui témoigne de l’histoire du sentier. Au fil du temps ces savoirs accumulés permettent de se rendre compte de l’évolution de ce fragment de territoire. Le sentier est un outil de mesure focalisant notre regard sur les limites, les lisières urbaines. Le sentier est l’occasion de se questionner sur la manière dont nous occupons l’espace de la métropole et de réfléchir à la manière dont nous souhaitons l’habiter maintenant.

Territoire mouvementé

En quittant Bouguenais, nous longeons la départementale 751A en direction de Bouaye. Le long de ces deux voies, il n’y a aucun trottoir, il faut marcher sur la piste cyclable ou sur l’herbe à côté du fossé. Nous entendons en continu le bruit des voitures qui passent à quelques mètres à peine de là où nous marchons. Autour de nous s’étendent des champs agricoles, des petits bois, des prairies séparées par des haies bocagères mais peu de maisons. Quelques animaux se devinent au loin, mais ils sont difficiles à identifier. Au niveau d’une intersection, il est indiqué sur la droite un Centre de permis de conduire ainsi que le Centre d’études techniques maritimes et fluviales. Nous continuons de suivre la départementale en longeant une haie de pins. Devant nous, un portail recouvert par de la végétation sauvage. Le passage est bloqué par des blocs de bétons. Nous ne voyons pas ce qui se passe derrière ce portail tant la végétation est envahissante. Quelques mètres plus loin, nous retrouvons des blocs de bétons et de granite venus condamner une entrée. On y voit un peu plus clair, la végétation est moins présente, et nous devinons un bâtiment derrière les fourrés.

En arrivant sur le site la première fois

Continuer la lecture de « Territoire mouvementé »

Le long des territoires délaissés

120 km autour de Nantes

Cette hypothèse de tracé s’intéresse aux territoires délaissés de la périphérie. Dans un premier temps, j’ai défini les espaces délaissés comme les espaces non qualifiés sur la carte mais également les espaces non construits ou végétalisés. Afin de les identifier et de les différencier, je me suis intéressée à la nature géographique des sols. Plusieurs catégories se sont dessinées, mettant en valeur la diversité des territoires.

Ce premier tracé dans le grand Nantes tente d’arpenter la plus grande diversité de ces sols.

Il s’agirait par la suite de comparer les données cartographiques à la réalité, d’éprouver les intersections entre ces différents types de sols, de s’interroger sur la nature et l’artificialisation des sols ou encore sur l’accès et la publicité de ces espaces. Il s’agirait également de remettre en question ces catégories, de les redéfinir et de les renommer après les avoir éprouvées.

Mathilde

Allégorie des délaissés – Mathilde