Lieux communs

La pratique de la marche permet, par sa lenteur et par l’engagement de nos sens et de nos corps, de s’imprégner du territoire et de repérer dans le paysage les indices des enjeux qui le traversent. Le trouble est né de l’arpentage du quadrant sud-est de la métropole nantaise et de l’observation de ces indices. 

Les villages à communs

L’enquête démarre dans les hameaux de la commune du Pallet. Les écarts1 y sont constitués de petites maisons mitoyennes à étage en moellons de schiste ou gabbro, organisées autour d’une place de village ou le long de grandes étendues de vigne.  

Le trouble part de l’ambiguïté constatée entre espace public et espace privé dans ces hameaux et de l’observation de bâtiments vacants et d’espaces ruraux qui semblent délaissés, dont on ne sait à quoi rattacher l’usage. On retrouve autour et dans les hameaux, des anciens puits, des vieux fours, des moulins et des dépendances. Autant de témoins d’un passé agricole qui semble aujourd’hui désuet. 

“ […] une multitude de petites propriétés imbriquées les unes dans les autres où chacun·e se retranche chez lui pour essayer de préserver une difficile vie privée, exposée au regard de tous·tes, à travers ces espaces collectifs en bordure du bâti […] ” 

ORIALLRD Marion, L’inventaire des villages à communs en Pays du Vignoble Nantais, in Les cahiers Nantais 2017-1, 2021

On découvre le terme “les communs de village”2. Ils pouvaient prendre la forme de ressources naturelles partagées, tels que les terres communales incultes3 utilisées par les villageois·es pour le pâturage, la cueillette ou encore le bois de chauffage et l’approvisionnement en eau, mais aussi se caractériser en pratiques et infrastructures communautaires dont on se répartissait la gestion, lavoirs, moulins, fours à pain. Ces espaces jouaient un rôle crucial dans le maintien de la cohésion sociale et dans la subsistance des habitant·es des hameaux. 

Certains écarts de la commune du Pallet étaient par exemple organisés autour de l’usage du four commun. Le four occupait une position centrale de la place du village. Le temps de la cuisson et du séchage des denrées rythmait la vie de la communauté et constituait un moment de sociabilité important. La marche a permis d’observer ces fours dans leur contexte actuel et de contempler leur devenir. Parfois oubliés et délaissés, parfois appropriés, parfois restaurés ou tout simplement détruits puis remplacés.  

Fig 1 – Au Pé de Sèvre, à l’endroit de l’ancien four commun se trouve aujourd’hui une zone de stationnement.

Les indices récoltés durant cette marche ont permis de comprendre l’évolution de l’usage des communs dans le temps, mais surtout leur délaissement actuel et leur remplacement dû à une perte de sens et d’intérêt lié à la modernisation des modes d’habiter ruraux. En effet, l’arrivée de l’automobile a permis de reconnecter ses écarts aux pôles urbains émergents. Et la démocratisation du confort moderne dans les foyers a également contribué à rendre obsolète l’usage des communs.  

Continuer la lecture de « Lieux communs »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search