Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »

Marche du 5 et 6 juillet 2024 Paysages d’extractions

Carrière des Maraîchère. Source: Chloé Harlay

A la rencontre de maillons de la chaîne de construction minéral. Publier le 07.05.2024

Guides : Chloé Bouteiller et Chloé Harlay
Capacité : 10 personnes
Durée : 2 jours (environ 20km/j)
Équipement : Il vous faudra vous munir de bonnes chaussures, de quoi vous abreuver tout le long de la journée, d’un pique nique, de vêtements adaptés à la météo. Le soleil nantais ne pardonne pas, s’il est au rendez-vous n’oubliez pas vos crèmes et chapeaux ! La nuit se fera en camping sauvage dans une grange à Bouaye. Prenez donc de quoi dormir, sans trop vous charger.
Remarque : vous pouvez vous inscrire sur notre site Grand(s)Sentier(s).fr, avant le 28 juin 2024. En fin de parcours, une navette est prévue pour ceux qui souhaitent, elle nous ramènera devant l’école d’architecture de Nantes. Pour ces deux jours, nous marcherons dans le quart sud-ouest, si vous avez des cartes IGN, vous pouvez prendre, celle de Saint-Philibert-de-grand-lieu/les Sorinières ainsi que celle de Nantes/Saint-Herblain. N’hésitez pas à nous poser vos questions dans la rubrique « contact ». En attendant de vous rencontrer, nous vous proposons un avant-goût de ce sentier.


Parcourir ce sentier est pour nous une manière de vous faire découvrir un aspect du territoire nantais peu connu des marcheurs de la métropole. 

Jour 1

1- Le rendez vous se fera au Terminale sablier de la Zone industrielle de Cheviré. Sur ces lieux, 230.000 tonnes de sables marins sont traitées chaque année par le Groupe GSM HeidelbergCement. Ce sable est principalement destiné au secteur du béton prêt à l’emploi pour la réalisation d’ouvrages d’art et de préfabrication. 2- Nous nous dirigerons ensuite vers la carrière des Pontraux. En phase d’enfouissement, nous verrons ensemble comment et avec quels matériaux est rebouché cette carrière. 3- En troisième point, nous ferons l’unique partie muette de cette marche. En silence, nous pénétrerons dans les entrailles de la carrière des Maraîchères, au plus proche de l’extractivisme minérale Français. 4- Nous irons quelques mètres plus loin voir l’une des utilisations possible de cette matière première qu’est la roche avec l’Ifsttar, l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux. 5- Nous passerons ensuite à l’intersection entre le cimetière de Bouaye, la D751 et la D11. L’extraction, entre vitesse et spiritualité.

Nuit 

Durant cette soirée, nous parlerons de notre journée ensemble. Nous trouverons de quoi manger et boire sur Bouaye. Nous dormirons abrités dans une grange et dînerons avec nos hôtes pour cette soirée.

Jour 2

6- Pour continuer nous descendrons vers St-Mars-de-Coutais et marcherons sur la rue de « la carrière ».7- Les rues « Les sablières » et « la sablière » nous guiderons vers notre point finale. 8- Nous arriverons donc au terme de cette journée à la Carrière béton de St-Pazanne qui après des années d’exploitation, se tourne désormais vers le négoce de matériaux et la réception de matériaux inertes de classe III. Elle est un lieu de stockage de matériaux provenant de la carrière de Rouans tout comme la carrière des Maraîchère. 

Sentier Paysage d’Extraction

Depuis sa création en 2023, ce sentier à suscité l’intérêt de nombreux acteurs de la métropole nantaise et plus, associations, élus, représentants des communes, étudiants, écoles, entreprises, artistes, architectes, paysagistes, urbanistes, etc. Grâce à lui, les contrôles d’enfouissement de la carrière des Maraîchères ainsi que celle des Pontraux a été augmenté. Le groupe Lafarge revoit en ce moment ces politiques en terme d’écologie, d’environnement et biodiversité. L’usine bitume du groupe Colas, ainsi que le groupe Lafarge installés sur la carrière des Maraîchère s’est excusé auprès de l’association « stop usine bitume » ainsi qu’aux près des habitants de la Ville-au-Denis. L’association fait aujourd’hui partie des décisionnaire pour la fin de vie de cette carrière, « Enfin nous avons notre mot à dire sur notre territoire ! » Cécile Duboti habitant de la Ville-au-Denis depuis son enfance. L’ancienne association « Stop Usine Bitume » ainsi que l’association « Grand(s)Sentier(s) » dynamise régulièrement ce sentier en proposant des visites guidées ou des moment d’échange et de concertation liée à l’extractivisme des sols du Pays de la Loire. Lors de son lancement le 05 juillet 2023, les membres initiateurs de Grand(s)Sentier(s) ont organisé une grande veillée dans la carrière des Maraîchère, ou on eu lieu un repas collectif, des tables rondes, et une nuit exceptionelle dans la carrière pour les plus téméraire. En mars 2024, l’artiste Christine Quoiraud, danseuse et chorégraphe, a réalisé une marche sur les marches du projet « paysage d’extraction », cette représentation de 7H était une mise à l’épreuve de la relation entre la danse et la marche.

Aujourd’hui, ce sentier est vu comme un acteur dans la pensée du territoire de demain disponible à tous. Il permet de mettre en avant cette pratique de la marche qui est un excellent outil pour découvrir, comprendre et repenser son territoire. À travers cette marche, nous parlons extractivisme, biodiversité, transition écologique et solidaire, mais aussi urbanisme et architecture. 

Chloé Bouteiller et Chloé Harlay

Mais qu’y a-t-il derrière ?

 

Cette enquête commence au travers de deux perceptions: la première derrière des grillages et une dense végétation ; la seconde plus en hauteur, depuis un siège coloré du TER vers Pornic. Nous sommes toutes deux troublées par ce paysage minéral profond qui nous semble tout droit venu d’ailleurs. Sa proximité avec les habitations nous interroge. Nous revenons quelques jours plus tard, vêtues de notre curiosité, et décidons d’aller au-delà des barrières, des barbelés et de la végétation afin d’approcher au plus près de cette cicatrice du sol.

Nous voilà désormais surplombant la carrière des Maraîchères profonde de 120 mètres, couplée de son usine d’enrobé à l’odeur brûlée, marqueurs strictement cachés de l’anthropisation de la métropole. Une des premières questions qui traversent notre esprit porte sur le devenir de cette carrière dans une zone à la fois occupée par des habitations, de grands axes de circulation, une voie ferrée et un aéroport. Ce cratère artificiel aujourd’hui délaissé serait apparemment destiné à être comblé dans les prochaines années, à l’image de sa voisine un peu plus au nord, la carrière des Pointreaux.

Continuer la lecture de « Mais qu’y a-t-il derrière ? »