L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux

 

Ça commence au cœur du hameau des Brosses, sur la commune de Chateau-Thébaud, juste à côté du parking qui fait office de place centrale du village. Une juxtaposition d’objets de verre, de métal et de plastique qui constituent aujourd’hui ce que l’on met en commun à l’échelle d’un village : un abribus, une grappe de boîtes aux lettres, des bennes à ordures, une borne d’incendie. Ces objets nous parlent de réseaux (de distribution, de ramassage) par et vers des lieux de stockage plus ou moins lointains et invisibles à nos yeux. L’emplacement de cet agglutinement d’objets ne semble pas dû au seul hasard ; on peut voir au premier plan sur la photo un modeste édifice circulaire, appareillage de pierres pris d’assaut par les mousses et coiffé d’une plaque de métal : le vieux puits communal. S’il ne fait plus office de point de captage d’eau, sa présence semble toujours opérer dans l’organisation du tissu du village. On ne s’est pas résolu à raser cette percée dans le sous-sol, alors on garde le puits en vestige, et la place attenante avec.

Ce puits nous parle d’un autre temps, d’une autre forme de communs. C’est un symbole de l’ère paysanne où aller puiser l’eau quotidiennement mettait en rapport direct les corps humains avec la ressource en eau du sol. Il nous parle d’ancrage.

Valérie Jousseaume, dans l’ouvrage – publié à partir de sa thèse, Plouc Pride, un nouveau récit pour les campagnes, nous parle d’un biculturalisme qui serait propre à l’ouest français, du fait de l’histoire de l’industrialisation des campagnes du pays. C’est dans l’ouest de la France, industrialisé plus récemment que le nord par exemple, que l’identité et les pratiques paysannes ont perduré plus longtemps, jusqu’à cohabiter avec les valeurs de la modernité. Et l’autrice nous enjoint à se saisir des traces restantes de cette culture pour penser le monde qui vient, pour ré-atterrir.

C’est dans cette veine que nous nous sommes intéressés aux anciens communs de villages, et plus particulièrement aux puits, donc à l’eau potable, et finalement aux manières actuelles de la produire et de la distribuer.

Continuer la lecture de « L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux »

Sur la trace des villages métropolitains

Aux marges de la métropole

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (document personnel)

Des villages dans la métropole nantaise ? On m’avait parlé de Nantes et de sa métropole, ou de la métropole de Nantes mais pas de ses villages. Pourtant il paraît qu’il y en a plein, aux marges du territoire. Là où les lignes de bus et le train ne s’arrêtent pas, là où on n’a pas encore la fibre, là où il n’y a pas de supermarché ni même de boulangerie. Là où on habite dans des villages ou des hameaux. Là où il y a encore des fermes habitées, des fêtes de village, une grand-mère qui nous raconte la vie d’avant. Là où il y a encore des bouts de forêt avec des fritillaires à ramasser, des odeurs de pommes du verger, et l’horizon dégagé. Et si on allait voir par nous-même ?

Les parcours permettent de se rendre du bourg aux villages, de villages en villages, des villages aux bourgs. Un chemin tracé sur la carte s’appuyant sur les routes existantes amène le marcheur là où se trouvent des successions de villages et hameaux. Depuis ce tracé, un réseau de chemins se déploie de part et d’autre incitant le marcheur à l’exploration.

Il faut les trouver d’abord. Depuis le centre-ville, il faut prendre le tram puis le bus et marcher, ou prendre le train puis marcher aussi. Les chemins demandent à être explorés pour atteindre les villages. A peine visibles quand on les traverse parce qu’ils sont trop petits, il faut parfois sortir de la route et aller au bout des impasses pour les trouver. Des silhouettes au loin de l’autre côté du champ, un petit panneau noir annonçant le nom des lieux, une mare au centre du village, un calvaire fleuri à l’entrée, un arrêt de bus scolaire, ou le bruit d’une tondeuse en fond peuvent vous aider à reconnaître l’endroit.

Faire étape dans les villages

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (collage, document personnel)

Avant il y avait les colporteurs. Des marchands munis d’une mallette remplie de produits trouvés en ville qui marchaient de villages en villages et s’y arrêtaient pour vendre les produits que l’on ne trouvait pas sur place. L’occasion de discuter avec les habitants, de donner des nouvelles de la ville et des villages voisins. Plus tard, ils ont été remplacés par des camions ambulants. A Carquefou, il y avait l’épicier qu’on appelait “le ptit marchand”, le boulanger, et “barbe bleue” qui vendait des habits de travail. Aujourd’hui, ce sont les habitants qui se déplacent en voiture pour aller faire leurs courses au bourg le plus proche.

Continuer la lecture de « Sur la trace des villages métropolitains »

Carte, Territoire et autres mots

Michel Houellebecq écrit en 2010 le roman La carte et le Territoire. Autant littéraires que nous sommes, seul le titre nous intéressera ici car, amusante coïncidence, ses termes résonnent pour les familiers de sentiers métropolitains. Lire “la Carte” puis “le Territoire” rappelle la temporalité de la préparation de la marche, de la découverte des environnements qui seront foulés d’abord par leur représentation. Le “et” serait alors remplacé par un “puis”, celui de la planification. Mais ce nom n’est pas orphelin, et son origine met en exergue un point de frottement : Houellebecq cite Alfred Korzybski, selon lequel “La carte n’est pas le territoire”1.

La carte illustre des idées, images, préconceptions éloignées de la réalité vécue et sensorielle du paysage. IGN, vue satellite ou autres, elle écrase, range et cache. Mais là est aussi sa fonction et il serait vain de lui reprocher d’oublier la complexité du réel. Car si la carte, aussi variée qu’elle soit, s’approche comme une docile organisation de certaines connaissances, le territoire lui, est un animal sauvage générateur d’expériences qu’il s’agira d’appréhender. À l’inverse de notre titre de roman, nous aurions alors ici plutôt affaire à un assemblage renversé : le territoire et la carte, le territoire puis la carte.

Ce territoire “sauvage” (aussi sauvage que le sauvage de Baptiste Morizot puisse l’être, existant à travers un ensemble de relations variées avec son environnement extérieur -qui l’entoure, comme intérieur -qui l’emplit, nécessairement anthropocène mais pourtant toujours indépendant) vit (et se vit) de sa propre volonté2, mais souvent aussi de celle des êtres humains plus ou moins liés à ce dernier. On lui offre des secteurs où s’étendre, où se spécifier (s’individuer ?), en le pratiquant et l’appréciant, mais aussi en le légiférant. Le Plan Local d’Urbanisme Métropolitain, outil humain de domestication, fait office d’autorité quant aux différentes espèces de territoires existantes, à leurs caractéristiques physiques et à leurs différents futurs. Le document contrôle l’animal comme un dresseur travaillant sa lignée de chiens. Serions-nous alors de retour au début ? La carte (ou le PLUm) puis le territoire ?

Afin de mieux appréhender cette étrange relation, il semble nécessaire de s’intéresser à la zone de partage entre ses deux protagonistes. Cette dernière s’incarne comme une matière commune constamment remodelée, l’image. L’image s’entend ici à la fois comme l’identité d’un territoire et la représentation que la carte en fait. Elle est ambivalente, car existant différemment dans des échelles et des formes variées. Elle peut être commune et s’appliquer au territoire comme peuvent l’être les clichés sur les banlieues, ou personnelle et unique, s’incarnant dans une histoire et des sensations impossibles à communiquer fidèlement. Carte et territoire génèrent et illustrent tous les deux et de manières variées cette image. Ce ne sont cependant pas les seuls à la manier et leurs relations ne s’effectuent pas en circuit fermé. Les médias, l’art, le bouche à oreille, en somme toutes formes de communication manipulent cette dernière. Kevin Lynch propose des éléments de langage cartographique de l’image du territoire avec ses “parcours”, “limites”, “nœuds”, “quartiers” et “points de repère” (L’image de la cité, 1971). Bien que d’abord connus comme outils d’analyse du paysage (territoire vers carte), ils sont aussi pour lui des éléments générateurs (carte vers territoire), offrant une dynamique dans les deux sens.

(document personnel)
Continuer la lecture de « Carte, Territoire et autres mots »

C.I.E.N

Le Centre d’Interprétation de l’Eau Nantaise est le fruit de plusieurs étapes de recherches et de réflexions. C’est après l’étude d’une situation d’un trouble lié aux infrastructures techniques de l’eau, puis la recherche d’un tracé d’un grand sentier métropolitain nantais qu’est née l’idée de ce projet aux abords de la Loire.

L’objectif du CIEN est de révéler pour comprendre les infrastructures invisibles liées à l’eau ainsi que leurs relations avec les espaces visibles : les chemins, les routes, les rues et les quartiers que nous appréhendons chaque jour. N’ayant pas pour seul objectif de réaliser des espaces d’expositions, le projet est mixte, il regroupe également les bureaux de la Régie de l’eau de Nantes métropole, des laboratoires de recherches, des locaux de réunions et de conférences

Un abord troublé

Le programme prend place sur la commune de Saint-Herblain sur trois parcelles de friche constructible en zone UEI – secteurs d’activités économiques industrielles, logistiques et de commerce de gros. 

Il relie un axe de circulation entre le centre-ville et l’ouest de l’agglomération, le sentier Chercher l’eau trouble et le rejet des eaux usées traitées de la station d’épuration. Ainsi, le projet se situe à la confluence artificielle et invisible du rejet des eaux usées traitées et de la Loire.

Au carrefour des circulations

Continuer la lecture de « C.I.E.N »

Les bassins d’Orv(eau)lt

                Au nord de Nantes et au sud d’Orvault, entre l’écoulement du ruisseau et le ronronnement des véhicules, se trouve un espace étonnamment paisible. Le chemin est large, ses abords disposent d’assises pour se poser et il est praticable à pied ou à vélo. Les abords du Cens restent sauvages et l’autoroute est mise à distance par une butte, mais aussi par un espace clôturé interdit au public : des bassins d’orages.

La vallée du Cens, une promenade urbaine du nord-est au nord-ouest de la métropole nantaise.
Continuer la lecture de « Les bassins d’Orv(eau)lt »

Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose le questionnement suivant : comment les espaces publics disponibles deviennent-ils intimes et permettent-ils une identification personnelle ? L’objectif est de mettre le marcheur aux frontières de l’espace public, de se confronter aux rapports de cohabitation et aux conflits d’usages de certains espaces. 

L’intimité territoriale durant les échanges : “l’intimité territoriale n’est pas celle de la sphère privée, domestique ; elle se constitue aux frontières de l’espace public, dans les zones grises ou délaissées du territoire homologué. Cette dimension semble liée à des situations de marginalité ou d’exclusion.” Jean-François Chevrier

Traverser l’intimité territoriale, c’est habiter l’espace public, laisser possible l’usage, l’appropriation et l’interprétation. Il faudra chercher l’intime en relevant les moteurs de cette sensation de confort. Au travers ce tracé, il pourra être possible d’expérimenter des situations de marche en limite de certains espaces. Il y faudra alors remarquer les différentes ruptures entre quartiers d’habitation, zones commerciales ou encore zones naturelles et agricoles. Il s’agit d’un entier d’expérimentation. 

Cartographie : Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose une expérience d’une journée. Le parcours est d’environ 21 km. Les points de départ et d’arrivée correspondent à des terminus d’arrêt de tram afin de pouvoir pratiquer cette marche sans autres moyens de locomotion.

Continuer la lecture de « Au travers l’intimité territoriale »

Chercher l’eau trouble

Lorsque l’on parle de cours d’eau dans une métropole, on a tous un certain imaginaire vis-à-vis de ceux-ci ; des chemins le long de ces ruisseaux riches en biodiversité, mais aussi des espaces publics mêlant l’urbain et la nature, l’humain et le non-humain. Cependant, dans d’autres situations, cet imaginaire vole en éclat lorsque l’on réalise le fonctionnalisme des infrastructures qui ne prennent pas en compte l’existant, ce (et ceux) qui existe(nt).

Continuer la lecture de « Chercher l’eau trouble »

La Ville Poreuse ou Le Grand Pari(s) par le Studio 09

En 2008, pendant le mandat du Président de la République Française de l’époque Nicolas Sarkozy, et, sous la direction du ministère de la Culture, la consultation du « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » a été lancée. Cette consultation a trouvé une conclusion en mars 2009 par la présentation des travaux des 10 équipes sélectionnées, dont le cabinet Studio 09. Paola Vigano et Bernardo Secchi sont les fondateurs du cabinet Studio 09 créé en 1990 et basé à Milan. Tous deux architecte et urbaniste, ils sont à l’origine du concept de La Ville Poreuse et écrivains de leur ouvrage éponyme « La Ville Poreuse : Un projet pour le Grand Paris et la métropole de l’après-Kyoto » à la suite de cette consultation.

© équipe Studio 09, Secchi-Vigano
© équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Selon Bernardo Secchi, l’urbanisme est une œuvre collective et c’est donc tout naturellement que son cabinet a été sélectionné pour travailler lors de la consultation du « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » puisque ce fût la première fois que les mondes de l’urbain et de l’architecture, toutes disciplines confondues, ont été obligé de travailler ensemble. « Du bureau d’études transport au labo de recherche en sciences humaines, passant par les paysagistes, les écologues, les architectes et les économistes, de France et d’ailleurs, c’est en quelque sorte dix mini ateliers d’urbanisme pluridisciplinaire qui ont produit une vision, un avenir pour le Grand Paris. » Une petite synthèse du Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne – Paris Projet n°39, Apur.

Continuer la lecture de « La Ville Poreuse ou Le Grand Pari(s) par le Studio 09 »

Le mystère de l’Ermitage de Saint-Hermeland

Me voilà arrivé dans la cité des trois îles, plus précisément à Indret, zone mystérieuse repérée sur la carte IGN suscitant hautement ma curiosité. D’abord détachée du reste de sa commune, puis isolée par des grandes prairies humides et l’estuaire de la Loire, Indret parait historiquement et spatialement garder son ancien passé d’île. Arrivé en bateau, ou plutôt en BAC, j’ai d’abord été frappé par la forte identité industrielle d’Indret et son gigantisme. Constructions soit hautes, soit massives, le relief d’Indret vient scinder le paysage ligérien. Si mon objectif premier était de traverser la fonderie d’Indret, aujourd’hui aux mains de Naval Group, je me suis rapidement rendu compte de l’impossibilité de ce franchissement. Indret, c’est une ville, un extrait de ville, une île fortifiée ! C’est aussi un grand soin apporté au contrôle et à la protection des regards. Des kilomètres linéaires de murs et grillages l’encerclent. Y faire le tour implique de longer la Loire mais cela est également impossible. Recalé à la frontière sud d’Indret, j’engage ma traversée d’est en ouest. Déçu de cette mise à distance, je persiste. Et voilà que je ne vais pas être déçu…


Arrivé plein ouest, bientôt « en bout d’île », et face à ce qui semble être une impasse, je vois au loin une prairie hautement herborisée avec une matérialité inhabituelle contrastant hautement avec le béton et les métaux de l’usine Naval Group. À cette distance, il s’agit d’un simple agglomérat de pierre s’élevant dans les airs. En m’approchant, bien que difficilement à travers les hautes herbes, je me rends finalement compte que ces pierres ont été soigneusement disposées par la main de l’homme pour former une sorte de grotte formée de deux tours étonnamment liées entre elles. Mais qui y a-t-il à l’intérieur ? Aucun accès n’est encore possible. Cette île semble vouloir conserver des secrets et maintenir un mystère que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de ses remparts.

Photographie du trouble insulaire et en dérive. 8 avril 2021

En effet, ces 2 tours que je qualifierais de « Trouble » semblent être protégées par une triple frontière : localisation égarée ; accessibilité envahissante ; enveloppe-muraille. Il faut dire que ce Trouble est très bien caché. Qui viendrait construire ce genre d’édifice en impasse et en périphérie d’une zone industrielle, sur une ancienne île entourée de rien ? D’une autre part, son accessibilité laisse à désirer, et vient même contrer la marche. Des hautes herbes, on y voit même plus où poser le pied. Une pente ascendante sans prise à laquelle se retenir. C’est un véritable périple pour arriver jusqu’à lui. Le Trouble laissé inerte, comme la prairie non entretenue, semble être une dérive dans le temps, conservé volontairement à l’état d’oubli. Puis c’est son enveloppe de pierres qui vient empêcher l’accès à son contenu, à son intérieur. Tel 2 tours tombées du ciel puis brisées au tier, elles semblent faire muraille à une haute divinité qu’elles protégeraient. Et en prime, la nature s’en mêle une fois de plus. Le lierre s’accrochant à lui vient à former le liant entre les pierres. Véritable élément structurelle, il tend à renforcer la tenue du Trouble dans le temps ainsi que le caractère infranchissable de son enveloppe-muraille.

Je reste là, autour de lui, tournant encore et encore. Les mêmes questions se ressassent. Qu’a-t-il à me révéler ? Quel est son utilité ? Que peut-on faire dans un espace si étroit ? Empreint de curiosité, je mène alors quelques recherches historiques. À ma grande surprise, ce n’est pas une grotte divine mais un refuge, plus précisément un ermitage qu’on nomme également l’oratoire de Saint Hermeland. Oratoire et Ermitage rapportent tous les deux au besoin de se mettre à l’écart. Si le premier est un petit lieu consacré à la prière à l’usage d’une personne ou d’une famille, le second se dit être l’habitation d’un ermite. D’après son nom, cet édifice était alors l’habitat et le lieu de prière de Saint Hermeland, grand personnage historique du 7ème siècle du territoire Nantais. Initialement destiné à faire carrière dans les armes, il fit connaître sa décision de quitter la cour du Roi afin de se consacrer à une vie religieuse. En 670, Les nantais émirent le souhait de voir se fonder dans la région un nouveau monastère. De cette occasion, Hermeland partit pour le diocèse de Nantes. Parvenu dans la capitale des namnètes, il demanda une barque pour descendre la Loire jusqu’à la mer et reconnaître l’endroit qui lui paraîtrait le plus approprié. « Il descendit ainsi la Loire et arriva sur une île un peu en aval. Celle-ci, bien buttée, mettait le lieu à l’abri des inondations et pouvait permettre de dégager des terrains propres à l’implantation des cultures nécessaires. Il aurait nommé le lieu Antrum (antre). Par déformation ce nom se serait transformé par la suite en Aindre puis Indre (nom actuel de la commune). En face, au milieu du fleuve, une autre île plus petite qui lui sembla propre à accueillir ses méditations. Il la nomma Antricinum (petite antre) qui devint également par déformation Aindrette puis Indret »1. Saint Hermeland aimait particulièrement traverser la Loire et venir se recueillir dans la partie ouest d’Antricinum dans ce petit oratoire. Tous les carêmes, Hermeland s’y retirait avec quelques religieux, pour s’y préparer à célébrer la fête de Pâques. Empreint d’un ascétisme hors du commun, il passa la fin de sa vie ermite à Indret, dans son ancien oratoire, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on nomme à la fois cet édifice Oratoire et Ermitage.

Aujourd’hui encore, l’état de conservation de l’Ermitage de Saint-Hermeland est incroyable. En effet, les marches pour accéder à sa toiture semblent poursuivre l’atteinte des cieux. Propriété de personne, ou du moins c’est là perception que l’on en a, je ressens la fierté de cette découverte vaguement référencée et très peu informée, et j’apprécie pouvoir l’arpenter. Les marches tournant autour de l’ermitage encouragent d’autant plus son exploration qu’elle donne la sensation de s’élever au même titre que les tours avoisinantes, offrant un point de vue unique sur l’usine. Dans un environnement tantôt contrasté ; je pense au contraste d’époque et de matériaux, puis tantôt mystique ; je pense notamment aux coussins de mousses verdoyants et aux pierres polies près du chenal, cet ermitage cultive l’héritage des pèlerins, la transformation du territoire ligérien et les ambiances de l’âge de Pierre presque fantaisistes et étonnamment similaires à celles retranscrites dans nos dessins animés d’enfances.

Alors que j’y retenais la notion d’attente, de repos, d’isolement, de tranquillité et de contemplation en raison de son nom et son emplacement, j’ai récemment appris qu’il a été le fruit d’une expertise patrimoniale en 1982. Le verdict est le suivant, « L’intérieur de l’ermitage, difficilement identifiable, est du XIX siècle. Dans son état actuel, l’édifice proprement dit peut-être considéré comme une curiosité architecturale intéressante, d’un âge difficile à définir, mais pas très ancien (3 à 400 ans), sans intérêt archéologique »2. Pour d’autres, il s’agirait bel et bien d’une tour de défense mais bâtie au XVIIIe siècle sur laquelle on pouvait poser un canon afin de permettre la défense, en aval, des arsenaux tout proches. Le temps a passé, le rôle défensif de la construction n’étant plus d’actualité, une poignée de romantiques, représentatifs de leur époque, auraient transformé la vieille tour en vestige d’ermitage habillé d’un placage de gros blocs de pierre dans le style carolingien vers la fin XIX siècle. À ce sujet, les avis divergent une nouvelle fois. Il s’agirait bien originellement d’un ermitage datant de plus de 1000 ans mais qui serait devenue une loge de gardien. Alors quel est le vrai du faux ? Fiction, fantaisie ou réalité ? Peut-être est-ce là l’âme du lieu : un mystère tourné autour du Mythe de l’Ermitage. Retirer ce mythe, c’est retirer une part de son histoire et à chacun, notre âme d’enfant. Alors pourquoi pas essayer de le faire perdurer encore un peu ?

1Saint Hermeland, moine. Société d’Histoire de Saint-Jean-de-Boiseau.
2Saints de Loire-Atlantique : Hermeland d’Indre. Agence Bretagne Presse, publié le 19/03/12

Symbologie, mythologie et perception dessinées de l’Ermitage de Saint-Hermeland – production personnelle.

Liège orbitale

Extrait de la carte Liège Orbitale

Collectif informel né en 2008 du débat et des manifestations liégeoises “Oui au tram, non à l’autoroute”, urbAgora est aujourd’hui devenue une association d’environnement régionale qui se veut de « Proposer des idées pour la ville » comme l’énonce son slogan. Ces idées concernent à la fois le débat urbain, le paysage, l’architecture ou bien encore le patrimoine.

« La ville appartient à ses habitants. Son devenir est notre affaire. C’est au nom de ce principe que l’asbl urbAgora a été créée, avec l’objectif d’être un lieu pluraliste d’abord à Liège puis, petit à petit, à une échelle plus large, en Wallonie et à Bruxelles. »1

C’est en Avril 2018, au cours du festival Avril en ville que l’association lance la randonnée d’inauguration du grand sentier Liège orbitale, sentier de 41,5 km. Conçu par la marche; la discussion citoyenne ; initié par des lectures telles que le livre London Orbital de Iain Sinclair ou encore La boucle noire de Charleroi ; ensuite cartographié puis balisé, Liège Orbitale est le fruit de plusieurs années de travail. Annoncé comme un « parcours de deux jours de randonnée […] entre Meuse et terrils »2, l’évènement attire plus de 100 curieux. Preuve de son succès et n’ayant pas pour objectif de le laisser à l’état d’ébauche ou de simple évènement ponctuel et éphémère, l’association revoit alors son sentier et sa communication. Afin de l’élargir à un public plus large, car là est l’intérêt de ce sentier, c’est-à-dire de le concevoir pour tous afin de révéler le territoire liégeois sous un nouvel angle, celui-ci se trouve être constamment renforcé à travers divers articles, des cartes à vendre, une page Facebook ou bien encore en organisant diverses randonnées thématiques. Cette notion de catégorisation/thématisation du sentier par type de marche leur est primordial puisqu’elle est le moyen de susciter l’intérêt face à des publics tous différents. Voici quelques-unes de leurs propositions, parfois précises, parfois vagues, et parfois les unes s’entremêlant avec les autres :

  • La marche à l’Histoire. Révéler un patrimoine nouveau, particulièrement le patrimoine industriel du xxe siècle, son passé minier et son activité sidérurgique ;
  • La marche dans les ZAC. Orienter le regard vers là où la ville se transforme ;
  • La randonnée urbaine. Proposer une pratique physique et sportive ;
  • La marche verte. Traverser les espaces verts ;
  • La marche aux collines. Mettre en évidence Lièges comme une ville de collines, autant naturelles qu’artificielles (les terrils).
  • La marche en famille. Prévoir des tronçons accessibles à tous ;
  • La marche en déclivité. Ne pas marcher sur du plat, jouer avec le relief liégeois ;
  • L’itinéraire piéton. Concevoir des traversées stratégiques à usage journalier ou hebdomadaire ;
  • La marche des segments oubliés. Améliorer des sentiers existants mais peu fréquentés. Réhabiliter des sentiers passés.
  • La marche en vacances. Se sentir en vacances autour de chez soi.
Collection dessinée et abstraite des types de marche identifiées pour le sentier Liège Orbitale

Afin d’en savoir plus :

1 https://urbagora.be/
2 https://avrilenville.be/fr/2018/
https://www.liegeorbitale.be/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search