Communer

« Les fictions, au XXIe siècle, ne sont plus des adjonctions au réel. Les multiples strates de fiction sont, aussi sûrement que les strates géologiques d’une falaise forment la falaise, ce qui compose le “réel”. Il n’y a pas de réel face ou à côté d’un fictionnel. Nous oscillons entre des fictions qui nous sédimentent et font de nous des agrégats d’histoires, de croyances, de récits, à l’intérieur desquels nous naissons, nous mourons. » Camille de Toledo

C’est ce premier trouble qui viendra guider les choix de ce sentier. La strate. La stratification. L’accumulation. La trace. La disparition. Le souvenir. L’imaginaire. Le raconté. Le mystifié. Le passé qui se diffuse dans le présent, comme le sable est ramené sur le bitume par le passage successif des baigneur.euse.s remontant de la plage.

C’est en tombant nez à nez avec un commun de village que la question de la stratification du temps qui passe et ses traces, ou leur absence dans le monde tangible, se pose. Les communs de villages sont ces lieux, édifices, qui étaient utilisés par tous les habitants : les fours, les battages, les lavoirs, les calvaires, les terres incultes laissées en pâture pour les bêtes… Le temps faisant, la propriété privée s’étant développée depuis la Révolution, les communs de villages ont peu à peu perdu leur fonction première, et secondaire. Le four ne fait plus cuire le pain, et il ne permet plus aux habitantes de se réunir.

« Rien n’est plus craint, n’est plus perçu comme excluant qu’un groupe féminin assemblé au lavoir ou au four. Les femmes ensemble parlent, critiquent, dénoncent, injurient, calomnient, tissent les histoires de famille, creusent les rivalités, et par là elles assurent toute la part des relations sociales qui passe par une parole violente et médisante dont elles semblent avoir le monopole. » Martine Segalen 1

Car ce sentier est aussi à la recherche de ces femmes des hameaux, pour qui les communes étaient des lieux de sociabilisation. Ils représentaient des moments pour « communer ».

Continuer la lecture de « Communer »

Passage à niveau

La comparaison du réseau ferroviaire français de 1921 et de 2020 permet de révéler une profonde transformation des chemins de fer de France. Ils ont considérablement diminués en une décennie. Ce constat soulève nombre d’interrogations au sujet du devenir de ces voies ferrées. Que sont-elles devenues ? Ont-elles été reconverties ? Ont-elles été totalement effacées du réseau ? Peuvent-elles être un jour remobilisées ?

A l’échelle de la métropole de Nantes, l’étude du réseau ferroviaire permet de révéler les différents états dans lesquels les voies se trouvent actuellement : elles sont en service, neutralisées ou déclassées. Mais alors que ce constat soulève des questions relatives aux politiques de délaissement ou de maintien des voies ferrées, nous sommes à même de nous interroger sur le devenir de ces chemins de fer qui semblent être en constante évolution. 

Evolution du réseau ferré national (issu d’un travail d’étudiants en Licence : La mort des petites lignes ferroviaires)

Continuer la lecture de « Passage à niveau »

Sur les pas de l’ancienne voie ferrée Nantes- Segré : traversée de mondes pratiqués

80 km de rails, 13 arrêts, 457 000ème ligne du réseau ferré national, plus de 600 emplois .

Ces données sont les chiffres relatifs à l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré ouverte en 1885 et définitivement fermée en 1993 suite à l’essor du trafic routier. Cependant, ces informations ne suffisent pas à la décrire. 

Frise chronologique de l’historie de la voie ferrée Nantes-Segré

Arpenter la ligne Nantes-Segré, c’est aussi traverser des mondes aux atmosphères distinctes, pratiqués, habités, étanches, parfois inertes… Les différentes séquences proposent le passage de la voie verte, localisée en milieu résidentiel calme, puis la zone industrielle de Carquefou où les usines et les axes routiers confèrent une ambiance bruyante, pour enfin se retrouver en milieu urbain dense. Le parcours de ces portions interroge les différents états dans lesquels l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré a été conservée, hybridée, transformée ou encore effacée. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search