Les Observatoires Photographiques du Paysage – Pratiques mouvantes de capture des paysages en mouvement

A la différence de la peinture qui peut se faire d’après mémoire, la photographie de paysage impose un rapport immédiat avec le sujet qu’elle immortalise. Il y a donc nécessité pour le photographe d’arpenter les territoires, d’aller physiquement au contact des lieux, des personnes, des histoires.

Ce rapport direct avec le réel, cumulé avec la précision de l’image photographique et le caractère « objectif » souvent associé à cette dernière, a intéressé très tôt les institutions cherchant à saisir certaines réalités territoriales. De la « Mission héliographique » menée en 1851 en France par la Commission des Monuments Historiques à la section photographique de la Farm Security Administration étasunienne des années 1930, en passant par le travail des photographes de la DATAR des années 1980, l’arpentage photographique des territoires a donné lieu à de multiples expérimentations dans ses démarches, visées et répercussions.

Voir le caractère polymorphe de ces missions photographiques aide à cerner les intentions politiques sous-jacentes à ces commandes ainsi que le rapport mouvant des sociétés à la notion de paysage. En France, les “Observatoires Photographiques du Paysage” constituent une démarche singulière et sujette à expérimentations.

Roadside Stand Near Birmingham, Roadside Store Between Tuscaloosa and Greensboro, Alabama, 1936 – Collection of the J. Paul Getty Museum, Los Angeles © Walker Evans Archive, The Metropolitain Museum of Art, New York – Source image : www.sfmoma.org/exhibition/walker-evans/

Outre-Atlantique, les photographes mandatés par la Farm Security Administration ont permis d’immortaliser le versant rural de la nation étasunienne, mettant en avant aussi bien les paysages physiques, vernaculaires, que les troubles économiques et sociaux d’un pays bouleversé par la crise de 1929.

Continuer la lecture de « Les Observatoires Photographiques du Paysage – Pratiques mouvantes de capture des paysages en mouvement »

Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble.

Architecte, enseignant, co-fondateur du Mouvement des chemineurs et de l’association Le Bureau des Guides du GR2013

Tout a commencé à l’école d’architecture de Versailles, ou plutôt, grâce à celle du paysage qui lui faisait face. En effet, Alexandre F., étudiant, était admiratif de la pédagogie donnée aux étudiants en paysage. Juste en face, ils apprenaient à « regarder » le territoire, à comprendre où ils étaient, dans quel lieu, quel environnement. Lors d’un projet, les étudiants en architecture ont constaté qu’ils avaient énormément de mal à tirer des éléments constructifs de ces rencontres in situ. Perturbés par cette lacune, Alexandre et ses amis n’avaient plus qu’une idée en tête, sortir de l’école. Le but était d’apprendre à comprendre le territoire, à le découvrir et réussir à le représenter, à le décrire par le biais d’outils. Comment rapporter le site pour pouvoir laisser une place à l’architecture par la suite ?

Continuer la lecture de « Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble. »

Le Bureau des Guides du GR2013

« Marcher ensemble sur le territoire métropolitain pour observer, explorer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter. »

Le bureau des guides est une association qui propose de découvrir et d’arpenter le sentier métropolitain du GR2013 autour de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Ce sentier de grande randonnée arpente les zones périurbaines de la métropole et propose un voyage autour de la mer de Berre et du massif de l’Étoile. Ce tracé d’environ 365 kilomètres a vu le jour en 2013 pour accompagner la série d’évènements de Marseille-Provence 2013, à l’occasion du titre de capitale européenne de la culture. Ce tracé a été initié en 2010 par Baptiste Lanaspeze (aujourd’hui membre du bureau des guides) dans le cadre d’une mission d’« éditorialisation de la programmation artistique » commanditée par Marseille-Provence 2013. Le sentier est finalisé en 2012 et le balisage posé en mars 2013. Si ce sentier a pu voir le jour en si peu de temps, c’est parce qu’il reprend des itinéraires de randonnée déjà existants, notamment les GR98, GR6, GR653A et GR51.  

Tracé du GR2013

Le bureau des guides s’occupe aujourd’hui de poursuivre et de développer l’aventure du GR2013. L’association regroupe les initiateur.ice.s du tracé qui cherchent à explorer les dimensions artistiques et culturelles du sentier et de la pratique de la marche à travers divers évènements.

Ils.elles sont associé.e.s avec des artistes-marcheur.euse.s qui proposent des balades le long du sentier autour de différentes thématiques. Il peut s’agir d’exploration sonores, de balades gustatives, de promenades sur les traces d’un artiste disparu, de voyages autour de l’histoire des villes et du paysage… Le bureau des guides propose également des conférences, des expositions, des performances artistiques et bien d’autres évènements autour de la marche et du territoire. Ils.elles veillent aussi à l’(a)ménagement du sentier et de ses abords.

L’idée, c’est de réfléchir ensemble au territoire dans lequel ils.elles vivent, aux usages, aux aménagements à venir, de partager leurs connaissances et leurs ressentis.

Voyage pédagogique depuis Port-de-Bouc jusqu’à St-Chamas pour les étudiant.e.s de l’ENSAM – Image issue du site du Bureau des Guides (Benjamin Béchet, 2018)

Toutes ces expériences sont retranscrites sur leurs site internet. On y trouve une multitude de manières de concevoir le territoire, de dessins, de photographies, de cartographies, de ressources documentaires, d’écrits… Ces travaux permettent de réfléchir à comment raconter un territoire, comment le transmettre, comment l’instruire et le représenter.

Ces explorations poétiques et scientifiques constituent aussi un immense hommage au site et au territoire provençal. Ne les ratez pas, elles sont disponibles ici :  https://www.gr2013.fr/

(1) Image de couverture issue du site du Bureau des Guides