Régine Robin, les derniers pas de la flâneuse

“J’habite une mégapole depuis ma naissance et depuis ma naissance la ville m’habite : depuis ma naissance la ville me dévore et je dévore la ville. Pour moi, elle n’est pas un objet mais une pratique, un mode d’être, un rythme, une respiration, une peau, une poétique.” – Régine Robin, “Mégapolis”

Illustration de couverture, “Mégapolis”, 2009

Régine Robin est une historienne, sociologue, écrivaine, passionnée des grandes mégalopoles dans lesquelles elle passe plusieurs années à y vivre, à les arpenter, passant de Tokyo à New York puis Londres sans arrêter. Cet arpentage constant, presque effréné, des grandes villes du monde l’a conduit à écrire “Mégapolis” en 2009. Dans ce livre, c’est sa « casquette » d’écrivaine qui prend le pas. Entre New York, Londres, Tokyo, Buenos Aires et Los Angeles, elle nous emmène dans sa propre vision de la ville, celle d’une ville fantasmée. Villes de fiction, villes de souvenirs, villes des milliers de gens qui s’y croisent, pour Régine Robin la ville « réelle » ne vaut d’être perçue qu’à travers celle de la ville rêvée.

Illustration dénouer, flâner, prendre à bras le corps la ville – Amélie Certes

Milles façons de partir à l’assaut des villes

Comment entamer une ville, se demande Régine Robin. Et surtout comment entamer de telles villes ? Des villes mégalopoles gigantesques, en mouvement perpétuel. Comment les saisir dans leur ensemble, à bras le corps ? Pour elle toutes les manières sont possibles. S’arrêter au terminus des métros Londoniens, traverser à pieds les séries d’immeubles et de parking à Los Angeles, revoir Manhattan en remontant Broadway, ses protocoles changent et varient selon la ville, selon l’humeur mais aussi souvent selon la vision fantasmée des livres et du cinéma. Elle se perd alors à Buenos Aires dans les pas de Bruno Cadogan, le personnage de Tomas Eloy Martinez, elle revoit New York sous le rythme de la musique Rhapsody in Blue dans “Manhattan” de Woody Allen. Dans chacune de ces mégalopoles ses souvenirs et ses imaginaires se mêlent à la ville arpentée pour former des promenades à la limite du réel.

Pour Régine Robin marcher dans la ville s’est avant tout y flâner au point de s’y perdre, au point de ne plus voir qu’elle est la plus vraie entre la ville réelle et la ville fantasmée.

Source : Régine Robin, “Mégapolis”, édition Stock, 2009

Rebecca Solnit « l’Art de marcher »

“Comme agir et travailler, marcher exige un engagement corps et âme dans le monde, c’est une façon de connaître le monde à partir du corps et le corps à partir du monde.”

Marcheur. Marcheuse

Rebecca Solnit est une marcheuse, j’entends par là, une femme qui marche. Cette précision, certes évidente, est cependant assez rare et signifiante pour mériter d’être soulignée.  Dans son ouvrage, « l’Art de marcher », l’autrice présente la marche comme « une façon de connaître le monde à partir du corps, et le corps à partir du monde » (page 47) ; pourtant, et elle l’explique plus tôt : « le corps qui nous est présenté dans ces centaines de livres et d’essais, ce corps […] n’est pas le corps humain dans son universalité » (page 45). Et à l’autrice de poursuivre sur les récits de marcheurs qui, pendant un temps, ont réussi à laisser croire qu’il était possible de décrire l’expérience pédestre depuis un point de vu neutre et objectif, alors qu’ils représentaient bien moins une figure universelle que celle d’un marcheur masculin, blanc et de classe bourgeoise. Rebecca Solnit est donc une marcheuse dans toute sa corporalité incarnée, son expérience située, et il convient de le garder en tête.

Ce court texte ne prétend pas résumer l’ouvrage de Rebecca Solnit, encore moins d’en faire une critique ; il est plutôt l’occasion d’une analyse commentée des quelques marches pratiquées par l’autrice et décrites dans la première partie intitulée « le rythme des pensées ». Nous verrons en quoi cet ouvrage révèle des pratiques et des expériences différenciées de la marche selon des facteurs tels que : le territoire traversé, la destination de la marche, les compagnons de marche, ou même plus simplement la personne qui marche.

Marcher au rythme des pensées

L’ouvrage commence alors que l’autrice se penche sur le début de la rédaction du présent texte et réalise, après quelques secondes à sa table que « l’espace d’un bureau n’est pas un lieu propice à la réflexion sur l’espace » (page 11). Elle part alors pour ce qui sera sa première marche. Un périple d’une dizaine de kilomètres, qui prend place à San Francisco et au court duquel elle marche tour à tour sur une pointe de terre rouge, remonte un vallon avant d’arriver face au pacifique.  Nous suivons ses pas qui, petit à petit, prennent de l’assurance et finissent par trouver un rythme harmonieux, si bien, qu’arrivée au niveau de la vallée, la confiance qu’elle a acquise en « l’habilité de ces pieds » (page 24) est telle qu’elle peut se consacrer à l’admiration du paysage. Maintenant sereine, l’autrice ajoute une nouvelle dimension à sa pratique. Elle explique alors que les chemins physiques que nous empruntons grâce à la marche ouvrent les portent à d’autres chemins, intérieurs, faisant de nos pensées un paysage traversable au rythme de nos pas. Elle va même plus loin et nous propose une véritable mise en abîme de ce concept en procédant d’allers-retours judicieux entre son expérience pédestre personnelle et une tentative de définition, peut-être la plus aboutie, de l’histoire de la marche.  Dès lors, ses pérégrinations mentales retracent l’histoire d’autre pérégrinateurs mentaux tels que Rousseaux, qui ne peut méditer qu’en marchant, Aristote et ses élèves formés à la philosophie au gré de marches (les péripatéticiens) ou encore Søren Kierkegaard et ses balades pensives.

Pèlerinage

Rebecca Solnit part ensuite, accompagnée de 5 autres personnes, en pèlerinage jusqu’au sanctuaire de Chimayô (Nouveau-Mexique). Son expérience de pélerine lui présente la marche sous un angle nouveau. En effet, même si le pèlerinage et la randonnée ont cela en commun de mettre en relation symbiotique le voyage et la destination, le pèlerin marche tout de même vers un but spirituel atteignable qu’au prix du dur labeur et de la privation. Cette marche se présente alors pour l’autrice comme un moment relativement désagréable car elle est sans cesse obligée d’adapter sa vitesse à celle de ses compagnons et leurs humeurs.  Ce chemin est l’occasion pour l’autrice de nous proposer une histoire du pèlerinage à travers des exemples comme Saint-Jacques-de-Compostelle ou La Mecque ainsi que l’étude de ce qu’elle pense être l’héritage du pèlerinage. Selon elle, les marches manifestes comme la marche pour la justice de San Francisco, les marches de Martin Luther King ou de Peace Pilgrim sont les versions modernes du pèlerinage. Puis elle poursuit sur ce qu’elle pense être les premières dérives de la marche manifeste avec les cyber-marche qui ne consistent en fait qu’à signer une pétition en ligne.

Dimension symbolique de la marche

Enfin, au croisement entre les marches de l’esprit et le pèlerinage, Solnit révèle une troisième dimension de la marche, la marche symbolique. Elle prend pour cela l’exemple des chemins de croix qui consiste à reproduire pas à pas, le périple du Christ, et qui mène le disciple vers une expérience physique de l’histoire. Dans un tout autre registre, et parce que cet exemple ouvre de multiples possibilités, le labyrinthe permet d’entrer « pour de vrai » (en admettant que le réel correspond au lieu dans lequel nous nous trouvons physiquement) dans un espace hautement symbolique. Les limites deviennent floues, l’expérience nouvelle, la carte devient le territoire, le territoire notre esprit.

Cette carte mentale présente les principaux types de marche décrits par Rebecca Solnit dans la première partie de son ouvrage “l’Art de marcher” intitulé “le rythme des pensées”. Elle tente à cette occasion de retracer une histoire de la marche.

Référence bibliographique de l’ouvrage :

Solnit, Rebecca. L’Art de marcher. Actes Sud, 2002