Frédéric Gros : « La marche est un authentique exercice spirituel »

Docteur en philosophie, titulaire d’une Habilitation à Diriger les Recherches, agrégé de philosophie et ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Frédéric Gros enseigne à Sciences-po « les humanités politiques » en tant que Professeur des Universités en première année de Collège ainsi qu’en Master « théorie politique ».

Ses recherches portent sur la philosophie, de Nietzsche et Rimbaud ou bien Rousseau, mais il est en particulier spécialiste de l’œuvre de Michel Foucault, qui guide ses travaux majeurs : philosophie politique, justice,  guerre et conflits.

Est publié en 2009, un livre de Frédéric Gros intitulé Marcher, une philosophie (Carnet Nord, 2009). L’auteur y dépeint la pratique de la marche.


« Si mettre un pied devant l’autre est un jeu d’enfant, la marche est bien plus que la répétition machinale d’un geste anodin : une expérience de la liberté, un apprentissage de la lenteur, un goût de la solitude et de la rêverie, une infusion du corps dans l’espace… »

Il évoque les contradictions de la marche dans un monde aliéné aux nouvelles technologies qui recherche la vitesse et la connectivité. La marche est parfois vue comme une contrainte, parce qu’elle nécessite un effort physique et provoque de la fatigue. De plus elle est lente dans un monde où les distances se raccourcissent grâce aux progrès techniques et à la richesse, on cherche alors à s’en affranchir.

Pourtant la marche brise les codes de la société, elle permet de retirer nos masques de conformité, et laisse la liberté à chacun de se réinventer et nous met à égalité.

Vides créateurs

La marche c’est aussi une source de paradoxes philosophiques : l’éternité d’un instant, l’union du corps et de l’âme dans la patience, l’effort et le courage, la solitude peuplée de présences, le vide créateur…

Une solitude peuplée de présence.
L’éternité d’un instant

Marcher pour se transformer

L’expérience de la marche représente aussi une étape dans les travaux de penseurs. Certains déambules, et se perdent, d’autres, comme Nietzsche par exemple, marchait toujours les mêmes chemins, il ne s’est égaré qu’à deux reprises. Mais il n’empêche que certains, comme c’est le cas de Foucault, sont plus réputés pour être des « culs-en-plomb » que des marcheurs.

Qu’est ce que cela signifie alors ?

Se transformer

Pour Frédéric Gros, marcher c’est d’abord jouir de l’élémentaire : manger, boire, dormir, se reposer, retrouver le goût des choses simples. Puis, plus profondément, notre corps se transforme.

Marcher ne nous rend pas intelligent, cela nous rend disponibles à la pensée, plus féconds. Nul doute que les penseurs marcheurs valident pareil constat. De plus, dans l’environnement de la marche, la dimension du paysage est à prendre en compte, par les émotions qu’il déclenche grâce à un moyen subtil : la récompense. La récompense par la contemplation, le marcheur se récompense-t-il en observant le paysage ? Le paysage le remercie-t-il d’une intensité supérieure ? Puis la récompense par l’effort, la persévérance, le courage physique afin de parvenir à nos fins, et le sentiment de la mission accomplie.

« La marche, on n’a rien trouvé de mieux pour aller plus lentement. Pour marcher, il faut d’abord deux jambes. Le reste est vain. Aller plus vite ? Alors ne marchez pas, faites autre chose : roulez, glissez, volez. Ne marchez pas. Car marchant, il n’y a qu’une performance qui compte : l’intensité du ciel, l’éclat des paysages. Marcher n’est pas un sport. »

Marcher lentement, c’est allonger le temps.

Frédéric Gros ouvre le champ des possibles à travers la marche, marcher, c’est allonger le temps, plus on marche lentement, plus la journée est longue.

Marcher c’est redécouvrir le sens de l’horizon dans un monde où tout est à plat, labyrinthique et à l’infini : en réseau.

« On surfe, on glisse, mais on reste à la surface […] Le réseau n’a pas d’horizon. »

Marcher vers de nouveaux horizons, en laissant les masques derrière soi.

Sources :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/24/frederic-gros-philosophe-la-marche-est-un-authentique-exercice-spirituel_1540510_3232.html

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/en-marche-0

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/faut-il-se-liberer-des-contraintes-24-la-marche

Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ

 

Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon.

Hendrik Sturm est artiste marcheur, ou plutôt comme il aime se nommer «sculpteur-marcheur».
Ses études aux Beaux-Arts et sa thèse en neurobiologie lui donne une vision et une lecture très spécifique de la marche.
Aujourd’hui professeur aux Beaux-Arts de Toulon, et guide au Bureau des Guides du GR2013, il sculpte tous les paysages français périurbains, ruraux ou urbains.

Continuer la lecture de « Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon. »