Francis Alÿs: marcher dans la “Polis”

L’artiste belge Francis Alÿs a étudié l’architecture dans son pays et à Venise avant de s’installer à Mexico en 1987, où il vit et travaille actuellement. Sa production est vaste et son choix de médias est toujours différent. Il utilise la vidéo, le film, la peinture, la photographie, la performance et l’installation pour créer des œuvres d’art humoristiques et subtilement ironiques, avec un aspect social lié à l’environnement dans lequel il vit.

Francis Alÿs, The Modern Procession, 2002

L’artiste s’intéresse aux humbles, aux “rebuts” de la société, à ses composantes les moins nobles et les moins recherchées, qu’il s’agisse d’êtres humains (sans-abri, chiens errants) ou de déchets.

Parcourir la ville et se mêler à la communauté humaine est le point de départ à partir duquel Francis Alÿs peut lancer des coups de projecteurs sur nos conditions collectives modernes d’existence. À l’origine de la plupart de ses projets, de longues déambulations dans la ville au cours desquelles il produit, dans un premier temps, notes et dessins, voire collages et peintures. Ces derniers sont suivis de projets de performances, elles-mêmes donnant parfois lieu à des vidéos.

If you are a typical spectator, what you are really doing is waiting for the accident to happen
Mexico City, Mexico, 1996; 10:05 min

Continuer la lecture de « Francis Alÿs: marcher dans la “Polis” »

Frédéric Gros : “La marche est un authentique exercice spirituel”

Docteur en philosophie, titulaire d’une Habilitation à Diriger les Recherches, agrégé de philosophie et ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Frédéric Gros enseigne à Sciences-po « les humanités politiques » en tant que Professeur des Universités en première année de Collège ainsi qu’en Master « théorie politique ».

Ses recherches portent sur la philosophie, de Nietzsche et Rimbaud ou bien Rousseau, mais il est en particulier spécialiste de l’œuvre de Michel Foucault, qui guide ses travaux majeurs : philosophie politique, justice,  guerre et conflits.

Est publié en 2009, un livre de Frédéric Gros intitulé Marcher, une philosophie (Carnet Nord, 2009). L’auteur y dépeint la pratique de la marche.


« Si mettre un pied devant l’autre est un jeu d’enfant, la marche est bien plus que la répétition machinale d’un geste anodin : une expérience de la liberté, un apprentissage de la lenteur, un goût de la solitude et de la rêverie, une infusion du corps dans l’espace… »

Il évoque les contradictions de la marche dans un monde aliéné aux nouvelles technologies qui recherche la vitesse et la connectivité. La marche est parfois vue comme une contrainte, parce qu’elle nécessite un effort physique et provoque de la fatigue. De plus elle est lente dans un monde où les distances se raccourcissent grâce aux progrès techniques et à la richesse, on cherche alors à s’en affranchir.

Continuer la lecture de « Frédéric Gros : “La marche est un authentique exercice spirituel” »

Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ

 

Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon.

Hendrik Sturm est artiste marcheur, ou plutôt comme il aime se nommer «sculpteur-marcheur».
Ses études aux Beaux-Arts et sa thèse en neurobiologie lui donne une vision et une lecture très spécifique de la marche.
Aujourd’hui professeur aux Beaux-Arts de Toulon, et guide au Bureau des Guides du GR2013, il sculpte tous les paysages français périurbains, ruraux ou urbains.

Continuer la lecture de « Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon. »