Liège orbitale

Extrait de la carte Liège Orbitale

Collectif informel né en 2008 du débat et des manifestations liégeoises “Oui au tram, non à l’autoroute”, urbAgora est aujourd’hui devenue une association d’environnement régionale qui se veut de « Proposer des idées pour la ville » comme l’énonce son slogan. Ces idées concernent à la fois le débat urbain, le paysage, l’architecture ou bien encore le patrimoine.

« La ville appartient à ses habitants. Son devenir est notre affaire. C’est au nom de ce principe que l’asbl urbAgora a été créée, avec l’objectif d’être un lieu pluraliste d’abord à Liège puis, petit à petit, à une échelle plus large, en Wallonie et à Bruxelles. »1

C’est en Avril 2018, au cours du festival Avril en ville que l’association lance la randonnée d’inauguration du grand sentier Liège orbitale, sentier de 41,5 km. Conçu par la marche; la discussion citoyenne ; initié par des lectures telles que le livre London Orbital de Iain Sinclair ou encore La boucle noire de Charleroi ; ensuite cartographié puis balisé, Liège Orbitale est le fruit de plusieurs années de travail. Annoncé comme un « parcours de deux jours de randonnée […] entre Meuse et terrils »2, l’évènement attire plus de 100 curieux. Preuve de son succès et n’ayant pas pour objectif de le laisser à l’état d’ébauche ou de simple évènement ponctuel et éphémère, l’association revoit alors son sentier et sa communication. Afin de l’élargir à un public plus large, car là est l’intérêt de ce sentier, c’est-à-dire de le concevoir pour tous afin de révéler le territoire liégeois sous un nouvel angle, celui-ci se trouve être constamment renforcé à travers divers articles, des cartes à vendre, une page Facebook ou bien encore en organisant diverses randonnées thématiques. Cette notion de catégorisation/thématisation du sentier par type de marche leur est primordial puisqu’elle est le moyen de susciter l’intérêt face à des publics tous différents. Voici quelques-unes de leurs propositions, parfois précises, parfois vagues, et parfois les unes s’entremêlant avec les autres :

  • La marche à l’Histoire. Révéler un patrimoine nouveau, particulièrement le patrimoine industriel du xxe siècle, son passé minier et son activité sidérurgique ;
  • La marche dans les ZAC. Orienter le regard vers là où la ville se transforme ;
  • La randonnée urbaine. Proposer une pratique physique et sportive ;
  • La marche verte. Traverser les espaces verts ;
  • La marche aux collines. Mettre en évidence Lièges comme une ville de collines, autant naturelles qu’artificielles (les terrils).
  • La marche en famille. Prévoir des tronçons accessibles à tous ;
  • La marche en déclivité. Ne pas marcher sur du plat, jouer avec le relief liégeois ;
  • L’itinéraire piéton. Concevoir des traversées stratégiques à usage journalier ou hebdomadaire ;
  • La marche des segments oubliés. Améliorer des sentiers existants mais peu fréquentés. Réhabiliter des sentiers passés.
  • La marche en vacances. Se sentir en vacances autour de chez soi.
Collection dessinée et abstraite des types de marche identifiées pour le sentier Liège Orbitale

Afin d’en savoir plus :

1 https://urbagora.be/
2 https://avrilenville.be/fr/2018/
https://www.liegeorbitale.be/

Le Bureau des Guides du GR2013

« Marcher ensemble sur le territoire métropolitain pour observer, explorer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter. »

Le bureau des guides est une association qui propose de découvrir et d’arpenter le sentier métropolitain du GR2013 autour de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Ce sentier de grande randonnée arpente les zones périurbaines de la métropole et propose un voyage autour de la mer de Berre et du massif de l’Étoile. Ce tracé d’environ 365 kilomètres a vu le jour en 2013 pour accompagner la série d’évènements de Marseille-Provence 2013, à l’occasion du titre de capitale européenne de la culture. Ce tracé a été initié en 2010 par Baptiste Lanaspeze (aujourd’hui membre du bureau des guides) dans le cadre d’une mission d’« éditorialisation de la programmation artistique » commanditée par Marseille-Provence 2013. Le sentier est finalisé en 2012 et le balisage posé en mars 2013. Si ce sentier a pu voir le jour en si peu de temps, c’est parce qu’il reprend des itinéraires de randonnée déjà existants, notamment les GR98, GR6, GR653A et GR51.  

Tracé du GR2013

Le bureau des guides s’occupe aujourd’hui de poursuivre et de développer l’aventure du GR2013. L’association regroupe les initiateur.ice.s du tracé qui cherchent à explorer les dimensions artistiques et culturelles du sentier et de la pratique de la marche à travers divers évènements.

Ils.elles sont associé.e.s avec des artistes-marcheur.euse.s qui proposent des balades le long du sentier autour de différentes thématiques. Il peut s’agir d’exploration sonores, de balades gustatives, de promenades sur les traces d’un artiste disparu, de voyages autour de l’histoire des villes et du paysage… Le bureau des guides propose également des conférences, des expositions, des performances artistiques et bien d’autres évènements autour de la marche et du territoire. Ils.elles veillent aussi à l’(a)ménagement du sentier et de ses abords.

L’idée, c’est de réfléchir ensemble au territoire dans lequel ils.elles vivent, aux usages, aux aménagements à venir, de partager leurs connaissances et leurs ressentis.

Voyage pédagogique depuis Port-de-Bouc jusqu’à St-Chamas pour les étudiant.e.s de l’ENSAM – Image issue du site du Bureau des Guides (Benjamin Béchet, 2018)

Toutes ces expériences sont retranscrites sur leurs site internet. On y trouve une multitude de manières de concevoir le territoire, de dessins, de photographies, de cartographies, de ressources documentaires, d’écrits… Ces travaux permettent de réfléchir à comment raconter un territoire, comment le transmettre, comment l’instruire et le représenter.

Ces explorations poétiques et scientifiques constituent aussi un immense hommage au site et au territoire provençal. Ne les ratez pas, elles sont disponibles ici :  https://www.gr2013.fr/

(1) Image de couverture issue du site du Bureau des Guides

 

Marche dans les angles morts adolescents

« L’adolescence est l’épreuve de l’autonomie par la capacité, acquise ou conquise, d’élaborer individuellement et collectivement un monde à soi hors des lieux imposés de l’enfance. La ville permet de franchir cette épreuve. »

(Joël Zaffran. 2016. La ville des enfants et des adolescents. Les Annales de la recherche urbaine. n°111.)

Imaginer le sentier d’un adolescent c’est tenter d’arpenter ses premiers pas autonomes liés à son émancipation. La mobilité et l’espace où celle-ci est mise en place devient primordial dans la construction de soi. Les adolescents s’aventurent alors dans la ville et en dehors, dans l’objectif d’échapper au contrôle parental ou institutionnel. Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ». Cette démarche est celle d’un groupe, à l’épreuve d’une sociabilité qui prime dans ces espaces appropriés « avec ». Se laissant porter par le groupe, l’improvisation est souvent de mise, donnant lieu au plaisir de la découverte et à la construction de leurs propres expériences.

Il s’agit souvent pour les adolescents d’occuper l’espace en mouvement. Les différentes activités sportives et de loisirs deviennent les instruments de la mise en place de leur présence en ville. Jouant constamment avec l’architecture qui l’entoure (le dessous, le caché, le dessus, le plus haut, le dedans, le couvert), les adolescents sont des explorateurs curieux, obstinés, sans limite.

A cette image, il s’agit d’arpenter la ville dans ses recoins, ses détours, ses retours, ses espaces cachés, ses « espaces à nous », où les adolescents construisent ensemble leur propre marquage dans la ville et la société.

Allégorie du sentier adolescent
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search