Marche collective préparée par les étudiant·e·s, 25 mars 2021 : la parole aux marcheurs·seuses

Récit de la seconde marche du studio, le jeudi 25 mars 2021. Son tracé a fait l’objet d’une répartition en tronçons imaginés par différents groupes. Résultat : six tronçons assemblés, de l’aéroport jusqu’au centre de Bouguenais, en passant par des bourgs et paysages agricoles et naturels.

Nous nous retrouvons petit à petit à la station de tramway Pirmil dans l’attente du bus qui nous rapprochera de l’aéroport, notre première zone à explorer. Le soleil de ce jour nous réjouit et apporte une chaleur qui annonce une belle journée de marche. Nous prenons alors le bus, observons les montées et descentes des passagers avec attention. Nous descendons à l’arrêt La Noue où nous prenons quelques minutes afin d’objectiver les attendus de la marche et de chaque tronçon tracé par les groupes d’étudiant·e·s.

Premier tronçon : des pistes de l’aéroport au bourg de Saint-Aignan de Grand Lieu

Nous traversons alors une zone pavillonnaire en silence, pour rapidement arriver sur une petite route de campagne scellée de chaque côté par de grands portails et des kilomètres de grillage. Nous comprenons rapidement que nous avons atteint la partie sud des pistes de l’aéroport. « Aérodrome Nantes Atlantique accès interdit au public sous peine de poursuites ». Notre œil se tourne fixement vers le haut de la tour Bretagne que nous apercevons au loin, nous faisant prendre conscience de la distance à laquelle nous nous trouvons. Par la suite, les champs de vignes et un bois déclinent différentes séquences. Notre chemin se poursuit en suivant le GR du pays nantais, s’enfonçant alors dans les bois et entrant presque au cœur d’une écurie. Le bourg de Saint-Aignan ne se fait plus très loin. Nous prenons conscience du nombre de pancartes contre les nuisances de l’aéroport tout juste avant d’entendre et d’apercevoir un avion planer au-dessus de nos têtes. Le bruit aérien passant, le calme reprend vite le pas dans la direction de l’église où nous faisons un premier arrêt marquant la fin du premier tronçon. Un exercice guidera chacune de nos haltes : chacun prononce une phrase symbolisant son parcours qui sera enregistrée par un téléphone.

Portail et grillage qui donnent sur les pistes sud de l’aéroport de chaque côté de notre route, laissant une vue lointaine vers la ville d’un côté, et le paysage naturel de l’autre. Cliché de l’auteure

Plaine d’atterrissage, sur la piste du bruit nous étions. 
L’aéroport forme une ligne séparatrice. 
Plus les mobilités sont rapides, plus elles font du bruit. 
À quoi ressemble une personne qui marche ? 
Le cheval de l’autre côté de la clôture retourne le regard des passants. 
(son de cloches) 
À l’Ermitage, un H et un Q qui tout seuls ne font pas sens. 
Différents séquençages rythment le parcours. 
Triple barrière et no-man’s land. 
Cette dame qui nous salue à sa fenêtre aux volets roses. 
Le soleil perce entre les arbres du bois. 
On dirait le Sud. 
Lorsque la sérénité et le bruit se rencontrent. 
Le champ des oiseaux ambiance notre marche. 
(son de cloche) 
Dépôt vente, enfants à côté d’une école.
(suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Deuxième tronçon : au plus près du lac de Grand-Lieu

Nous reprenons notre marche. Le silence qui s’était imposé devient difficile à tenir maintenant que nous sommes bien réveillés. Nous retrouvons à nouveau le GR du pays nantais qui longe le lac de Grand-Lieu. Un objectif s’immisce dans nos têtes : réussir à apercevoir ce lac si caché. Sur notre gauche, un long chemin se dévoile en direction de l’eau. L’arrivée devant le lac laisse place à un arrêt et un long silence marquant. Nous rebroussons chemin puis tentons une découverte derrière un portail posé là, sans grillage autour. Le caractère privé étant difficile à déceler, nous nous y aventurons, mais on nous fait rapidement comprendre que nous n’étions pas les bienvenus. « Vous n’avez pas vu la barrière ? Heureusement pour vous qu’un seul chien est sorti. » Quelque peu abasourdis par l’agressivité de l’échange, un demi-tour s’impose. Nous nous arrêtons alors au milieu de ce chemin pour marquer une pause face à cet évènement déstabilisateur.

Portail faisant irruption sur notre chemin, nous laissant perplexe quant à l’aspect privé ou public de la route filant derrière. Alors nous passons sur les côtés pour découvrir. Cliché de l’auteure

Ouest-France :  ils attaquent à l’explosif.
Presse Océan : le retour du pique-nique. 
Les conversations qui s’arrêtent quand s’ouvre l’horizon. 
Sur le chemin, l’absence de végétation au loin laisse deviner la proximité du lac. 
De l’autre côté c’est l’Amérique. 
La diversité des oiseaux dans la zone du lac de Grand-Lieu amène une ambiance de Camargue dans la métropole nantaise. 
« Oui c’est mon jardin, s’exclama-t-elle, au moins 20 hectares de terrain ! » 
Des maisons avec jardin ou des jardins avec maison ? 
Le soleil semble inconsciemment guider nos pas. 
Une rencontre assez explosive. 
Roche affleurante et à fleur d’eau. 
Vous ne passerez pas. 
Sidération face à cette barrière humaine infranchissable. 
Entre humidité et sécheresse. 
« Allez viens Guimauve, viens ici ! » (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Troisième tronçon : retour à la ville, bourg de Bouaye

La marche se poursuit avec deux autres guides muni·e·s des cartes. Suivant le GR, nous tentons de nous en défaire avec quelques incursions non fructueuses pour se rapprocher du lac. L’eau devient notre objectif comme notre principal obstacle. Lassé·e·s par le GR, nous préférons nous diriger vers une zone pavillonnaire où nos regards se laissent porter de jardin en jardin. L’envie se fait ressentir de tenter une nouvelle excursion « hors des sentiers battus ». Un portail fait encore une fois face à nous : une étudiante part alors en mission Stalker. S’y dévoile un espace intéressant mais difficile à traverser par le nombre de marcheurs et marcheuses que nous étions. Un voisin nous informe que ce portail est souvent ouvert par le propriétaire, mais suite à quelques vols il apparaît parfois fermé. Finalement, nous atteignons le centre de Bouaye après avoir traversé la voie ferrée sur laquelle nous avons pu observer un train s’élancer. La faim se fait ressentir, une pause s’impose alors devant l’église de Bouaye, d’une architecture bien différente de celle de Saint-Aignan de Grand Lieu.

Les clôtures sont hostiles. 
Des frottements émanent de buissons. 
Quelques scènes de vie quotidienne viennent rythmer le bourg de Bouaye. 
La maison est une économie dans ce territoire. 
Réemploie, quand la SNCF s’invite dans les jardins privés. 
Un chemin semé d’embûches. 
Une histoire de clôtures. 
Les domaines se manifestent à travers les pancartes. 
Les étendues d’habitats défilent, ce sont les seuils qui racontent la diversité des habitats agglomérés. 
Pavillon fiction. 
Privé mais accès toléré, public mais accès restreint. 
Le calme est-il sans surprise ? 
Peut-on juger une ville à son église ? (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Quatrième tronçon : à la découverte d’espaces difficilement identifiables sur la carte IGN

Les champs de vignes viennent se confondre avec les grandes serres qui s’imposent sur notre chemin. Cliché de Louise-Marie Jouault

La pause déjeuner terminée, nous commençons la seconde moitié de notre parcours. Nous traversons pour la première fois la 4 voies pour découvrir un hameau de Saint-Léger-les-Vignes nommée La Chaussérie. Étrangement, chaque rue, chemin, allée, square porte ce même nom. Rapidement sortis de ce lieu, nous entamons notre découverte, nos yeux guidés par d’énormes serres puis de grands champs de vignes. Le chemin indiqué sur la carte est difficile à percevoir tant nous sommes confrontés aux clôtures (une nouvelle fois). Trop loin pour faire demi-tour, nous nous faufilons dans les interstices. En continuant notre chemin, deux caméras pointent en notre direction, nous imposant une certaine gêne. Un deuxième obstacle surgit : encore un portail. Nous réussissons à l’ouvrir rapidement et à s’immiscer dans le bocage, où un troisième obstacle nous fait face : un grand talus infranchissable. A droite, apparaît une porte de sortie, elle aussi entravée par un quatrième obstacle : un portail. Nous nous rendons rapidement compte que nous sommes finalement dans un domaine privé et non dans l’espace public. Les frictions entre le public et le privé auront réellement pris toute la place dans nos ressentis durant la découverte de ce tronçon. Nous laissons un mot aux propriétaires s’excusant de notre traversée incongrue avant de retraverser la 4 voie pour arriver à un tri-point, une tri-frontière entre Bouaye, Saint-Aignan de Grand Lieu et Bouguenais.

S’immiscer dans les interstices du grillage pour continuer la marche. Cliché de Louise-Marie Jouault

Rien ne s’est passé comme prévu. 
Apparemment on était chez quelqu’un. 
« Oh non, encore un portail ! » 
J’ai préféré laisser un mot. 
On aperçoit des biches derrière une barrière.  
Sous surveillance. 
Mal au genou. 
L’eau et les serres m’éblouissent. 
On est tracé, des caméras partout. 
« Je pense qu’on peut tenter de passer par là » 
Le son de 4 voies, guide dans l’espace ou pas. 
C’était une aventure. 
Sentiers sans frontières. 
Passons par-dessous. (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Cinquième tronçon : entre zones pavillonnaires ; arrivée au moment crucial de notre marche

La suite de la marche s’effectue d’un pas rapide car nous devons rejoindre l’autre groupe dans trente minutes à plusieurs kilomètres de là. Nous traversons une zone pavillonnaire récente où de nombreux jeunes sont présents. Une autre zone pavillonnaire se consomme sous nos yeux. Elle apparaît bien différente, composée de petites maisons de villes mitoyennes à l’architecture nouvelle. Nous rejoignons rapidement une route principalement dédiée aux voitures qui se fait assez longue, avant d’apercevoir au loin un autre groupe : ce sont nos camarades ! Nous voilà réunis hasardeusement à l’Espérance. Heureux de nous rencontrer enfin ensemble, nous nous présentons tour à tour et discutons. Notre présence se fait plus importante dans l’espace public. Nous continuons notre marche ensemble en espérant trouver un lieu plus intime où nous pourrons échanger plus longuement. Le silence n’est définitivement plus de mise. Quelques étudiant·e·s s’invitent avec des micros afin d’enregistrer l’espace sonore du paysage et celui que nous créons. Finalement, nous apercevons dans un petit bois une cabane ou du moins des modules construits en bois nous rappelant notre enfance. Nous prenons place ici le temps de 45 minutes de partage de nos expériences, ressentis, éléments troublants, agréables qui ont guidé nos marches respectives.

Sixième et dernier tronçon : retour au bourg, arrivée à Bouguenais

Le grand groupe que nous formons reprend le rythme de la marche. Nous semblons nous étaler de plus en plus dans l’espace tant nous sommes nombreux. Les discussions sont toujours aussi vives, rendant la perception de l’espace plus difficile, mais celle de notre présence plus active. Nous traversons différents panoramas : un bois, un château d’eau, la 4 voies, puis le retour entre les arbres ; avant de retrouver la carrière que la moitié d’entre nous avions déjà aperçue lors de notre première marche collective. La fatigue commence à prendre le pas chez certain, nous obligeant à réexaminer la suite de notre parcours qui devait se poursuivre un peu plus loin que Bouguenais, jusqu’à Port-Lavigne. En traversant la 4 voies, nous apercevons un avion décollant de l’aéroport, nous ramenant immédiatement au début de notre marche. Nous entrons alors dans le bourg de Bouguenais, marchons près des maisons, d’un complexe sportif puis d’un cimetière avant de s’arrêter définitivement à l’église pour faire un point sur les objectifs de notre option Grands Sentiers. Notre groupe d’une vingtaine de personnes s’assoit alors en rond et écoute attentivement Anne Bossé. L’heure sonne : 19h, il est temps de rentrer chacun chez soi et se reposer après ces 26 km de marche.

Marche collective préparée par les étudiant·e·s, 25 mars 2021 : les marcheurs·euses ont des oreilles

Cette marche a été dessinée et menée par quatre groupes d’étudiant·e·s. Chaque groupe a au préalable étudié un sentier, avec parfois des protocoles à suivre, pour explorer la zone Sud-Ouest de la métropole. De plus, cette fois-ci, une partie des marcheurs·seuses avaient à disposition des outils pour capter du son et étaient concentré·e·s sur un aspect sensoriel. Le sentier parcouru démarre de la gare de Saint-Mars-de-Coutais, d’où nous partons à 8h30, et se termine à Bouguenais, avec entre temps la rencontre du second groupe du studio.

Notre marche démarre par une demi heure de train qui, de Gare Sud à Saint-Mars-de-Coutais, nous offre divers panoramas. Une fois sur place, la gare est en pleine campagne, à proximité d’un parking où nous nous installons. Nous faisons un point sur les consignes du jour et chacun expose ses attentes ou ses questions vis à vis de la journée. Aujourd’hui, Julia Vallvé de Atelier Java se joint à nous pour nous accompagner dans la captation sonore. Après un temps de prise en main du matériel, nous démarrons en traversant Saint-Mars-de-Coutais. Nous passons le long de routes de campagne, nous marchons à côté du fossé entre des bords densément boisés et les voitures. Ensuite nous longeons des maisons résidentielles blanches, passons par une zone de travaux, et la captation du son suit son cours. Notre groupe se disperse car chacun a à cœur de découvrir et de faire état de situation de « trouble », situation qui suscite notre intérêt ou notre curiosité. Une fois sortis du bourg, nous tentons de réunifier le groupe afin de rétablir une dynamique collective. Nous échangeons et continuons de chercher, glaner, au milieu des paysages qui sont devenus plus vastes et aérés. Peu de temps après, nous commençons à longer le Lac de Grand-Lieu et sa réserve naturelle. Nous faisons face pendant un long moment à un paysage d’eau. L’horizon est lointain et l’on aperçoit au loin Passay ou encore Saint-Aignan-de-Grandlieu. Lorsque le sentier s’y prête, nous nous rapprochons un peu plus du lac pour nous y arrêter et prendre le temps de s’imprégner de l’atmosphère du lieu. La situation est ici bien particulière, le ciel est dégagé et le soleil tape fort sur l’eau. Ainsi la vision du groupe est troublée car l’on peut voir la réserve, sans vraiment en apprécier les détails. Pourtant chacun est marqué par le moment et essaye de trouver ce qui est à l’origine de ce sentiment.

« Si on devait faire un dessin, il n’y aurait rien à dessiner, si ce n’est la pointe du clocher que l’on voit en face » remarque Lisa.
« Oui enfin, il y a peut être les reflets de l’eau, ou encore le végétal à montrer non ? »
propose Hugo.
« Oui mais en soit on voit vraiment que de la lumière et la tache noir du clocher »
lui répond Lisa

Après un long moment de contemplation, notre équipe repart en abandonnant la conduite de la marche et la carte, au second groupe. L’heure tourne et cette longue pause nous met en retard, nous essayons alors d’accélérer le pas. Un protocole se met en place afin de restituer des regards croisés sur une même situation. Une personne à la photo, une au dessin, une à l’écriture, une au son. Par groupe de quatre, nous revisitons l’exercice du panorama de la précédente marche, en multipliant les médiums. Lorsqu’une personne croise une situation troublante, elle fait signe aux autres qui s’arrêtent et captent le moment. Un premier arrêt s’effectue lors de notre entrée dans une prairie clôturée que nous avons décidée de traverser. Roxane fait signe « On a là une vaste prairie, on pourrait imaginer un espace idéal pour des événements ou des fêtes ». Elle et ses trois partenaires se détachent du groupe et prennent le temps de s’imprégner du lieu. Notre groupe continue sa marche en direction de la Noé, un petit hameau. Peu avant d’y arriver, nous nous laissons surprendre par une série de détails troublants. Le paysage n’a presque plus d’allure naturelle ou sauvage. Il y a toujours beaucoup de végétaux, un grand point d’eau, mais tout semble clôturé et réglé au centimètre près. Même l’accès au lac est bloqué, physiquement et visuellement. Une grille barre le passage et un mur de végétaux bloque la vue. Nous lançons la discussion à ce sujet.

« C’est curieux, avant d’arriver aussi proche du lac, je ne l’avais pas aperçu à cause de toute la végétation » observe une étudiante.
« Il faut savoir qu’un point d’eau comme celui-là est en fait contrôlé et régulé . En fonction de cette régulation, de nombreux métiers perdent ou gagnent de manière plus ou moins directe », ajoute Frédéric.

La marche se poursuit, nous nous arrêtons sur une structure légère en bois. Il fait chaud, l’endroit est propre et accueillant, le repas peut se faire à même le sol. Nous profitons de cette parenthèse pour discuter de l’après-midi et nous reposer. Puis nous poursuivons jusqu’à Bouaye où une troisième équipe prend le relais avec la carte. L’heure du rendez-vous de quinze heures trente est encore loin, nous nous permettons un rythme plus souple pour profiter de l’intrigant chemin que nous empruntons. Nous traversons Bouaye par le cimetière en longeant le mur anti-bruit. Nous sommes en contrebas et nous marchons perdu·e·s dans une végétation dense. Pourtant les bruits de voitures sont très proches. Le paysage est quelque peu OVNI, il y a un béton armé tagué, des déchets, une clôture, un ruisseau et de hauts arbres. Nous continuons dans le silence jusqu’à remonter au niveau des habitations. Nous longeons un lotissement, puis nous cherchons nos repères. Notre groupe se trouve face à un imprévu, une traversée de champ n’est visiblement pas possible. À l’aide de la carte et de ce que nous apercevons à l’horizon, nous trouvons un compromis et choisissons d’escalader une barrière. Nous continuons jusqu’à un moulin qui avait été pointé lors du tracé du sentier et faisons une autre escale à Bouaye. L’heure de rencontrer le second groupe se rapproche et visiblement nous avons de l’avance. Au point de jonction, nous retrouvons l’autre groupe, et faisons les présentations de chacun et chacune. Nous nous éloignons du hameau dans lequel nous nous trouvons afin de trouver un lieu en recul, afin d’y faire débat et d’échanger sur nos journées respective. C’est un moment de partage, nous sommes à l’ombre derrière des arbres, dans un bosquet, assis, et les péripéties de la journées refont surface dans les discussions. Le dernier groupe qui nous guidera jusqu’à Bouguenais se prépare et nous nous remettons en marche. Le nombre de marcheurs/euses a maintenant doublé, tout le monde s’est dispersé en petits groupes et les échanges ce poursuivent. Nous arpentons principalement des paysages de champs avec une vue large sur l’horizon. Puis nous nous immergeons dans le végétal. À notre gauche, un talus, recouvert d’une grande densité de plantes, et à notre droite s’enchaînent les arbres, et parfois quelques jardins. Avant la dernière étape de Bouguenais, nous décidons de faire une escale à la carrière pour en observer le vertigineux panorama. Nous reprenons et finissons journée sur la place de l’église à Bouguenais.

Le moment d’échange entre les deux groupes de marche.

 

Marche collective avec Ariane Wilson, 11 mars 2021 : de la noue à la Montagne

Première marche du studio avec Ariane Wilson, maîtresse de conférence et architecte-marcheuse, enseignante à l’école d’architecture de Strasbourg. De la noue à la Montagne.

7h55/ CHU Hôtel-Dieu
Le périple commence dans ce bus Aléop qui, aujourd’hui, prend des allures de car de sorties scolaires tant la quasi-totalité du groupe s’y est retrouvée.

8h17/ Nœud 0 : mise au point à La Tournelle, Pont Saint-Martin
Le ciel est gris, la pluie légère. Abrité·e·s sous l’arrêt de bus La Tournelle nous écoutons Ariane Wilson décrire le contenu de la journée. Ce matin, nous marcherons avec l’inspiration de la noue, figure récurrente du secteur. Et comme un écho toponymique, nous irons toute la journée de nœuds en nœuds. Ariane développe son interprétation du secteur Sud-Ouest, appréhendée selon elle comme entité administrative : le pôle de proximité métropolitain Sud-Ouest. Munie d’une carte rigide de ce pôle, elle nous révèle le territoire sous un angle nouveau : maintenant désolidarisé du grand Nantes, il devient entité à part entière. La curiosité est attisée, nous avons hâte de partir à la découverte de ces terres inconnues.

Le départ officiel de la marche : point le plus oriental du pôle de proximité Sud-Ouest.

8h35 / transect 1 : marche silencieuse sous le signe de l’écoulement
Cette première heure de marche se fait silencieusement. Direction le Nord. Après avoir franchi le pont qui enjambe le périphérique, nous arrivons face à une allée bordée d’arbres. Les regards des débuts de matinées sont vifs. Le silence est tenu : le sifflement du vent, les pas sur la boue, le craquement des branches, le crissement des feuilles se laissent entendre. Quelques centaines de mètres plus loin, le ruisseau de la Jaguère se révèle, nous le longeons au plus près avant de s’en détacher pour d’autres vues. Les paysages se succèdent : zone pavillonnaire aux tuiles oranges caractéristiques du Sud de la Loire, voie rapide effrayante, bosquets et autres paysages réputés naturels reposants. Le premier nœud est vite atteint.

Justine, durant le premier transect silencieux, a noté 100 observations.

10h20/ Nœud 1 : au dessus du périphérique
Le premier arrêt se fait au-dessus du pont de la rue Jean-Baptiste Clément qui traverse la E3. Ce nœud est l’occasion d’une courte pause, le temps de noter tout ce que l’on retient de cette première marche. Nous débriefons ensuite rapidement cette expérience grâce à quelques exercices rapides que l’on reproduira quasi systématiquement à chaque nœud :
1-Choisissez trois mots pour décrire cette marche. On entendra : boue, humide, tuile, pavillon, déchets, …
2-Qu’a provoqué le silence ? Romane répond qu’il permet d’exacerber les bruits alentours. Louise-Marie ajoute que les contrastes sonores sont plus marqués.
3-Comment avez-vous senti l’écoulement ? En vrac, les réponses se succèdent : c’est l’écoulement du temps, de l’eau aussi, de la pluie, de l’électricité, de nos corps…
4-Nous nous mettons ensuite en cercle et dessinons ce que nous voyons de façon à produire un panorama complet :

10h35/ Transect 2 : séquence topographique
Nous traversons le pont, 1er franchissement qui va être suivi de nombreux autres. Franchissement de la voie rapide, la voie ferrée, la voie de tram, d’une passerelle sur un étang, d’une bambouseraie, franchissement même des clôtures et des interdits.

Mais revenons au départ de ce second transect. La voie rapide se trouve à notre droite, à gauche une zone protégée, sur nos têtes des lignes à haute tension, en face une ligne de voie ferrée, un TGV défile sous nos yeux.

Dès lors, les indices de la présence d’une carrière se dévoilent, de plus en plus intriguant … Curieux, le message « Danger, entrée interdite carrière » nous dissuade de l’idée de l’apercevoir. Nous continuons alors et entrons dans Bouguenais par le quartier des Couëts. Les pavillons bien rangés nous font oublier quelques instant la carrière, mais de retour au niveau de la voie rapide, un passage bien dissimulé, à quelques pas, donne à Ariane l’envie de jeter un coup d’œil dans cette direction.

Improvisation 1 : la carrière
Nous empruntons alors une passerelle en bois jetée sur un étang d’eau stagnante puis nous arrivons au cœur  d’une bambouseraie ; sa traversée procure une expérience incroyable, comme si à l’intérieur de ce microcosme le son était contenu d’une façon bien particulière. Nous continuons le chemin en direction d’une clairière depuis laquelle on aperçoit le pont de Cheviré. Enfin, à la vue d’une clôture qui semble tout à fait franchissable, l’envie nous prend de jouer les Stalker. Un petit groupe passe par-dessus la clôture et après quelques mètres, l’incroyable carrière se présente à nous. Moment magique partagé entre quelques personnes du groupe.

Nous rebroussons chemin et reprenons la voie rapide que nous longeons en toute sécurité sur une piste cyclable. À notre gauche, un défilé de scènes étonnantes : panneau « Carrière des Pointreaux : ici nous acceptons vos déblais et gravats », des préservatifs (neufs), des pylônes électriques posés sur le ruisseau de Bougon …

Nous avons également pris soin de ramasser un objet que nous révélons à l’occasion du second arrêt.

12h10/ Nœud 2 : l’échangeur
Le second arrêt se fait sur la piste cyclable. Les voitures sont à quelque mètres seulement. Nous disposons alors géographiquement nos objets : coquille d’escargot, pierre, fleur, feuille de plantin, mousse, branche, boitier électrique et entre autres objets humains non-identifiés. Cette disposition, explique Ariane, dit beaucoup de notre parcours : les degrés d’attention en fonction du chemin, des éventuelles pauses également …

Ariane ajoute, « cette séquence du trajet était sous le thème de la topographie ». Et nous l’avons senti ! Pour la suite cependant, nous quittons la logique de la noue pour d’autres explorations…

12h30/ Transect 3
Nous continuons quelque peu sur la piste cyclable. Les murs anti-bruit qui s’effritent annoncent le léger détour. Le paysage se fait bucolique, même si, rythmé par les déchets. Dans les prairies, les chevaux nous observent, les barbelés nous mettent à distance.

13h30/ Nœud 3 (improvisé) :le pont jaune et la carrière
Très vite, nous retrouvons la voie rapide et un très beau pont jaune nous donne l’envie d’improviser un arrêt . Près du pont, nous commençons les dessins du panorama ; à gauche les abords d’une nouvelle carrière, à droite la voie rapide vue d’en haut, avec ces jonctions et bifurcations multiples.


Après cette courte séquence nous partons en quête d’un lieu pour déjeuner. Nous nous arrêtons alors à proximité de la seconde carrière, cachée pourtant par une haie fournie. Nous prenons place autour d’une structure en béton, peut-être bien des toilettes à en croire les inscriptions à sa surface : « suce » « bite » « nique » …

14h20/ transect 4: rencontres et frontières
Après le repas, le chemin se fait moins silencieux. Nous entrons dans la Ville aux Denis dans laquelle nous faisons la rencontre d’un habitant. Il coule une chape dans son jardin. La discussion s’engage :
« – Vous êtes de touristes ?
-Non des étudiant·e·s en école d’architecture »

L’habitant poursuit et, en quelques instants, il nous dresse son parcours scolaire et son parcours d’immigration. Il ajoute quelques informations concernant les carrières aux allures de revendications écologiques. Plus loin, c’est une rencontre d’un tout autre genre : celle de petits nains de jardins et autres décorations d’extérieur, mises en scène pour les passant·e·s.

15h30/ Nœud 4 : point de trois frontières.
Une allée arborée nous mène vers le quatrième nœud, point des trois frontières entre Bouaye, Bouguenais et Saint-Aignan-Grand-Lieu. De prime abord, rien ne nous indique que nous nous trouvons sur une frontière, mais à y regarder de plus près, quelques indices se présentent : arrêt d’une ligne électrique, paysage très différent aux trois pôles, naturel d’un côté, industriel de l’autre, les réseaux d’évacuation sont également des marqueurs.

15h45/ Transect 5 : de surprises en surprises
La suite du chemin se fait dans la direction de Bouaye, elle est marquée par un paysage industriel et leurs tables de pique-niques si intrigantes. Après notre passage à proximité du service des phares et balises, nous arrivons face au laboratoire des ponts et chaussées, l’IFSTTAR. Le drapeau français et européens se dressent fièrement, et nous indiquent ce que l’architecture exprime difficilement, ici nous sommes dans un haut lieu du savoir. L’accueil est froid. L’appréhension du lieu et ces alentours difficiles. Nous rebroussons chemin, les objets incongrus se succèdent sur le retour : maillot de foot abandonné, tas d’ardoises, déchets en tout genre … Jusqu’à notre arrivée face à l’objet le plus étonnant de cette section …

Improvisation 2 : Urbex et jetons de poker
Il s’agit d’un grand bâtiment abandonné, non signalé sur la carte, à l’état de ruine, il nous réserve bien des surprises. Le béton brut et recouvert de tags et graffitis en tout genre. En y pénétrant, les pièces su succèdent jusqu’à l’arrivée dans une pièce gigantesque. Le mur rythmé d’ouvertures allongées et au sol de nombreux jetons de poker…

Suite et dernière ligne droite
La suite et fin de la balade se fait plus calme alors que la fatigue commence à se faire sentir dans le groupe. Sur la grande section direction nord que nous empruntons, le paysage se fait de plus en plus rural : prairies, fermes, allées arborées, petits ruisseaux, parcelles de vignes … se succèdent et parfois, se répètent. Quelquefois tout de même, nous passons dans un petit quartier pavillonnaire que vite nous quittons.

18h00/ Nœud final : arrivée à la Montage
Mais ce calme ne saurait durer, la dernière section jusqu’au point final nous fait longer la route le long de la barrière, un fossé à notre gauche, ne laissant que quelques centimètres à nos pieds pour avancer.
Nous réussissons à atteindre la Montagne mais le couvre-feu et la fatigue ont raison de nous, nous devons nous arrêter à quelques mètres du barycentre de gravité du pôle de proximité Sud-Ouest.

Marche collective avec Ariane Wilson, second jour, 12 mars 2021 : suivre les limites, de la Montagne aux îles

Deuxième marche avec Ariane Wilson, maîtresse de conférence et architecte-marcheuse, enseignante à l’école d’architecture de Strasbourg.
Suivre les limites.

Vendredi 12 mars, 8h30, arrêt  « La Montagne », ligne E8, à La Montagne.
Un premier kilomètre et un premier arrêt, il se met à pleuvoir. Nous apprenons le thème de la journée : « De la Montagne aux îles ». L’objectif est aussi énoncé : marcher « en coupe », d’abord Nord/Sud, enfin Est/Ouest.

Nous marchons vers le Nord silencieusement, en direction de la Loire, la pluie cesse. Le début du chemin est abrupt, mais bref, une descente de La Montagne (ville), à 39 mètres au dessus du niveau de la mer, par une sorte de bosquet, puis tout devient plat, une vieille route cahoteuse et rectiligne, bordée de platanes se dessine. Au bout, une vieille église et une usine, avec d’anciens logements ouvriers toujours habités. Nous virons à droite, puis arrivons face à la Loire. Le bac est en face. Attente … Il arrive, nous montons. Le bac repart. Nul bruit ne fait surface si ce n’est celui des moteurs.

 « Sur le bateau, j’ai fermé les yeux et oublié tout l’environnement autour de moi, la seule chose que j’entendais, c’était le bruit des moteurs qui me faisait vibrer. »
Chloé.

De l’autre côté, pas de descente, un trajet retour.

Puis nous repartons, toujours en silence, mais un silence perturbé par le vent. L’usine, une médiathèque, du trafic routier, des voitures, des poids lourds et même quelques joggeurs.

Nous nous arrêtons sur un pont, il se met à pleuvoir de nouveau. Nous repartons en direction de La Montagne, l’averse est passée grâce au vent omniprésent. Un virage à gauche, la pente est clairement positive, virage à droite, ça redescend, jusqu’au Bois des fous où coule un ruisseau. Deux hommes au loin discutent et nous observent curieusement, l’un sillonne le bois avec un détecteur de métaux, qu’y a-t-il d’enfoui qui mérite pareille frénésie ?

À la sortie du bois, le groupe suit la D64 vers le Sud. La route est bordée de maisons individuelles, puis des panneaux de signalisation d’entrée/sortie nous indiquent la fin des bourgs. Des bourgs ? En effet nous nous pensions à La Montagne, mais il s’avère en fait que la D64 est une limite communale entre La Montagne et Saint-Jean-de-Boiseau, ce qui signifie que nous avons longé cette limite et non traversé La Montagne comme nous pensions le faire.

Le panneau annonçant l’entrée de La Montagne à droite de l’image, et celui annonçant l’entrée de Saint-Jean-de-Boiseau un peu plus loin, à gauche de l’image, la route est une limite communale.
Au centre, Ariane Wilson qui marche vers nous.

Le groupe arrive à un carrefour, entre la D64 et le route du bois de Bougon. Une troisième averse vient nous rafraîchir, mêlée au vent qui vient du Sud-Ouest. Un calvaire est là, dans une cour, devant ce qui ressemble à une maison. Le carrefour semble en effet être le centre du pôle Sud-Ouest de la Métropole nantaise. Qu’est-ce que cela signifie alors ? Que chaque point des limites administratives est sensiblement à la même distance de ce carrefour? Chacun s’imagine ce que ce lieu qui semble chargé d’histoire a pu représenter jusqu’à aujourd’hui, et qu’incarne alors le calvaire, au delà de la représentation religieuse :

– « Un lieu de rencontre, disent certains
Un lieu de passage, ajoutent d’autres, ces maisons en bord de route ressemblent à de vieux hôtels ou de vielles auberges, on imagine les gens s’y arrêter pour la nuit. »

C’est aussi le lieu où trois frontières communales convergent : La Montagne, Saint-Jean-de-Boiseau et Brains.

Au sud, une butte obstrue la vue, mais le son qui la chevauche jusqu’à nous laisse très facilement deviner ce qui s’y trame, des ballets incessants de véhicules motorisés. De là-haut, la vue se dégage, mais le bruit est beaucoup plus gênant qu’en contrebas.

Le chemin continue le long de la RD64 en direction de Brains. Il fait beau, c’est agréable. Dommage que le vent ne nous permette pas totalement d’en profiter. Brains est un petit village avec une école qui nous semble récente avec son bardage gris. Puis le groupe s’enfonce sur un chemin de petite randonnée vers le Sud.

Là nous « jouons » en binôme. L’un ferme les yeux, et son partenaire le guide sur le sentier. Puis dix minutes plus tard, on échange les rôles. C’est assez troublant, il faut accepter de se livrer et accorder notre confiance à son guide, là commence ce qu’on pourrait appeler le « plaisir surprise » notre odorat et notre ouïe prennent le relais, notre imagination relie les odeurs aux sons pour en créer une représentation mentale de l’environnement dans lequel nous sommes, c’est vraiment surprenant. D’autant que la notion de distance est quelque peu bouleversée, un son qui provient d’un mètre ou deux nous semble être à quelques centimètres.

Nous arrivons dans le hameau du Grand Pesle (Pesle ou pêle, du latin pessulus qui signifie verrou, pourquoi ce lieu s’appelle-t-il ainsi ? ) et nous attardons quelque peu sur une borne pompier, des plaques de regard en fonte et des bouches à clé. Ces témoins d’une histoire à laquelle on ne prête que peu d’attention au quotidien, mais qui ont tant à raconter : de de son origine, de la fabrication à la méthode d’approvisionnement de l’eau, un véritable réseau souterrain mais aussi ignoré de nous.

Nous continuons sur la limite administrative entre la métropole nantaise et le Pays de Retz, les poubelles d’un côté ou l’autre de la ville n’obéissent pas à la même autorité. Nous arrivons au Port Hamoneau, face à l’Acheneau, et aux vastes étendues inondées des marais longs et fauchés, habités de grues, de cigognes et d’autres volatiles dont nous ignorons les noms. On s’y arrête pour dessiner et il se remet à pleuvoir, encore, c’est assez démoralisant, d’autant que la faim tiraille nos estomacs après ces premiers kilomètres. L’averse passe, nous terminons nos dessins et décidons de déjeuner sur un petit ponton en bois qui domine la rivière. Puis une nouvelle averse vient perturber et écourter notre pause.

Un chemin s’enfonce vers le Nord le long de l’Acheneau, nous le prenons, mais deux cents mètres plus loin, le niveau de l’eau nous contraint à rebrousser chemin. Nous essayons de couper à travers champs, sans succès. Nous revenons alors au Grand Pesle et mettons le cap vers l’écluse de la Martinière, au Pellerin, au Nord-Ouest de notre position. Nous continuons notre chemin un peu plus rapidement désormais, nous commençons à courir après le temps dans le but de réussir à atteindre notre objectif, mais les premiers signes de fatigue se font sentir dans les rangs, le prochain tronçon prend des allures d’épreuve.

Sur le chemin de L’Hermitage.
La commune du Pellerin a hérité de son nom par sa localisation : sur une route du pèlerinage vers Compostelle ?, la route de L’Hermitage tient peut-être son nom de l’accueil des pèlerins de passage.

À travers la campagne, sur des chemins de randonnée, des sentiers ou le long de la route, via des hameaux, Le Marais, Le Bignon, Le Taillis, Le Tordreau.

Nous franchissons la D723 en direction de L’Hermitage, la périphérie du Pellerin est là, nous contournons, par la Ville au Vay, Le Grand Chemin et enfin l’écluse de la Martinière.

Un long arrêt nous permet de débriefer sur la journée, puis nous repartons dans le centre du Pellerin prendre un bus pour Nantes. Un périple d’environ 26 kilomètres en dix heures environ. Une équipe fatiguée, mais fière d’avoir atteint son objectif, bravant les averses et le vent.

En piste : Une randonnée scientifique

L’Euro-métropole Lille-Kortrijk-Tournai (nommé aussi LIKOTO) est un territoire composé de grandes infrastructures telles que des autoroutes, des voies ferrées et des canaux. Souvent réputé comme un lieu pauvre en faune et flore, il en est tout autre. C’est en réalité 650 km de trame verte spontanées qui défile sous les yeux des voyageurs à grande vitesse. Une équipe de chercheurs-marcheurs, avec le soutien du ministère de l’écologie, a décidé de révéler ces abords, de les étudier et de partiellement les aménager.

Cette démarche nommée « EN PISTE » regroupe une équipe pluridisciplinaire (paysagistes, botanistes, ornithologues, architectes, urbanistes, géographes, artistes…),  sous la direction de Denis Delbaere, chercheur de paysage, paysagiste et enseignant. Elle fait suite à un premier projet nommé « EN MARGE : Paysage et biodiversité des délaissés et accotements infrastructurels de l’eurométropole LIKOTO ».  

Pour analyser ce territoire étendu, l’équipe a mis en place une réflexion pour créer différentes portions ainsi que diverses méthodes pour l’arpenter et l’observer.

Comment analyser efficacement un territoire étendu ? Méthode et graphisme inspiré des dessins de Denis Delbaere dans le rapport final EN PISTE 2018. (Production Charlotte Arca)

EN PISTE ce traduit par trois randonnées scientifiques de 60 km. En dehors de la prise de connaissance des lieux, l’enjeu a été pour Denis Delbaere de concilier les méthodes d’arpentage de chaque membre de son équipe pour arriver à une marche pluridisciplinaire. Ces trois marches, réalisées sur différentes saisons, ont donc été des expérimentations d’arpentages.

Comment concilier les méthodes de chacun ? Expérimentation de marches communes. (Production Charlotte Arca)

Après avoir testé des protocoles communs, l’équipe s’est rendu compte qu’il était très difficile pour chacun de sortir de ses habitudes, chacun restant dans ces méthodes propres à son métier. Cependant, la marche collective reste un protocole minimal, induite par le terrain, où se côtoie des moments individuels et des épreuves collectives, permettant une accumulation de recherches scientifiques mit en commun.

Cette expérience a aussi montré les effets de la marche sur le territoire, ces arpenteurs suivent une piste, mais participent aussi à sa création, sous l’effet des traces de passages qu’ils laissent au sol, de ce fait, cette dernière s’auto-légitime.

Documentations :

Piste de LIKOTO : https://la-piste-de-likoto.org/

EN MARGE_Rapport final 2008 : http://ittecop.fr/images/docman-files/docman-files/rapport-final/2008/RF_2008_En_marge.pdf

EN PISTE_Rapport final 2017-2018 : http://ittecop.fr/images/docman-files/docman-files/rapport-final/rapport-ittecop-apr-2017/2017%20EN%20PISTE%20RAPPORT.pdf

Liège orbitale

Extrait de la carte Liège Orbitale

Collectif informel né en 2008 du débat et des manifestations liégeoises “Oui au tram, non à l’autoroute”, urbAgora est aujourd’hui devenue une association d’environnement régionale qui se veut de « Proposer des idées pour la ville » comme l’énonce son slogan. Ces idées concernent à la fois le débat urbain, le paysage, l’architecture ou bien encore le patrimoine.

« La ville appartient à ses habitants. Son devenir est notre affaire. C’est au nom de ce principe que l’asbl urbAgora a été créée, avec l’objectif d’être un lieu pluraliste d’abord à Liège puis, petit à petit, à une échelle plus large, en Wallonie et à Bruxelles. »1

C’est en Avril 2018, au cours du festival Avril en ville que l’association lance la randonnée d’inauguration du grand sentier Liège orbitale, sentier de 41,5 km. Conçu par la marche; la discussion citoyenne ; initié par des lectures telles que le livre London Orbital de Iain Sinclair ou encore La boucle noire de Charleroi ; ensuite cartographié puis balisé, Liège Orbitale est le fruit de plusieurs années de travail. Annoncé comme un « parcours de deux jours de randonnée […] entre Meuse et terrils »2, l’évènement attire plus de 100 curieux. Preuve de son succès et n’ayant pas pour objectif de le laisser à l’état d’ébauche ou de simple évènement ponctuel et éphémère, l’association revoit alors son sentier et sa communication. Afin de l’élargir à un public plus large, car là est l’intérêt de ce sentier, c’est-à-dire de le concevoir pour tous afin de révéler le territoire liégeois sous un nouvel angle, celui-ci se trouve être constamment renforcé à travers divers articles, des cartes à vendre, une page Facebook ou bien encore en organisant diverses randonnées thématiques. Cette notion de catégorisation/thématisation du sentier par type de marche leur est primordial puisqu’elle est le moyen de susciter l’intérêt face à des publics tous différents. Voici quelques-unes de leurs propositions, parfois précises, parfois vagues, et parfois les unes s’entremêlant avec les autres :

  • La marche à l’Histoire. Révéler un patrimoine nouveau, particulièrement le patrimoine industriel du xxe siècle, son passé minier et son activité sidérurgique ;
  • La marche dans les ZAC. Orienter le regard vers là où la ville se transforme ;
  • La randonnée urbaine. Proposer une pratique physique et sportive ;
  • La marche verte. Traverser les espaces verts ;
  • La marche aux collines. Mettre en évidence Lièges comme une ville de collines, autant naturelles qu’artificielles (les terrils).
  • La marche en famille. Prévoir des tronçons accessibles à tous ;
  • La marche en déclivité. Ne pas marcher sur du plat, jouer avec le relief liégeois ;
  • L’itinéraire piéton. Concevoir des traversées stratégiques à usage journalier ou hebdomadaire ;
  • La marche des segments oubliés. Améliorer des sentiers existants mais peu fréquentés. Réhabiliter des sentiers passés.
  • La marche en vacances. Se sentir en vacances autour de chez soi.
Collection dessinée et abstraite des types de marche identifiées pour le sentier Liège Orbitale

Afin d’en savoir plus :

1 https://urbagora.be/
2 https://avrilenville.be/fr/2018/
https://www.liegeorbitale.be/

Marche dans les angles morts adolescents

« L’adolescence est l’épreuve de l’autonomie par la capacité, acquise ou conquise, d’élaborer individuellement et collectivement un monde à soi hors des lieux imposés de l’enfance. La ville permet de franchir cette épreuve. »

(Joël Zaffran. 2016. La ville des enfants et des adolescents. Les Annales de la recherche urbaine. n°111.)

Imaginer le sentier d’un adolescent c’est tenter d’arpenter ses premiers pas autonomes liés à son émancipation. La mobilité et l’espace où celle-ci est mise en place devient primordial dans la construction de soi. Les adolescents s’aventurent alors dans la ville et en dehors, dans l’objectif d’échapper au contrôle parental ou institutionnel. Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ». Cette démarche est celle d’un groupe, à l’épreuve d’une sociabilité qui prime dans ces espaces appropriés « avec ». Se laissant porter par le groupe, l’improvisation est souvent de mise, donnant lieu au plaisir de la découverte et à la construction de leurs propres expériences.

Il s’agit souvent pour les adolescents d’occuper l’espace en mouvement. Les différentes activités sportives et de loisirs deviennent les instruments de la mise en place de leur présence en ville. Jouant constamment avec l’architecture qui l’entoure (le dessous, le caché, le dessus, le plus haut, le dedans, le couvert), les adolescents sont des explorateurs curieux, obstinés, sans limite.

A cette image, il s’agit d’arpenter la ville dans ses recoins, ses détours, ses retours, ses espaces cachés, ses « espaces à nous », où les adolescents construisent ensemble leur propre marquage dans la ville et la société.

Allégorie du sentier adolescent